Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il était un fois... [PV : Cassandre Adams]

 :: Univers RP :: Continent de Yorubian :: Sahelta :: York Shin City
Lun 17 Déc - 0:46


Une journée comme une autre, oui et non, car depuis peu c'est comme si le monde pour elle avait était redemarer, recommençais à zéro. Une vie différente, dans un lieu inconnu, grand et hostile. Comme une colombe sortie de sa rassurante et confortable cache pour être lâchée dans la nature sauvage et hostile. Nul doute qu'un chat finirait par la dévorer, la question est plutôt de savoir sous quelle forme le prédateur se présenterait avant de la dévorer ?

N'ayant pas à aller travailler ce jour sombre, ayant de gros nuages menaçant d'inonder la ville, sans le faire et ne laissant qu'une atmosphère lourde et polluée, la demoiselle se prépare à faire un tour. Saluant sa mère avec un petit sourire léger et timide, elle qui l'a recueilli depuis cet événement perturbant qui a vu sa vie être totalement chamboulée.

Portant une robe blanche, qui ne le resterait pas longtemps, surtout si le ciel met sa sentence à exécution. Avec un simple sac à main comme compagnie et un parapluie au cas où. Prudence est mère de sureté, mais la vraie raison aurait voulu qu'elle ne sorte pas seule dans un lieu qui lui est si inconnu. Quel est le but de sa génitrice en la laissant faire, pire, en l'incitant à le faire et à sortir de sa zone de confort ? Difficile à dire, a moins qu'elle ai simplement oublié avec le temps ce que c'est d'être faible ? En tout cas, la demoiselle sur ses talon, bas, mais tout de même président s'en va rejoindre le centre-ville ou plutôt essayer.

Une fois sortie du transport en commun lui permettant de faire le plus gros du trajet. Même si le ciel est légèrement sombre, il n'y a pas besoin d'éclair ou de tonnerre pour entendre des bruits sourds, celui des véhicules et de centaines de pieds au sol est suffisamment assourdissant. Peut-être qu'elle n'aurait pas dû mettre de maquillage, même s'il est léger ? Ses ornements aussi faux et en métaux non nobles soient-ils ? Elle attire le regard et sans réellement le montrer, dans son fort intérieur elle n'aime pas cela. Mais de toute manière, entre sa chevelure ayant une teinture bleu roi et des paillettes dans les cheveux et sa peau mate elle l'aurait fait, même sans artifice.

Elle a le corps d'une jeune adulte, mais assurément le sourire d'une enfant timide, celui d'une victime... Le genre à attirer indéniablement des prédateurs et cela ne manque pas alors qu'elle passe près d'une ruelle, sans l'emprunter. Un homme se place devant elle, avec un sourire carnassier, elle se stop, cela suffit à ce qu'on la tire par le bras et que l'ombre de la ruelle l'engloutisse comme le ferais l'eau saumâtre d'un marais, avec sa propre pestilence sous la forme de vermines, de benne a ordures en partie remplies et de déchets divers ayant échappés à celle-ci.

Elle se retrouve rapidement collée au dos du mur, dans tous les sens du terme. Devant elle, une bande de jeunes vauriens, membres d'un gang peut-être ? Mais pas de bon garçon, c'est une évidence. Si aucun d'eux n'a encore sorti d'arme, un oeil observateur verra une bosse ici ou un éclat luisant par la. Certainement des armes blanches, canifs, couteau et peut-être matraque. Mais le chef de la bande, cigarette au bec lui à de toute évidence une arme de poing. D'ailleurs, pour s'assurer de la complète coopération et d'intimidé sa victime, il soulève juste assez sa chemise pour montrer celle-ci. C'est furtif, mais tout de même bien là.

"Écoute Cutie donne nous sagement tous les objets de valeurs que tu portes et tu t'en tireras sans blessure..."

C'est résigné qu'elle commence à obtempérer. Pourtant, malgré ça, l'un d'eux prépare tout de même un couteau papillon derrière son dos, l'homme à l'air carnassier n'a pas perdu celui-ci et avec un autre qui a un sourire des plus équivoque il est fort à parier que même si leurs chefs est sincères, ou que c'est un bon acteur, dans tous les cas cela se réglera pas aussi facilement.

Alors qu'il récupère son butin, bien plus faible qu'il ne l'aurais imaginé, la horde l'entoure, une lame sous le cou, une main sur sa cuisse... La brebis apeuré n'a pas émis un cris, un bruit, même pas un son tétanisée qu'elle est.

Larme, sang et sueur... La journée sera certainement terrible.

C'est à ce moment que...

Larme, sang et sueur...








[ Présentation ] [ Fiche Technique ] [ midnightblue : #191970 ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 08/12/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 13
Jeu 20 Déc - 19:29
ft.
Millie Krystal
WAYLAND
Il était une fois...
Bon, bah me v'la à Yosk Shin City. La ville la plus grande de c'foutu pays, et accessoirement la plus pourrie d'criminalité. Vive la mafia hein. J'étais arrivée quelques s'maines plus tôt, et d'puis, j'avais cherché un truc à faire histoire de pas vivre dans la rue. Parce-que bon, j'suis hunter, mais ça vaut rien si on bosse pas. Alors j'épluchais les p'tites annonces depuis quelques jours. Sans doute, j'avais moyen d'moyenner un truc dans un tel patelin. Cette ville était tellement pleine de pourris...

Manque de bol, tout c'que j'avais réussi à trouver pour l'instant, c'était faire la plonge dans un putain d'restau miteux. Me manquait des qualifications, parait. On m'avait rien dit sur l'sujet pourtant, mais apparemment un "vrai hunter" avait un truc en plus de sa carte. M'restait plus qu'à trouver quoi... Et en attendant, j'lavais la vaisselle. Super. Au moins l'patron était cool, il avait accepté d'm'héberger contre une baisse d'ma paye. Du coup, j'avais au moins un toit pour dormir. Mais là, j'avais eu envie d'marcher un peu. J'étais sortie, une clope au bec, les pouces glissés dans mes poches... Et j'étais tombée sur un truc.

Voila, enfin un truc dans mes cordes ! En passant à coté d'une ruelle, j'avais repéré une bande de cons qui s'en prenaient à une pauv'fille toute bleue. La minette était d'jà en train d'vider son sac à main, sous les r'gards avides de cette bande de macaques. Là, j'pouvais intervenir. J'aimais bien casser la gueule des gens.J'soufflai un nuage de fumée avant d'm'engager dans la ruelle, sans prendre la peine d'me faire discrète. J'étais pas là pour faire le sneaky après tout.

- Hey, bande de trouduc', z'avez si peu d'fierté qu'vous d'vez vous en prendre à une p'tite midinette désarmée ?

J'attrapai la chaîne enroulée autour d'ma taille et déclipsait un des mousquetons qui la t'nait en place. Le tintement retentit dans la ruelle, qui s'était fait bizarrement silencieuse. Les p'tites frappes me r'gardaient, apparemment mon intervention leur plaisait pas. Mais... Y souriaient ces cons. J'crois qu'une p'tite femme avec trois maillons d'chaîne, ca d'vait pas masse les impressionner. Mais c'qu'y savaient pas, c'était qu'j'étais une p'tite femme avec un exam de hunter en poche... J'avais fait mes preuves. Pas eux. J'avais aucun doute sur le fait d'arriver à leur casser la gueule.

- D'ailleurs, c'est quoi "cutie" comme surnom ? C'est d'la merde comme intimidation, z'avez sérieusement rien trouvé d'mieux ?

Aaaaah, qu'est-ce qu'ca m'avais manqué d'provoquer une bande de connards ! En plus, j'réussissais à bien les vénère, y'en avais déjà un qui commençait à brandir son couteau vers moi, plutôt qu'sur la pauvre fille. Mon but était atteint : détourner leur attention vers moi. J'pouvais les gérer. Ce s'rait pas du gateaux, z'étaient nombreux ces cons, mais j'pensais pouvoir le faire.








"J'en ai rien à foutre de ta sensibilité. Si t'es pas capable d'encaisser, bah provoque pas."

J'cause en #cc66cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 02/12/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 16
Ven 21 Déc - 12:50

C'est à ce moment que... un fort charmant retournement de situation. Dans tous les sens du terme, est-ce que c'est un peu stéréotypé, classique ? Oui, peut-être, mais c'est dans les vieux pots... Enfin vous savez.

La situation, du point de vue de la bande de mâles restes globalement inchangée. Ils étaient maintenant à trois contre un, armée et face à une plante en pot docile... En fait, c'est plutôt même à six contre une, puisque seule une des deux semblait pouvoir faire semblant de rivaliser avec eux et leurs testostérones. Évidemment, le manque d'expérience, même avec le nombre ne fait pas d'une bande de petits cons de grand guerrier et quand elle commencerait à les rosser de coups, ils comprendraient ce qu'est un "vrai" hunter.

Néanmoins, si cinq d'entre eux arborés diverses armes blanches ou contondantes, il restait la question du pistolet. Leurs attentions, accaparées par celle qui en avait dans le pantalon, métaphoriquement parlant leur firent faire une légère erreur très compréhensive.

Car, c'est alors, à ce moment précis qu'une chose se passe dans le cerveau de la demoiselle aux cheveux bleus. Autant, se défendre ne lui était même pas venu le moindre instant dans la caboche. Par contre ! L'idée que par sa faute, une autre personne, d'autant plus une qui est venue la secourir, soit en danger semble bien moins acceptable. C'est ridicule, qu'un être soit prêt à se faire écraser, détruire sans résistance, mais n'accepte pas la même chose pour autrui non ? C'est une étrangère, elle ne lui doit rien... Mais si, elle lui doit cette aide même si elle est incapable de se rendre compte que ce n'est pas qu'une "simple" personne.

Sans même réfléchir, ce qui en général est une très mauvaise idée, elle s'accroupit... On ne se penche pas en robe, un truc du genre. Pour attraper l'objet le plus dangereux à sa portée. Une brique plus ou moins abîmée. Le temps que l'un des jeunes-hommes se rende compte du manège et lui ordonne de le lâcher, elle l'avait abattu avec une célérité incongrue au vu de son comportement jusqu'à présent, sur la tête de l'homme au pistolet. Sans l'assommer, bien qu'il soit hagard et dans l'incompréhension générale, celui-ci lâcha son arme qui rebondit une fois au sol, pour finir entre les belligérants et l'héroïne en manque de violence, armée d'une chaîne.

Ce fut comme un coup sur un gong sur un ring de boxe, le début des hostilités. Le chef lui reprenait ses esprits et éteignait sa cigarette aussi tombée au sol du talon, pendant que les quatre plus fort de la bande fondaient sur la plus dangereuse des deux victimes de la journée. Le dernier, par manque de courage ou simplement par envie de s'acharner sur la plus faible, se jeta au cou de la jouvencelle aux cheveux scintillants, la plaquant contre le mur une main à la gorge avec un regard carnassier et libidineux, il n'était pas très difficile d'imaginer quel sort il lui réservait une fois qu'il l'aurait maté avec violence.

Plante en pot et brique.








[ Présentation ] [ Fiche Technique ] [ midnightblue : #191970 ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 08/12/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 13
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: