Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Super Limie 2 - Le retour de la vengeance

 :: Univers RP :: Continent de Yorubian :: Fédération de Mitene
Jeu 11 Avr - 13:10
Elle venait paraît-il des steppes d'Orient. Quel Orient au juste ? Personne n'aurait su le dire, pas même ceux qui avaient commencé à faire circuler la rumeur. En réalité, elle venait de York Shin City et avait traversé tout Sahelta jusqu'à franchir clandestinement la frontière de la République de Rokario. Cependant, un tel récit ternisit l'aspect exotique de la divine créature venue charmer les locaux. Les charmer le temps que son père ne leur fasse les poches. Au sens figuratif du terme, cela allait de soi.

Après une halte de près de deux semaines à courser le lièvre - ils avaient leurs lubies - Lejinoss et Millie s'étaient engagés plus profondément encore dans ce territoire qu'ils parcouraient illégalement. L'illégalité leur allait aussi longtemps qu'elle se bornait à la crapulerie de bas étage. Domaine dans lequel ils avaient appris à exceller tant et si bien que Millie y avait pris goût.
Car elle avait été Super Limie, voyante extra-lucide à la courte renommée mais demeurée légendaire auprès de ceux ayant requis ses services. Elle était venue des steppes d'Orient avant de disparaître un beau jour comme un mirage, comme un murmure. En réalité, après avoir bien pioché dans la bourse des crédules, elle avait dû détaler  la queue entre les jambes avec son complice de peur de finir en prison pour escroquerie. Toutefois, la légende demeurait. Légende qui se colportait maintenant jusqu'à la République de Rokario.

La voyance était passée de mode. Sans son Key Data, Hatsu détruit par un Fraud Hunter consciencieux et méthodique, Leji n'avait pas pu poursuivre leur arnaque. Dorénavant, il fallait faire place à la prestidigitation de rue. Moins lucratif certes, mais Millie aurait été prête à tout et n'importe quoi - surtout n'importe quoi - afin de se travestir une fois encore en Super Limie, parée des soieries les plus exquises et raffinées qui soient. Le prestige, elle s'en foutait : elle voulait des sous et des robes hors de prix. En ce sens, elle était mûre pour le monde du spectacle.

- J'en appelle aux forces occultes ! Je t'invoque toi, ô démon des entrailles célestes ! Rapporte-nous les chroniques du monde prochain !

Le texte était de Leji.

Tout le monde avait tendance à fuir la lunatique qui, au coin d'une rue de la vieille ville tenait entre ses deux mains un miroir qu'elle brandissait devant elle, glace vers les cieux en proférant des insanités puériles. On s'efforçait au mieux de ne pas croiser ses yeux et pourtant, un semblant d'instinct motivé par la curiosité poussait à jeter des regards en coin. Ne serait-ce que pour s'assurer qu'elle n'approche pas.
Instinct salutaire, car peu à peu, bon nombre de passants se stoppèrent, bouche entrouverte pour la plupart, tous tétanisés. De ce miroir au modelage inquiétant émanait une fumée qui s'intensifiait peu à peu. Même les plus perspicaces des badauds étaient incapables de déceler le moindre trucage, ajoutant à l'aspect terrifiant de la scène.
Il y avait déjà de quoi captiver les foules mais le clou du spectacle se concrétisa dès lors où - dans un début de mélodie macabre tout droit sortie d'outre-tombe, un bras difforme et écœurant surgit de l'objet mystique. Elle maintenait toujours le miroir au-dessus du vide : il n'y avait aucun trucage envisageable. Perdus entre la fascination et la terreur, les Rokariens demeuraient statiques, tétanisés devant ce spectacle. Ils étaient de plus en plus nombreux à s'agglutiner sur les trottoirs aux alentours, se gardant bien d'être trop près de la grande Limie dont ils commençaient à redouter les pouvoirs occultes. Alors, une voix ténébreuses émana comme résonnant de la brume. C'était, à ne point s'y méprendre, la parole d'un démon.

- Soumettez-vous.... ou périssez....

Certaines de ces dames hurlèrent de stupeur quand, sans savoir d'où cela émanait, ce qu'ils attribuaient alors tous à une énergie démoniaque vînt caresser l'épine dorsale de ceux situés les plus proches dans la foule. Le bras se retira alors, la musique s'atténuant, puis, plus de brume.

- Ô grand Garghoul ! Votre prêtresse se chargera d'amener ces âmes faibles entre vos mains bienveillantes !

Millie était montée en gamme depuis la dernière fois. Jadis simple voyante extra-lucide capable de faire parler les morts, elle était promue prophétesse chargée d'invoquer le grand Garghoul. Encore une fois, son père avait eu l'idée du nom. Sa prestation achevée, Millie plaça le miroir au-dessus de sa tête, la glace au-dessus de son scalp et invoqua une brume intense qui la recouvrit entièrement qui ne se dissipa qu'une minute plus tard.
Super Limie l'archi-prêtresse avait encore disparu.

Encore, car elle avait déjà fait son petit numéro partout dans la capitale. Déjà, les vidéos prises par les passants circulaient sur Tontube. Il ne fallut pas vingt-quatre heures pour que la presse locale ne s'empare de l'événement. Le grand Garghoul avait élu domicile à Rokario, on s'intérrogeait déjà sur la véracité de la chose.

***

- C'est bien la peine de me disputer pour des robes si c'est pour tout dilapider en.... en... mais c'est quoi au juste ?!

Une journée avant que Super Limie ne répande la bonne parole partout dans tout Rokario-city, Lejinoss avait purement et simplement jeté leurs dernières économies par la fenêtre. Un million de jenis. Tout ce qu'ils avaient pu récupérer avant de fuir précipitamment Sahelta. Plus question de chambre d'hôtel, il avait acheté un cabanon situé loin en périphérie de la capitale. Bien que charmante, la minuscule bâtisse était très vieille et mal entretenue. Une bicoque pareille, perdue à l'orée d'un bois, ne lui avait coûté que Trois-cent-mille jenis à l'achat. Il y avait à peine assez de place pour dormir à même le sol sur les matelas mais une petite cave bien aérée était à leur disposition pour les rangement divers.
Divers était le mot juste. Car en plus des innombrables robes de Millie, Lejinoss avait fait l'acquisition d'une chaîne hi-fi, d'un appareil pour masquer sa voix et de prothèses de film d'horreur ainsi qu'une machine à synthétiser de la fumée artificielle. Toutes leurs économies de clandestins en fuite y étaient passées.

Se tenant face l'un à l'autre, chacun à une extrémité du petit cabanon, père et fille avaient discuté des lubies paternelles du jour. Lui avait parlé surtout. Il ne perdait jamais une occasion de se taire mais avait toujours quelque chose à dire.
Avec peine et beaucoup d'acharnement, Lejinos parvint à matérialiser deux miroirs identiques qu'il gardait liés à chacun de ses index grâce à un des quatre anneaux situés à l'extrémité de chaque miroir.

- Je les ai appelés Seven Years Gone.

Feu Key Data avait trouvé son illustre successeur.

- Le principe est simple. Tout ce qui entre par la surface d'un des miroirs ressort par l'autre. Tout le monde peut les porter. Toi compris.

L'hirsute lui avait déjà fait une démonstration, mais jamais il ne lui avait expliqué tous les tenants et aboutissants de ce Hatsu en lequel il nourrissait tant d'espoirs.

- Ils fonctionnent par paire. Je peux juste les dématérialiser en étant en contact avec. Si j'en dématérialise un seul, celui qui reste est un miroir normal et faut que je le dématérialise aussi, sinon je peux pas en matérialiser une nouvelle paire avec effet portail.

- Tu pourrais les agrandir pour qu'une personne puisse passer à travers ?

La question ne manquait pas de pertinence. Millie avait demandé plus pour faire semblant de s'y intéresser que par interrogation réelle.

- Non. Ni les rétrécir.

- D'aaaaaaaaccord. Et le rapport avec tous les trucs dans la cave ?!

Elle s'impatientait maintenant qu'elle était réduite à manger froid - puisqu'il n'y avait aucune cuisine - et à aller aux toilettes dans des latrines datant du siècle dernier situées au fond du terrain.
Comme possédé, les yeux de Leji s'écartèrent, il s'approcha alors de sa fille et se saisit d'elle aux épaules, plongeant son regard nerveux de dingue dans ses prunelles effrayées. Il avait eu une révélation suite à la confection de son nouveau Hatsu. Cela n'était jamais bon signe.

- Millie... on va tenter l'arnaque suprême. La Mecque de toutes les truanderies.

Autant il l'effrayait, autant l'idée de se déguiser à nouveau en Super Limie enchanta la jeune fille qui parut plus attentive.

- Suprême ?

Quel pouvait être cette arnaque parfaite, le meilleur moyen de gagner d'énormes sommes d'argent sur le long terme en se foutant du monde ? Millie blanchit en espérant ne pas avoir compris ce qu'il y avait à comprendre. Mais quoi qu'elle ait pu penser : elle était encore bien en dessous de la vérité.

- On va créer notre culte Millie !
Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 976
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 861
POP: 8905
Réputation: 133
Jeu 11 Avr - 16:12


Millie avait fini de s'occuper de ses robes, dépoussiérant ses affaires, faisant le ménage et toutes les tâches domestiques de manière générale. Quand elle avait du temps entre deux passages pour faire agrandir leur culte, elle s'entraîner bien évidemment, mais parfois elle jouait aussi avec la chaîne Hi-fi, s'enregistrant sur une cassette vierge disant des bêtises ou chantant en se faisant une voix bien grosse, grave et légèrement suave dans une version idéaliser de son père...

"Dit papa, tu veux faire quoi cette nuit ?
La même chose que chaque nuit Millie, essayez d'arnaquer le monde !
♪ C'est Millie et Leji, c'est Millie et Leji, Leji le dégourdi et Millie la pauvre d'esprit.
Leurs obsessions profondes, c'est de se faire tout pleins de ronds
Quel duo, c'est Millie et Leji, jiji ! ♫"


Pas forcement des plus inspiré, mais a défaut d'avoir une vraie douche, elle massacrait les oreilles comme elle le faisant quand elle en avait une. Avant de partir une nouvelle fois "travailler", elle se prit un quart d'heure pour se frotter contre les divers textiles de ses robes et lingeries, pour apprécier les textures, les tissus, ah ! Qu'elles aiment ça. Le luxe ne lui manquait pas tant que ça, mais sa soif d'achat de nouveaux vêtements, imaginer toutes ses sensations nouvelles qu'elle ressentirait était plus que suffisant pour la pousser à suivre à la lettre, a la virgule même le plan de son père. Elle pourrait même prendre quelques parfums de plus, différents types de costumes ! Ce serait merveilleux.

En tout cas, il est temps de se rendre en ville sa panoplie de cultiste sectaire, prophétesse des enfers. On pouvait dire qu'elle est motivée, l'idée d'avoir de nouveau le fessier dans la soie plus ou moins littéralement, avait le mérite de la faire bien travailler. Elle fit encore son grand numéro, jusqu'au moment où elle tomba sur son ennemie du moment, l'incrédule qui ne jure que par la science et qui ne sembla pas plus que ça ébranlé. C'était certain qu'il se gavait de film d'horreur, pff la jeunesse se barre.

"Tu n'as pas un numéro un peu moins éculé l'escroc ? La force de ton seigneur se limite donc à ça." Dit-il d'un ton sarcastique.
"Force ?"

Elle lui fit un sourire carnassier, il avait très mal choisi ses mots et elle allait vite le lui prouver. Bon, quitte a faire ça bien, autant commencer par improviser, une phrase magique eux... Parfait !? "Sukamaerc eci zucaemem... " Pas super inspiré, mais ça sonnait magique hein !
"Et ça fait quoi ? C'est pour donner faim ? " Dit-il d'un ton sarcastique.
"Une force surhumaine pour ceux qui sont bénis par les forces impies ... "

Pour toute réponse, l'incrédule roula des yeux, super Limie haussa les épaules, puis concentrant son aura pour user de son Hatsu, souleva presque sans effort une voiture... Là tout de suite elle était plus crédible. Et encore, si elle n'avait pas un peu glissé elle aurait eu l'air encore plus impressionnante ! Une force colossale, ce n'est pas forcement la manière la plus fine d'utiliser du Nen, mais c'est la première idée à sa porté qu'elle avait eu.

Sa volonté était ébranlée, il fallait le coup de grâce.

"Veux-tu voir les enfers ?"

Suivi d'un rire diabolique, digne des plus grands méchants de fictions. C'était le mot de passe, le code pour que Leji place le miroir vers une caisse préparée avec de la peinture et des effets spéciaux bien crade. Elle attrapa sa victime et passa sa tête dans le miroir, sous les cris surpris des personnes présentes. Oui, la on pouvait difficilement dire qu'il y a trucage, une tête ça ne disparaît pas comme ça dans littéralement rien. La paire de secondes où il vu la truanderie fut bien assez pour le choquer, mais pas assez pour qu'il y voie les ficelles plus ou moins littéralement. L'homme en tomba à la renverse et Millie s'approcha l'air déçu.

"Mon maître ne ta pas trouvé à son goût, remercie le de ne pas avoir croqué ton beau minois, implore sa merci !"

Elle y prenait peut-être trop goût, la personne fuit, Millie avait entendu au loin une sirène, c'était plus que temps pour elle de tirer à nouveau le rideau. De la fumée, disparition. Plus loin dans une ruelle, une belle demoiselle drapée dans une robe qui coûte une fortune partie dans le sens opposé après avoir mis dans le miroir tout ce qui devait disparaître. Le jumeau fut ainsi placé face contre un mur et accroché pour éviter toute intrusion et il était temps pour Millie d'aller faire des courses avant de rentrer. En tout cas, c'était ce qui était prévu à la base...

Le retour du comeback !








[ Présentation ] [ Fiche Technique ] [ midnightblue : #191970 ]
Super Limie 2 - Le retour de la vengeance 1544293701-milkyway-sign
Revenir en haut Aller en bas
Millie Krystal Wayland
Messages : 59
Date d'inscription : 08/12/2018

Fiche perso
AOP: 744
POP: 6125
Réputation: 57
Sam 13 Avr - 10:17
Lorsqu'on désirait ardemment quelque chose, il fallait savoir s'impliquer et se dédier à cette quête jusqu'à sacrifier le peu qu'on avait. Homme de peu de volontés, Lejinoss employait toutefois ses efforts depuis maintenant quelques jours à se peler le jonc dans une cave humide et mal isolée.
Tandis que fifille jouait la mariole - rôle de composition - le pater se sacrifiait pour entretenir l'illusion du grand Gorghoul. Avec toutes les mafias qu'il avait au cul, lancées à ses trousses par un Hacker Hunter mal embouché, chercher à se médiatiser ne tentait guère l'hirsute. Mieux valait que sa fille soit mise en avant à sa place comme pouvait l'être un canari dans la mine. La fibre paternelle lui faisait cruellement défaut.
Avec une télé à piles, un modèle on ne peut plus obsolète mais abordable, le Hunter orangé occupait au mieux ses journées, sautant de chaînes en chaînes afin de récolter la moisson de son arnaque. Cela, quand il ne regardait pas Mugnam.

- Nananananananaaaaaaaa Mugnaaaaam ! Avait-il éructé à l'heure du générique de fin comme il le faisait à chaque fois.

L'heure était à nouveau aux informations. La pêche était bonne, de plus en plus fournie à chaque coup de zapette.

- Et pour ce numéro de l'enquêteur de l'extrême, nous avons investigué de sorte à remonter les trace de.... la prêtresse Limie.

Photos inquiétantes, musique d'autant plus, la presse sensationnelle ne lésinait jamais sur la mise en scène tapageuse pour vendre ce qu'il y avait de plus indigeste au public. Et c'était un poison des plus savoureux qu'ils contribuaient à faire avaler à la plèbe ce jour-ci.

- Elle a des pouvoirs extra-lucides, elle a pu faire parler mon Jytrel en me communiquant des informations que seuls lui et moi connaissions ! Attestait un témoin ahuri devant la caméra.

Sans compétence journalistique hors du commun, remonter les traces de la grande Limie relevait de la marelle. Elle avait su marquer son monde à Sahelta. Du beau linge d'ailleurs. Pendant un court temps, les plus riches s'étaient arrachés ses services. Un peu de Nen pour mystifier les cons et ces derniers lui avaient jeté leur porte-monnaie au visage comme par réflexe. La stratégie avait fait ses preuves et Leji avait cherché à l'optimiser.
Mais le moment phare de l'émission fut la confrontation d'un expert en escroquerie convié sur le plateau - ou s'étant plutôt imposé à la chaîne - opposé à une journaliste bimbo et deux anciens clients de la grande Limie. Un grand moment de télévision allait se jouer sous le regard d'une plèbe attentive, parmi elle, un salopard en orange qui huait déjà l'expert.

- Bouuuuh ! Enculéééééé !

Un cri du cœur motivé par une rancune justifiée. Rick Tracy, Fraud Hunter émérite, avait été la cause de la soudaine débâcle du duo de charlatans il y a quelques semaines de ça. Habile et rompu aux manœuvres visant à contrecarrer les escroqueries, il avait, aidé de son Nen, purement et simplement annihilé le Hatsu de Leji sur lequel s'était reposé toute la combine. Il allait sans dire que ce dernier ne le portait pas dans son cœur.

- Rick Tracy, vous êtes un...

- Un sale con !

- ...un Fraud Hunter rattaché à l'association Hunter, c'est bien correct ?

Avec ce petit air emprunté qu'avaient tous les ploucs soucieux de paraître respectables à la télévision, Rick acquiesça l'air grave.

- Vous soutenez la thèse selon laquelle la grande Limie serait une escroc et que vous l'aviez déjà mise à jour par le passé. Est-ce que vous pourriez nous en dire plus ?

Se crispant sa boîte de céréales - unique source de subsistance restante dans la cave frigorifiée, Lejinoss savait que l'épreuve du feu se jouait maintenant, sur une chaîne nationale, entre un Hunter pro et un trio de débiles. L'avenir d'un monothéisme se jouait ici. Il s'en fallait de peu.

- Tout à fait. Voyez-vous, l'arnaque repose sur un élément très simple. Par un système - ingénieux, je dois l'avouer....

Il l'avouait en serrant les dents car savait à quel point père et fille étaient des minables en aucun cas dignes de la moindre louange.

- Par ce mécanisme, ils parvenaient à obtenir des informations apparemment confidentielles que seuls deux intimes avaient partagé à un instant donné dans leur vie. Cette information en poche ensuite délivrée comme un coup de massue, la victime...

- Je ne me considère pas comme une victime.

L'une des deux pigeons aux côtés de la présentatrice lui avait coupé la parole sèchement, se pensant aussi maline qu'impertinente. Elle n'était rien d'autre qu'une petite conne qui s'était faite avoir comme tant d'autre par la combine du père Taibug. Une cinquantaine d'années au compteur, la peau du coup tirée, les traits fins,  presque cadavérique, lèvres pincées, elle cachait les affres de l'âge sous une couche abondante d'un maquillage de mauvais goût. Rick ne se laissa pas décontenancer et poursuivit. Le plus dur pour lui était de ne pas soupirer face à tant de bêtise. Tâche ingrate que de chercher à sauver des victimes éprises de leur bourreau.

- Le client si vous préférez...

À force de serrer les dents toutes les deux phrases il n'aurait probablement plus d'émail d'ici à la fin de son entretien.

- Le client est alors mis en confiance, il est mystifié. Là-dessus, les arnaqueurs ont face à eux une cible docile prête à tout croire d'eux du moment qu'ils y mettent les formes. Assez renseignés sur le défunt, ils parviennent à lui faire dire tout ce qui paraît vraisemblable. Encore une fois, ils sont malhonnêtes mais rusés. Et c'est en s'imposant comme des voyants prétendument crédibles, car bénéficiant d'informations que les autres n'ont pas, qu'ils ont pu s'enrichir aussi facilement.

Exposé simple, mesuré, implacable, mais pas à l'épreuve des cons. Les deux victimes avaient fait la sourde oreille et s'obstinaient à lui rappeler que la grande Limie savait des choses que seuls l'être cher décédé et eux-même savaient. Là était le nœud du problème. Un nœud que Lejinoss ne voulait en aucun cas voir démêlé. Le cas échéant, il aurait alors vite fait de se retrouver à poil.
La journaliste, une petite gueule mignonne s'exprimant comme une attardée et étant en poste uniquement pour servir d'appât à testostérone posa alors la question à un milliard :

- Mais... ce mécanisme qui permet d'obtenir ces informations confidentielles.... c'est quoâ ? Je veux direuuuuuh... c'est pas n'importe quoi non plus quoi.

Aussi peu intelligible pouvait être la question, elle demeurait pertinente.

- Pour... des raisons inhérentes à un code tacite entre experts, je ne puis révéler cette information. Disons simplement qu'ils bénéficient d'un moyen que seuls moi et d'autres professionnels experts en ce domaine peuvent constater.

Révéler l'existence du Nen à la télé lui aurait non seulement attiré des ennuis de la part de l'association, mais l'aurait en plus fait passer pour le dernier des doux-dingue. Sans le savoir, le Hunter s'était empêtré dans une mélasse dont il ne sortirait pas de si tôt.

- Qui cherche à nous arnaquer maintenant en nous faisant croire qu'il voit des choses que les autres ne voient pas ?

La sentence avait été délivrée par l'autre aficionados de la grande Limie, un grand-père au crin blanchâtre et à la peau légèrement bronzée, souvenir de ses vacances sur son bateau personnel. Assisté du rire complice du public, il avait, sans mal aucun, réussi à annihiler l'expertise réelle d'un Hunter professionnel se retrouvant alors aussi dépourvu qu'un petit garçon.

- Mais enfin... vous ne comprenez pas...

- Nan mais... je crois qu'on a tous compris. Vous êtes juste jaloux quoâ ! Eh pis... elle fait pas que dire l'avenir. Elle fait apparaître de la brume et le grand Gorghoul. C'est pas indéniable ça ? Hein ?

Rick n'avait pas pu se pencher encore sur le Hatsu permettant d'accomplir cette illusion lamentable et prononça alors ces mots malheureux qui achevèrent de tuer sa crédibilité, lui qui était pourtant le seul à savoir la vérité et à la crier haut et fort.

- Je... je n'ai pas encore eu le temps d'enquêter sur leurs méthodes cette fois mais...

- Mais vous ne savez pas. Voilà tout ! À vous aussi ça vous échappe ! Repris la mégère.

- Ce sera l'mot de la fin j'crois hahahahaha. Le débat était vachement agité et tout, c'est dommage, mais c'est l'heure de rendre l'antenne pour la météo. À ciao les p'tits lous !

Et le générique des techniciens de l'émission défilait devant le visage médusé d'un homme qui avait contrecarré par le passé l'arnaque de Taibug et fille. Lejinoss avait eu sa revanche et la savourait comme un goret à rire ainsi, la bouche à moitié remplie de céréales avec lesquelles il manqua de s'étrangler à deux reprises.

- Putain ! Vive les démocraties OuUuuUuhHaaAHAAhahahahahaha !

Il en pleurait de rire. Lui, natif de Kakin, savait qu'un pareil débat n'aurait jamais pu avoir lieu par chez lui. Grand Gorghoul ou pas, la monarchie leur serait tombé sur le coin de la gueule pour avoir constitué une quelconque menace à la sûreté de l'État. Dans les régimes démocratiques et immaculés, leur arnaque passait pour crédible, sous un régime autoritaire, on leur aurait déjà fait sauter les genoux pour avoir eu ne serait-ce que l'audace de vénérer une entité en laquelle le roi n'accordait aucune importance.
Terminant d'essuyer ses larmes et retrouvant son souffle, Leji se leva afin de s'étirer. Passer la journée assis à ne rien foutre le courbaturait.

- Cette fois... je l'ai trouvée ma voie.

Il avait prononcé ces mots le plus sérieusement du monde, un regard terne et déterminé perdu devant lui dans l'obscurité de cette cave vétuste. À rechercher les combines foireuses qui permettraient un jour de le mener à la fortune puis au Graal qu'était Greed Island, Lejinoss était devenu à son corps défendant un Scam Hunter. La vocation, il l'avait à l'insu de son plein gré.

***

Le lendemain de l'émission, pressée par son père qui restait dans l'ombre - aussi bien au sens littéral que figuré - la grande Limie avait annoncé sa venue dans tout Rokario-city. Louant une salle accordée par une municipalité décidément trop peu regardante de ce qui s'opérait sur son territoire, elle avait convié - moyennant un tarif d'entrée prohibitif - tous les croyants béats du grand Gorghoul à la rejoindre afin de discuter liturgie et projets aussi bien spirituels que temporels.

Elle fit salle comble.


Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 976
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 861
POP: 8905
Réputation: 133
Lun 15 Avr - 11:27


Salle comble,  la demoiselle ne saurait dire si elle est triste d'avoir réussi cet exploit, ou heureuse... Si l'humain n'était pas une vache à lait, alors il ne se laisserait pas berner aussi facilement. L'homme est un loup pour l'homme...

"Et un con pour le loup..."

Elle avait eu évidemment un nombre de profil, de victimes invraisemblable à gérer. Quand la moindre brebis peut partir au mieux, vous planter une dague dans le dos plus assurément, le troupeau est tout de suite plus dur à diriger. Mais cela n'en reste pas moins un groupe de mouton qui se suivent les uns et les autres, une fois trouvé les individus les plus charismatiques, à défaut d'être les plus compétents et de leur avoir donnés une tenue un peu plus travaillé et un semblant de pouvoir, ils devienne des têtes de gondoles ont ne peux plus efficace pour propager la voix du puissant Gorghoul...

Et pour ça, Millie allait faire un pari à la fois risqué et osé. Quels meilleurs moyens de prouver que le puissant Mojo du démon existe, si ce n'est de le propager ?

"Je vais vous dire mon secret."
"D'accord."
"Je vois des gens qui sont morts."

Sauf que... C'était trop cohérent pour être une plaisanterie, le test du verre d'eau fut révélateur, rien... Bon, comment on fait de l'aura, sans aura ? Millie refusait qu'il y ai autre chose que le Nen et finalement la réponse fut à la fois terre à terre et répugnante. L'explication la plus simple quand un personne vois des choses qu'elle ne devrait pas, c'est la fatigue, un stupéfiant, une manipulation ou... Parfois les trois à la fois.

Si l'idée écœurait la demoiselle, arnaqueuse qu'elle est, elle conserve un minimum de déontologie ou plutôt elle s'accroche à l'espoir d'en avoir juste assez pour ne pas être la raclure de bidet qu'elle est devenue et avec le sourire. Mais même les pires ont des petites zones, des tabous qui leur interdisent de passer d'affreux enfoirés à sociopathe, pourtant la ligne est très tenue. Mais pour le moment, Limie avait besoin de fondations solides et ce gamin en était une trop belle pour lui briser les jambes à coups de batte de baseball, aussi métaphorique que cela soit.

En plus, ce petit con avait tout pour la faire culpabiliser, même eau plus mal il gardait un petit sourire tendre, ce regard qui dit "j'ai confiance en toi grande sœur" comme le ferait un chien bahut qui aime encore son maître, son innocence et sa douceur était tellement grand, que c'était comme passer son cœur à la rape à chaque fois qu'elle le prenait encore pour un imbécile et qu'il en redemandait. En plus a son âge, son instinct maternel et ses hormones lui faisaient la guerre et elle savait qu'elle ne tiendrait pas éternellement. Elle se tenait au mince espoir que malgré les abus de ses parents, il était un petit gosse de riche pourri gâté, avec un toit sur la tête et du confort a profusion, mais même ça elle n'a pas pu y avoir le droit. Un autre des cultistes du grand Gorghoul lui à appris que le petit, qu'elle refusait d'appeler par son prénom pour ne pas s'attacher, venait tout droit 'un des pires orphelinats du coin et si cela ne sonnait pas déjà affreusement clichée, le coup de grâce était venu du fait qu'il avait même un petit travail pour ne pas être un point pour le gérant de celui-ci... Qui lui ne se privait pas de l'exploiter lui et ses petits copains... Du coup Millie s'était juré de sucer son argent jusqu’à la moelle et justement.

"Balthazar, vous aurez l'immense honneur de m'aider à conduire la messe grise."
"Merci, Super Grande Prophétesse Limie !"

Elle le tutoyait pour deux raisons, la première parce que sinon ça serait lui donner du respect et elle ne réussirait pas à maintenir les apparences longtemps, la seconde c'est pour faire croire qu'il était déjà un des proches du grand démon. Évidemment, il y a crû à une vitesse incroyable, tellement qu'elle en fut attristée, tout un discours et une série d'argumentaires partirent à la poubelle, inutile...

Pourquoi messe grise et pas noir ou rouge ? Hé bien... Une secte est une secte, mais Millie avait peur que si le sang commence à couler, ils attirent trop l'attention et Lejinoss semblait du même avis. En plus, c'était tout copyright donc bon, on fait avec ce qu'on peut hein ?!

"Mais c'est idiot !"
"souhaites-tu que j'invoque notre seigneur pour que tu lui fasses le remarque de vive voix ? Il est de bonne humeur, il t'épargnera certainement dix décennies de torture..."
"Pardon Super Grande Prophétesse Limie..."
"Écoute, en fait il y a une excellente raison..."
"Et qui est ?"
"Hé bien, le grand et puissant Gorghoul... Hé bien... Ce n'est pas le seul démon et comme toute entité de cette puissance, tu vois... Bah il a des rivaux, des ennemies et d'aut' trucs du genre. Hé justement ! Il a fait une sorte de paris avec le puissant..."
Elle regarde autour d'elle... Vite, vite, vite... Des biscuits !
"Donc, le puissant Bamboulax."
"Quel nom ridicule."
"Tu n'as toujours pas compris ? Ce sont des pseudonymes, la langue démoniaque dépasse tellement notre entendement, notre conception du temps et de l'espace qu'un simple mot peut nous détruire, alors imagine le noble nom d'une entité divine ?"
"Ah ! Ah... Ah ?"
"Donc avant que tu me coupes, sous la supervision de Palmitorah, avec un H à la fin, c'est important, leur conflit se régule sur notre monde. Il doit donc prouver qu'il est capable d'augmenter son mojo, MAIS sans raccourci comme l'utilisation de sacrifice humain, pour l'animal ils sont en concertations..."
"Mais, comment on sait si c'est de la triche ou non ?"
"Moi j'en sais rien, j'obéis à Gorghoul, le remercie pour sa bénédiction et de ne pas m'avoir dévorée toute cru. Le peu que j'ai compris c'est en écoutant ce que je ne mérite pas et un peu de surinterprétation."

Les discussions allaient grand train avant le jour J

"Ce sont qui les quatre idiotes en pagne au centre ?"
"Quatre pucelles pour la cérémonie de la lune rousse."
"Qu'est-ce que j'ai dit sur le sacrifice humain ?!"
"Mais, elle ne vont pas être égorgés ! Juste violée..."
"Elles ont rempli le formulaire de consentement ?"
"Oui... Même si je ne comprends pas en quoi c'est encore un viole si..."

Les bras croisés et un haussement de sourcils suffisent à le faire taire. En réalité, il n'y aurait aucune fornication pendant la cérémonie, mais Millie avait vite appris que le sang, l'argent et le stupre rendaient toute action sombre et maléfique plus consistante pour le petit peuple. Elle ne serait pas plus violer que des actrices de télévisions ou du théâtre d'où elles proviennent, elles étaient tellement a fond dans leurs rôles que même l'entretient a la sombre cathédrale... qui était pas plus grand qu'un autel, mais on fait avec ce qu'on a, avait était si convainquant qu'elle en a eu peur pour leurs santés mentales. Du coup Millie s'était aussi assuré que personne ne viendrait avec des enfants de moins de quatorze ans, plus vieux ils ont déjà accès à internet ou les pornos donc bon... Ils ont déjà vu au moins une fois Bible Black donc bon la c'était gentil à côté..

D'ailleurs, l'un d'eux ne faisait pas exception.

"Pourquoi je serais dans un bureau à part ?"
"Tu vas... Profité de la cérémonie pour t'entrainer à puiser dans le Mojo du grand Gorghoul, il faut aussi s'assurer que Bamboulax n'utilise pas de mort pour espionner ou saboter la cérémonie... Voilà c'est ça !"
"Comme une sorte de policier ?"
"Plutôt un inquisiteur."

Les préparatifs furent... Contraignant, lourds surtout pour le cœur et l'esprit de Millie, c'était comme répéter pour la plus grande représentation de sa vie. Elle s'était assuré de réunir dans une pièce à par les plus jeunes, car malgré ses directives il y en a eu... Pour qu'ils soit son adorable escouade d'inquisiteur démoniaque juvénile... J'ai mal aux yeux à me relire. Bref ! Le garçon sans nom et ses copains faisaient des jeux occultes, un peu obscènes, mais pas si dangereux à par, quand dans la grande cathédrale obscure...

La messe grise allait commencer...

Par un discours du grand et puissant Gorghoul !

La messe est dites.








[ Présentation ] [ Fiche Technique ] [ midnightblue : #191970 ]
Super Limie 2 - Le retour de la vengeance 1544293701-milkyway-sign
Revenir en haut Aller en bas
Millie Krystal Wayland
Messages : 59
Date d'inscription : 08/12/2018

Fiche perso
AOP: 744
POP: 6125
Réputation: 57
Lun 15 Avr - 15:00

Il s'élevait, le bras armé de la destinée. En réalité, une prothèse d'animatronique que Leji avait acheté pour deux fois ce qu'elle valait. Mais, la brume aidant, l'artifice faisait son effet. Gorghoul se manifestait et le calme régna aussitôt dans l'immense salle communale.

- Je dois m'entretenir avec la grande prêtresse.

Rauque et caverneux fut son appel. La grande Limie quitta ses attributions pour se prosterner face au miroir qu'elle avait laissé à plat sur un autel improvisé : une table basse recouverte d'une nappe. Genou à terre tête baissée, elle fit savoir qu'elle était prête à recevoir les commandements de son Dieu.

- Ahem... en privé.

Voilà qui ternissait le prestige posé jusqu'à lors. D'un pas hâtif, non sans les courbatures et autres excentricités d'usage pour entretenir le mythe, la prêtresse alla s'enfermer dans le bureau situé à l'étage.

- Des messes grises ? Des viols consentis ? Un buffet où y'a même pas de cookies ? Mais qu'est-ce que c'est que tout ce merdier ?!

- Je croyais qu'on avait dit qu'on faisait un culte.

Erreur gravissime que celle consistant à contrarier Gorghoul, d'autant plus rédhibitoire dès lors où celui l'incarnant était un spécimen prompt aux anxiétés spontanées et intempestives. Leji agitait le bras mécanique frénétiquement dans tous les sens afin de restituer au mieux l'étendue de ses inquiétudes.

- Mais t'as jamais été à l'église espèce de mécréante ?! On leur promet un truc invraisemblable où ils trouvent tous leur intérêt, un petit miracle de temps en temps histoire d'entretenir la foi et le reste du temps on mange, on picole on chante, on fait des ateliers macramé et on garde leurs gosses quand ils sont au travail.

L'aspect démoniaque initial avait comme qui dirait orienté naturellement l'exégèse vers le macabre. Millie s'était contentée de suivre la ligne sans dévier, mais les stéréotypes avaient la vie dure. Ni elle ni aucun des badauds présents n'auraient pu prévoir que le culte se constituerait proprement, sans ésotérisme. Il n'y avait aucun mal à céder à l'excentricité dans le domaine spirituel aussi longtemps que cela n'attirait pas l'attention de la police locale. Sacrifices humains s'abstenir.
Une petite claque à sa fille via bras animatronique et les affaires redémarraient du bon pied.

- Redescends-moi voir les autres cons que je corrige le tir. Et va acheter des cookies. Tout magistère qui se respecte a des cookies. Aux noisettes. C'est vachement plus spirituel les noisettes dans l'idée.

Leji aimait les cookies aux noisettes. Sans doute y aurait-il un verset à ce propos dans le prochain tome des chroniques de Gorghoul, toutefois, cela viendrait en son temps. Pour l'heure, une foule captive attendait ses préceptes maintenant que la prêtresse brandissait le miroir au-dessus de sa tête devant eu. Non pas qu'elle trouvait que cela était plus mystique, mais elle était au moins sûre qu'ainsi, son père ne pourrait pas la tarter à nouveau avec une prothèse amovible en métal.

- Vos clercs vous ont menti.

Classique du genre : «vos religions elles disent que des conneries, y'a que moi que je dis la vérité, j'ai même un bouquin rempli de preuves.»

- Ils vous ont trahi et fourvoyé. L'âme est un mythe, seul l'esprit demeure.

Produit de son époque et sachant bien que matérialisme ambiant suffisait à nourrir l'individualisme et la croyance en laquelle l'homme était sa propre fin, l'hirsute alla dans le sens de son auditoire qui ne croyait pas en l'âme. Beaucoup de jeunes dans l'assistance. Ceux-là étaient réputés pour leur conformisme et leur suivisme sans borne. Un peu de science-fiction, juste ce qu'il faut d'effets spéciaux et les merdeux lâcheraient le porte-monnaie de papa-maman sans même y réfléchir à deux fois. Le reste de l'assemblée était constitué de personnes seules, désœuvrées, sans doute en quête d'eux-même, cherchant à combler un vide existentiel. Rien que des cookies aux noisettes ne sauraient régler.

- Votre trépas ne vous mènera pas dans l'au-delà. Seulement aux confins de l'univers.

Lui avait au moins le mérite d'être modeste dans les promesses qu'il adressait à ses ouailles.

- Vous serez alors réincarnés dans vos avatars cosmiques. Chaque acte que vous perpétuez en ce monde influera sur la forme de ce dernier. Soyez ingrats et menteurs et vous serez éternellement difformes et laids, proies à une souffrance perpétuelle.

Hausser le ton avec le modificateur de voix avait de quoi pressuriser la joyeuse troupe. Principe élémentaire de tout monothéisme : «Tiens-toi bien au sinon...». Il fallait conserver la plèbe docile et obéissante, cela ne s'obtenait que par la menace.

- Soyez vertueux et respectueux de mes préceptes, alors, votre renaissance sera glorieuse et flamboyante.

Préceptes imprimés en format A4 et disponibles à l'entrée à côté du distributeur d'eau. Sur la fin, Leji et fille avaient commencé à sérieusement manquer de moyens.

- La vertu s'accomplira par le sacrifice....

Sans même avoir eu le temps de terminer sa phrase, Millie dut alors gueuler comme une poissonnière les deux bras en l'air qu'elle était.

- Non ! Toi là-bas ! On a dit pas de sacrifice humain ! Range le couteau.

- Mais c'est pour la gloire du grand Gor...

- Le couteau. Lâche-le.

Boudeur, le grassouillet à lunettes et torse nu obtempéra, rangeant son couteau à fromage apporté de chez lui sous son siège, croisant les bras, vexé. La victime potentielle d'une cinquantaine d'années assise à côté de lui - elle aussi torse nu - l'imita en maugréant.

- Par sacrifice, j'entends dévotion à ma personne, une obéissance complète et abso....

- Est-ce que ça veut dire qu'y aura pas d'orgies ?

Le bras mécanique se figea au milieu de la brume conséquente qui s'étendait un peu plus sur la scène. Lejinoss ne sachant pas comment régler le débit de la machine, elle se déversait sans cesse plus abondante les minutes passant. Un long silence ponctua la question d'un spectateur dont la quête spirituelle semblait bornée à quelques éléments bien définis.
Leji se devait d'être diplomate, mieux, il devait se demander ce qu'une entité divine aurait répondu à sa place.

- Ceux qui auront fait preuve d'une dévotion toute particulière à mon égard seront gratifiés du droit illustre de partager une étreinte charnelle collective en mon honneur.

Soupir de soulagement dans la salle. Ici et là on ricana et on se tapa dans la main. Mères célibataires pré-ménopausées comme étudiants sans succès auprès des filles étaient ici réunis pour une lutte convergente. Le plus dur pour Millie comme pour Leji était de ne pas juger. Pour cela, ils devaient les voir pour ce qu'ils étaient vraiment : des appendices organiques rattachés à un porte-feuille garni. Cela justifiait amplement l'indulgence qu'ils avaient à leur égard.

- Vous devez vous plier à mes ordres ! Répandre ma parole et vous débarrasser de vos contraintes matérielles constitueront vos premiers devoirs dans la voie de la renaissance cosmique.

- Par contraintes matérielles, il veut dire tout ce qui relève de l'argent madame. Rhabillez-vous.

L'effervescence semblait s'emparer de la salle. Ce serait à Millie de broder sur les terres de par-delà les confins de l'univers et les avatars de renaissance cosmique. Leji avait fait le plus gros du travail en dotant leur code religieux d'un système de bons et de mauvais points. C'était plus clair ainsi pensait-il, estimant même avoir comblé la principale lacune le distinguant des autres monothéismes à succès.
L'heure était venue de repasser le bâton merdeux à la prêtresse. Elle devrait se débrouiller avec les questions du public. L'astuce pour se faire consistait à mentir avec aplomb. Le bras se rétracta et, enfin, la brume cessa de se propager ; elle avait recouvert presque l'intégralité du bâtiment à force que la machine n'émette.

Une première main se leva. L'épreuve de force allait commencer pour la jeune femme.

- C'est combien de points pour les orgies m'dame ?

Un estomac avec un sexe au bout. Voilà à quoi se limitait la majeure partie du genre humain. C'est à force de partouzes organisées et de cookies aux noisettes que Gorghoul et sa grande prêtresse finiraient par dominer le monde. Pour ce qu'il y avait à dominer dans les environs, ils n'y avait pas tant de mérite à leur accorder.
Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 976
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 861
POP: 8905
Réputation: 133
Ven 19 Avr - 13:02


"C'est combien de points pour les orgies m'dame ?"

*Des points ? Mais c'est quoi ces guignols ?!* Les pensés de Millie ressemblaient à ça dans l'instant, a aucun moment le mot point ou un synonyme n'avait été dit et ils demandent à utiliser ce genre de chose ? Fallait-il faire comme avec les enfants ? Dix points donnent une gravure sacrée et dix gravures donne accès à... Mais rapidement, la demoiselle se rappela que c'est justement cette mentalité qui faisait qu'ils pouvaient s'en mettre plein les fouilles avec de beaux mensonges et de grand discours plus ou moins creux.

Il fallait donc répondre, mais son cher démon cosmique de père, en plus de la laisser avec des informations plus que vagues, en mode débrouille-toi, lui avait donnée plus ou moins directement des conseils. Citons donc le grand Gorghoul : << On leur promet un truc invraisemblable où ils trouvent tous leur intérêt, un petit miracle de temps en temps histoire d'entretenir la foi et le reste du temps on mange, on picole on chante, on fait des ateliers macramé et on garde leurs gosses quand ils sont au travail. >> Donc, autant ne pas quantifier directement, surtout en attendant de savoir a quel rythme les points vont être distribué. Heureusement, grâce à internet, trouver des images à "emprunter" à des artistes pour faire les points ne seront pas trop durs à trouver. Il y en a même libre de droits... C'est mieux... On évite les problèmes et les plaintes légitimes.

Donc ! Millie approche d'un pas lent, arborant son plus beau sourire qu'elle ne feint ou ne force pas le moins du monde. Une fois à la hauteur de l'important, elle lui prend une main dans les siennes.

"Vous le saurez bien assez tôt."

Puis, venant lui chuchoter à l'oreille tout en poser celle-ci sur sa poitrine.

"Il ne faudrait pas trop en dire, il pourrait y avoir de vilaines jalousies."

La puissance dévastatrice d'un bon décolleté n'est jamais à ignorer, encore moins quand il s'agit d'une tenue de luxe particulièrement moulante et laissant facilement deviner au touché qu'il n'y a rien en dessous... Bon par contre elle avait appris sa leçon par rapport à une certaine virée avec un hunter et avait un dessous à défaut de dessus. Ce n'est pas qu'elle apprécie particulièrement d'être touché par n'importe qui, mais étant encore célibataire, si une ou deux mains par ci et par la, qu'elle choisit en prime pouvait rendre son compte en banque en meilleure santé, alors c'est un sacrifice on ne peu plus acceptable. Puis bon, elle n'est pas plus hypocrite que ça,avoir quelques messieurs qui aiment ses formes et la complimente pour cela ou les apprécies à leurs justes valeurs c'est toujours un peu de baume au coeur à moindre coût également. On ne se fait pas belle pour rien, hein ?!

Puis bon, si elle a été enfant dans des écoles pour jeune fille, étant entrée très tôt dans la vie active et ayant un physique attractif, vous vous doutez bien qu'elle n'est chaste maintenant que sur le papier et encore... D'ailleurs, maintenant que la conversation avait tourné autour du stupre et de la luxure, la Super Grande Prophétesse Cosmique Limie n'allait pas se gêner, pour avoir un entretien privé avec un homme qui serait à son goût, la qualité primant sur la quantité quand on devient plus ou moins littéralement une croqueuse de diamants... Quoique, quand on parle de liasses de billets, la quantité a aussi du bon.

En tout cas, elle répondait avec douceur, gentillesse et patience aux questions qui ne manquaient pas de tomber, plus comme une mère, une maîtresse dans une maternelle qu'autre chose d'ailleurs... À la différence prêt qu'elle se servait d'étude faite dans des revues et des vidéos érotiques pour prendre des poses suggestives, sans en devenir vulgaire, n'hésitant pas à se faire toucher ou s'assoir sur les genoux de certains et certaines pour leurs donner l'illusion d'une proximité particulière. Elle voulait se montrer accessible, mais sans que ce soit trop facile, restant tactiles sans que cela vire plus obscène que ça l'est déjà. Ce n’est pas à l'église qu'on vous invite à tâter de la belle chaire avec le sourire, le tout en donnant l'illusion que ce n'est pas mal, hein ?

Ajoutons à cela, un goûté un peu tartif, à quoi de boissons chaudes diverses, de jus de fruits et de biscuits divers dont des cookies, puisque le maître des lieux avait insisté pour rendre le tout plus bon enfant. Mélanger le tendancieux et démoniaque et le gentillet ainsi que le spatial n’était pas l'épreuve la plus simple, mais son père l'avait contrainte à cet exercice de funambule et elle espérait pouvoir rectifier le tir sans qu'il y ait trop de dégâts à court et long terme. Mais bon, qu'est-ce qu'elle est face au puissant Gorghoul ?

Ainsi, la messe grise se conclut, sans le sexe et le sang que certains attendaient, mais avec une touche un peu étrange de niaiserie toute religieuse qui espéreront le, prendrait racine. Ce serait dommage que tous ces efforts tombent à l'eau. Milliue n'était pas encore totalement à l'aise, jongler sans compromis entre les porcs et les agneaux était aussi osée qu'exaltant au fond, elle se donner la fausse illusion d'avoir une sorte de talent.

Ce soir la, elle en avait profité après avoir chagé de tenue pour faire quelques courses. Entre autres un petit chauffage électrique d'appoint et un déshumidificateur.

"On aurait l'air malin si le puissant et cosmique Gorghoul attrapait la mort dans une cave froide et humide."

Pour cela, le miroir est d'une praticité assez exemplaire, elle pouvait se balader avec et envoyer à la maison tout ce qu'il fallait. Bon par contre, le problème restait que pour rentrer, elle devait faire des tours et des détours pour être certaine de perdre quelques admirateurs et curieux entre autres, ça ne le ferais pas qu'ils tombent sur leurs maisonnées et reconnaissaient la voix de leurs divinités, même s'il fait tout pour être méconnaissable.

Le lendemain, elle mit en branle la fin des observations de son père. Ouvrant des petits groupes pour occupés les ménagères et autre mère au foyer en faisant du crochet, de la couture et même de la sculpture sur bois... Cela a du bon d'avoir un passif d'ouvrier orfèvre. Le tout en s'occupant de la marmaille et en leur faisant des ateliers créatifs, petits biscuits et autres bricolages avec des pâtes et des pois chiches secs collés dessus et peints. Le grand maître des étoiles aurait certainement de quoi tapisser deux fois sa cave en dessins moches à ce rythme.

"Nan ! On ne jette rien, on met tout ça dans des caisses avec du sable ou du produit anti-humidité. C'est toujours bien d'avoir un ou deux trucs en réserve pour faire semblant que c'est le plus grand cadeau du monde et pouvoir dire des trucs du genre "J'ai adoré les feuilles violettes sur le tronc orange, ça ma rappelé une petite planète que j'ai visitée avec mon avatar cosmique l'année dernière" ou un truc du genre."

Avoir un cheptel, cela a bien ses désavantages, même si Millie commençait à apprécier de l'être elle-même. Cette impression trompeuse, fallacieuse d'être utiles aux autres et de ne pas faire ça que pour son enrichissement personnel devenait problématique et elle s'en rendait compte elle-même. C'est pour ça que le soir qu'elle plongée la tête dans une pile de vêtements, culotes et autres textiles de luxe en se répétant pour elle même. "Je fais ça pour l'argent, l'oseille, le pèze, le pognon, les sous, le blé, les espèces sonnantes et trébuchantes, le fric [...]."

Mais même elle avait de plus en plus de mal à s'autopersuader qu'elle était ce qu'elle est, un sale escroc vénal et vicieux, une manipulatrice jouant sur les attentes et les rêves des moutons humains pour son propre plaisir et son profit. Il fallait qu'elle allège un peu la culpabilité qu'elle n'arrivait pas totalement à étouffer...

Elle commença alors à faire de petites actions gentille et peu couteuse, des bonnes actions à moindres frais. Ah ! Que l'esprit et facile à apaiser, enfin pour le moment. Pour ce qui est de l'enfant sans nom et de ses camarades.

"En fait, je m'appelle..."

Elle lui fit un gros câlin pour étouffer le mot qu'elle ne voulait pas entendre et parceque'il est juste trop adorable et gentil.

"D'accord."

Il lui avait même fait des cookies en forme de vaisseau spacieux, comment ? Avec des emporte-pièces étranges, mais rigolo. Elle ressentait de plus en plus en sa présence de sentiments contradictoires et dérangeants. Refusait de lui donner ou plutôt de connaitre son nom était un moyen d'essayer de le déshumaniser, ce qui fonctionnait de moins en moins. Du coup, elle avait prise à part tout les membres de cet orphelinat et... Avait mis de l’argent sur un livret jeune d'une banque locale pour chacun d'eux, en leur faisant jurer sur l'honneur et leurs foi dans le galactique maître des étoiles Gorghoul. Donner de l'argent directement à l'orphelinat c'était l'assurance de le voir aller directement dans les poches de son directeur et en plus, il ne fallait pas qu'elle donne trop publiquement, sinon les gens cesserait de le faire en retour.

Au moins, avec un livret jeune auquel ils ne pourront pas toucher, hors études ou cas de forces majeurs ça éviterait qu'ils soient dépossédés de leurs économies par le premier venues, elle n'est pas la seule profiteuse des environs, loin de là. Laissant le tout progressez à son rythme, elle fit un rapport résumant le plus gros des activités qu'elle a, pour que Papa est un droit de regard et sache ce qu'elle fait ou pas. Elle y a tout mis au cas où, des groupes aux activités annexes, les actions diverses pour se faire bien voir aux petites touches de propagandes. Le tout, en y ajoutant ses fréquentations "professioneles", ceux qui ont le droit à des entrevues privées ainsi que le nom, la profession et la santé financière de son amant actuel... Non, elle n'a pas honte, pas de ça en tout cas.  

Par contre, instinctivement elle concentra un peu d'auras autour d'elle, en mettant un peu plus sur sa tête et plus particulièrement ses joues.

"Il y a un petit garçon avec qui je travaille beaucoup... Il s'appelle Anzo Celestin de Louna et j'ai... Je... J'ai de plus en plus envie de l'adopter..."

Avoua-t-elle avec la gêne, coupable qu'elle ai d'avoir une telle idée, si déviante. Bah oui, pour lui créer un livret jeune il a bien fallu le faire à son nom... C'était l'erreur de trop ? Certainement. Mais Millie n'est pas plus capable qu'une autre de mettre entièrement sous silence ses hormones et ses émotions et les siennes scandaient dangereusement le besoin de fonder un foyer et d'avoir sa famille. C'était soit ça, soit faire un môme et ce n’était vraiment pas le moment qu'elle tombe enceinte. Évidemment, quand elle a ses rares aventures, elle prend des précautions et elle prend même la pilule maintenant qu'elle a accès à des médecins, mais un accident est si vite arrivé, intentionnel ou non d'ailleurs.

Un point c'est tout.








[ Présentation ] [ Fiche Technique ] [ midnightblue : #191970 ]
Super Limie 2 - Le retour de la vengeance 1544293701-milkyway-sign
Revenir en haut Aller en bas
Millie Krystal Wayland
Messages : 59
Date d'inscription : 08/12/2018

Fiche perso
AOP: 744
POP: 6125
Réputation: 57
Sam 20 Avr - 12:30
Dehors, il faisait toujours plus chaud. La nature reprenait ses droits sur un hiver austère et macabre, ça bourgeonnait de partout, ça verdissait à saturer d'oxygène, mais au fond de sa cave, Lejinoss ne profitait guère des joies du printemps. Il sortait, évidemment, l'hypothermie ou la pneumonie auraient eu vite fait de lui demander des comptes le cas contraire. Mais sa tanière était des plus fraîches et humides. Le grand Gorghoul, fidèle à sa légende, demeurait en des terres désolées et hostiles où l'homme ne pouvait trouver ses accès.
Les cérémonies de la prêtresse duraient sans cesse plus longtemps, prolongeant le calvaire de l'hirsute à chaque séance. Il subsistait par la grâce de conserves bon marché passées sur un réchaud, manquait de s'empoisonner tant l'air était vicié à chaque usage de la machine à vapeur et maintenant, la grande prêtresse voulait adopter le premier bâtard venu.

- Bon. J'ai compris va. Faut que j'entre en scène.

Pas même un commentaire adressé à sa fille relatif aux hormones de cette dernière. Ni même une claque. C'est dire si ses conditions de détention l'avaient miné. À ce stade, il préférait simplement ne pas réagir, cela valait mieux pour eux deux. Alors Lejinoss se dressa lentement. La couverture épaisse qu'il ne quittait plus le temps des guignoleries d'usage lui glissa le long du corps. Cette manière de se redresser aurait pu avoir un rien de majestueux s'il n'avait pas achevé son ascension en se cognant la tête. Car en plus d'être vétuste, la cave était bas de plafond.

- Pute de pute ! S'était-il écrié en se maintenant fermement le sommet du crâne.

- Demain, tu m'annonces à tout ce ramassis de connards que Gorghoul leur fait l'insigne honneur de se matérialiser sur terre afin de les guider. Tu m'inventes ce que tu veux pour justifier ça, mais maintenant, je reprends les choses en mains. Plein le cul de la choucroute en boîte tiède, tu m'entends ?! Plein le c...

Afin d'appuyer sa rage et de mêler les gestes à la parole, il s'était levé vivement tout en la pointant du doigt. Cependant, le plafond demeurait résolument bas et l'hirsute se cogna à nouveau, ne pestant qu'avec davantage de fureur, les mêmes causes engendrant les mêmes effets.

- Demain, le grand Gorghoul possédera l'enveloppe charnelle de Lejinoss Taibug et la grand prêtresse Limie sera juste bonne à faire le ménage. Adopter un gosse, je te jure.... ET POURQUOI PAS UNE CONNERIE DE CHIHUAHUA ?!

***

- Qu'est-ce qui nous prouve que c'est bien le grand Gorghoul ?!

Toujours le même. Chemil. C'était son nom. Lui avait été de toutes les paroisses. Mystique frénétique et emmerdeur invétéré, il cherchait sa voie en ce bas monde. Une voie pavée de filles faciles à tringler, si possible avec une caution liturgique. Monsieur avait tout de même sa morale.
Très impliqué dans tout ce qu'il entreprenait, le quinqua calvitieux en chemise wahaïenne et bermuda avait le don de très vite taper sur les nerfs de son monde. De lui, Leji n'en avait jusque là eu que des échos de la part de sa fille.

- Ouais, c'est vrai, il a même pas la même voix en plus.

- Et puis y'a pas la brume.

- Ni la petite musique ! Moi j'aimais bien la petite musique !

Les agréments et autres artifices douteux mis de côté, déjà le troupeau commençait à questionner sa foi. Pire encore, certains en vinrent à se demander si le grand Gorghoul avait existé en premier lieux, allant même jusqu'à arguer qu'il y aurait des zones d'ombre dans les textes qu'on leur avait transmis. Confronté à des infidèles dont l'esprit critique commençait enfin à jaillir, Lejinoss demeurait stoïque, imperturbable.
Millie avait eu beau justifier que le grand Gorghoul avait enfin pris forme humaine, le Hunter en orange s'était bien douté que la pilule ne serait pas passée sans vaseline. Ils voulaient des effets spéciaux ? La surenchère dans l'outrance se préparait.
Face contre terre, le miroir-portail était à ses pieds.

- Car vous doutez, redoutez mon courroux !

Se penchant pour se saisir du miroir retourné de son Seen Years Gone, il attrapa deux extrémités du bout des doigts, presque craintif. Absolument craintif. Lui mieux que personne savait ce qu'il y avait de l'autre côté.

- Prosternez-vous devant le grand Gorghoul !

Et, brandissant rapidement le miroir au-dessus de sa tête comme sa fille l'avait fait en son temps, il exhiba un avant-goût de sa malédiction. Inoffensif aussi longtemps que le portail ne se trouva confronté au sol de pierre, le miroir cracha alors des flammes gigantesques s'élevant à trois mètres au-dessus de là où elles s'échappaient. Il allait sans dire que le spectacle ne dura que le temps que la joyeuse troupe ne s'agenouille, Lejinoss s'empressant vivement de remettre son Hatsu au sol.

- On va pas récupérer la caution, t'as vu comme le plafond est noirci ?

- Toi ta gueule. Y'en a-t-il encore pour remettre en cause mon existence ? Ceux-là sont libres de rejoindre les terres dévastées où je logeais pour s'y consumer.

Peu d'amateurs. Aucun en réalité. Passer des brumes aux flammes avait constitué un saut qualitatif pour le culte du grand Gorghoul. Il fallait dire que le rendu avait été au-delà des espérances de Lejinoss. Trop au-delà.
Prévoyant, il avait laissé son deuxième miroir couvrir un feu de camp qu'il avait allumé dans une forêt longeant la campagne où il résidait. Quelques braises avaient dû s'éparpiller ici et là, car ce ne fut pas un feu de camp qu'il restitua sous le nez de ses ouailles mais un incendie de forêt. On y gagnait certes dans le registre spectaculaire, mais on dérangeait les pompiers ce faisant.

- Millie.

- Limie.

- Ah oui, merde. Limie ! Sers donc à mes avoués les délices de la fraternité cosmique.

Super méga prêtresse Limie de la mort resta un instant interdite. Ils ne s'étaient pas concertés sur ce point au préalable.

- Les cookies aux noisettes bordel. Faut tout te dire.

Des orgies, des cookies et maintenant, des flammes de l'enfer sur commande. À présent ses fidèles lui mangeraient dans la main pour les décennies à venir sans jamais chercher à questionner l'existence de quoi que ce soit. Ils étaient sans cesse plus nombreux à se présenter au local qu'ils louaient grâce aux généreuses oboles des participants. On payait cher pour entrer et il fallait refuser du monde.
Le meilleur dans l'affaire étant que Leji n'avait plus besoin de se travestir pour jouer son rôle. Il était Gorghoul. Qu'il se présente tout d'orange vêtu, en slip, ou même sans, personne n'irait lui faire la remarque. Maintenant qu'il était une incarnation divine et non pas juste un prophète des temps modernes, des choses allaient changer à Rokario. Ici, et bien au-delà. Ce n'était pas son genre de devenir l'idole de centaines de personnes et de ne pas en profiter.

- Loué soit le grand Gorghoul !

Loué et même à vendre, le grand Gorghoul ne comptait pas juste s'enrichir. Il avait des comptes à régler et une armée de fidèles sans cesse croissante à sa disposition. Un premier domino devait tomber dans sa trajectoire. Un domino nommé Rick Tracy qui entrait alors dans la salle bien décidé à en finir avec ce duo d'escrocs.


Son arrivée se voulait magistrale alors qu'il s'avançait lentement, mains dans les poches de son imperméable pour traverser l'allée centrale séparant les deux séries de chaises noires de monde faisant face à la tribune. Tôt ou tard, il devait survenir, tôt ou tard, il lui aurait fallu sévir.

- Leji. J'ai payé mon entrée moi aussi. Tu sais ce que ça veut dire ?

La déglutition anxieuse du principal intéressé constituait en soi une réponse. La condition d'activation du Hatsu de ce Fraud Hunter implacable était remplie. Le gong du deuxième round de leur confrontation au sommet avait sonné. Lejinoss n'avait d'autre choix que de se ressaisir. Il avait cette fois un public à ne pas décevoir. Il avait cette fois une victoire finale obtenir, une revanche à lui arracher.

- Que tu ne te tiens pas au courant des choses du monde. Leji n'est plus, il a fait don de son corps au grand Gorghoul. Respect lui est dû.

Sans se laisser décontenancer une seconde, prenant même la chose à la rigolade malgré l'humiliation qui avait été la sienne quelques jours plus tôt sur une chaîne nationale, Rick conservait son sourire franc et amical. Si amical qu'on l'aurait cru sincère et bienveillant. Mais il en avait soupé des arnaqueurs à la petite semaine qui se croyaient plus malins que les autres après avoir enrhumé du crétin. Désormais, il ne serait pas juste question de priver Lejinoss de son Hatsu. En conclusion, en trophée, il tirerait l'hirsute par la tignasse jusqu'à le jeter en cellule, lui et sa fille. À présent, c'était vaincre ou périr. Après avoir laissé place à un silence oppressif qui parut durer des siècles bien qu'il excéda à peine une minute, il prit la peine de répondre aux élucubrations de son camarade Hunter.

- Rien que ça ?

Les hostilités s'engageaient. À présent, c'était vaincre ou périr. Se croire le plus malin ou être véritablement le plus malin.

Spoiler:
Rick Tracy : http://huntersworld.forumactif.org/t81p75-base-de-donnees-des-p-n-j-utilisables

Suite à une première confrontation avec Leji (http://huntersworld.forumactif.org/t503-sept-ans-de-malheurs) la condition visant à expliquer l'effet de son Hatsu a déjà été remplie. En payant l'entrée, il a offert une prestation pour l'arnaque montée par Millie et Leji.

Millie étant complice de l'arnaque, l'un comme l'autre peuvent répondre aux questions posées.
Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 976
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 861
POP: 8905
Réputation: 133
Mer 24 Avr - 14:58


Ah non pas lui...

"Quelle bonne surprise..."

C'était sa pensée directe, la salle avait pour le coup un arrière-goût de sapin, en tout cas à l'esprit de la jeune auto-entrepreneuse qu'elle était devenue. C'était un de ses petits termes pour se désigner en tant qu'arnaqueur dans un sens, il est bon parfois de savoir se ménager un peu aussi, même is elle est consciente de ce qu'elle fait et avec le temps n'en a plus honte. S'ils étaient suffisamment idiots ou faibles pour se laisser avoir, ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux même. En plus, elle se permet même de reverser une partie de ce qu'elle reçoit des riches à des pauvres, c'est un peu une bonne action ça, non ? Elle ne s'en servirait pas comme bouclier comme excuse, puisqu'elle escroque des gens et l'assume, mais elle avait au moins ça pour elle. Un vilain et léger relent de Robin des Bois, mais pas plus épais qu'un pet.

En tout cas, alors qu'ils commencent à interagir, Millie réfléchir et... Tu sais ce que ça veut dire ?... Rien que ça ?... Oh chier ! Elle lui murmure à l'oreille comme une évidence. A Lejinoss hein ? Pas a Rick.

"Du coup, c'est la seconde question non ?"

Elle ne pouvait pas se permettre d'attendre la troisième question, s'il considère qu'il a payé pour la prestation à l'entrer et que la première n'est pas une bonne réponse... La troisième pourrait être un vilain piège comme la dernière fois et ça serait la fin des haricots... La fin du blé même plutôt. Que répondre, sans mentir, il faut le dire de manière honnête, mais sans trop appuyer sur le mauvais côté.

"Lejinoss, qui est le grand Gorghoul..." Ce n'est pas un mensonge, dis comme ça on peut aussi l'interpréter sous le coup de la réincarnation céleste, mais non, elle associe bien les deux pour éviter toute blague sur le mensonge et l'effet de son fichu Hatsu qui est déjà certainement déclenché. "Vous remercie pour votre donation. Celle-ci, cette contrepartie que vous avez faite à l'entrer vous permet, comme à n'importe qui l'ayant aussi faite, de pouvoir échanger directement avec la personne devant vous et de bénéficier de tous les services de notre culte." a aucun moment il est dit clairement qu'il faut donner plus pour en avoir plus, inciter au don, ce n'est pas forcer la main... C'est comme ça que fonctionnent même les plus honnêtes des démarches et le prix d'entrée sert aussi à entretenir et financer les différentes activités.

Après tout, elle se donnait réellement du mal pour aider les gens même si c'est par intérêt. Est-ce que c'est plus malhonnête que les gens qui se font payer pour faire le ménage ou garder vos petits ? Oui, dans le sens où il ya manipulation, mais au moins il ya de franche et propre contreparties.

"Souhaitez-vous une carte indiquant les horaires des différents ateliers et activités proposés ?"

Elle est aussi la pour orienté les gens, elle est venue à absolument tous les groupes, supervisé tout ce qui était possible et a ainsi échangé avec bien des gens... C'était rafraichissant, amusant même... Si elle n'avait pas un tel besoin de pognon, elle le referait peut-être même de manière plus bénévole... Il y a vraiment des gens qui font ce genre de chose juste pour le plaisir ? Bof, bande de masochistes... Mais... non silence, le pognon c'est la soie, la soie c'est la vie.

Elle ne se permit pas d'aller lui prendre le bras ou autre, elle ne voulait pas trop l'approcher, elle se contenta de lui sourire et de rester droite. Elle s'efforça de se dire qu'il ne sera ni le premier ni le dernier à venir faire ce qu'il fait et que c'est de bonne guerre. Essayant d'effacer son visage de son esprit, de faire de lui une personne comme une autre a qui elle doit le même traitement et la même prestation. Elle respire alors fort et lui fait son plus beau sourire, souhaitant d'un coup naturellement qu'il profite de ce service qu'ils offrent contre rémunération.

Évidemment, tout ne se passerait pas aussi facilement, n'est-ce pas ? Dans tous les cas, il y aurait une troisième question et ensuite un autre tour de manège, encore et encore jusqu'a la conclusion. Sentant une certaine pression, une certaine atmosphère lourde, le petit Anzo approche avec un plateau, tendant au monsieur des rafraichissements et diverses collations, dont les fameux cookies noisette et ceux en forme de vaisseau. Millie lui fait un bisou sur la joue, lui caressant les cheveux plus comme le ferait une mère, que comme une simple adulte face à un enfant gentil et attendrissant.

"Vous voulez quelque chose, monsieur ?"
"Merci mon petit Anzo, tu es un amour."

Elle espère que cette fois-ci, ils ne seraient pas encore dépossédés de tout ce qu'ils ont.

La ruine ou la gloire.








[ Présentation ] [ Fiche Technique ] [ midnightblue : #191970 ]
Super Limie 2 - Le retour de la vengeance 1544293701-milkyway-sign
Revenir en haut Aller en bas
Millie Krystal Wayland
Messages : 59
Date d'inscription : 08/12/2018

Fiche perso
AOP: 744
POP: 6125
Réputation: 57
Sam 27 Avr - 19:32
Il s'était effectivement agi de la deuxième question. Rick commençait fort. La moindre faute d'inattention et c'était la ruine. La ruine et la cabane. Hunter ou pas, Lejinoss n'avait pas tous les droits en ce bas monde. En tout cas, pas aussi longtemps qu'un autre détenteur de la licence s'y refusait. La liberté des uns se stoppait là où celle des autres commençait ; des libertés, Leji et fifille n'en avaient que trop pris. Tout se payait un jour. Il n'était toutefois pas dit que le remboursement revenait au fautif. Pas aussi longtemps que ce dernier se débrouillerait pour faire régler l'ardoise à un autre.

Millie avait répondu à la deuxième question avant de partir en retrait. Une femme se devait de savoir quand s'éclipser pour laisser causer les hommes. En ce sens, Lejinoss l'avait bien éduquée. Cela à supposer qu'il ait joué un quelconque rôle dans l'instruction de sa fille. Supposition hasardeuse s'il en était. Une vérité énoncée par Millie : le compteur retombait à zéro. Balle de break. Plus à l'aise sur terre battue, surtout soucieux de se soustraire à ses aficionados, Leji prit l'initiative de quitter leur local sous les derniers assauts de Rick. Assaut pouvait paraître démesuré compte tenu de la portée du combat qui se déroulait entre les deux hommes. Et pourtant, Leji aurait tout donné pour troquer sa situation contre une dizaine de coups de pied dans les roustons.

- Ça va Leji ?

«Qu'est-ce que c'est que cette question ?!»  se serait volontiers écrié l'intéressé, cependant, une telle bévue aurait compté comme une tentative de botter en touche. Comme un mensonge selon les critères du Hatsu dont l'emprise sur lui était aussi absolue et incontournable. Ils quittèrent les lieux. Enfin. Lejinoss accéléra le pas alors qu'ils étaient dans la rue, Rick ne le lâchait pas d'une semelle, mains toujours dans les poches. La question était on ne peut plus innocente. Apparemment en tout cas. Trois petits mots de rien du tout pour perturber ce concentré d'anxiété qu'était le Hunter en orange. Que répondre à cela ? Oui ? Dans l'ensemble, il allait bien mais c'était si subjectif. Pourtant, réponse il devait y avoir, le délai d'une minute permettant d'obtenir un mensonge par forfait approchait de son terme.

- Non.

D'un pas décidé, presque athlétique, Lejinoss tourna au coin de la rue. Il ne savait pas où il allait. Loin vraisemblablement. Mais où qu'il aille Rick ne manquait pas d'être à ses trousses. Un inquisiteur sans relâche collait aux basques de l'hirsute pour ne se détacher de lui que d'ici à ce qu'il obtienne sa reddition ou sa parfaite franchise.
L'histoire avait maintes fois démontré que Leji se rendait bien plus volontiers qu'il ne disait la vérité.

- Et pourquoi ça ?

Un jeu de gosse que celui-ci. Des questions stupides qui visaient à attaquer les nerfs plutôt qu'à obtenir de réelles réponses. Le plus triste étant que Leji ne pouvait s'y soustraire.

- Parce que je n'aime pas avoir à subir ton Hatsu de merde.

- Pourquoi ?

Il n'était pas même nécessaire de se creuser les méninges, le Fraud Hunter en ayant simplement recours à des impertinences de maternelles pouvait épuiser nerveusement Lejinoss sans que ce dernier ne parvienne à riposter.

- Parce que ça me priverait de mon...

Marche soudainement interrompue, victime d'une suée surgissant sans prévenir, le Hunter en orange se tourna vers le grand gaillard au sourire niais. Sous cet air faussement innocent se dissimulait un prédateur vif et rusé. Sans s'en rendre compte, l'hirsute s'était approché des trois vérités d'affilée, du tiercé gagnant. Eut-il prononcé un mot de plus qu'il se serait libéré de l'emprise du Fraud Hunter. Eut-il prononcé un mot de plus qu'il se serait retrouvé les menottes aux poignets. Admettre qu'il aurait pu perdre son Hatsu en perdant face à Rick revenait à admettre que ledit Hatsu était effectivement l'outil nécessaire à la confection d'une arnaque. Un aveu.

- Je ne répondrai pas à cette question.

Deux vérités, un mensonge, deuxième set. Ainsi se perpétuait le cycle infernal de Unveil. Désormais, plus un instant de répit ne pourrait être accordé à la cible du Fraud Hunter. Cette idée fit autant tressaillir que réfléchir un Lejinoss en sueur qui n'en finissait plus de grincer des dents.

Sans répit. Et s'il venait à s'endormir ? Les questions qui lui seraient posées seraient entendues inconsciemment. Ne pas y répondre. C'était mentir au sens où l'entendait Unveil.
Angoissé, nerveux, irrationnel, il prit le pas sur son adversaire et sprinta. La fuite encore. La fuite toujours. Mais hélas pour lui, Unveil ne laissait pas à sa proie le luxe de la retraite stratégique.
Lui emboîtant le pas, Rick sortit les mains de ses poches, toujours aussi décontracté et jovial. Se faire semer par un petit teigneux qui ne maîtrisait pas une once de pourcentage de Nen du renforcement était inenvisageable. Lui était devenu Hunter en se reposant sur ses capacités propres, aussi bien physiques qu'intellectuelles ; pas en multipliant les roublardises de chacals et autres coups bas.

- Leji, tu te souviens de ce qui arrive sur tu me fuis de plus de dix mètres après que je t'ai posé une question ? Demanda-t-il avant de stopper sa cavalcade brutalement, permettant au fuyard orangé de le distancer.

Leji s'en souvenait et tempéra aussitôt ses ardeurs. Fuir Rick de plus de dix mètres après une question comptait aussi comme un mensonge. Il n'y avait aucun échappatoire. Unveil était la Justice même recouverte d'un voile de Nen. On ne mentait pas impunément et on ne pouvait s'y soustraire par aucun moyen. Deux mensonges d'affilée. À en croire le schéma dessiné jusqu'alors par le Fraud Hunter, il allait être question d'une inquisition plus poussive pour la troisième question. Répondre vrai, c'était le trou, répondre faux, la perte de son Hatsu.
Son sourire prit une forme moins bienveillante alors que Lejinoss revenait vers lui, penaud, après avoir manqué de se faire écraser en traversant la rue au pas de course.

- Est-ce que ton culte est une arnaque ?

Le pousser sous les roues du camion qui allait longer leur trottoir ? L'idée avait parcouru la cervelle de Leji par trois fois depuis qu'il avait quitté la salle. Mais il préféra sourire. Rire même. Suffisamment pour irriter le colosse.

- Non.

Le poids soudain d'une force inextricable qui s'accablait sur lui, la panique d'être ainsi dépourvu de son seul moyen de subsistance, l'impuissance que cela généra ; de tout ça, Lejinoss n'expérimenta rien. Contrairement à sa série de trois mensonges lui ayant coûté son Hatsu Key Data par le passé, celle-ci n'eut aucun effet. Rick demeura stoïque. Sans sourire toutefois. Il savait que le culte était une arnaque mais il savait aussi que Leji n'avait pas menti. Ce cas de figure apparemment paradoxal, il l'avait déjà observé par le passé.

- J'ai trou-vé une fa~aille ♪

- La belle affaire. Juste de quoi échapper à une poignée de questions.

Ce petit rien semblait toutefois l'irriter. En réalité plus contrarié de voir un mariole se croire malin pour avoir échappé de justesse au couperet que d'avoir été ainsi trompé, le Fraud Hunter se montra soudain moins loquace, en tout cas plus soigneux quant au choix des munitions qu'il s'apprêtait à employer.

- Je me suis posé la question quand tu m'as demandé «Ça va ?». La réponse ne dépendait pas du fait que j'aille bien ou non mais si j'estimais que j'allais bien ou non. La question manquait de précisions et si, dans mon esprit, la manière dont je définissais aller bien différait de ta notion personnelle, la réponse vraie serait celle qui dépend de ma perception.

Leji avait repris sa démarche machinale, toujours aussi vive. Cette fois en revanche, il ne cherchait plus à fuir. Plus guilleret, comme si le sourire de Rick avait échappé à ce dernier pour ce coller à la face de ce minable Hunter combinard, l'hirsute jubilait plus encore de se dire qu'il avait contourné le Hatsu du redoutable Fraud Hunter.... en fraudant.
Car sa perception de la question que lui avait posé Rick avait été la suivante : s'il était vrai que le culte constituait une arnaque ; Leji n'était pas le grand Gorghoul. Or, le culte appartenait à ce dernier ; c'était devant le grand Gorghoul que venaient se prosterner des myriades de paumés, pas devant Lejinoss Taibug. S'il n'était pas le grand Gorghoul ; alors ce n'était pas SON culte. En se mentant à lui-même sur de la simple sémantique : il avait dit la vérité sans réellement la dire. Unveil était faillible dès lors où les questions étaient subjectives.
Ils s'engouffraient alors dans un centre commercial bondé de monde en cet après-midi. Une tour de presque dix étages bâtie il y a plus de vingt ans de cela. Ici, on n'y vénérait pas Gorghoul mais toutes les dernières conneries à la mode. Vénérer ce temple du consumérisme moderne ne posait aucun cas de conscience à Rick. Il traquait les arnaques dans un monde qui constituait en soi une arnaque d'ampleur planétaire.



- Pourquoi tu m'amènes ici ?

Jusque là sûr de lui, le gaillard n'avait pas questionné les choix de fuite en avant du Hunter orangé. Mais quelque chose avait changé. Leji était sûr de lui. L'orgueil précédait la chute disait-on, mais on ne précisait pas celle de qui. Qu'une vermine de l'acabit d'un Lejinoss Taibug gagne en confiance pouvait avoir des répercussions dommageables sur la suite des événements. Cela le peinait de devoir le reconnaître en son for intérieur, mais Rick affrontait un adversaire à ne pas prendre à la légère.

- Parce que je vais réussir à contrer Unveil.

Ou peut-être y avait-il de bonnes raisons de sous-estimer Leji. Au fond, il tenait du crétin arrogant se croyant malin. La race de con la plus insupportable qui soit. Présomptueux au point de lâcher un mensonge évident et grillant une cartouche bêtement, l'hirsute péchait par excès de fatuité, il en débordait même.
Un mensonge au compteur. Ils entraient alors péniblement dans un ascenseur rempli à ras bord. Bien qu'à nouveau certain de ses assises sur ce guignol en orange, le colosse en imper se surprit à être anxieux, se maudissant quelque part de ne pas avoir consulté l'agencement du bâtiment pour tenter de deviner à quel étage l'hirsute tenterait sa roublardise. Une roublardise qu'il redoutait sans l'admettre, scrutant scrupuleusement le plan tant espéré disponible dans la cage d'ascenseur.

- Et à quel étage tu comptes me truander au juste ?

Qu'il réponde juste ou faux, Lejinoss se trahissait. Rajouter un mensonge au précédent, c'était s'exposer à la question trois ; la question subsidiaire pour le faire avouer ou le déposséder de son Hatsu. Répondre franchement, c'était donner les clés de compréhension à son inquisiteur pour que celui-ci ne se laisse pas prendre au dépourvu. Mais la réponse ne vint pas car Leji bouscula son monde afin de quitter la cage de fer qui s'apprêtait à décoller.
Et Rick sourit. Il se savait vainqueur.

- La règle des dix mètres Leji...

Ce n'était pas faute de la lui avoir rappelée plus tôt. S'éloigner de dix mètres du manieur d'Unveil après que ce dernier ait posé une question revenait à lui servir un mensonge sur un plateau doré. Cela, Leji l'avait fait plus tôt en tentant une échappée en solitaire, il récidivait. Néanmoins, le chien fou en fuite se reprit bien assez tôt. Avant d'effectuer les dix mètres en tout cas. Ayant fait halte à la porte de l'ascenseur qu'il venait de quitter il resta droit, dos à la petite foule concentrée dans la pièce étroite, ne daignant se retourner qu'à compter de l'instant où il entendit les portes se refermer derrière lui.
Lui aussi souriait. De quoi faire se décomposer son confrère sur place. Alors que la cabine s'élevait déjà, Rick peina à se frayer un chemin au milieu de la plèbe grasse et amorphe avec laquelle il partageait ce moyen de locomotion concentrationnaire. Victime d'une machination à laquelle il avait succombé le sourire aux lèvres et dont il ne saisissait seulement les tenants et aboutissants, il se devait de stopper cet ascenseur à tout prix. Mais déjà, le Zetsu s'imposa à lui. La sentence était tombée, Unveil avait tranché.

Plus bas, se délectant à la lecture du panneau numérique annonçant que l'ascenseur qu'il avait quitté continuait son ascension, Lejinoss sortit un paquet de cigarettes, se saisit d'une tige revêche avec ses lèvres sans l'allumer, savourant sa victoire.

- Échec... et mat.

Ses manigances avaient encore eu raison d'un brave. La victoire était totale. S'éloigner de plus de dix mètres de Rick constituait un mensonge par forfait. Mais si Rick s'éloignait de dix mètres de sa cible, cela constituait une vérité par forfait. Or, situé immobile et à moins de dix mètres de son assaillant, ce n'est pas Lejinoss qui avait fui, mais le colosse en se laissant tracter par l'ascenseur.
Pourtant, avec une vérité seulement, Leji ne pouvait avoir eu raison de Unveil. Il s'agissait pourtant de la troisième d'affilée. Car il avait trouvé une deuxième faille. En répondant au futur, supputant donc une hypothèse incertaine, il avait créé un flou juridique dans les règles d'Unveil. Prétendre pouvoir tromper le Hatsu n'était ni une vérité ni un mensonge d'ici à ce qu'il le prouve ou se voit prouver le contraire. Et c'est justement après avoir fait le coup de l'ascenseur que l'hirsute avait prouvé avoir raison. Ajouté à cela sa ruse précédente relative à la première faille décelée : trois vérités furent retenues, aucune n'ayant été obtenue honnêtement.

- C'est à moi que vous parlez ?

Prenant une pose des plus esthétique, persuadé de sa stature imposante jusque là, Leji manqua de bondir tant la trouille lui prit au ventre. Il se retourna vivement et nerveusement pour retrouver une petite vieille installée au bord de la fontaine décorative du centre commercial.

- Quoi ?

- Vous disiez quelque chose. C'est à moi que vous causiez ?

Incapable de répondre, vexé que son petit effet héroïque soit tombé à l'eau aussi lamentablement. Leji balbutia quelques syllabes avant de trouver les mots justes. En tout cas, les plus justes susceptibles de lui effleurer les lèvres.

- Je me parlais à moi-même. Ta gueule la vieille. Tu vois pas que... que je savoure le moment présent ? Que j'ai réussi un truc de dingue ? Eh pis merde, laisse tomber.

Insultée par un lunatique qui se parlait tout seul, la géronte s'en alla chercher un agent de sécurité. Un de ces recalés de l'école de police réduit à l'état de préposé aux voleurs à l'étalage de quinze ans. Celui-ci était aussi grand que large, jouissant d'avance à l'idée d'avoir enfin de l'action dans sa morne existence.

- C'est interdit de fumer ici monsieur.

- Non mais justement je l'ai pas allu...

- Et il m'a dit des gros mots.

- Il a fait ça madame ?

Sans même qu'elle ait pris le temps de confirmer, le cerbère de monoprix se saisit de l'hirsute par le col, lui bottant le cul périodiquement en lui faisant prendre le chemin de la sortie. Jusqu'à il y a une minute, il avait été Gorghoul, vainqueur de la bataille d'Unveil. Il ne s'en était pas fallu de beaucoup pour qu'il redevienne Leji, la raclure sans épine dorsale, bouté par un énergumène présentant tous les signes de l'hydrocéphalie.
Le front bas et le derrière endolori - frappé à une ancienne blessure à la fesse - Lejinoss traîna ses abatis jusqu'à son repaire, honteux.
Il se souvenait de toutes les conditions énoncées par Rick quelques semaines plus tôt, c'est ainsi qu'il avait triomphé de la bête. D'une règle en particulier. Si ce dernier venait à être vaincu à son propre jeu, dix millions de Jénis quitteraient sa poche pour retrouver celle de son hirsute d'adversaire.

- Mes ouailles, je reviens victorieux et vous annonce la richesse !

Cette fois. Il ne mentait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 976
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 861
POP: 8905
Réputation: 133
Lun 29 Avr - 18:51


Il était revenu triomphant, de toute évidence d'une manière où d'une autre, il avait réussi. Elle avait une vague idée de comment... En fait pas vraiment, mais elle se doutait qu'il lui dirait en long et en large.

"Loué sois Gorghoul et son vaisseau métaphorique. "

Elle lui dit cela avec un sourire doux, l'accueillant avec breuvage et cookies, plein de cookies et il les avaient mérités plus que quiconque. Le laissant se pavaner devant ses fidèles et lui glissant délicatement à l'oreille avec une main sur son épaule.

"Félicitation, ça a dû être une belle épreuve entre vos deux esprits."

C'est le genre de Hatsu qui oblige à un genre de duel beaucoup plus subtil, travaillant plus sur l'imagination, le mental et créer une épreuve où la force n'a pas sa place... Typiquement le genre de chose où elle serait nulle, pas plus idiote qu'une autre, mais inconsciemment et intimement plus bourine qu'elle ne se l'avoue. Son amour pour les armes font qu'elle a créé quelque chose de bien plus terre-à-terre. Trop simple, direct, cela sera certainement sa perte, mais elle l'assumerait jusqu'au bout, aussi prématuré celui-ci puisse être. L'oraison continua jusqu'à l'arrivé attendu et on ne peut plus obligatoire du grand monsieur à l'imperméable. Il n'allait tout de même pas mourir juste pour garder un peu d'argent, non ce n'était pas le genre, pas plus qu'eux la preuve étant qu'ils ont tout abandonné plusieurs fois la mord ou la prison aux trousses.

Quand il entre, la totalité des cultistes présents se tourne vers lui, vers Rick. Puis l'applaudissent, pensant à une généreuse donation. Millie elle est un peu gênée, certes elle est contente que son père ait gagné, mais d'un elle n'y est pour rien et au fond d'elle une petite voix lui dit que ce sont eux les méchants. Il lui a fallu un long instant pour l'écraser mentalement avec l'image d'une grosse paire de ballerines confortable, comme on écrase un insecte avec une pantoufle. Il approche, pointant vers le grand faux-dieux une impressionnante valise et quand il l'ouvre on peut y voir plus de vert qu'elle n'en a jamais vu de sa vie en une seule fois. Des vieilles coupures, comme pour prouver que ce ne sont pas des faux, a moins que ce soit préparé à l'avance pour le cas où, plutôt pour quand il perd, ce n'est pas la première ni la dernière fois certainement et il a certainement un pécule encore plus grand de côté en prévision ? Au final, peu importe, ce sont ses affaires.

Il tend l'objet à Lejinoss, une fois qu'il l'a pris, Millie l'approche et chuchote...

"Vous avez donc perdu."
"C'est le jeu ma pauvre Lucette..." Répond-il sans minimiser sa voix un seul instant.
"Limie... "
"Oui, Millie..."
"Bref... Peu importe en fait. "

Il se tourne vers la sortie, avec un grand sourire et les mains dans les poches de son imperméable. Même s'il est vaincu, il reste bon joueur face à quelqu'un qui a été plus malin que lui sur le coup. La demoiselle elle, lui attrape machinalement le bras, finalement elle n'a pas réussi à complètement écraser sa culpabilité sur un point.

"Vous pouvez rester si vous le souhaitez, vous avez largement payé assez pour. "
"Non merci mademoiselle, on m'attend ailleurs."

Elle n'avait pas besoin de Gyo pour savoir qu'il est incapable de se défendre et le sera encore pour au moins une bonne demi-journée. Il la regarde, lui tapote le haut du crâne comme le ferait un grand-père affectueux avec une enfant. C'est une sale fripouille, mais elle n'est pas totalement corrompu, c'est ce qu'il se dit, il se doute aussi que le cerveau est Lejinoss. Bon, pour le coup, il se trompe en pensant qu'elle pourrait être si passive que ça ou aussi une victime, mais passons.

"Je sais ce qui vous inquiète, j'ai plus peur de ma femme que d'autres... Une journée ça passe vite."

Il peut encore se permettre ce genre de phrase affreusement cliché, mais tout en étant assez posé et sympathique. Elle le lâche, il est bien assez grand, il part alors en faisant un dernier signe. Il a perdu cette fois, mais le monde est vaste et il n'a pas encore trouvé ce qu'il cherche. Sa quête du miracle, du vrai et sa chasse aux escrocs continuera demain, après un peu de vacances il le mérite, surtout à son âge.

Ainsi la journée continua sous de bons hospices et les bons soins de la Super Grande Prophétesse Cosmique Limie. Le soir venu, la simple fille de son père qu'elle est raccompagne celui-ci, même s'ils pouvaient maintenant vivre ailleurs, il faudra bien bouger leurs affaires de toute manière. Mais surtout, la demoiselle à quelques mots à dire à son paternel.

"Lejinoss, il faut qu'on parle. "

Dans la bouche d'une femme, "il faut qu'on parle" sonne toujours comme une sentence...

"Tu as raison, je ne peux pas adopter, pas fonder de famille, pas encore. "

Le fait qu'elle admette ça, sonne comme...

"Mais ! On ne peut pas continuer comme ça. J'en ai ras la casquette de la fuite en avant. Tant que Manil existera, on sera forcés de se cacher... On ne peut pas l'affronter directement, pas plus que la mafia, mais il va bien falloir qu'on fasse quelque chose."

Elle soupire.

"Il doit bien y avoir un moyen soit de le mettre hors d'état de nuire en sapant ses ressources, soit de lui donner une cible plus juteuse. D'ailleurs, qu'est-ce que tu as fait pour qu'il te poursuive avec un tel acharnement à la base ? Il est juste maniaque où ? Explique-le s'il te plaît... Dans tous les cas, je le redis, ça ne peut pas continuer, on ne fait que répéter en boucle le même processus et à un moment, on va s'y casser les dents. Il y aura d'autres Rick et tant que l'ombre de Manil nous survole, ça ne sera que plus vrai au fur et mesure qu'il perdra patience."

Elle s'affale alors sur une chaise, tendant une bière à son paternel et se contentant elle d'un simple verre de vin.

"Surtout que je n'ai pas le niveau pour affronter sa pseudo-armée que constitue la mafia... Même si je peux créer et utiliser des armes puissantes, on ne pourra rien face à un nombre écrasant et le but n'est pas forcement de faire un bain de sang ou d'entamer une guerre qu'on perdra plus ou moins vite, au pire à l'attrition."

York Shin City ne lui manque pas plus que ça, mais elle aimerait pouvoir parler à sa mère sans risquer une indigestion au plomb, ou même simplement pouvoir récupérer le livre de sa famille, surtout maintenant qu'elle est certainement capable de le déchiffrer.

10 millions de raisons.








[ Présentation ] [ Fiche Technique ] [ midnightblue : #191970 ]
Super Limie 2 - Le retour de la vengeance 1544293701-milkyway-sign
Revenir en haut Aller en bas
Millie Krystal Wayland
Messages : 59
Date d'inscription : 08/12/2018

Fiche perso
AOP: 744
POP: 6125
Réputation: 57
Mar 30 Avr - 12:10
Jamais jusqu'à lors elle n'avait osé parler ainsi à son père. Lui ne disait rien. Il laissait causer. La journée avait été harassante et il avait besoin d'un sermon larmoyant autant que d'un coup de pied dans les valseuses. Elle causait alors. Elle ne savait faire que ça. Si encore elle le faisait plus loin, l'idée ne lui serait pas venue de lui en coller une. Toutefois, pour une raison qui lui échappait, elle s'obstinait à le suivre. Ce n'était pas faute d'avoir fait tout ce qui était en son pouvoir pour la dégoûter et la semer. Millie tenait. Elle tenait comme un chewing-gum dégueulasse à une semelle. On avait beau essayer d'essuyer, ça ne partait pas.
Suite à ses inquiétudes ainsi énoncées, considérations de femelles dont Leji n'aurait pu se foutre davantage, ce dernier daigna lever l'index afin de signifier qu'il allait prendre la parole. Ses lèvres s'ouvrirent lentement, la tirade était imminente.

- Y'a bientôt Mugnam à la télé.

Culte ou pas, mafia ou non, Mugnam, c'était sacré. Les épisodes étaient accessibles sur internet en bien meilleure qualité, mais Lejinoss ne dérogeait pas au rituel de l'après-midi en semaine. Dans le petit bureau où ils s'entretenaient, trônait au fond de la pièce une télévision datant du siècle dernier. C'était elle la réelle idole de ce temple, elle qu'on écoutait religieusement et à laquelle on sacrifiait un temps précieux accordé sur cette terre.

- Le grand Gorghoul prendra sa bière avec ses cookies aux noisettes.

Aucune réaction de la seule autre personne dans la pièce avec lui.

- Mais t'as pas écouté un mot de ce que je v...

- LE GRAND GORGHOUL !
Prendra.
Sa bière.
Avec.
Des cookies.
Aux noisettes.


Hachant méticuleusement sa phrase après lui avoir une nouvelle fois jetée à la gueule avec violence, l'hirsute accorda à sa fille le regard d'un père qui rentrait d'une journée de travail abrutissante et qui n'avait pas la patience de subir la marmaille dans ses pattes à peine retourné au bercail. Ren à l'appui, il commençait à laisser entendre subtilement que la prêtresse Limie lui courrait sur le haricot.

Elle lui apporta la bière et les cookies.

Rituel oblige, Leji déboutonna son pantalon pour mieux le porter en bas des chevilles. Une bière bue correctement se consommait en slip sur son fauteuil.

- Nananananaaaaaaaa Mugnaaaaaam !

- Mais c'est sérieux la mafia.

Sans quitter les yeux du générique qu'il avait vu un demi-million de fois déjà, Lejinoss aspira la mousse de sa canette en aluminium avant de se gargariser goulûment et bruyamment des premières gorgées de son breuvage liturgique. Un rot, puis une conclusion sans appel :

- Pauvre conne.

Faisant les choses à l'envers, il terminait son exposé avant de le commencer. Au moins, son auditoire savait à quoi s'en tenir avant même qu'il n'ait eu à développer quoi que ce soit. «Pauvre» n'était sans doute pas l'adjectif le plus adéquat pour désigner celle qui avait encaissé les dix millions d'un Hunter qui avait simulé l'esprit sport après une défaite cuisante. Nul doute que Rick n'en resterait pas là, mais la question était ailleurs et il n'était pas question de se dissiper avant d'y avoir répondu.
Il lui tournait le dos. Cloporte sans envergure, sans même un futal pour paraître digne, il affichait - visage dissimulé et nuque révélée - une certaine prestance. Avoir eu le dessus sur le Fraud Hunter l'avait quelque part révélé un peu plus. Charismatique sans trop qu'on ne sache comment, ne démordant pas de sa série merdique, il consentit à faire la causette à sa fille. Plus tôt elle serait au jus, plus vite elle aurait fini de le fatiguer.

- Tu me parles d'une armée en face. T'as été voir ce qu'il y avait en bas dans la salle ? Tu crois que c'est parce que j'aime mon prochain que je réunis du monde ?

Nouvelle tricée de bière dans la gorge. Plus vive et énergique. Plus sèche et nerveuse. Il se retourna vers elle, avant-bras en appui sur le dossier afin de mieux la regarder un sourire satisfait affiché sans ambage.

- Les... les gorghouleries qu'on est en train de monter. C'est pas une question d'argent en fin de parcours... mais de pouvoir. La mafia n'est forte que contre des cibles isolées.

Il se leva comme inspiré par ses propres discours. La mise en scène - il n'excellait que dans cette discipline ; le paraître plutôt que l'être - aurait pu être majestueuse si, encore une fois, il avait été au moins pourvu d'un pantalon.

- Si on joue nos cartes comme il faut, entre deux miracles bien sentis et un Fraud Hunter à la ramasse, c'est pas juste cent pue-la-pisse dans une salle municipale qu'on aura aux basques. Je te cause de milliers de fascinés et d'autres azimutés prêts à crever pour le grand Gorghoul.

Elle demeurait coite. Sage résolution.
Lejinoss en avait fini avec sa diatribe. Limite dément, en tout cas mégalo, il avait les premiers travers d'un meneur de culte. Si ce dernier venait à percer, Dieu seul - le vrai, pas Gorghoul - savait jusqu'à quelles extrémités le Hunter en orange pousserait la machine.

Très vite, la nouvelle de la déconvenue d'un certain Rick Tracy fit son chemin dans les milieux initiés. Puis, l'information fuita au-delà. Très vite, dans les jours qui suivirent, des journalistes commencèrent à se presser au local du grand Gorghoul. Les malheureux allaient lui faire de la publicité et accroître la portée de ses méfaits.
Il n'était pas dit que d'ici peu - les rangs du grand Gorghoul s'épaississant - quelques diatribes anti-corruption et anti-mafia finiraient disséminées dans des sermons de moins en moins mesurés. Et puisque Dieu avait le diable ; tôt ou tard, le nom de Manil Darrett finirait pas être prononcé en des termes peu élogieux. Lui aussi trouverait sa place dans les préceptes du grand Gorghoul.
Millie n'avait pas vu jusque là, mais un garçon aussi nerveux et angoissé que Lejinoss Taibug pouvait, pour nourrir sa rancune, avoir jusqu'à trois coups d'avance sur les événements.

Une nouvelle aube se levait sur la République de Rokario. Elle resplendirait bientôt jusque par-delà ses frontières jusqu'à aboutir à un crépuscule sinistre.
Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 976
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 861
POP: 8905
Réputation: 133
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: