Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 21 Juin - 1:51
Image de Couverture
i. le personnage
• NOM : Aran
• PRÉNOM : Evi
• SEXE :
• ÂGE : 20 ans
• TAILLE : 1m80
• RACE : Humain
• EQUIPEMENT : Une Hallebarde.
• FACTION : Hunter Amateur
• NEN : Renforcement
• AUTRE : Ø
ii. les descriptions
mentale
Un grand ciel bleu, bien ponctué de rares nuages clairs. Voilà ce que donne à voir Evi. Ce n'est pas que du chiqué, mais loin d'être parfaitement réaliste comme tableau. Il est vrai qu'il est une personne sereine, rayonnante, pleine de joie de vivre et de gaieté. Travailler sous pression n'est généralement pas un problème pour lui, il n'est ni de nature inquiète ou anxieuse. Est plus fallacieuse cette attitude insouciante et légère dont on peut parfois l'affubler. S'il ne craint pas de prendre des risques, c'est qu'il ne considère ne rien avoir à perdre et qu'il faut bien se donner les moyens de ses ambitions (celles-là pour le coup, totalement démesurées).

Cela se joue sans doute sur un fort besoin de reconnaissance. La reconnaissance des autres, qu'ils le considèrent, qu'ils lui montrent qu'il mérite d'être respecté et respectable. Mais tout autant se prouver qu'il vaut les investissements de tous ces gens qui l'ont accompagné, paternel compris. À ce propos, s'il compte bien retourner vers son île un jour, régler ses comptes. Il entend pour les années à venir mieux apprendre qui il est, voir du pays à s'en faire déborder la panse, en quête de puissance, également. Il a toujours été un enfant curieux, un élève assidu pour peu que l'on sache s'y prendre, sa faim d'inconnu, de conquête ne saurait pas connaître pour l'heure la moindre satiété.

Faible empathie, fort sens de la compétition, on pourrait s'attendre à une personnalité froide et distante. Pourtant, les différents enseignements qu'il aura reçus lui auront inculqué quelques valeurs, celles-ci se répercuteront sur ses agissements. De sorte qu'aujourd'hui et malgré ses prédispositions, il s'aime globalement à aider, réconforter les siens, voire même à se surprendre d'altruisme pour peu que cela ne dérange pas ses plans. En effet, peut se révéler pour lui être un véritable dilemme s'il doit engager sa liberté quand bien même cela serait au service du bien. Être gentil, c'est sympas, mais faible ça va deux secondes.

En outre et pour la faire courte, s'est un bon petit. Il vous tendra la main s'il considère pouvoir se le permettre. Il se dégage de lui une atmosphère plutôt enjouée et légère quand bien même une abîme d'incertitude pourrait le ronger à l'intérieur (même si cela reste peu probable). Il a envie du monde, il pourrait s'effrayer de le vouloir danser dans le creux de sa main. S'il a sur les épaules le poids d'une ambition monumentale, il n'en est pas moins conscient des réalités et du chemin qu'il aura à parcourir pour atteindre de pareils sommets. Il n'empêche qu'il soit prêt à beaucoup de choses, en passant par considérer l'éventualité de quelques entorses à certains de ses principes, tout pourvu que cela ne lui coûte pas sa liberté.
physique
Un large sourire bienveillant, c'est l'image qu'Evi renvoie au monde. Il n'a pas besoin de dévoiler sa dentition pour donner cette impression. C'est une question de présence. On se sent tout simplement bien à ses côtés et la plupart du temps, on préfère juste y rester. Au-delà d'une aura apaisante, il a tous les arguments de la jeunesse. Joli comme un cœur, une gueule (bien qu'assez niaise) d'ange, des muscles pour compenser le sacré déficit qu'il se tape en cellules grises, une hygiène corporelle irréprochable et une pilosité entretenue. Rien à redire en somme.

Là où les choses se gâtent, c'est lorsqu'il doit tomber la chemise. S'il a évidemment (entraînement oblige), ce qu'il faut là où il faut, les traces d'une croissance très rapide ont laissé çà et là quelques vergetures disgracieuses qui ont tendance à le mettre très mal à l'aise. Il a également son lot de cicatrices (des blessures de guerre, dont il tire une certaine fierté), ainsi que quelques brûlures (plus laid à porter qu'une splendide balafre). L'une d'entre elle, imposante, pourrait faire penser à une langue de feu, venue lui lécher tout le flanc droit, de la courbure de la hanche jusqu'à la naissance de l'épaule, dans le dos.

De manière générale, il se déplace menton haut et tête droite, comme on le lui a appris. Il est pourtant très rare qu'on le prenne pour quelqu'un de méprisant, la faute à ce sourire béa qu'il se trimbale. Il ne le quitte que dans les environnements pollués. Effectivement, il supporte très mal les cadeaux de l'industrialisation ! Il serait capable d'y rester, le bougre, s'il devait vivre en ville. Quel malheur, alors, de ne plus pouvoir entendre cette voix si singulière, peu modulable, trop grave pour être nasillarde, trop aigu pour être véritablement agréable.

Faut-il en dire plus ? Il maintient une coupe plutôt courte, mais ses cheveux blonds demeurent désordonnés, ou devrais-je dire, agencé avec goût par son oreiller. Il a les yeux clairs de sa mère, gris bleuté. Une garde-robe très limitée, quelques chandails en lin, blanc-cassé, des pantalons en jeans ou en toile ainsi qu'un set d'armure et une hallebarde (plutôt dure à cachée, elle fait partie intégrante du style vestimentaire d'Evi). Voilà, en somme, ce que vous avez à retenir sur lui.
iii. l'histoire
La naissance d’Evi fut la félicité de son père. Alvin fit le tour de toute l’île avec son précieux fils dans les bras. Malheureusement, ce n’est pas tant l’être qu’il chérissait que la fonction qu’il allait remplir. L’enfant devint clairement l’obsession de son père et à ce titre, Evi fut exclusivement élevé par celui-ci. Le leader Aran délégua la plupart de ses responsabilités et se consacra essentiellement à l’éducation de son seul héritier. Très tôt, tout contact autre que celui de son père lui fut interdit et dès qu’il sut parler son entraînement débuta.

Pendant la première année, Alvin fit la démonstration de ses savoirs faire. La chasse, la survie, les premiers soins, la construction d’un abri, entre autres. La seconde année, le père apprit à faire à son fils la même liste de choses que la première année. La troisième année, le chef reprit quelques-unes de ses responsabilités et laissa Evi se débrouiller seul la plupart du temps. Il devait en faire un manuel avant tout. Il devait pouvoir s’en sortir seul, toujours. Comment prétendre aider tout le monde quand on n'est pas capable de s’occuper parfaitement de soi.

Dès ses 6 ans, le temps d’Evi fut compartimenté en trois axes. Mettre en œuvre tout ce qu’il avait appris, améliorer chaque point spécifiquement auprès de son père et repousser ses limites dans chaque domaine et enfin étudier. En effet, être en mesure de lire un contrat, de comprendre un procès-verbal est également d’une importance capitale. C’est aussi le rôle d’un leader en cas de litige. Ce train de vie poursuivit jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de 10 ans, progressivement, le père s’effaçant de plus en plus des expérimentations de son fils.

C’est la dizaine passée qu’Alvin passa aux choses sérieuses. Si les journées d’Evi étaient toujours découpées en trois temps. Cette fois, son père ne cherchait plus à lui apprendre quoi que ce soit, à la place, il testait ses limites physiques. Augmenter sa masse musculaire, améliorer son endurance, sa résistance à des conditions extrêmes, aux drogues et poisons ainsi qu’à la douleur. C’est lors de cette période qu’Evi décora son corps du plus grand nombre de ses cicatrices, notamment sa brûlure du flanc droit qu’il se fit, bloqué, un peu trop proche d’une coulée de lave.

Lorsque l’on apprit l’accouchement prochain de Meera, la mère d’Evi et femme d’Alvin, pour la première fois en neuf ans, ils retournèrent tous les deux au domaine familial. Pour la première fois, le jeune blond détecta dans les yeux de son père un élan de tendresse incommensurable et un espoir quasi-palpable. Il voulait une fille, un être à cajoler et à choyer. La nouvelle fit son chemin dans le cerveau endoctriné du petit. Pour n’y avait-il jamais eus droit ? Qui était pour lui cette femme auprès de qui on lui demandait de demeurer en silence ?

Tant de questions qui venait secouer le garçon jusque dans son noyau dur. Lui qui n’avait jusqu’ici jamais eu le loisir de penser, voilà qu’on lui accordait un temps de répit avant la naissance du prochain enfant Aran. Il en profitait pour se demander quel serait son avenir si c’était bien une fille qui venait à naître. Est-ce que son chef le délaisserait ? Est-ce qu’il aurait encore de l’importance à ses yeux ? Evi qui admirait son géniteur plus que tout au monde était en plein bouleversement intérieur. Et cette angoisse lisible sur le visage de cette femme à qui il ne pouvait se résoudre à parler…

« Mes félicitations, c’est un garçon. » Alvin quitta silencieusement la pièce, tandis que Meera exultait de joie. Evi, à qui on avait commandé de rester dans le couloir, regardait son père s’éloigner. Dans la chambre à côté, le bébé criait de tout ses jeunes poumons. Le blondinet hésita, devait-il suivre son père à cet instant ? Le rire de Meera attira son attention. Curieux, il passa sa tête dans l’encablure de la porte. Il découvrit pour la première fois un visage empli de bonheur. Un simple tableau, une mère et les quelques cheveux bruns d’un nourrisson, son frère. Sans savoir s’il pouvait s’approcher davantage, il resta là.

Il s’appelait Ose. Même si lui-même n’était pas affublé du plus évident des prénoms, Evi ne pouvait pas s’empêcher de le trouver drôlement bizarre, ce prénom. Le lendemain, déjà, Alvin décidait de retourner dans les bois, il y avait fort à faire avec son successeur. Cependant, Evi formula son tout premier caprice, il souhaitait rester, ne serait-ce qu’un jour de plus, pourquoi une semaine, pas bien longtemps, juste le temps de… Le temps d’apprendre à le connaître. Devant ce tout premier affront, le père claqua si fort son fils à la joue qui valdingua plusieurs mètres plus loin.

Evi s’excusa. Alvin ne répondit rien. Ils retournèrent à leur campement prêt des chaînes montagneuses. Un mois durant, le petit d’homme vécut un véritable enfer. Il fallut un mois tout entier au leader des Aran à faire le deuil de sa fille. Une fois calmé, le père rentra. Cela prit un mois supplémentaire à Evi pour se lancer sur le chemin du retour. L’ensemble de son corps n’était que sang et eau lorsque son père l’avait quitté. Puis, il y avait aussi à dire adieu à ce qui avait été sa demeure pendant de si longues années, plus même que sa propre maison.

Depuis ce dernier entraînement, Alvin n’avait plus l’air de vouloir adresser la parole à son fils. Il ne comprenait pas pourquoi il lui était aujourd’hui impossible d’entreprendre une discussion avec son père. C’est un jour un oncle qui lui expliqua qu’à l’âge qu’il avait, aux prémisses de la puberté, les jeunes d’ici faisaient le tour de l’île pour en apprendre plus sur les différentes familles, leurs spécialités ainsi que ce sur l’île en elle-même. Elenarda, c’était le nom de cette île sur laquelle il avait toujours vécu.

On retrouvait donc sur l’île : les Aran, les dirigeants ; les Alima, garants de l’ordre et de la justice ; les Aulë, qui donnent dans toutes formes d’artisanats et finalement les Palar qui gèrent l’agriculture et les élevages. Evi n’avait aucune idée de si c’était bien-là ce que son père attendait de lui. Mais puisque cela semblait être ce qu’il était bon de faire à cette époque de la vie et après une semaine à s’entraîner par lui-même, il se dit qu’il pouvait bien se permettre cette étrange fantaisie.

Le début de son tour commença avec les Alima, les représentant de l’ordre. Le travail chez eux était un mélange maladroit de fierté (ou d’orgueil) et d’un poids, d’un fardeau. Ils semblaient tous transits par une cette force supérieure en laquelle ils croyaient tous, la divine Justice. La tâche pouvait être intéressante, exaltante ou même amusante, mais l’état mental dans lequel tout ce beau monde se plongeait rendait toute l’atmosphère si lourde… Pas tout à fait ce qu’Evi envisageait pour son avenir, si tenté qu’il soit habilité à en décider seul.

Ensuite, ce fut le tour des Aulë. Ce n’était pas bien mieux que pour les Alima d’un point de vu très généraliste. Pas bien mieux ne veut pas dire pire pour autant. Rien que le fait que certains d’entre eux puissent développer leur artisanat au rang d’art à part entière était pour lui un très beau présent. Un instant de vie qui valait d’être vécu. Puis, on parlait au côté manuel qu’on avait développé chez lui, alors sans dire qu’il s’agissait-là d’une panacée, on touchait déjà à quelque chose de mieux que pour ce qu’il était des Alima.

Une famille, finalement, attira son attention, les Palar, simples agriculteurs, éleveurs. Retrouver un contact avec la nature, dans un contexte si calme et paisible que la vie à la campagne fit beaucoup de bien au jeune blond. C’est avec un profond soulagement qu’il eut plaisir à redécouvrir l’environnement, quelque part, son environnement. Il n’était pas nécessaire de vivre ou entreprendre les choses avec tant d’urgences et de précipitation. C’est dans ce renouvellement de son regard pour quelque chose qu’il pensait complètement figer qu’Evi fit la rencontre d’un drôle de bonhomme.

C’était un étranger. Cela, il l’avait remarqué tout de suite, mais ce qui en fit plus immédiatement une bête curieuse pour préadolescent, ce fut la manière dont il se présenta, un Hunter Gourmet. Jee, le Hunter Gourmet. Qu’est-ce qu’un Hunter ? À quoi ressemble l’étranger ? Qu’est-ce qu’un gourmet ? C’était la seconde fois de son existence qu’Evi était happé ainsi par un tourbillon incessant de questions. Cette fois-ci cependant, il se sentait si bien, grisé par cette appétit vorace et curieux qu’il se découvrait pour tout ce qu’il ignorait.

Jee prit le temps de répondre calmement à chaque question du gamin, chose dont il était loin d’avoir l’habitude. Il apprit tellement de choses, basiques, en si peu de temps qu’il ne voulait plus lâcher le Hunter. À son contact, il découvrit de nouveaux animaux sur le littoral, Jee, en voyant l’enfant auquel il commençait bien malgré lui à s’attacher s’approcher si facilement de certaines mouettes ou de quelques poissons lui expliqua : « On dit que les bons Hunters sont aimés des animaux », au moment ou une murène venait s’entortiller autour du torse bien abîmé du gosse.

Si Evi garda contact avec Jee, le temps que ce dernier passerait sur Elenarda, il dut cependant poursuivre son tour de l’île. Après les Palar, il fallait à Evi conclure avec les siens, les Aran. Il n’avait aucune idée d'avec qui il allait devoir tirer cet enseignement. Son père ? Sa mère ? Un oncle ? C’est finalement le grand-père qui prit cette responsabilité, une rencontre intergénérationnelle sans précédent pour le blondin. Le vieil homme prit tout le temps de lui expliquer qui sont les Aran. Si aujourd’hui, on peut les considérer comme les chefs de ces lieux, il n’en a pas toujours été ainsi.

C’est par le travail des Aran, contre la loi du plus fort qui régnait jusqu’ici, qu’ils ont réussi à regroupés toutes les famille sous un même étendard. Ils purent par-là même amener une paix durable, puis redistribuer les pouvoirs et tâches à chacun des partis selon leurs maîtrises et leurs intérêts pour la chose. C’est pourquoi, sans avoir de prise directe sur tous les pouvoirs, les Aran pourvoient une ligne directrice à l’ensemble. Ils forment la strate spirituelle de cette société et s’occupent de tout ce qui peut avoir trait à la diplomatie, aux relations internationales.

Le grand-père, après toutes ces explications généralistes, prit la décision d’appréhender les différents préceptes Aran, piliers de leur dynastie. Ces préceptes se reposent sur plusieurs croyances, notamment à des inspirations bouddhistes, en découlent donc de trois grands principes : Je veillerai à conserver envers moi-même le plus grand des respects ; Je m’engage à ne pas nuire, d’aucune façon, à la vie des êtres sensibles. Je m’efforcerai rayonner un état d’esprit empli de bienveillance, de manière égale, à l’égard de tous les êtres. Le grand-père sut que ce genre de discours ne pénétrerait pas aussi facilement le jeune esprit d’Evi, aussi, il se lança, à corps perdu, dans de longues explications.

Il fit prier le jeunot, le fit méditer, se préserver, reposer son âme ainsi que de faire travailler sa patiente. Ce véritable entraînement mental, spirituel et cette forme de construction que le grand-père veut amener à son petit-fils était complémentaire de l’enseignement qu’Evi recevait en parallèle auprès de Jee. Car, oui. S’il avait gardé contact avec le Hunter, ce n’était pas en vain. Le gourmet avait décidé de prendre un à plusieurs mois de plus pour la collecte des divers ingrédients rares et uniques que l’on ne retrouvait que sur Elenarda. Il utilisa son temps libre pour entraîner physiquement Evi, notamment par la pêche, que le jeune semblait apprécier.

L'exercice demandait la pratique de la natation, un sport complet, l'apnée s'il devait pêcher en plongeant, la concentration comme dans tout ce que l'on entreprend, une fois encore la patience s'il devait pêcher plus « traditionnellement », la précision, que ce soit dans chaque geste sans discernement ou plus précisément au moment de frapper avec son harpon. Évidemment, il ne s'agissait là que d'un premier exercice, une certaine approche avec Evi qui pour le coup ne ressentait que pur amusement lui qui n'avait rien connu d'autre que les méthodes brutales de son père.

Ainsi est-il possible de vivre, au-delà de survivre. Emplies de bonheur, telles étaient ses journées dorénavant. Bien sûr, tout n'était pas toujours évident, mais bien accompagné comme Evi l'était, il put gagner la conviction qu'il y arriverait, quels que soient les défis qui l'attendait. Le travail ne fut pas de tout repos, loin de là, mais cela lui permit de constater toutes les vertus des enseignements de son paternel. Même s'il n'était pas en accord avec ses méthodes, incontestablement, les résultats étaient là. Il lui faudrait bientôt confronter son père, mais en attendant, c'est vers les autres membres de sa famille qu'il essayait de rattraper le temps perdu.

C'est à quatorze ans qu'Evi prit finalement la décision d'aller parler à son père. Entre deux et trois ans après son tour de l'île. Il avait fini par passer une année entière auprès du Hunter Gourmet, il avait rallongé son voyage d'un mois en fin de chaque mois jusqu'au résultat qu'on connaît aujourd'hui. À côté de cela, son grand-père avait continué à nourrir l'âme de son petit-fils d'enseignements, de compassion, de pardon. Il s'était rapproché de sa mère, même s'il l'appelait toujours Madame, il avait été là pour les premiers pas de son cadet.

Jee avait entrepris d'enseigner le Nen à Evi, ce dernier, c'était montré particulièrement assidu, surtout après les explications si passionnantes du Hunter. Il avait gardé les bonnes habitudes, incorporées ces nouveaux exercices à son hygiène de vie quotidienne. En partant, c'est ce que lui avait recommandé Jee, que ça le serait incontestablement utile plus tard, surtout s'il entreprenait de, pourquoi pas, devenir Hunter. En bref, Evi était fin prêt à cette confrontation. C'est tout ce que son père attendait, pour lui tout allait pour le mieux. Rien ne déviait de son plan.

Ainsi, de se que prévoyait le père, Evi en avait terminé avec son adolescence, il était prêt à être un homme et à commencer à assumer ses fonctions au sein de la famille Aran, sur Elenarda, dans la lignée de tout ce qu'il avait entrepris et prévu pour lui jusqu'ici. « Je pars. », on pourrait s'attendre à toute une flopée de question, mais rien. « Je pars, parce qu'aujourd'hui, si je restais auprès de vous, je ne saurais pas vous changer et je me perdrais en essayant vainement. », l'information ne semblait pas ébranler le mastodonte. « Je vais explorer ce monde, découvrir tout ce que je ne sais pas. Je reviendrais et ce jour-là tâché d'avoir appris à être un père, au moins réussissez ça pour l'un de vos fils. ».

C'est ainsi que le jeunot quitta son île pour rejoindre une petite bourgade de l'Empire Sahelta où il retrouva Jee. Celui-ci termina ce qu'il avait commencé en initiant, Evi au Ten, après quoi, il lui donna quelques instructions finales avant de se lancer dans une mission des plus ardue sur laquelle le blondinet ne pourrait pas l'accompagner. Avant de partir, le Gourmet fit promettre à son protégé d'attendre son retour pour se présenter à l'examen des Hunters. Il confia la garde du garnement à quelques amis Hunters, parmi eux, bien sûr quelques autres Gourmets, mais également un UMA Hunter, une Treasure Hunter ainsi qu'un couple de Crime & Lost Hunters.

C'est en réalité dans un illustre hôtel co-détenue par Jee et un de ces amis Gourmet qu'Evi avait été placé. Il entendait toute la journée des histoires sur leurs aventures, celle de ce groupe d'énergumènes quasi-ubuesques. C'est là qu'il apprit la discipline des cuisines (en commençant bien évidemment par la plonge), le maniement du couteau ou plus généralement le bon goût gastronomique. Il accompagna quelques fois Antonia la Treasure Hunter, il pouvait lui parler de tout et si on savait si prendre, c'était une bonne pâte, malgré les apparences. C'est après sa participation à l'enquête du couple (une histoire sordide de jeunes adolescents) qu'Antonia le gratifia d'un présent.

Le set d'amure et la hallebarde qu'on connaît à Evi aujourd'hui et c'est ainsi. En ouverture sur le monde, en rencontre, en voyages, en expériences toutes aussi loufoques les unes que les autres que peu à peu Evi glissa de l'adolescence à l'âge adulte. C'est un peu avant ses vingt ans et sans plus de nouvelles depuis ses 15 ans quant à Jee que celui-ci refit surface. Quel genre de mission nécessite de disparaître ainsi cinq années durant ? Décidément, il avait eut beau côtoyer d'aussi prêt des Hunters, jamais il n'avait su percer leurs secrets, il a encore tant à apprendre sur ce monde...

La première étape, c'était l'obtention de sa carte de Hunter, c'est pourquoi comme promis, Jee allait le mettre à l'épreuve afin de le présenter au plus tôt à l'examen des Hunters. Même s'il n'était pas au mieux de sa forme lui-même, cela ne devrait pas représenter une trop grande gêne dans la préparation du garçon, ou plutôt du jeune homme. Il a une rude constitution, de quoi avoir quelques espoirs de le voir revenir en vie !
iv. derrière l'écran
Image Illustration 100x100TON PRÉNOM ? Julien (?)
QUEL ÂGE ? 20 ans
TES CENTRES D’INTÉRÊTS ? Littérature, Philosophie, Sciences (Humaines comme "Dures") et les Arts.
COMMENT TU ES ARRIVÉ(E) ICI ? En cherchant un putain de forum HxH Rpg encore ouvert de nos jours et le premier que j'ai trouvé (peut-être le seul aussi) c'était vous.
QUELQUES MOTS SUR TOI ? Immature - Bien Intentionné - Procrastinateur - Investit - Lunatique - Acharné - Susceptible - Rigolo (?)
Revenir en haut Aller en bas
Evi Aran
Messages : 15
Date d'inscription : 20/06/2018
Age : 21
Fiche présentation : Toulouse, France

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 12
Jeu 21 Juin - 22:18
Salut Eh'n !

Je vois que tu as entamé ta présentation. Si tu as une quelconque question, n'hésite pas, les MP sont là pour ça, la section flood aussi (je passe pas trop en CB).

Bonne continuation dans l'écriture de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Jusseb O'Gatilin
Messages : 112
Date d'inscription : 17/02/2018

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 0
Jeu 28 Juin - 1:36
Impressionnant
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Dim 23 Sep - 3:05
Sacrément belle cette fiche de présentation Smile !
Revenir en haut Aller en bas
Visiteur
Messages : 72
Date d'inscription : 15/09/2017

Fiche perso
AOP: 109
POP: 1260
Réputation: 25
Dim 23 Sep - 8:11
Ouaip. Hélas, j'ai fait faux-bond à ce joueur fidèle faute de motivation en ne voyant pas arriver les nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 927
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 613
POP: 5974
Réputation: 119
Mar 29 Jan - 16:48

Vous pouvez considérer cette fiche comme terminée !
Je me tiens à votre disposition pour toutes questions complémentaires ou modifications à apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Evi Aran
Messages : 15
Date d'inscription : 20/06/2018
Age : 21
Fiche présentation : Toulouse, France

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 12
Dim 3 Fév - 20:49
Faut penser a changer le Titre aussi~
Bref, Coucou coucou-nya, ici la treasur Hunter pour analyser cette fiche!
Bienvenue dans notre monde de mystère, de gourmet, et de Hunter~

Alors voyons se que ça donne en note : 11/20
~Règle générale en écriture tout est bien, mais plusieurs faute de frappe/d’inattention, des syllabe changeant un mot, des lettre manquante en créant un autre, etc.

Description :
-Quelque tournure de phrase me perde un peu je dois dire. Peut-être parce que je ne suis pas la personne la plus « riche » en vocabulaire, qui sait.
-De légère et peu commun faute d’attention et de tape, mais présente
+Mental bien construit, on peut bien se l’imaginer agir.
-Un cas typique de physique « Rien à redire » de beau gosse.

Histoire :
~« Le leader Aran délégua la plupart de ses responsabilités» - Mais, il donne ses responsabilité à qui? Si c’est le chef, et qu’il s’occupe du fils… Un conseiller externe? Sa femme? Mystère.
~«[…]trois axes. Mettre en œuvre tout ce qu’il avait appris, améliorer chaque point spécifiquement auprès de son père et repousser ses limites dans chaque domaine et enfin étudier.»
- Mettre en œuvre; -améliorer chaque point; -et repousser ses limites; -et enfin étudier.
Ça fait quatre non? Ou j’extrapole trop?
~Certaine phrase manque de ‘et’ je trouve.
-« […]lui expliqua [que…] les jeunes d’ici faisaient le tour de l’île[…]» - Je vois pas en quoi cette « épreuve » explique pourquoi le père lui parle plus, étant présenter comme ceci. Ou je prend pas assez la ‘pause’ de phrase.
~« À quoi ressemble l’étranger ?» Mais quelle est cette question? Si Evi l’a vue, il le sais, non?
~Mais… où ils étaient pour qu’une murène sorte de nul part et s’entour en mode « Coucou c’est moi » autour de Evi…?
-«[…] lui qui n'avait rien connu d'autre que les méthodes brutales de son père.» - Qu’on aurait jamais de détail précis a se sujet, ce qui est dommage car on ne peut pas vraiment ressentir le calvaire qu’il a enduré.
~ Je suis pas certain de savoir si c’est une bonne ou mauvaise chose, mais quand Evi quitte son île, en le disant a son père et tout, j’ai l’impression que c’est presque trop « sage » et réfléchi pour un gamin de 14 ans… Décidément, les jeunes sur se forum sont des bêtes.
-Donner un set d'armure et hallebarde me semble un peu étrange alors qu'il savent pas trop son type de combat préféré... Et si Evi était un sniper dans l'âme?

-On a vu pas mal de personne vivant sur une île et/ou être durement entrainer par leurs, ou un, parent, avec ce côté "Tribal"/Clan.

C'est tout pour ma part. Plus qu'un autre avis et tout serra bon ici!









Thème :
|Principal|
|Eileen~ <3|
Un Drôle de Bonhomme. YMAnpgF
Revenir en haut Aller en bas
Eldy Mayora
Neko-neko
Eldy Mayora
Messages : 187
Date d'inscription : 30/11/2018
Age : 27
Fiche présentation : Voir contact

Fiche perso
AOP: 500
POP: 4000
Réputation: 6
Lun 4 Fév - 10:05
Salut Evi et désolé pour l'attente.

Entamons la description mentale. Elle est assurément de bonne facture. Personnage plutôt "doux" dans l'idée sans pour autant être lisse et insipide, qui plus est, cerise sur le gâteau, cette description est raccord avec l'idée qu'on se fait de ceux du renforcement (bien que l'analyse soit plutôt arbitraire). Tu prends le lecteur à rebours en développant sur son absence d'empathie sans pour autant en faire un personnage froid et calculateur. Pas de cliché ici, un personnage complet dans le fond offrant de nombreuses possibilité de jeu du point de vue de sa psyché.
Pas de fioritures, mais c'est un sans faute selon mes critères.

Joli comme un cœur, une gueule (bien qu'assez niaise)

Mieux vaut employer le "-" que la parenthèse pour faire une digression dans une phrase. D'autant plus que tu as tendance à en abuser.

Description physique moins enthousiasmante. On se représente très bien la bonhomie et le caractère inoffensif du personnage dans l'apparence, de même que son allure, ce sont des détails essentiels. En revanche, pour ce qui est de décrire son visage, on est dans le vague absolu. Costaud avec un pilosité bien entretenue... ça pourrait être la description de Chewbacca autant qu'on sache. Une description qui partait bien mais au final peu inspirée.

La biographie aurait pu nous présenter le clan dans lequel évolue ton personnage avant de nous narrer sa naissance. Il s'agit là d'un mode de vie assez peu contemporain et donc atypique, nous familiariser avec d'emblée est un pré-requis nécessaire pour que le lecteur comprenne dans quoi il évolue.
Parce qu'entre la chasse et l'apprentissage de l'art ancestral du procès-verbal, je suis un peu perdu. C'est un indien dans la ville ou Pinot simple flic ?
D'autant plus qu'on ne pige pas trop le pourquoi du comment. On ne sait pas à être le leader de quoi ton personnage est destiné ni des raisons de ses entraînements. On ne sait vraiment pas à quoi ces entraînements multiples et variés le destinent.
Tout PNJ est figurant, Jee n'a pas de personnalité, le père comme le reste de la famille dont on ne saisi pas où tu veux en venir avec ces histoires de nouveau-né puisqu'on ne connaît rien à la sociologie de ce gens.

Ce qui le motive à vouloir devenir Hunter est assez vague dans l'idée. En principe, c'est une vocation ou un objectif pour assouvir ses desseins futurs grâce à ce que permet la licence. Là... on ne sait pas trop en fait. Les compagnons Hunter de Jee sont présentés - mais pas développés - trois paragraphes avant la fin. Ce sont en principe des personnages importants, l'une d'entre eux lui donnera même son arme et armure.

Je n'ai pas été charmé par cette biographie qui va dans tous les sens pour au final aller nulle part en particulier. C'était assez déroutant.

Pour moi, 12 pour le tout. Avec Eldy, ça fait un moyenne de 11,5 qu'on arrondit à 12.

Te voilà validé à 12 PR. Pense à poster ta FT et bon jeu !

Encore une fois, désolé pour le délai.



Revenir en haut Aller en bas
Lejinoss Taibug
Messages : 927
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 26

Fiche perso
AOP: 613
POP: 5974
Réputation: 119
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: