Au sommet, les charognards

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au sommet, les charognards

Message  Lejinoss Taibug le Dim 13 Aoû - 10:19

Malmenée aussi bien par sa hiérarchie que ce trublion venu exiger un rendez-vous, la frêle secrétaire au tailleur impeccable acquiesçait nerveusement tout en répondant au téléphone, estimant qu'elle devait exprimer de par sa gestuelle une soumission envers l'interlocuteur qu'elle avait à l'autre bout du fil, hasardant - entre deux courbettes - quelques regards tout aussi nerveux en direction de l'homme qui reposait ses avants-bras sur le guichet en face d'elle.
Ce n'était pas tous les jours qu'elle recevait un Hunter. Comme le commun des mortels, sa vie aurait pu s'écouler tristement sans qu'elle en rencontre un. Et pourtant, il était bien là. Dans ses fantasmes les plus fous, la trentenaire s'était imaginé le profil type du Hunter, celui d'un homme musclé, la mâchoire carrée derrière une barbe de deux jours, la peau bronzée par le climat d'on ne sait quelle île tropicale où il aurait été faire des découvertes prodigieuses. Elle tombait de haut en scrutant occasionnellement Leji qui attendait en soupirant, appuyé le guichet en bois de chêne.

Bien évidemment, elle avait douté du statut de Hunter de cet énergumène orangé venue la déranger à son standard, une licence pouvait très bien se contrefaire. Le fait qu'il fissure le mur d'un coup de poing - aidé du Nen - pour marquer le coup acheva de la persuader qu'elle n'avait pas affaire à un faussaire quelconque. Puisqu'il avait exigé d'elle qu'elle contacte les dirigeants de la société, perchés au dernier étage du building leur appartenant, la zélée secrétaire avait fait de son mieux. Passant d'un intermédiaire à l'autre, elle avait escaladé la chaîne de commandement plus haut qu'elle ne l'avait jamais fait auparavant pour enfin converser directement avec l'un des grands chefs du conseil d'administration de Solenia Company.

- Ah... O...Oui monsieur ! Oui ! Pardon monsieur. Je transmets monsieur. Merci monsieur. Bonne journée monsieur.

Détective à ses heures perdues, Lejinoss avait déduit que la petite secrétaire avait eu un homme au téléphone. Enfin elle avait raccroché, la sentence allait tomber. Bientôt il pourrait frayer avec les grands de ce monde - les plus fortunés en tout cas - et leur soutirer quelques milliards moyennant des bribes d'informations scientifiques. Enhardi par cette perspective, après avoir conduit des jours et des nuits entières, ses cernes nettement plus visibles qu'à l'accoutumée, il se frotta les mains prêt à entendre la bonne nouvelle.

- Ces messieurs ne sont pas disposés à vous recevoir pour le moment. Peut-être devriez-vous prendre rendez-vous.

Tentant au mieux de paraître professionnelle, la petite réceptionniste déglutit, craignant la colère d'un homme qui avait - avec peine - fissuré un mur en briques d'un simple coup.

- Qu'est-ce que c'est que ces conneries encore ? Vous leur avez dit que j'étais Hunter ?

N'ayant de légitimité que de par son statut, n'existant que grâce à sa licence, il la brandissait sous le nez de toutes et tous pour tout se permettre. Mais face à des propriétaires d'une multinationale valant des milliards et cotée en bourse, l'association Hunter n'était au mieux qu'un sympathique ramassis de manouches écologistes à leurs yeux.
La demoiselle acquiesça silencieusement pour lui répondre, commençant déjà à suer et entamer son fond de teint.

- Et qu'est-ce qu'ils ont dit exactement ?

Cherchant du regard un échappatoire fictif, souhaitant sombrer dans un coma profond alors qu'elle étouffait de par l'atmosphère lourde qui se levait - l'hirsute usant de son Ren par intermittence - elle tenta de mentir du mieux qu'elle put.

- Oh eh bien... Ils ont dit que... bien qu'ils étaient honorés de la présence d'un membre de la si prestigieuse association Hunter, ils avaient énormément de travail et ne pouvaient, au nom du principe euh.... d'équité, oui voilà, d'équité ! Ils ne pouvaient pas vous recevoir sans rendez-vous quand d'autres devaient attendre des mois pour leur parler.

Son mensonge énoncé, elle battit rapidement des paupières un sourire crispé aux lèvres. Incrédule de nature, il allait de soi que Leji n'achetait pas ce qu'on venait de lui vendre. Haussant le ton, se mordant la lèvre inférieure en écarquillant légèrement les yeux, il répondit sèchement :

- La vérité grognasse !

Un "hiiiii" court et strident s'échappa de la gorge de la petite secrétaire innocente qui se protégeait de ses bras en fermant les yeux.

- Ils ont dit que les Hunters n'étaient qu'une bande de pisseux bons à leur lécher la raie à moindre frais ! "Hiiiiiii".

Se redressant, comme sonné par ce manque de respect qui aurait pourtant pu être de son cru, hagard, Lejinoss s'avança doucement en direction de l'ascenseur. Au diable la bienséance, c'est sans rendez-vous qu'il comptait discuter avec le conseil d'administration. Prudents, surtout depuis qu'ils l'avaient vu s'en prendre au mur, trois agents de sécurité à la carrure pour le moins dissuasive se postèrent devant les portes de l'ascenseur convoité.

- Mon petit gars il va être temps pour toi de retourner d'où t'es ve....

Une abondante quantité d'urine s'écoula soudain le long du pantalon de ce brave colosse qui avait posé sa main sur le torse de l'hirsute afin de lui signaler qu'il n'irait pas plus loin. Le Ren - même s'il ne pouvait l'exprimer plus de trois secondes d'affilée - faisait toujours son petit effet, d'autant plus couplé à un regard hargneux.
Pour marquer le coup une fois de plus, déjà épuisé par un usage intensif du Nen pendant quelques secondes à peine, il frappa violemment le mur à proximité pour s'imposer une fois de plus comme l'entité la plus puissante de l'étage.

- D'autres volontaires pour m'empêcher de prendre l'ascenseur ?

Dit-il en jouant le caïd, rôle qui lui allait plutôt mal quand on connaissait sa nature profonde, lâche et veule.

- N... non monsieur. Mais je pense que vous allez devoir monter les escaliers.

Tournant la tête en direction de la surface métallique qu'il venait de frapper, Leji avait brillamment détruit le bouton pour appeler la cage d'ascenseur. À trop vouloir surjouer la colère, cela finissait inévitablement par se retourner contre soi.

- Ah merde, le con... C'était bien mon intention connard ! Les ascenseurs c'est pour les feignasses de ton genre.

Fier comme un paon, passant à la fois pour une brute et le dernier des cons, il se dirigea vers la porte des escaliers, s'acharnant sur la poignée d'une porte qu'il n'arrivait pas à ouvrir.

- Euh... Il faut tirer la porte... pas... pas la pousser.

L'hirsute préféra sa mordre la joue que de répondre et s'engouffra dans la cage d'escalier. Une fois le premier étage atteint, il prendrait l'ascenseur. Hors de question pour lui d'escalader une soixantaine d'étages à pied. Il n'était pas ce genre de Hunter.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au sommet, les charognards

Message  Lejinoss Taibug le Lun 14 Aoû - 14:02

Devant les portes de l'ascenseur du premier étage, Lejinoss Taibug patientait docilement. Impatient - il y avait de quoi - il sautillait légèrement, se mettant sur la pointe des pieds pour retomber sur ses talons restant le nez en l'air. Considérant la taille de l'immeuble, il trouvait normal ou en tout cas concevable de devoir attendre tant et tant. Derrière lui passaient les employés de Solenia, diminuant la tonalité de leur conversation en passant à proximité, le regardant du coin de l'œil comme s'ils avaient affaire à un étranger dont ils ne voulaient pas.
Lui non plus ne voulait pas être là. Cet incident au rez-de-chaussée l'avait amené à se fourvoyer parmi la plèbe bureaucratique, une engeance qu'il avait longtemps fréquenté - en faisant parfois partie intégrante - du temps où il œuvrait comme ingénieur en sécurité informatique. Orgueilleux ou stupide, il souffrait de les fréquenter de si près tant il avait une haute opinion de lui. L'hirsute était déjà élitiste du temps où il n'était rien, il allait de soi que sa licence Hunter en poche ne l'avait pas rendu plus humble.

Un imprudent se risqua à lui adresser la parole alors qu'il apercevait ce nouveau venu en orange fredonner un certain air avec entrain. L'employé, un petit brun d'une quarantaine d'année, une caricature de bureaucrate, se permit de l'interpeller alors qu'il passait derrière lui avec une camarade à l'allure aussi insipide.

- Excusez-moi, vous êtes le réparateur ?

Bouche légèrement entrouverte, yeux de merlan fris recouverts de sourcils légèrement froncés, Lejinoss été presque choqué qu'on puisse avoir la bêtise de le rabaisser à un rang de réparateur d'ascenseur.

- Franchement, j'ai une gueule de réparateur ?

Face à cet individu mal rasé, mal embouché, habillé en unicolore comme portant une combinaison, l'employé n'osa pas répondre "oui" mais ne préféra pas mentir en prétendait que non. Sa collègue n'avait pas manqué de paniquer en comprenant soudain à quoi elle avait affaire, tirant le brun à cravate vers elle pour lui murmurer nerveusement quelques conseils. Déjà, depuis le rez-de-chaussée, on avait fait remonter par courriel la présence d'un Hunter suspect et violent qu'il valait mieux éviter pour des raisons de sécurité. Une main dans une poche, Leji s'affairait à se déboucher l'oreille gauche de son auriculaire en regardant les vermines salariés l'observer avec un air terrifié avant de fuir prudemment.

- Tas de larves va.

Et il s'en retournait à son amour premier : patienter d'ici à ce que l'ascenseur l'arrive. Passe-temps aussi chronophage que psychiquement éreintant, en attestait l'agacement avec lequel il tapait du pied. Mais puisque le mot était répandu qu'un Hunter supposé émérite était infiltré dans l'entreprise, un moustachu dégarni à la panse légèrement débordante l'agrippa à sa manche courte, le faisant chanceler.

- C'est vous le Hunter hein ?! Paraît que vous êtes balaise pour trouver des trucs et élucider des mystères, j'ai besoin de vous ! C'est capital.

Reprenant son équilibre, l'hirsute maugréa entre ses dents.

- Ce dont t'as besoin dans l'immédiat c'est de me lâcher avant que je te défonce à coup d'extincteur...

Obéissant mais ne se démontant pas pour autant, le ventripotent de service persista dans ses doléances.

- Je sais bien que vous autres vous êtes des cracks, vous bravez des dangers, vous vivez des aventures épiques, mais nous autres, les pauvres couillons qui payons des impôts - qui soit dit en passant servent en partie de subventions à votre association là - bah on a nos problèmes aussi. Voilà.... on aimerait découvrir qui pique nos sandwichs dans le frigo.

Un silence aussi prévisible que gênant prit place dans le couloir. Après que les deux hommes se soient scrutés pendant des secondes qui semblèrent durer des siècles, le temps pour que Lejinoss puisse mépriser pleinement son interlocuteur, il poussa enfin un long soupir de résignation. Le couplet sur les subventions et notamment sur le fait qu'il était tacitement redevable aux contribuables de tous les pays finançant l'association l'avait plus ou moins convaincu. Ça, et parce qu'il s'emmerdait à rester debout à attendre que l'ascenseur ne vienne.

Jovial, ravi même, son nouveau compère moustachu se pressa de le mener à la salle de repos. Là, parmi les siens il le pointa du doigt en le présentant comme un homme providentiel, peut-être même un messie des temps nouveaux. On faisait des gorges chaudes à l'idée de voir enfin un Hunter à l'œuvre. Un Hunter qui, contrairement à ce qu'ils croyaient, n'avait rien de brave ou d'aventurier.
"Ooooh" firent-ils lorsque Leji fit apparaître son Key Data avant de le rentrer dans le frigo où étaient stockés les précieux sandwich. Dix minutes à attendre avant que les données soient assimilées. Durant ce temps où il aurait pu prendre son ascenseur, il était contraint de subir la conversation de ces larves de bureau qu'il méprisait tant. Le bon côté des choses était qu'il était parvenu à obtenir des informations comptables particulièrement savoureuses qui lui permettraient de mieux négocier ce qu'il aurait à vendre au conseil d'administration de Solenia.

Quand enfin il put matérialiser la disquette, l'hirsute l'enfonça dans le crâne chauve de celui qui lui avait fait perdre son temps. Enfin le mystère allait être révélé.

- Bon sang mais bien sûr ! C'est Noloré de la sécurité ! C'est pour ça que les enregistrements vidéo de la salle de repos n'étaient jamais trouvables !

- Putain mais vous auriez peu deviner tout seul quand m...

Pas le temps de finir sa phrase. Déjà, des projets de lynchage mûrissaient dans l'esprit chagrin des employés de bureau. Puis, leur veulerie coutumière reprenant le dessus, ils modifièrent leur projet et consensus fut fait que tous le supprimeraient de leur liste d'amis sur Facebox. La révolution était en marche.
Traînant des pieds, aussi atterré par la stupidité de ses contemporains que de la sienne l'ayant amené à user de son Hatsu pour une affaire aussi lamentable, il plaça son front sur la porte de l'ascenseur, attendant toujours désespérément que les portes s'ouvrent enfin.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au sommet, les charognards

Message  Lejinoss Taibug le Mar 15 Aoû - 16:32

"Ding" fit le son annonciateur du soixantième étage. Ce même bruit avait retenti par cinq fois sur sa trajectoire ascensionnelle, faisant escale chaque fois qu'un employé de Solenia - souvent trop feignant pour descendre un ou deux étages à pied - sollicitait à son tour l'ascenseur. Tandis qu'il scrutait fixement le compteur affichant l'étage auquel il se trouvait, Leji en vînt à se demander si d'autres Hunters avaient déjà connu des épreuves aussi peu palpitantes que la sienne présentement. Il faisait honte à la profession, cela, il le savait et s'en accommodait. Toutefois, de là à ne vivre aucune aventure trépidante, à ne pas œuvrer pour la collectivité de par des "chasses" cruciales, il aurait au moins aimé ne pas autant se fourvoyer dans les méandres poisseux et lamentable de l'entreprise du tertiaire simplement pour faire fortune.

Sa fortune avait donc sonné. Au sommet, enfin, les portes du paradis du capitalisme s'ouvraient. Elles étaient en métal et coulissaient alors que les anges chantaient "Dernier étage : bureaux des administrateurs". Soufflant du nez pour extérioriser une rage sourde qu'il avait accumulée depuis le début de son périple au sein de Solenia, il pénétra d'un pas pressé la salle du conseil d'administration. Là, faisant irruption dans ce qui semblait être une salle de réunion, il fut attendu par quatre hommes dont les visages étaient teintés d'une austérité bureaucratique relevant presque du caricatural. Certains avaient des têtes à claques, d'autres des têtes de patrons d'entreprise. Eux avaient les deux.
Le plus jeune, un cadre dynamique aux dents bien blanche, nonchalamment installé sur un fauteuil hors de prix le pointa de l'index en clignant de l'œil.

- Vous devez être monsieur Taibug ! Le Hacker Hunter.

D'ici à ce que leur invité forcé parvienne au dernier étage du siège social de l'entreprise, le quatuor avait eu le temps de faire ses recherches - grâces à leurs réseaux divers et variés - afin d'obtenir des informations sur ce Hunter qui avait insisté pour les rencontrer malgré leurs objections. En un sens, en montrant à quel point ils en savaient à son sujet, le conseil d'administration espérait mettre la pression sur l'hirsute dans leur salle de réunion.
Imitant son interlocuteur, brandissant à son tour l'index en clignant de l'œil, Lejinoss surenchérit aussitôt :

- Et vous devez être les salopards qui ont cherché à me foutre dehors en m'insultant au passage.

Manifestement, il n'était pas impressionné. Quelqu'un de perspicace aurait même pu le deviner quelque peu agacé.

- J'ignore ce qu'on a bien pu vous transmettre au guichet, mais je vous assure que nous sommes restés courtois. Solenia Company a à cœur de collaborer avec l'association Hunter. Jamais il ne nous viendrait à l'esprit de...

Obséquieux et chauve du dessus du crâne, un sexagénaire tentant au mieux de dissimuler les aléas de l'âge par la chirurgie esthétique et les implants capillaires avait tenté de désamorcer la situation. Puisque Hacker Hunter il y avait, autant composer avec.

- Ouais ouais, ravi de tant de bonnes intentions... Si on pouvait en venir au plus pressé, ça m'arrangerait.

Tous les quatre s'observèrent successivement les uns les autres, cherchant qui devrait prendre la parole. L'un des deux hommes n'étant pas intervenu, un spécimen à l'épaisse carrure et aux mains aussi velues que sa vue semblait basse - en attestait ses épaisses lunettes - se décida alors à discuter.

- Il me semble que vous nous proposiez... Des informations scientifiques capitales. C'est bien cela ?

C'était cela sans être cela. Lejinoss soupira comme il avait l'habitude de le faire. À tous, il leur expliqua qu'il avait un moyen d'obtenir des informations qui dépassait l'entendement, manière de botter en touche pour ne pas parler du Nen. De par ce moyen, il était parvenu à acquérir des décennies de données stockées par une ONG spécialisée dans les découvertes marines dont l'intérêt scientifique pour les multinationales dépassait l'entendement notamment au niveau des applications pour l'industrie.

- Et donc, vous vous proposez aimablement de nous les faire partager.

Il y avait eu un malentendu.

- Politiquement parlant, je suis pas très porté sur le partage. J'avais plutôt dans l'idée de vous les vendre le prix cher.

Sapé et coiffé comme le dernier des manouches, l'hirsute n'inspirait pas vraiment la confiance quand il était question de causer commerce. Sa licence seule était la raison pour laquelle la police n'avait pas encore fait irruption dans le bâtiment. Puisqu'on s'obstinait visiblement à ne pas le croire, ces histoires d'obtentions de données relevant de l'illusoire selon les quatre hommes, Leji soupira pour la deuxième fois depuis qu'il les fréquentait, son Key Data surgissant dans sa main sous le regard ébahi de son public restreint.

- Je me doutais bien que vous auriez besoin d'une preuve alors soyez attentifs.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au sommet, les charognards

Message  Lejinoss Taibug le Jeu 17 Aoû - 11:26

Confronté à l'inconnu, le conseil d'administration était partagé entre scepticisme et curiosité. Si la version selon laquelle leur encombrant invité pouvait s'accaparer n'importe quelle donnée "par magie" avait achevé de les convaincre sur le fait qu'ils avaient affaire au dernier des forcenés, le fait qu'il fasse apparaître ex-nihilo une clé USB et plus tard une disquette dans sa main les disposait davantage à la crédulité.
Son Key Data enfoncé dans la table dix minutes durant puis retiré sans laisser de trace avait suffi à tempérer ces messieurs. Tous écoutèrent religieusement les indications du Hunter en orange venu leur apporter la bonne nouvelle - moyennant pécule - qui leur communiquait à présent toutes les conditions incombant à l'acquisition des données contenues dans la disquette.

- Seulement pour une heure ?

Leji maudissait cette condition autant qu'il souffrait de devoir patienter dix minutes à chaque fois, mais trop novice à la constitution d'un Hatsu viable, encore trop récemment initié au Nen, il avait dû compenser son manque d'expérience avec un lot de serments contraignants pour faire fonctionner son Key Data. La limitation dans le temps de l'obtention des données risquait de tirer le prix des précieuses informations qu'il avait à vendre vers le bas.

- Il suffit que quelqu'un de suffisamment rapide avec un clavier entre un maximum d'informations sur ordinateur. En une heure, y'a de quoi faire.

Quoi qu'il en fut, ce n'était pas tous les jours que quelqu'un se présentait avec l'équivalent de dix ans d'avancées technologiques potentielles dans une disquette. Mieux valait en tirer le meilleur profit lorsqu'on était chargé de l'administration d'une multinationale de l'envergure de Solenia, ou de n'importe quelle autre d'ailleurs. Tous ici le savaient, Lejinoss le premier et il comptait bien menacer de fournir les informations à la concurrence pour faire grimper les enchères si le prix ne le satisfaisait pas.

- Pour vous donner la preuve que je ne raconte pas de conneries, je vais transmettre la disquette que je viens de générer à l'un d'entre vous. Toutes les informations qui ont été en contact avec la table dans laquelle j'ai planté mon Key Data vous parviendrons. Je sais, ça a l'air abstrait dit comme ça, mais vous comprendrez.
Qui veut faire le cobaye ?


Ce n'était pas qu'ils n'avaient pas confiance, mais n'importe qui y aurait réfléchi à deux fois si ce qui ressemblait à un mélange de manouche et de bagnard se proposait de vous insérer une disquette de quinze centimètres du quinze centimètres dans le corps. Les plus jeunes étant les plus stupides et, de par le fait, les plus audacieux, c'est le minet aux dents refaites qui se proposa. Sans fioriture ni retenue, l'hirsute s'empressa de lui enfoncer les informations qui s'insérèrent dans le front de sa victime comme s'immergeant dans un liquide avant de disparaître totalement dans son crâne. Le Key Data ne nécessitait pas que la disquette soit insérée aussi violemment, mais puisque personne d'autre que Leji ne pouvait le savoir, ce dernier ne se privait jamais d'y aller de bon cœur.

- Monsieur Dünoa, votre verdict ?

Sonné - autant par le coup que les innombrables informations venues encombrer son esprit - la caricature de cadre dynamique souriait beaucoup moins. D'abord blême, il se fit un peu plus rageur, nez retroussé, yeux froncés à s'en briser les arcades sourcilière, il scruta un à un ses homologues. Manifestement, les informations qu'il venait de s'accaparer n'étaient pas reluisantes.
Mains dans les poches, adossé au mur, baillant sans mettre la main devant sa bouche, il tardait au Hacker Hunter de pouvoir enfin obtenir leur confiance ainsi que les liasses de billet qui iraient de paire.

- B... Bande de....

Se redressant, bondissant même, le requin aux dents bien blanches n'était pas foncièrement ravi de ce qu'il venait d'apprendre.

- Porricaaaaa ! Ce que t'as fait à ma secrétaire sur cette table... tu.... tu....

Angoissé, il se prit la tête entre ses mains. Une connaissance trop approfondie et aussi subite de certains sujets pouvait rendre fou qui n'y était pas préparé.

- J'étais fiancé à elle putain !

- La vache... c'est encore mieux que les feuilletons à la télé...

- Et vous deux ! Je sentais bien que vous cherchiez à me foutre dehors ! On a peur pour sa place hein ?! De plus pouvoir gérer Solenia dans la direction que vous voulez ! Mais... mais.... Putain ! De là à envisager de me buter !

Lorsqu'un élément hystérique se décidait à balancer des vérités en face, il y avait de quoi être gêné. À plus forte raison s'il était question d'un assassinat ourdi autour de la table. En cet instant pour le moins critique, Lejinoss commençait à grincer des dents. Sa démonstration de Hatsu avait été efficace, alla même au-delà de ses espérances. Cela, il s'en rendit compte lorsque son cobaye enragé sortit une arme dissimulée sous le bureau de la discorde.

- Je sais tout ! Tout ! Même sur ce qui se tramait ici avant que j'arrive ! Ce flingue là ! Vous l'aviez planqué il y a plus de dix ans à l'époque où vous aviez invité des mafieux pour des négociations de contrat. Des mafieux ! Mais on est en plein délire ! La comptabilité.... les... les appels... bordel, comment j'ai fait pour ne rien voir ?!

Toute personne censée se trouvant du mauvais côté d'un calibre neuf millimètres devait savoir user de diplomatie pour prolonger son espérance de vie. Déglutissant, l'un des charmants collègues du bellâtre devenu fou tenta de désamorcer la situation. Après tout, s'ils savaient étouffer les conflits sociaux, rien ne serait plus facile pour eux de calmer un forcené avec quelques mots bien trouvés.

- Écoute Librik tu....

La diatribe fut stoppée par un coup de feu. Trop courte fut la carrière de cet orateur mort dans la force de l'âge. Maintenant que les négociations restaient inenvisageables, les deux survivants se ruèrent jusqu'aux escaliers. Le reste de la scène se déroula alors dans les cris et la fureur. Une dizaine de coups de feu supplémentaires retentirent. Et là, plus un bruit. Figé contre le mur sur lequel il s'était adossé plus tôt, mains dans les poches toujours, Leji vit le jeune administrateur revenir d'une démarche lente, le visage décomposé.

- Tout ce en quoi je croyais... une illusion... rien qu'une illusion. Le rêve est fini. Oui... il... il est fini. Il est temps de se réveiller.

Orientant l'arme vers sa tempe, le jeune homme s'affaira à repeindre le mur le plus proche de sa cervelle, quelques morceaux se retrouvant propulsés sur la chemisette ainsi que le visage de ce Hacker Hunter initialement venu pour les aider à faire prospérer leur entreprise. Clignant des yeux à de multiples reprises, d'abord pour revenir à lui après ce massacre surréaliste, mais aussi pour se débarrasser de l'hémoglobine qu'il avait reçue dans les yeux, l'hirsute dû se rendre à l'évidence.

- Bon... C'est pas ici que je trouverai mon oseille.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au sommet, les charognards

Message  Lejinoss Taibug le Ven 18 Aoû - 11:23

- Et donc vous avez tout de suite pensé à nous ?

- Naturellement.

Assis dans un fauteuil presque princier, un verre de bourbon à la main, on avait enfin su le recevoir comme il méritait. Plus tôt, cinq jours auparavant exactement, Lejinoss avait envisagé de menacer Solenia de s'adonner aux pourparlers avec la concurrence si le prix pour la disquette ne lui convenait pas. Le conseil d'administration réduit à néant, son innocence actée - vidéosurveillance à l'appui - il était parti à la recherche d'une nouvelle proie à hameçonner. Un P.D.G très réceptif à sa proposition à l'autre bout du fil, un rendez-vous fut convenu dans les plus brefs délais. Ascenseurs fonctionnels, personnel au petit soin, enfin on estimait à sa juste valeur l'apport scientifique subtilisé par le hacker Hunter.

Démonstration faite de son hatsu - ne menant cette fois à aucun massacre - confiance lui fut accordée par les actionnaires mis en relation avec leur P.D.G par vidéoconférence.

- Vous reprendrez bien un autre verre ?

Agréable mais surtout mielleux, Vibbar Necco, P.D.G de Vindicator corp cherchait à s'attirer les faveurs de l'hirsute en orange, espérant sans doute par ce biais faire baisser le prix des informations capitales qu'il possédait.

- Non, non, j'ai un avion à prendre dans très peu de temps, j'aimerais que la transaction se déroule rapidement.

Visage figé, contenant au mieux sa frustration de ne pas pouvoir alcooliser davantage le Hunter pour mieux tirer parti de négociations éventuelles, Vibbar rangea la bouteille de bourbon avant de revenir légèrement plus offensif.

- Combien en voulez-vous ?

Sans détour, pressé lui aussi que se passe la transaction, la multinationale dont il était en charge ne pouvant qu'y gagner, le P.D.G allait entamer les négociations. Aguerri à la tâche, il espérait bien faire l'affaire du siècle.

- Combien vous m'en proposez ?

Et les préliminaires commencèrent ainsi. C'était le premier qui annonçait un chiffre qui partait en la plus fâcheuse position. Multipliant les politesses l'un comme l'autre, ils ne cessaient de se rejeter la balle. "Et vous ? Que comptiez-vous en tirer" demanda le premier "J'aimerais connaître l'étendue de vos moyens avant de pouvoir me prononcer" répondait le second. Le zèle de courtoisie dura un temps jusqu'à ce que Viddar abandonne les lettres pour les chiffres.

- Cent millions de jenis.

Silence immédiat. Pensif, Leji fit tourbillonner le fond de bourbon dans son verre, l'ingurgita cul-sec puis se leva.

- Comme je vous l'ai dit, j'ai un avion à prendre. Navré de vous avoir fait perdre votre temps.

Aussi poli que condescendant, c'était de cette manière que l'hirsute fit savoir à son interlocuteur que son offre ne pouvait être sérieuse.

- Cinq-cent millions !

Davantage intéressé, la bataille pouvait enfin commencer entre le hacker Hunter et le requin de l'industrie lui faisant face.

- Multipliez par dix.

Autant éberlué par l'étendue de la somme que l'audace du Hunter, le chargé de négociation ne pouvait se résoudre à débourser autant d'argent. Bien sûr, la disquette permettrait à l'entreprise de gagner quelques dizaines de milliards de bénéfices annuel pour au moins dix ans, mais un expert en transactions ne pouvait raisonnablement débourser pareil montant.

- Cinq milliard déboursés pour des informations.... dérobées dirons-nous... Non. ce serait trop voyant et impossible à masquer pour la comptabilité.

Vindicator corp comme les  plus grandes multinationales était pourvue d'un bataillon de conseillers financiers et d'avocats capable de justifier le départ de cinq milliards en écritures comptables. Cela, Lejinoss ne pouvait le savoir à moins d'être initié aux magouilles de cet ordre.

- Deux milliards, ça doit pouvoir s'expliquer non ?

Comme deux marchands de tapis, l'un comme l'autre firent fluctuer les sommes, répliquant vivement jusqu'à aboutir au consensus ultime. Sur une poignée de main chaleureuse, la disquette changea de propriétaire pour un milliard-deux-cent-millions de jenis. L'un dans l'autre pour Leji, ce fut une bonne journée, jamais il n'aurait espéré pouvoir en tirer autant.
Pensant mutuellement avoir arnaqué l'autre, les deux hommes se quittèrent une fois qu'un technicien de l'entreprise vit les informations du Key Data insérées - violemment - dans son front. La frénésie avec laquelle il restitua les informations sur ordinateur indiquait qu'il n'y avait pas eu tromperie sur la marchandise.

Dehors enfin, soufflant comme libéré d'un poids, celui de la misère, Lejinoss jubilait en scrutant son compte en banque -
situé dans un paradis fiscal - crédité de son milliard et ses "broutilles". Tout sourire, son visage se décomposa lorsqu'un numéro de téléphone s'afficha sur l'écran avant que son appareil ne se mette à vibrer.

- All...

- Un avocat de Vindicator corp vient d'appeler le siège de l'association. Il paraîtrait qu'un petit malin a détourné une grosse somme en profitant d'une faille informatique pour la mettre sur son compte. Trois clics plus tard, après avoir remonté le fil des sociétés écrans pour trouver le compte en banque et accéder aux images de surveillance de la date à laquelle le compte a été ouvert chez eux, devine sur quoi je tombe.

Visage décomposé, l'appel de Manil - son "maître" l'ayant initié au Nen - lui rappela à ses dépends qu'on ne négociait jamais sur un pied d'égalité avec les grands de ce monde. À bien y réfléchir, c'était le crime parfait. Un compte en banque douteux, aucune preuve de l'existence de la disquette ingérée, des compétences en sécurité informatique rendant crédible la thèse du piratage, Leji avait tressé la corde avec laquelle Vindicator Corp s'était empressé de le pendre.

- T'as l'air de sécher alors voilà un indice : c'est un guignol en orange technicolor et il va bientôt lui manquer des vertèbres.

Alors que le "tut" répétitif signifiant la fin de l'appel continuait d'émettre, l'hirsute, pétrifié, se savait maintenant traqué par un hacker Hunter autrement plus compétent et érudit que lui. C'était une affaire de jours avant que son compte en banque ne puisse être bloqué grâce à l'influence de l'association Hunter. Il devait agir vite et bien.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au sommet, les charognards

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum