Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un feu pour créer un lien [Karia]

 :: Univers RP :: Continent Nord-Ouest :: Royaume de Kukanyu :: Zaban
Sam 8 Déc - 22:58




Comprendras-tu? 

La ville, de loin cela ressemblait à mon village, mais en plus gros, plus bruyant… moins agréable et plus puant. Cela ne m'attirait pas, mais je ne pouvais pas éviter l'inconnu et avancer à reculon à cause de ma peur. Khun était caché dans le sac que je portait sur mon dos, alors que je m'approchais encore de cet endroit étrange. Le brouhaha augmentait, si différent de la forêt sans cesse vivante d'un murmure paisible et amusant.

L'agitation contre mon dos me fit comprendre que Khun n'aimait pas cela. Je glissais le sac de mon dos contre mon ventre pour glisser une main dedans et caresser son nez. Au simple contacte il s’apaisa un peu, mais permettant ainsi d'entrer dans la ville sans me faire trop remarquer… Ce n'était pas très évident au vue des regards de certaines personnes, comme s'ils n'étaient pas étrange de les voir porter autant de peau tannée. A chaque regard méfiant, je m’interrogeais sur ma tenue et sur la leur, comparant sans comprendre pourquoi.

Une foule s'agita, attirant mon regard et me donnant envie d'aller voir. Une odeur de nourriture ou plutôt de brûler.  De vague fumée allait vers le ciel, ondulant sous la brise du vent qui apportait un fumé étrange. Plus de personne semblaient être attiré par ce phénomène. Je ne pouvais donc que m'approcher, doucement, puis en courant pour voir des flammes onduler. Une maison brûlait. Les orifices crachaient du feu, la peur me serra le coeur, les souvenirs me revinrent. Les flammes qui dévoraient tout… qui réduisaient mon village en cendre, ne laissant rien, pas même des cendres. Juste de la roche sombre.

Quelqu'un me bouscula, Khun s'agita, je glissais rapidement le sac sur mon ventre pour le tenir dans mes bras. Sa petite tête sortie pour regarder. Je lui fis signe de garder le silence quand il me regarda enfin. Il était intelligent, bien plus que moi, il sentait plus de chose et comprenait bien mieux que moi.  Il voyait plus de chose, alors que moi ce n'était pas encore ça, comme si je refusais ou que mon corps ne voulait pas.

Je vis alors quelqu'un entrer dans la maison. Plusieurs personnes apportèrent de l'eau pour essayer de calmer le brasier. Quelqu'un cria dedans, des mots que je ne comprenais pas, encore. Cette langue étrangère qui résonnaient partout autour de moi.

Puis, alors que les voix se faisaient plus fort, la personne qui était entrée ressortie avec un enfant dans ses bras. Tel un miroir, je me revis entraînée par ma sœur. Je serra Khun, qui était dans le sac, contre moi, avant de bousculer la foule pour approcher. Je devais faire quelque chose, mais quoi ? De toute évidence, il était trop tard pour reculer, un mur invisible divisait les spectateurs de ceux qui agissaient pour venir en aide et ils étaient les moins nombreux. Que faire ? Avancer ! Je n'avais jamais peu reculer, je n'allais pas essayer de le faire, Khun rentra sa tête dans le sac, m'offrant plus de sécurité et lui en donnant tout autant.

Rapidement, je m'approchais de l'enfant pour examiner les blessures, mes bases en médecines étaient différente des leurs. Langue, coutume, habitude, vestimentaires et tout ce qui touchait à la vie semblait être divisée entre leur monde et le mien. Fort heureusement, leur forêt était la même, et j'avais vaguement fabriqué un hogan pouvant arrêter un saignement et soulager la douleur. Je poussais un peu Khun en allant mettre ma grosse pâte pressée dans le sac, mais il n'en dit rien, sachant que l'absence de signe de sa présence serait le seul moyen de le garder en vie le plus longtemps possible. J'attrapais la feuille pliée qui contenait la pâte d'une odeur peu agréable, mais je ne laissais à personne le temps de poser des question avant d'en couvrir les plaies de l'enfant. Si quelqu'un avait un doute sur l'efficacité, je démontrais rapidement le manque de danger en léchant mes doigts couverts de la pâte. Le goût infecte ne le rendait pas moins efficace, bien que je ne pouvais que montrer que ce n'était pas un poison en faisant cela.


Codage by Lamire









☼ Khun est un dragon Ciel étoilé

☼ Ma langue est le Thaï
☼ Je parle en #990099
☼ Ma présentation
☼ Ma fiche

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 22
Localisation : Dans une forêt

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 13
Dim 9 Déc - 13:49


Cela faisait quelques jours que j’étais arrivé au royaume de Kukanya, ma carte de hunter en poche. Cela ne faisait pas longtemps que je l’avais obtenu, maintenant des nouveau horizons s’ouvrait enfin à moi. Mais il fallait choisir par quoi commencer, je décidais donc de me dirigeais vers la ville de Zaban. Je n’aimais pas vraiment les grandes villes, mais il ne faisait aucun doute que si je devais avoir une quelconque information, il faudrait bien que j’y passe un jour.

Je réussis à me faire transporter jusqu’à Zaban par un couple de fermiers, ceux-ci m’avaient trouvé sur le bord de la route et il avait eu la bonté de me transporter jusqu’à la ville. Il faut dire aussi qu’il y allait pour participer au marché de la ville. Le trajet ne dura guère plus qu’une journée, le couple de fermiers me racontait ce qu’il faisait avec leur exploitation agricole, la jeune femme faisait du fromage à l’aide du lait de ses bêtes, tandis que le jeune homme lui préféré travailler le blé, il me fit d’ailleurs goûter l’une de ses créations qui je dois bien l’admettre était succulente.

Après plusieurs heures de routes , nous voila enfin arriver aux portes de Zaban . J’étais loin de m’imaginer qu’une ville pouvait être aussi grande, et surtout aussi peupler, voir ses bâtiments ainsi que ses maisons à perte de vue me donner froid dans le dos ! Provoquant ainsi des frissons allant de ma nuque jusqu’au bas de mon dos.

Il ne fallait que peut de temps pour que nous nous retrouvions, le couple de fermiers et moi, au cœur de la ville, la place principale, là-bas plusieurs échoppes était en train de s’installer, les marchands vendait tous leur produit fabriquer avec amour, je remerciai mes bienfaiteurs du mieux que je pouvais et avec ma maladresse habituelle, le jeune homme souris et me tapa dans le dos, me donnant au passage l’une de ses délicieuses miches de pain. Il me disait avec un ton très amical que je pouvais passer les voir quand je le voulais, tant de bonté me faisais chaud au cœur, mais je savais très bien que les humains n’étaient malheureusement pas tous comme ça ...

Je rangeais la denrée dans ma sacoche et commençai à me promener dans les rues de Zaban, l’ambiance des villes me rendait vraiment mal à l’aise ... J’avais l’impression que ma raison me disait de rester tandis que mon corps tout entier lui me hurler de m’enfuir de cet endroit ... Je pris le temps de monter avec douceur le capuchon de ma cape sur ma tête, assombrissant ainsi une bonne partie de mon visage. Puis-je marcher doucement mes sûrement en prenant bien soin de longer les murs.

Après une bonne demi-heure de marche, quelque chose attira mon intention, une drôle d’odeur planait dans les ruelles. Je la sentais calmement et tirai une grimace de mon visage habituellement si calme, cette odeur, je la connaissais bien même trop bien ...

Je me remémorais doucement d’où j’avais pu sentir cette odeur dans le passé, et je me rappelais très vite des soirée passait en forêt avec Belio, cette odeur ... C’était celle du bois en train de brûler...

Je suivais cette odeur jusqu’à voir un groupe de personne devant une maison ; celle-ci était visiblement en train de prendre feu, je regardais donc ce désolant paysage se passait sous mes yeux. Le bois crépité, certaines poutres commençait à tomber, mais au milieu de ses différents bruits, j’entendais comme un appel à l’aide. Il était très étouffé, mais j’étais sûr de moi ! Quelqu’un ou quelques choses se trouvait dans cette maison ... Et celle-ci n’allait pas tenir bien longtemps ...

Je tournais ma tête à gauche puis à droite, visiblement personne n’avait entendu la voix que je venais d’entendre ... Mais je sais que je n’étais pas fou, il fallait faire quelques choses, mais quoi ...
La peur qui parcourrait mon corps finit par se transformer en l’espace d’un court instant en une adrénaline puissante.

Je me mis à courir en direction de la maison, jetant mon bâton ainsi que ma besace au sol, il fallait que quelqu’un agisse, et si personne ne comptait le faire alors je le ferais ! Je refuse de voir une personne périr par les flammes. À ce moment-là, pour moi, il n’y avait plus aucune différence, Humain, Animal ? Il n’y avait plus qu’une vie en détresse ...

Je continuai ma course jusqu’à la maison pénétrant ainsi dans celle-ci, mais ... Les brasiers avaient déjà bien envahi le lieu, je pouvais voir le mobilier se rompre en morceaux, les flammes étaient de plus en plus forte et l’air devenait tout autant iréspriable.

Je recouvrais mon visage à l’aide de ma manche, cela allait au moins me permettre de ne pas perdre connaissance à cause de cette odeur infecte, j’essayais de garder mon calme du mieux que je pouvais, je me concentrais et finis par entendre des toussotements à l’étage.

J'accourais à l’étage esquivant de justesse une poutre enflammer de ne me tomber dessus, pas de doute, il fallait que je fasse au plus vite ! J’accourais dans les différentes pièces, mais toujours rien ... À force d’explorer les lieux, il ne me restait plus qu’une chance ... Une porte était entrouverte au fond du couloir, je me dépêchais de l’atteindre, l’ouvrant avec fracas ... La pièce était déjà remplie de flamme, mais au milieu de celle-ci se trouvait une petite fille... La pièce était déjà remplie de flamme, mais au milieu de celle-ci se trouvait une petite fille...

Je ne pouvais pas la laissais ici, je pris de l’élan et saute à travers les flammes la rejoignant au milieu de la pièce, la jeune enfant me regarda les larmes aux yeux, je lui attrapai le poignet et lui dit d’un ton légèrement paniqué :


« Ne t’inquiète pas ... Je suis venue t’aider ... Nous allons sortir d’ici, je te le promets !»

La petite fille sécha ses larmes du mieux qu’elle pouvait et me répondit d’un oui de la tête. Il fallait faire vite, les poutres étaient en train de tomber chaqu’une leur tour, ce n’était plus qu’une question de minutes avant que toute la maison s’écroule ...

Je retirais ma cape et enroulai la jeune fille avec, puis je me mis à la soulever, la tenant fermement et avec force contre mes bras, lui chuchotant :


« Essaye de retenir ta respiration du mieux que tu peux ... Je vais te faire sortir !»


La jeune fille entre mes bras, je me mis à courir en direction des escaliers, par malchance. Une des poutres tenant la toiture s’écroula juste devant nous, détruisant ainsi plusieurs marches. Je pris une légère inspiration et saute avec toutes la forces que mes jambes le permettait les marches manquantes ...

La réception n’était pas vraiment folle et je ne finissais par tomber, en rouler, bouler dans les marches restantes, mais au moins la petite fille était sauve ! Je cherchais la sortie du mieux que je pouvais, mais celle-ci était obstruer par l’étage qui était en train de s’effondrer sur nous, je courrais de toutes mes forces dans la direction de la porte et chargea avec toute mes forces dans le bois embrasser qui gênait le passage.

Nous nous retrouvions éjecter en dehors de la maison, nous nous mettions à rouler parmi la foule, mais nous voilà sauvant tous les deux.

Je lâchais la jeune enfant quelques secondes essayant d’éteindre les flammes qui envahissaient mes vêtements. Du monde se mit à aller voir la petite fille et je me mis à lâcher un soupire de soulagement, je tournais la tête en direction de la maison la voyant se dégringoler, visiblement, il n’aurait pas fallu restait bien plus longtemps là-bas.

Je récupérais mon bâton ainsi que ma sacoche que j’avais laissée sur le sol, l’un des spectateurs avait pris soin de les garder en main pour moi. Puis je m’approchais doucement de la jeune fille pour voir comment elle allait, mais à ma grande surprise elle n’était pas seule.

Une jeune femme était avec elle , ce qui me marqua le plus au premier regard était sa tenue quelques peut atypique et sa chevelure blanche qui était ma foi peut commune. La petite fille quant à elle, avait l’air d’aller plutôt bien si on enlevait les différents bleus et choc qu’elle avait subit par ma faute.

Je regardais la jeune femme avec plus d’intérêt, elle lui appliquer un onguent sur ses différentes blessures. Ça me rappelais les différents remèdes que Belio m’apprenait à faire, je m’approchais des deux jeunes filles et m’agenouillai à leur côté lui tendant un petit pot.


« Il... Faut lui passer sa si elle a des brûlures ...»

Je tendais le petit pot à la jeune femme tout en détournant les yeux, je n’osais vraiment pas la regarder et tout ce monde autour commencer vraiment à m’étouffer, je me relevais à l’aide de mon bâton et chuchotai à la petite fille :


« Je suis ravi que tu n’aies rien de grave ...»

Je regardais discrètement la jeune femme attendant de voir ce qu’elle allait faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 07/12/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 8
Dim 9 Déc - 14:56




Du pain? 

Le sauveur était assez grand, un homme adulte en soit, mais il avait les cheveux blancs comme ceux de mon clan et cela me figea totalement. Pouvait-il ? Non, je ne l'avais jamais vu à aucun moment parmi les miens. Mais ses cheveux qui caressait son visage, ils étaient si claire, je tendais doucement ma main en laissant tomber mon remède au sol, pour toucher une mèche.

Autre fois je jouais souvent avec les cheveux de ma mère pour me rassurer. Elle me laissait la coiffer durant des heures et parfois cela finissaient par faire des nœuds horribles. Je l'avais déjà vue essayer de les démêler en cachette, mais quand bien même, le lendemain elle me laissait recommencer. La douceur de ceux ci entre mes doigts qui les tressaient, m'avait toujours apaisée. Je pouvais m'éveiller au milieu de la nuit après un cauchemar, le simple fait de jouer avec ses cheveux me permettaient de dormir.

Ce même geste resta après l'incendie de mon village. Ma sœur me laissait jouer dans ses cheveux de temsp en temps. Cela me permettait de ne pas oublier ma mère qui me manquait tant. Alors toucher cette petite mèche, un geste qui pouvait avoir l'air déplacé était en réalité pour me permettre de faire face à la réalité.  Il avait bel et bien les cheveux proches du blanc. Cela était déroutant, presque étrange pour la plus part des personnes, mais pour ma part, c'était une significatif d'acceptation.

Certes, je ne comprenais rien de ces personnes et de leur langue, mais je voulais me faire comprendre. Et… Khun profita du moment pour sortir sa tête du sac. La jeune fille tout juste sortie des flammes paniqua et hurla, mais faisant sursauter et sortir ma dague en reculant. Je ne remarquais qu'à ce moment là que ce diablotin bleuté venait d'attirer toute l'attention. Je poussais son museau dans le sac avant de regarder autour de moi pour essayer de m'échapper. Des personnes tentèrent de me bloquer la route, l'une d'elle posa une main sur moi et mon sang ne fit qu'un tour. J'attrapais son poignet pour l'envoyer par dessus ma petite stature avant de courir entre les personnes. Tout ce monde m'étouffait. Le brouhaha revient plus fort et je ne pouvais que m'éloigner de ces individus qui se mettaient à crier.

Sans ralentir ma course, je regardais par dessus mon épaule, l'homme que j'avais mis au sol me poursuivait avec une rage folle. Je tentais de le perdre dans le petit marché sur la roue voisine avant de bousculer un jeune homme qui portait un panier de pain. Le plat s'envola en l'air alors que la personne tombait sur les fesses. Je ne pouvais pas fuir et le laisser là ainsi ! J'attrapais au vol le panier et réceptionnais de justesse presque tous les pains. Le dernier tomba sur la tête de mon poursuivant. Il mit un moment de réflexion avant de comprendre ce qu'il venait de lui arriver. Je n'allais pas le plaindre, j'avais moi aussi été prise de cours, mais pas assez pour garder le panier en main plus longtemps. Je le remit vite à l'homme qui se relevait en parlant dans cette langue que je ne comprenais pas. Je m'inclinais pour m'excuser avant de me cacher derrière lui du type furieux qui avait osé poser sa main sur moi.

Non pas qu'un contacte physique était interdit, mais il n'avait clairement pas de bonne intention et Khun l'avait senti. Il grondait depuis sa petite prison et je ne pouvais que passer un bras autour de mon sac pour le rassurer de ma présence. Il poussa un petit cris métallique qui m'exigeait je ne sais quoi ! Si seulement il pouvait me parler comme le faisait Fan, la vieille dragonne qui gardait mon village.

L'homme agressif empoigna le colle du jeune boulanger, de toute évidence qui ne venait pas de la ville. Je ne voulais pas créer des problèmes, mais je ne pouvais pas provoquer des ennuis, mais c'était plus fort que moi, les ennuis me trouvaient toujours. En voyant le geste colérique, je tentais vainement de séparer le type colérique du pauvre jeune homme que j'avais par accident mêlé à mes problèmes.


Codage by Lamire









☼ Khun est un dragon Ciel étoilé

☼ Ma langue est le Thaï
☼ Je parle en #990099
☼ Ma présentation
☼ Ma fiche

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 22
Localisation : Dans une forêt

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 13
Dim 9 Déc - 15:56
Je n’étais vraiment pas prêt pour ce qui allais arriver, je regardais la jeune fille lui demandant comment elle allait. Quand soudain la femme aux cheveux blancs qui était en train de la soigner se mit à caresser une mèche de cheveux qui se trimballait là. Mon visage se mit à prendre une couleur rougeâtre et je me mis à reculer de plusieurs pas, je n’étais déjà pas bien habituer au contact des autres humains et encore moins au contact physique.

Mes yeux se tournaient à droite et à gauche regardant a peut près tout ce qu’il se passait autour sauf la jeune femme aux cheveux blancs, j’essayais tant bien que mal de lui demander pourquoi elle avait ça, mais mes lèvres se mettait à trembler me faisait légèrement bégayer :


« Qu... Qu’est .. Que ... Vous...»

Je n’avais même pas eu le temps de finir ma phrase qu’une étrange créature sortit sa tête du sac de la jeune femme, la créature avait une petite tête grise et des cornes bleutée, mais surtout un regard plein de malice. Nos regards se croisèrent pendant un très court instant, trop court à mon goût, je regardais la créature plus en détails chuchotant d’un ton très étonné :


« Un dra...»

La petite fille se mit à pousser un cri de panique ce qui fit bondir la jeune fille aux cheveux blancs en arrière celle-ci venait de sortir sa dague comme pour se défendre, on aurait dit une bête sauvage qui était prête à bondir sur sa cible, ou tout simplement à galoper pour sa survie, je tendais ma main vers la jeune fille lui disant :


« Att...»

Décidément, il fallait que j’arrive à me faire plus entendre des autres, la jeune femme poussa le museau de sa créature dans son sac et essaye de cherchais une issue, celle-ci se faisant de plus en plus encercler. L’une des personne posa sa main sur son épaule et provoque chez cette femme une folie ravageuse . Elle lui attrape le poignet et la balança avec force au-dessus de son épaule, on pouvait entendre les couinements de douleurs de l’homme. Je la regardais un peut perdu par les actions qui se passait devant moi, mais elle avait déjà prit ses jambes à son cou, zigzaguant entre les différentes personnes qui constituait le public. Je me relevais en vitesse et pris rapidement mon bâton en main, j’étais prêt à lui courir après quand la petite fille me tendait ma cape en tremblant de peur, je la remerciais d’un simple hochement de la tête et me mis à la poursuite de la femme à la chevelure blanchâtre.

L’homme qu’elle avait sauvagement repoussé se relevait et se mit à la poursuivre, j’avançais du mieux que je pouvais entre les personnes pour le suivre d’aussi prêt que je pouvais, je devais aider cette fille et son dragon !

La course durera un sacré moment, la jeune femme était vive et agile, et arrivais facilement à semer son poursuivant et moi-même, mais elle tomba nez à nez avec une personne que j’avais déjà rencontré auparavant, c’était le fermier qui m’avait gentiment aider à venir jusqu’ici. Sans vraiment comprendre ce dont il venait de se passais, car l’action était trop rapide pour moi.

La jeune femme sa cacher derrière le fermier, le pauvre, il ne devrait pas en comprendre plus que moi sur ce qu’il venait de se passer, mais l’homme en colère quant à lui ne perdais pas le nord et attrapais le col du fermier fou de rage. Je m’interposai du mieux que je pouvais entre le fermier et l’homme en colère, le faisant ainsi lâcher l’innocent, je toussotais doucement avant de lui dire :


« Je... Suis désolé si mon amie vous à causer du tort, je vais m’en occuper maintenant ...»

L’homme énervé, me fixait du regard, regard que j’essayais de tenir du mieux que je pouvais, celui-ci lâcha un long soupire et décida de lâcher l’affaire. Il se mit à grommeler tout en tournant les talons, donnant un coup de pied dans une caisse sur le chemin.

Je le regardais partir et finis par lâcher un soupire de soulagement, puis mon regard se tourna vers le fermier et je lui dis d’un ton encore un peut apeurer :


« Je suis vraiment désolé que vous ayez était mêlé à tout ça ...»

Je baissais légèrement les yeux, mais le gentil fermier me fit signe que ce n’était pas grave, il me souriait avec un visage chaleureux et me tendant une nouvelle miche de pain, me faisant ainsi comprendre qu’elle était pour la jeune femme. Je m’inclinais légèrement pour le remercier le regardant ainsi retourner à ses occupations, puis je me tournais de nouveaux face à la jeune femme.

« Pourquoi as-tu pris la fuite comme ça... ?»

Je lâchais un nouveau soupire, j’avais cette mauvaise impression de parler à un mur , je regardais autour de nous et vue une place avec une petite fontaine non loin , agrippais très légèrement son bras et lui fit signe qu’on allait s’asseoir sur l’un des bancs :

« Allons par là ... Et tu pourras m’en dire plus sur toi et ton petit compagnon ...»

Je marchais doucement devant elle, jetant un regard en arrière pour être sûr qu’elle ne s’échappe pas. Puis je me posais sur le bord de la fontaine, je plongeais ma main dans ma besace et pris l’une des miches de pain que le fermier m’avait gentiment donnais et lui tendais avec douceur :


« Tien, tu dois avoir faim...»

Je replongeais de nouveaux dans mon sac, prenant ainsi la deuxième miche qui cette fois, se faisais couper en deux parts a peut prêt égal que je tendais de nouveau à la jeune femme.

« Pour ton ami ...»

Je la regardais manger sans pour autant toucher à ma propre part et lui demanda un peut gêner :

« Cela m’embête un peut de te demander ça ... Mais ... Comment t’appelle tu ... ? Et plus important ou as, tu trouver ce dragon... ?»

Je regardais en direction de sa besace, attendant, une réponse de sa part, du moins je l’espérais ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 07/12/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 8
Dim 9 Déc - 16:28




Un échange des plus laborieux~

Alors que l'homme furieux empoignait sauvagement le pauvre boulanger et que je tentais de me mettre entre eux, le sauveur qui avait paniqué de mon geste arriva. Je n'étais pas surprise de savoir qu'ils avaient réussi à me poursuivre, mais les deux personnes avaient le souffle court et cela m'étonna. Avant je vivais dans le creux d'une haute montagne, puis en forêt ou courir était quelque chose de facile. Même si Khun avait été un peu secoué, il avait d'avantage envie de mordre le visage de l'homme agressif que de se plaindre de ma course.

Le grand homme aux cheveux blancs parvient à chasser avec quelques paroles le malvenu. Je ne parvenais toujours pas à comprendre ses mots, mais en voyant que la tension se calmait je m'inclinais en signe de respect face aux deux hommes qui m'avaient aidé. Sans eux, j'aurai due me battre et blesser la « bête » qui me poursuivait. Cela n'aurait pas arrangé les choses et mes prochaines venues en ville en auraient souffert. Bref, j'avais eu de la chance.

Durant un bref moment qui me paru assez long, les deux hommes discutèrent, mais j'avais beau essayer de comprendre, ça ne venait définitivement pas. J'articulais la bouche comme eux sans prononcer le moindre son, mais c'était peine perdue…  Tout ce que je pouvais deviner était que les deux personnes se connaissaient, peut-être depuis peu, mais ils semblaient assez familier pour se faire un cadeau. Cela me rappela la féline qui m'avait offert un morceau de sa proie. Bien qu'elle avait aussi eu ce regard insistant sur mon précieux Ciel Étoilé. Les paroles de père et mère étaient donc vrai, même si Lamire me les avaient répétée j'avais refusé de la croire, mais ces personnes voulaient faire du mal à mon précieux Khun.

Ce dernier était d'ailleurs plus calme, je glissais une main dans mon sac pour le rassurer et il me pinça ! J'ouvrais le sac pour le regarder assez mécontente, quand je vis son besoin de prendre l'air. Le pauvre, rester enfermé aussi longtemps et être secoué de la sorte, ça ne lui était jamais arrivé. Pourtant, je ne pouvais pas le sortir de là. Tout au mieux, il pouvait essayer de regarder dehors pour un trou dans le tissus, mais vu l'attitude des personnes, je ne pouvais vraiment pas le laisser se promener.  Je lui redonnais ma main en articulant un pardon avant qu'il ne se frotte contre.

C'est alors que l'homme aux cheveux blancs attrapa mon bras. Il croisa mon regard en disant ces mots étrangers. Je penchais la tête sans savoir comment me faire comprendre.  Il me montra une source et bien que j'avais faim et soif, je n'irai pas boire cette eau sortant de je ne sais où.  Il s'avança vers l'eau en m'observant pour s'assurer que… je le suive ? Je ne voyais pas en quoi cela pouvait être dangereux, et me mit donc en marcha. Il s'installa sur le petit mur qui encerclait la source avant de sortir un pain de son sac. Son langage étrange me permit pas de comprendre, mais son geste et sa posture bien.  Je le pris avant de m'incliner en levant légèrement le pain pour ensuite m'asseoir a coté de lui, mais quand il tendis à nouveau un demi-pain, je ne compris pas. Que voulait-il que j'en face ?

Ce n'est que quand il prononça un mot que j'avais déjà entendu à plusieurs reprise que je compris. Il parlait de Khun, mais son air avait quelque chose de curieux et un peu d’inquiétude.

-ฉันไม่เข้าใจสิ่งที่คุณพูด ....[Traduction: "Je ne comprends rien de ce que vous dites..." Prononciation:"C̄hạn mị̀ k̄hêācı s̄ìng thī̀ khuṇ phūd".]

Je lui parlais dans ma langue avant de sourire en penchant la tête. Si lui ne comprenais pas non plus mes mots, il ne ferait aucun doute qu'il comprendra ma situation complexe. Enfin, au moins je pouvais gouter ce pain et il avait une saveur étrange. J'arrachais un bout de mon pain pour le donner à Khun qui poussa un petit cris amusé avant de se frotter contre ma main.  Peut-être qu'il comprendrais mieux que la féline, je tentais donc de me présenter en posant une main sur mon torse avant d'articuler doucement

-ผมโวลต์มี.[Prononciation: "P̄hm wolt̒ mī"]

C'était clairement pas gagné, mais celui de mon ciel étoilé passait mieux. Mon nom était assez compliqué pour des étrangers, je l'avais bien compris, la féline n'avait pas réussi à le prononcer correctement. Je tentais donc de montrer Khun avant de le nommer distinctement.

-คืน.[Prononciation: "Khụ̄n"]

Codage by Lamire









☼ Khun est un dragon Ciel étoilé

☼ Ma langue est le Thaï
☼ Je parle en #990099
☼ Ma présentation
☼ Ma fiche

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 22
Localisation : Dans une forêt

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 13
Dim 9 Déc - 18:29
Hum... Ça allait être compliqué tout ça ... Elle a beau me parlais, tout les bruits qui sorte de sa bouche ne sont qu’une incompréhension pour moi. Je me grattais doucement le haut du crâne ébouriffant au passage ma chevelure, soudain une idée me venais en tête.

Je sortais doucement de ma besace mon cahier de croquis et des crayons et commença à dessiner son compagnon de route. Après quelques minutes passer pour dessiner, je tournai le cahier face à elle et lui montre le dessin du visage que j’avais pu apercevoir sortir de sa besace et lui dit d’un ton très calme :


« Ami... Dragon... ?»

J’essayais de la regardais pour voir s'il y avait une réaction, mais visiblement ça n’allait pas être du gâteaux ... Après quelques minutes, je décidai d’abandonner l’idée du cahier et lui prit doucement la main la mettant vers son torse et lui dit :


« Je m’appelle Karia ... Karia...»

Je lui souriais doucement, je voyais bien qu’elle faisait son possible pour me comprendre, je reprenais mon cahier et recommençais à dessiner. Je prenais un peut plus de temps cette fois pour dessiner et une fois mon œuvre accomplis, je lui monterais le dessin.

Le dessin la représenter en train de manger son pain et je dessinai un point d’interrogation juste à côté , puis je me mettais à lui parler tout doucement épelant chaque syllabe de ma phrase :


« Tu as un prénom ...?»

Je réfléchissais de nouveau comment je pouvais me faire comprendre, je la regardais à nouveaux et commençai cette fois à faire des gestes assez amples, j’essayais de lui faire comprendre que je voulais la connaître elle et son compagnon :

« Moi ... Karia ... Toi et dragon ? ...»

Je me mis à soupirer, j’avais ma petite idée pour essayer de me faire comprendre, mais il allait me falloir des outils et surtout beaucoup de temps ... Je fouillais dans ma besace et lui donna mon outre d’eau lui faisant par comprendre par des signes qu’elle pouvait boire son contenu.

Pendant ce temps, je me mettais à arracher une page de mon cahier et lui tendait la feuille avec un crayon, je me disais qu’avec un peut de chance elle savait écrire, même si je dois bien l’avouer. Je n’y croyais pas du tout, mais toute expérience et bonne à prendre surtout dans ce genre de cas, je devais aussi savoir d’où elle venait, je commençais alors à faire différent test tout en parler syllabe pour essayer de me faire comprendre du mieux que je pouvais :


« D’où ... Tu viens ?...»

J’avais tant de questions à lui poser, surtout des questions gravitant autour de son ami le dragon, mais j’ai bien peur à devoir les reportais pour plus tard ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 07/12/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 8
Lun 10 Déc - 21:15




Un échange des plus laborieux~

De toute évidence il n'avait pas compris, mais il semblait avoir une idée pour qu'on puisse communiquer. Ce qui était très différent de la féline qui ne faisait que de rire. Elle se moquait ouvertement de moi et cela m'énervait !

L'homme sortit un… livre pour dessiner dedans. Il se débrouillait super bien ! Même si Khun n'avait pas un nez si gros. Cela ne manqua pas de me faire rire. Il peaufina ses traits et cela ressemblait un peu plus à mon ciel étoilé. Je souris avant de… qu'il ne prenne ma main, ne me laissant aucun chance de lui faire comprendre. Il la posa contre son torse, mon regard plongé dans le sien je penchais la tête alors qu'il disait quelque chose. Il répéta le dernier mot que j'essayais d'articuler sans son. Je tentais vainement d’articlier les sons et en voyant que je cherchais à le faire aussi durement que je le pouvais. Il se remit à dessiner.

Cela lui prit du temps mais après un moment je compris qu'il me dessinait. Je ressemblait donc à ça selon lui ? C'était étrange, mais tout ce que je pouvais faire c'était de regarder le dessin. Il articula doucement en j'essayais d'imiter les mouvements de ses lèvres avant de pencher la tête. Il répéta deux mots que je commençais à comprendre, Dragon et son nom. Je penchais la tête avant de sourire en cherchant comment lui faire passer le message. Ce n'était pas gagné je n'arrivais à rien comprendre, même si je lui avais dit nos noms il ne les avait pas compris non plus.

Il me donna sa gourde et je ne comptais pas me priver de cette offre généreuse. Je l'ouvris pour boire une grande gorgée avant de rependre bruyamment mon souffle. Cela me faisait beaucoup de bien, mais je n'étais pas la seule à avoir soif, j'ouvris un peu plus le sac pour faire signe à Khun de sortir un peu sa tête avant de lui montrer la gourde. Il ouvrit aussitôt le bec en attendant que je lui donne de quoi le rassasier. C'était assez étrange le lien que nous avions lui et moi. Parfois il me comprenait sans même que j'eus à lui parler et l'inverse arrivait aussi.  Cette connexion n'était pas forte comme celle entre Achara et mon sœur aînée, mais elle était présente cette connexion.

Mon regard se porta vers la feuille qu'il me tendit. Enfin ! Un sourire illumina mon visage alors que je refermais la gourde pour la lui rendre et presque lui arracher le papier des mains et le crayon. Je posais Khun à mes pieds avant de me tourner vers l'homme pour utiliser le muret. J'écris mon nom dans ma langue très particulière. Aucun doute qu'il ne sache pas le lire, pourtant je fis un vague dessin de Khun et prononçais distinctement le sien. Le petit ciel étoilé poussa un cris de joie en venant pincer ma jambe.

Je me souviens comment j'avais tenté d'expliquer mon histoire à la féline et dessinait avec plus de clarté la montagne où je vivais. Les dragons dans le ciel, tous aussi différent et varié qu'ils étaient. Puis je tentais de faire une vague forêt et enfin la ville. En dessous je dessinais une lune et des étoiles puis un soleil avec des nuages. Bon, me faire comprendre allait devenir compliqué.

Le dessin à coté de mon visage je refis le geste du toit avec mes deux mains au-dessus de ma tête avant de montrer la montagne. Je fit alors un signe d'horizon avant de me mettre debout pour mimer que je marchais. Je lui remontrais le dessin avant d'imiter le temps qui passait du jour à la nuit et d'ensuite mimer que je comptais sur mes doigts avant de montrer à nouveau le dessin. Je voulais lui faire comprendre que cette montagne, mais maison était loin, très loin à pied.  

Puis une idée me vient. Si je ne pouvais prononcer le nom qui était le mien dans sa langue, peut-être parviendrais-je à lui faire comprendre sa signification. Mais comment ? Je me montrais moi, prononçais mon nom avant d'essayer de refaire le même schéma pour les jours. Je voulais qu'il comprenne que demain était proche de mon nom qui signifias «  Je vais avoir ». La promesse de gloire et de fortune, d'un destin chanceux.  Mais moi qui n'avais plus rien, comment lui expliquer ?  C'était si compliqué…

Je le montrais du doigt en essayant de prononcer son nom, aussi difficilement que cela était…

-HA-HI-A... K... Ka... Ka-rira... Ka-rihha.
C'était pas près d'être bon, mais ses sons étaient si différent des miens.  Je montrais mon sac avec le museau noir bleuté qui en sortait. Mon ciel étoilé me fixait en essayant de rester caché. Je répéta son nom avant de me souvenir comment Fan m'avait nommer un jour. Le son m'avait paru sans aucun sens, mais elle avait voyagé à travers le monde, cette langue elle devait la connaître. Comment était-ce déjà ?

Je penchais la tête avant de faire quelque pas en rond en fermant les yeux pour essayer de me souvenir. Marmonnant dans ma langue étrange mes pensées.

-มันเป็นยังไงบ้าง? ฉันจำไม่ได้ว่า ... ฉันฉัน ... ฮ่า ...IVA!
[Prononciation: "Mạn pĕn yạng ngị b̂āng? C̄hạn cả mị̀ dị̂ ẁā... C̄hạn c̄hạn... Ḥ̀ā..."
Traduction: Comment était-ce? Je n'arrive pas à m'en souvenir... I, i... ha...]

C'était ça, je le répétais drôlement en me montrant. Khun pencha la tête, il ne semblait pas comprendre. C'était normal, jusqu'ici j'avais totalement oublié ce nom qui n'avait dit qu'une fois par la grande Fan.

- ความฝันที่ทำให้ฉันได้ชื่อว่าครั้งหนึ่ง.
[Prononciation: "Khwām f̄ạn thī̀ thảh̄ı̂ c̄hạn dị̂ chụ̄̀xẁā khrậng h̄nụ̀ng"
Traduction: C'est Rêve qui m'a donné ce nom une fois.]
Il approuve d'un signe de tête avec un petit cris adorable. Je souris un lui caressant sous le cou pour m'asseoir et le reprendre sur les genoux. Il s'installa un peu mieux dans le sac avant de regarde l'homme. Je tentais de prononcer ce mot qui revenait souvent : Dragon. Mais cela donnait plus un Hahon qu'autre chose.
Codage by Lamire









☼ Khun est un dragon Ciel étoilé

☼ Ma langue est le Thaï
☼ Je parle en #990099
☼ Ma présentation
☼ Ma fiche

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 22
Localisation : Dans une forêt

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 13
Mar 11 Déc - 10:47
Je regardais avec gentillesse la jeune femme et le dragon se réhydratait, elle finit par me rendre ma gourde et me prenait la feuille et le crayon des mains. Je secouais la gourde remarquant qu’elle était presque vide, ce n’était pas bien grave au final, mais elle devait vraiment avoir soif. Je restais d’elle et attendais qu’elles finissent son dessin.

Après quelques minutes, elle tournait la feuille de papier en ma direction me montrant ainsi son œuvre. Le dessine était en lui-même plutôt abstrait, mais j’arrivais à comprendre ce qu’elle essayait de me dire. Je restais quelques secondes à regardais son dessin ainsi que les gestes qu’elle faisait, je finissais par taper ma main droite dans la paume de l’autre et lui dit :


« Oh ! Je pense comprendre ... Tu es loin de chez-toi, c’est ça ?»

Je la regardais de nouveaux, visiblement, elle avait encore des choses à me faire comprendre, mais cette fois, j’avais beau la fixer et réfléchir ... Rien ne me venait en tête. Soudain, la jeune femme se mit à prononcer mon prénom, c’était encore timide et sa voix tremblotait, mais elle avait réussi pendant une fraction de seconde à sortir le bon son, je lui souriais doucement approcha ma main de sa tête lui ébouriffant tendrement sa chevelure :


« Oui , c’est ça .. Karia !»

Je finissais par enlever ma main de sa chevelure et la fixais de nouveau, elle pointait du doigt son sac avec le dragon dedans et commençait de nouveau à essayer de parler. Je n’arrivais vraiment pas à comprendre ce qu’elle essayait de me dire, mais un mot se mit à m’intriguais plus que les autres dans sa phrase :


« Iva ? C’est ton prénom ?»

Je posais mon doigt sur son front tout en prononçant plusieurs fois le mot « Iva » j’avais l'espoir qu’elle puisse me répondre, ne serais ce que d’un acquiescement de la tête. Je regardais le petit dragon qui me donnais l’impression de ne pas comprendre beaucoup plus que moi au final. Je me mis à rire avec douceur puis me tournais dans la direction du dragon et de sa partenaire. Je le pointais doucement du doigt et me mis à dire tout en regardant la jeune femme :

« C’est un dragon ... Dra... Gon...»

Je continuais de la regardais tout en me mettant face à elle puis je posais ma main vers son front et lui dit :

« Iva...»

Puis je pointais de nouveau mon propre front en répétant l’action avec mon propre prénom:


« Karia...»

Je continuais cette action plusieurs fois essayant de lui faire comprendre ainsi nos prénoms respectifs. Mais l’apprentissage allait être compliqué, le moyen le plus simple pour moi aurait était de posséder un livre et de lui apprendre comme Belio m’avait appris, mais ou est que je pourrais trouver un tel livre ... Peut-être qu’avec de la chance, il en avait un dans l’une des librairie du coin. Je lui prenais doucement la main pour la faire se lever et lui dit d’un ton doux :


« On va essayer de trouver un livre pour t’aider à communiquer...»

Je souriais timidement attendant une réaction de sa part ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 07/12/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 8
Hier à 21:44




Un échange des plus laborieux~


Ce faire comprendre en parlant un seul dialecte n'était pas toujours évident, mais avec deux langues différentes cela rendait les choses d'autant plus complexe. Pourtant, il essayait vraiment de me comprendre et cela me faisait du bien. Je ne faisais pas que des grands gestes inutiles. Cela me soulageait, pour la première fois depuis que je n'étais plus avec ma sœur je trouvais quelqu'un qui voulait m'aider sans détour. Etait-ce aussi incroyable que douteux ? Je n'y prêtais que peu d'attention, à ce léger doute. Khun semblait parfaitement à l'aise et cela me permettait de l'être aussi. Après tout, se serait d'autant plus problématique si ses intentions n'étaient pas aussi honorable. Et ce cas de figure là, je n'hésiterais pas à user de la force et de la violence.

Sa main se posa sur ma tête en un geste affectif qui me mit mal à l'aise.  Il avait semblait-il compris mon prénom, bien qu'il m'était encore étranger pour moi-même. Si ce n'était pas ironique de donner un nom qu'on ne pouvait encore croire pleinement sien. Toutefois, je devais m'appliquer à me faire comprendre le plus vite possible dans leur langue. Apprendre à parler ce dialecte étrange pour parvenir à trouver la force dont j'avais besoin !

Il répéta sans discrétion le mot qu'il avait déjà dit au-par avant et qui me rendait plus méfiante. C'était un peu comme si je regardais une mère avec un bébé dans les bras et que je lui disait «  Mort...»  Car prononcer un tel mot avec des êtres si avide ou tour revenait au même à mes yeux.  

Bien que son nom était dur à prononcer, je trouvais rapidement un moyen de le retenir. Karia, ce n'était pas du tout de mon clan et cela me semblait si compliqué. Avait-il reçu un nom destiné par les étoiles, originale offert à ceux qui auront un grand avenir ? Ma sœur avait reçu Lamire, un nom unique pour un être tout aussi exceptionnel ! Etait-il aussi particulier aux yeux de son peuple ? Un prince héritier ?

Il finit par attraper ma main et la surprise me sésie. Il n'avait aucune expression douteuse, amis je n'étais pas à l'aise avec le contacte physique. Bien qu'il semblait savoir quoi faire, je ne compris rien à ses mots. Encore une fois, j'étais déboussolée et le seul fait de tenir Khun contre moi, car je l'avais reprit dans mes bras en le gardant caché dans le sac, me réconfortait. Karia paru attendre en me regardant, je penchais la tête avant de sourire. Devais-je approuver sans savoir de quoi il en retournait ? En fait, ce fut d'avantage le regard des personnes qui avaient entendu ce mot tabou qui me poussa à approuver. Un mal aise s'était formé, mais l'homme aux cheveux d'argent ne l'avait pas remarqué. Peut-être ne percevait-il pas le danger ?

Je ne pouvais laisser des personnes attaquer quelqu'un qui a deux reprise était venue en aide à d'autres personnes. Je souriais alors en approuvant pour le suivre, surveillant du coin de l’œil les individus suspects. Ils nous suivirent et cela ne m'enchantait pas du tout. Si seulement je pouvais le prévenir de la menace !


Doucement, je serrais sa main dans la mienne alors que Khun gronda férocement. Heureusement, pas assez fort pour que d'autre l'entende, mais la vibration contre mon torse me fit serrer les dents. Je devais dégager ma main, prendre ma dague au cas où il faudrait passer à l'offensive. Pourtant, je ne voulais pas lâcher la paume chaude qui me tirait et me guidait dans la ville. Pour aller où  exactement ?

Le groupe de trois personnes s'approchèrent plus rapidement. Je serrais les dents en arrêtant brusquement ma route. La main serrée et si douce, je la lâchais pour rapidement sortir ma dague sans toutefois la rendre visible à tous. Khun poussait ce grondement furieux que peu avoir certain canidé quand ils sentent le danger arriver.


-Karira.
Ma voix fut ferme et presque agressive. Je le prévenais de la seule manière que je pouvais le faire car, seul son nom m'était connu. Les trois individus s'approchèrent en bousculant des passants. Le marcher n'était pas loin, fuir aurait été facile, pourtant je devais envoyer un message pour qu'un d'entre eux ne parlent de Khun. Si le message se répandait, si d'autre apprenait… si leur nombre devenait plus imposant ! Je ne pourrais le protéger et fuir ne servirait à rien. Le fait de savoir cela, et une rage sourde gronda en moi.

Codage by Lamire









☼ Khun est un dragon Ciel étoilé

☼ Ma langue est le Thaï
☼ Je parle en #990099
☼ Ma présentation
☼ Ma fiche

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 22
Localisation : Dans une forêt

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 13
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: