Historié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Historié

Message  Lejinoss Taibug le Jeu 27 Juil - 10:08

- Que Dieu bénisse la licence Hunter.

Extirpant le bout de carton plastifié et légèrement écorné de sa poche, il porta ladite licence à ses lèvres afin d'y déposer un baiser de reconnaissance. Sur le quai d'une gare zone rurale, unique passager à descendre à cette escale, l'hirsute se passa la main dans les cheveux sans retenir un bâillement qui se prolongea dix secondes durant. Ces derniers jours à ne faire que voyager lui avaient miné la santé.
Certes, les transports étaient gratuits grâce à l'association Hunter, mais il n'était pas question d'accès en première classe. Enchaînant sièges inconfortables et repas à l'apparence régurgitée, le retour au bercail avait été long, fastidieux et douloureux pour ses lombaires qu'il s'attelait avec peine à remettre en place, contorsionnant son dos dans tous les sens.

Le train, - un bolide du siècle dernier - avait déjà quitté la gare. Contemplant le soleil qui se couchait, les mains dans les poches, affichant une gueule sur laquelle transparaissait les stigmates de son manque de sommeil, Lejinoss Taibug était de retour chez lui. Cela ne le mettait pas particulièrement en joie. À dire vrai, ce retour relevait de la formalité stricte.
Depuis de longs mois, il avait confié sa voiture aux mains "expertes" d'une paire de garagistes locaux.
Vingt heure passée, le garage était évidemment fermé. Sans même bifurquer chez "Citüdar et fils" pour y trouver des portes closes, le fils prodigue s'en allait frapper à la porte de la demeure familiale.

S'il n'avait pas laissé de nouvelles à ses parents, ces derniers le lui avaient bien rendu. Partis en vacances - la saison ainsi que leur retraite garnie les y prédisposant - le couple Taibug n'avait pas laissé de double des clés. Forcer la serrure aurait pu s'avérer envisageable, après tout, pourvu du Nen, ce genre de tâche n'était plus hors de portée. Seulement, cela aurait nécessité d'appeler un réparateur à posteriori. La trésorerie du brave Leji ayant connu quelques déboires, vidée à sec par un initiateur au Nen aussi sournois que vénal, ce n'était pas ses facéties bénévoles auprès d'une organisation non gouvernementale qui avaient changé quoi que ce soit à la donne.

Tête basse, s'emparant à nouveau de sa licence Hunter qu'il entreposait négligemment dans sa poche, il s'en saisit entre son index et son majeur afin de la brandir bien haut soupirant et se dirigeant vers l'hôtel le plus proche.

- Abracadabra... Hôtel miteux mais gratuit le voilà.

Seuls les services publics internationaux étaient remboursés par l'association Hunter et Dieu savait que l'hôtellerie aux mains de la couronne kakinoise avait mauvaise presse. Mais il fallait bien se remettre des couchettes de train pour le moins sommaires qu'il n'avait quittées trois jours durant.
Dans ce bled pour le moins isolé - comme dans tout village du pays - où la population n'excédait pas les deux-mille habitants, seule une modeste auberge - propriété de l'État - lui tendait les bras.
Mains dans les poches, légèrement voûté, baillant une fois de plus, Morphée l'appelant sans retenue, il pénétra le seul hôtel disponible pour mieux retrouver l'employé qui l'attendait au guichet, éclairé d'une ampoule à la lueur ternie. Sans un bonjour, sans un mot même, fixant le vieux bonhomme d'un air mal luné, l'hirsute s'accouda nonchalamment au guichet pour mieux lui mettre sa Licence Hunter sous le nez.

- Y'a des jours comme ça.

Entre deux toux légères, le vieillard cacochyme se saisit d'une clé pendant au bout d'un des crochets se trouvant sur le panneau en bois situé derrière lui.

- Deux Hunters dans un si petit patelin... Pas bon signe moi je vous le dit...

Se parlant plus à lui même qu'à ce client fraîchement débarqué ; de par cette simple phrase, il attira la curiosité du Hunter concerné par les propos. Ce fut toutefois une curiosité bien maigre qui s'empara de lui. L'enquête attendrait demain, car à cette heure où la nuit tombait à peine, son plumard ne réclamait que lui.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Sharl Hendrix le Jeu 27 Juil - 17:06

Quelques jours s'étaient écoulés depuis la malheureuse aventure de Sharl. Il n'aurait pas su dire combien exactement, car depuis il vivait reclus dans le modeste hôtel d'un petit village Kakinois, les volets fermer sans se soucier du temps qui passait. Il stagnais entres deux états, la déprime et la dépression. Son état mentale était tout bonnement pitoyable. Il avait perdu le goût de l'aventure, et il regardait sa blessure guérir tandis qu'il se lamentait sur son sort. Il était hunter depuis peu, et alors même que sa quête n'était pas encore commencé il avait déjà échoué.

Quel piètre aventurier je fais, moi un hunter a blague .. Heureusement pour moi que j'ai croisé de véritable hunter, des gens compétents. Jamais je ne pourrais prétendre les égaler        

Voila les pensées qui tournaient sans cesse dans son esprit, habitué à vagabonder sans jamais revenir en arrière en temps normal.
Il était impressionné par le travail de Gigi, la hunter qui l'avait soigné. Il connaissait bien l'anatomie humaine et jamais il n'aurait imaginé qu'après une telle blessure il puisse retrouver si vite l'usage de son bras.  

Les hunters sont incroyables ...


Cependant au bout de ces quelques jours passés enfermés, Sharl sentait l'appel de la faim, un faim de loup. Il attendit alors l'heure du repas la plus proche, qui se trouvait être le petit déjeuné. Il se rendit dans la petite salle dédier au repas dès l'ouverture. Pour l'occasion il avait enfiler son pull à col rouler préférer, le jaune avec les petites étoiles vertes et violettes collés un peu partout ainsi qu'un jean duquel pendait tout un tas de chainette. Il adorait le glingling qu'elles produisaient lorsqu'il marchait, ça lui aurait presque remonté le morale.

Le hunter fût le premier arrivé dans le restaurant. Sans attendre il commença à avaler tout ce qu'il trouva disposé sur le petit buffet. Il se goinfrait sans retenu, se sentant regagner des forces ainsi qu'une certaine joie, celle des plaisirs simple de la vie qu'il avait oublié. Sans même qu'il ne le remarque, la pièce s'était remplis peu à peu de clients. Tous semblaient le regarder du coin de l’œil. Ça ne le dérangeait pas vraiment, il avait l'habitude et il savait les ignorer.
Pourtant sur une table voisine il remarqua un homme étrange qui le regardait ouvertement, et même qui semblait le scruter de la tête au pied.

Du orange ? En haut et en bas ? Quel intérêt de porter la même couleur de la tête au pied ? Peut être qu'il essai de s'inspirer de mon style !  

Sharl se rassurait à l'aide cette pensée mais il connaissait le regard que cet homme portait sur lui, c'est celui avec lequel on regarde quelqu'un quand on ne le connais pas mais que l'on sait des choses sur lui. A présent le hunter se sentait anxieux, il ne pouvait cesser d'imaginer des scénarios ou ce drôle d'homme à moustache épaisse venait pour le tuer. Il n'était pas de genre paranoïaque mais les jours précédant avaient bouleversé cet historien d'un naturel calme en temps normal.
Ainsi Sharl eût la réaction que tout bon hunter aurait adopté, il s'enfuit, calmement sans attirer l'attention sur lui (même si le glinggling de son jeans lui valait les regards étonnés de toute la salle).
Il était à présent dehors, prenant l'air pour la première fois de la semaine.

La réaction de tout bon hunter ? Quel illusion, je ne ...

Sa réflexion fût interrompu par la porte qui s'ouvrait derrière lui, était ce cet étrange homme à moustache qui venait l'éliminer ? Sans laisser transparaître son stresse, Sharl adopta une position naturelle et décontracté, la tête sur le côté, les coudes pliés et les genoux fléchis. Cependant il était sur ses gardes prêt à prendre ses jambes à son cou si jamais on tentait l’agresser.
avatar
Sharl Hendrix

Messages : 13
Date d'inscription : 21/07/2017

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Lejinoss Taibug le Ven 28 Juil - 11:45

- Qu'est-ce que je peux faire pour v...

D'un geste calme, Leji porta son index à ses propres lèvres afin faire comprendre à son collègue qu'il était dans son intérêt de laisser place au silence. Concentré, en donnant en tout cas l'impression, l'hirsute ferma les yeux et porta le bout de ses doigts à ses tempes pour les masser, les stimuler, mieux réfléchir.

- Donc...

C'était une bonne entrée en matière pour quelqu'un qui ne savait pas par où commencer.

- Kakin, c'est plus d'un milliard d'habitants, une vie ne suffirait pas pour rencontrer chaque citoyen. L'association Hunter à l'heure actuelle on en est à.... sept-cent-trente-deux membres. Est-ce que tu pourrais m'expliquer par quel miracle deux Hunters parviennent à se retrouver dans une petite bourgade aussi restreinte que celle-ci, est-ce que tu pourrais me dire pourquoi avec toi dans mes pattes le monde paraît si petit ?!

La question avait de quoi désarçonner. Au fond, Sharl n'avait rien demandé à personne. Les événements l'avaient ballotté d'une terre vers une autre comme une bouteille à la mer aurait été amenée à s'échouer sur un quelconque rivage après avoir été portée par les flots. Jonmen, petit village sans histoire, s'improvisait aujourd'hui comme le théâtre de rencontre de deux individus se voulant exceptionnels de par une licence délivrée par l'association Hunter. Aux interrogations de Lejinoss, il n'y avait aucune bonne réponse à fournir. Mais réponse il devait y avoir, en attestait un regard relativement peu amical destiné au malheureux Hunter archéologue.

- Bah... Le hasard ?

Comme de bien entendu, cette réponse ne put satisfaire son camarade en orange. Drôle de monde que celui où une vérité simplement énoncée s'avérait moins crédible qu'un mensonge complexe.
Lâchant un soupir nasal, comme pouffant nerveusement, Leji se torturait les méninges - en vain - à chercher la raison la plus crédible à une rencontre aussi inopinée. Une semaine auparavant, au nez et à la barbe d'Aquack, ONG scientifique mondialement réputée, il s'était emparé de données cruciales qui détermineraient l'avenir technologique du monde entier. Un trésor codé en binaire que bon nombre de multinationales seraient prêtes à obtenir à n'importe quel prix. Un prix que Leji se serait fait un plaisir de chiffrer.
Anxieux par nature, prédisposé à la paranoïa la plus nocive pour le système nerveux, l'hirsute commençait à douter de l'aspect imperceptible de son larcin. Aidé du Nen et plus particulièrement de son Key Data, le crime était pourtant parfait. Rien ni personne n'aurait pu permettre d'aboutir à un vol d'informations cruciales. Seuls les initiés au Nen pouvaient déceler les malversations pratiquées à l'aide du Nen.

Le hacker Hunter aurait pu avoir la conscience tranquille après un tel coup de maître et pourtant, deux mots malheureux suffirent à entamer violemment sa confiance en lui et en l'infaillibilité de son plan : "Et si"
Et si ce vol n'avait pas été aussi discret qu'il l'avait cru.
Et si son départ précipité avait été considéré comme suspect par Aquack.
Et si, afin de déterminer que rien de suspect n'avait été entrepris, Aquack s'en était remis aux bons soins de l'association Hunter pour mener une enquête.
Et si l'enquête avait permis de remonter la piste jusqu'à lui.
Et si...

- Le hasard est une aberration scientifique. Annonça t-il nerveusement.

Si même la "science" s'en mêlait, Sharl n'avait plus aucune chance. Mieux aurait-il valu pour lui de tenter sa chances avec ceux qui avaient si sévèrement meurtri son bras, car discuter raisonnablement avec son interlocuteur présent relevait du fantasme, voire de l'illusoire.
Ce dernier en avait d'ailleurs terminé avec le volet "discussion" qui s'était clôturé aussi vite qu'il avait été entamé. Il jeta aux pieds de l'archéologue un petit objet métallique d'où émanait une sensation étrange, à la fois repoussante et fascinante. À y regarder de plus près, l'objet ressemblait à bien des égards à une clé USB moulée sous la forme d'une clé standard. De sa poche il sortit une boîte d'allumette vraisemblablement volée en cuisine quelques instants plus tôt.

- Prends une bonne bouffée d'air.

Inutile de lui obéir, Sharl savait de quoi il en retournait. Des cuisines jouxtant le couloir dans lequel ils se trouvaient émanait une faible odeur de gaz. Sans arme à sa disposition, se sentant menacé - la paranoïa aidant - Leji avait fait avec les moyens du bord.

- Ce que je viens de te jeter, ramasse-le et plante-le toi dans le bras.

Circonspect, se demandant surtout comment on pouvait s'enfoncer une clé USB dan le bras, le blessé convalescent hésita avant de ramasser l'objet. Il commençait d'ailleurs à se demander d'où le nerveux en orange avait bien pu la sortir. Obéissant à cette injonction pour le moins stupide, il se raidit soudain lorsque l'embout de l'objet pénétra son épiderme comme s'enfonçant dans une surface aqueuse.

- Nom de...!

- Tu l'enlèves pas !

Aboya son preneur d'otage. Il y avait de quoi être passablement surpris pour ne pas dire paniqué lorsqu'on était confronté au Nen sans savoir à quoi s'en tenir.

- Laisse-la enfoncée dix minutes, je te dirai quand tu pourras l'enlever.

Les deux restaient là, figés, l'un avec son allumette prête à être craquée, l'autre légèrement en sueur à chercher à comprendre ce qu'il lui arrivait, le tout dans un silence gêné alors que l'odeur du gaz se faisait de plus en plus perceptible.
L'idée de Leji était simple, obtenir via son Key Data des informations sur ce collègue dont il saurai tout une fois qu'il aurait généré une disquette à partir des données récoltées par la clé. Là était la seule manière pour lui de déterminer si leur rencontre était effectivement le fruit du hasard.


Dernière édition par Lejinoss Taibug le Lun 31 Juil - 9:40, édité 3 fois
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Sharl Hendrix le Ven 28 Juil - 17:24

Comment j'en suis arrivé la ? Qu'es-ce qui pouvait bien expliquer une telle situation ? Rien, le hasard peut être ...

Sharl avait vu juste, ce type l'avait bien suivit dehors. Il s'était préparé à une attaque physique, mais pas au piège qui désormais l'étreignait. Un bon coup, un échec et mat, une impasse. Tant de comparaison et de métaphore pour résumer cette situation mais l'épée de Damoclès lui semblait la plus juste. Un faux pas et le courroux de ce moustachu s’abattrait sur lui tel une lame. Le gaz était une très bonne idée, il ne faisait aucun doute que ce gars aurait pu le tuer facilement, mais la le hunter se retrouvait obligé de coopérer, tenu en laisse par la peur d'une explosion aussi bien mortelle que douloureuse.

Il n'est pas venu pour me tuer ou je serais déjà mort, c'est lui aussi un hunter et visiblement il me voit comme une menace. Si je coopère la situation devrait s’améliorer pour moi.

Ces déductions, quoi que juste, furent cependant balayé en un instant lorsque le moustachu lui ordonna de ramasser par terre ce qu'il prit pour une seringue.

Et bien, l'empoisonnement semble être une meilleure option que de brûler vif. Mais pourquoi ?

Heureusement ce n'était pas une seringue mais une drôle de clef USB. Sharl se sentait rassuré mais son incompréhension demeurait plus vive encore.

Me la planter ? Dans le bras ?

Pour ne pas froisser son agresseur il obtempéra comme si s'enfoncer des clefs usb était quelque chose de tout à fait normal. Ce qui se produisit ensuite bouleversa le hunter, son monde entier, remplis de connaissance et de certitude s'effondra. La clef pénétra dans son bras, sans pour autant l'endommager et plus étrange encore il se sentit parcouru par une onde, comme si il était traversé par de l'électricité. Il lui sembla que son esprit fut plonger dans un état de veille.

Pendant une dizaine de minute Sharl eût l'impression d'être analysé de l’intérieur, décortiqué comme une carcasse entre les mains d'un boucher ou encore entièrement déchiffré comme il pouvait le faire avec certains texte. Ce fût presque agréable, il n'avait pas peur, plus aucune inquiétude pour son avenir. Juste le vide. Puis il reçu l'ordre d'ôter la clef.

Lorsqu'il reprit ses esprits l'historien sentit une sensation étrange en lui, elle semblait monter en lui. Le moustachu aux goûts vestimentaires douteux lui infligea une nouvelle fois ses paroles crues et violente.

"Maintenant tu va continuer à rester calme encore quelque minutes ! Tu comprend ? Sinon tu crame "


Il agitait avec malice sa petite boîte d'allumette.
Sharl n'en avait plus rien à faire de ce que pouvait dire son interlocuteur. Quelque chose montait en lui, une sensation qui le remplissait peu à peu.

A sa grande surprise le gars en face fit apparaitre une disquette et encore plus surprenant il l'inséra dans son crâne, de la même manière que la clef usb était entré en lui. Sans vraiment comprendre comment c'était possible Sharl comprit.

Il m'a bien analysé comme je le pensais, et maintenant il tente surement de lire les informations qu'il a recueillit. Comment c'est possible ? Aucune technologie de ce genre n'existe, ça relève de l'impossible. Je veux savoir ! je veux comprendre ! j'en ai besoin ! qu'es-ce que c'est ? Je veux savoir je veux savoir je veux savoir je veux SAVOIR !!

Sharl identifia alors cette sensation qui désormais bouillonnait en lui, c'était l'attrait irrésistible du mystère. Mêler à cela la colère dû aux affronts successifs qu'il avait subit il se sentait comme celui qui n'avait plus rien à perdre. Il avait besoin de comprendre, il n'a jamais pu supporter l'ignorance, dans ces moments il était prit d'une folie indescriptible.

A présent il n'en avait plus rien à faire de brûler, le monde pouvait être à feu et à sang cela ne lui importait plus.
Sans même que son cerveau n'est eu à en donner l'ordre il avança à une vitesse vertigineuse vers son adversaire. Jamais Sharl n'avait été aussi effrayant, ses yeux ne dégageaient pas plus de vie que ceux d'un pantin, le front collé à celui du moustachu, il semblait plus grand que jamais. Et c'était le cas, entièrement redresser il était quelqu'un d'imposant. Il saisit d'une main celle de celui qui n'était pour lui plus qu'un fanfaron. Un tel flot d'information devait au moins le secouer un instant, alors il profitait de cet instant.

En saisissant l'allumette, il prit la parole d'une voix grondante comme le tonnerre.

"Je peux craquer cette allumette pour toi si tu veux ! Ne joue jamais au fou avec quelqu'un encore plus dingue que toi. Tous ce que je veux, c'est savoir ce que tu m'a fait alors explique moi !"  
avatar
Sharl Hendrix

Messages : 13
Date d'inscription : 21/07/2017

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Lejinoss Taibug le Sam 29 Juil - 11:28

Réaction inattendue. Inattendue et non souhaitée. Jamais de sa vie Leji n'aurait risqué l'attentat suicide. Ayant usé un coup de bluff dont il était si friand - remède des lâches par excellence - il avait été pris au dépourvu. C'était le hic avec les Hunters, la plupart d'entre eux bénéficiaient de capacités physiques bien supérieures aux siennes et n'hésitaient pas à y avoir recours.
Tout s'était déroulé un instant, la charge vive, les allumettes subtilisées, l'hirsute n'avait rien vu venir et se retrouvait du mauvais côté du manche.

Du mauvais côté du manche après dix minutes mises à profit. Puisque les conditions de son Key Data avaient été réunies, il devait agir rapidement afin de se dépêtrer de la situation dans laquelle sa paranoïa maladive l'avait fourré. La disquette dans laquelle toute information sur son assaillant avait été stockée se matérialisa dans sa main, il se pressa alors pour l'insérer dans sa tête, se braquant un instant comme prêt à convulsionner avant de reprendre une posture plus décontractée.
Un sourire vint même s'étirer au coin d'une de ses joues.

- Alors comme ça Sharl, on ne sait pas maîtriser le Nen ?

Sa boîte d'allumettes dans la main, il sembla un instant que l'historien n'avait plus le dessus même si ce dernier ignorait ce qui avait bien pu changer suite à cet étrange épisode où une disquette s'était enfoncée dans la tête d'un être humain.

- Comment tu connais mon n...

La question n'eut pas le temps d'être posée qu'une réponse cinglante lui fut déjà adressée. De son Ren - qu'il pouvait maintenir quatre secondes à peine - Lejinoss enveloppa le couloir de sa modeste aura. Un expert en la matière aurait ri d'une maîtrise si lamentable du Nen, mais face à un non initié, la manœuvre faisait illusion.
Terrifié par cette sensation étouffante et violente qui s'échappait de l'individu en orange, Sharl lâcha ses allumettes avant de se reculer avec célérité. Un court moment, il s'était senti comme une proie face à son prédateur.
Pourtant, ledit prédateur ne payait pas de mine. Presque une tête de moins de lui, relativement peu musclé, l'historien aurait pu en faire une bouchée en un instant. Et pourtant, il avait ressentit le besoin physique de reculer, son instinct de survie avait été plus fort que tout.

Immobile après cette démonstration de force sous couvert d'aura, Leji demeurait pensif. Après avoir ingéré la mémoire de son collègue, il s'attelait à en consulter tous les tenants et aboutissants. Quelque peu déconfit, il observa le dénommé Hendrix presque surpris de ce qu'il venait de découvrir à son sujet.

- Mais... mais t'es vraiment ici par hasard.

Ses intentions belliqueuses semblaient d'être estompées en un instant. Bien que ce fut à peine discernable, l'hirsute respirait plus fortement, comme essoufflé. Quelque fut cette prouesse qui l'avait amené à faire reculer l'History Hunter, cela avait clairement puisé une bonne partie de son énergie.

- C'est justement ce que je disais oui...

Même s'il avait du mal à saisir comment, se doutant que cela avait un rapport avec cette clé USB étrange qu'il avait dû planter dans son bras, Sharl saisit que son interlocuteur avait réussi à avoir accès à tout ce qu'il savait. Ce "Nen" dont il lui avait parlé lui trottait dans la tête. Peut-être avait-il découvert le secret des Hunters.

- Tu parles d'un emmerdeur.

Tête enfoncée dans la paume de sa main, soupirant d'avoir été à nouveau victime de sa nervosité excessive, Leji n'avait pas tardé à faire redescendre la pression qui avait menacé de les étouffer il y a encore peu. Puis, comme si de rien n'était, il tourna les talons. Maintenant qu'il savait ce qu'il voulait savoir, cet énergumène, tout Hunter qu'il pouvait être ne l'intéressait plus le moins du monde. Après tout, il le connaissait à présent dans les moindres détails. Pour une heure seulement.

- Oublie pas d'éteindre le gaz derrière toi.

Ajouta t-il en envoyant presque sur les roses son collègue tandis qu'il s'en retournait en cuisine afin de se délecter d'un petit-déjeuner bien mérité selon lui.
Encore sous le choc de cette expérience pour le moins inédite, Hendrix ne comptait certainement pas le laisser partir ainsi. Il avait trop de choses qu'il voulait comprendre. Aussi - le gaz éteint - s'en alla t-il retrouver la salle à manger de l'hôtel pour harceler ce Hunter pour le moins spécial.


Dernière édition par Lejinoss Taibug le Lun 31 Juil - 9:41, édité 1 fois
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Sharl Hendrix le Lun 31 Juil - 1:46

La situation ne cessait d'évoluer, pendant un court instant Sharl avait eu l'avantage sur son adversaire. Cependant la roue avait encore un nouvelle fois tournée en faveur de son opposant. Après avoir inséré sa disquette magique dans sa tête, l'homme en orange s'était exclamé avec une certitude déconcertante:

"Alors comme ça Sharl, on ne sait pas maîtriser le nen"

Ces étranges propos furent suivit d'une sorte de décharge, rien qui ne pouvait s'expliquer, on ne pouvait que le sentir. C'était comme si Sharl avait été repoussé par une force magnétique, un aimant géant qui l'avait irrésistiblement éloigné du moustachu.
Quelques autres paroles furent échangées mais le hunter se focalisait sur celles précédant l'attaque invisible. Deux interrogations en découlaient dans son esprit et les réponses suivaient d'elles mêmes. Tout d’abord son agresseur connaissait son nom, c'était logiquement du à l'utilisation de la clef et de la disquette comme une sorte de magie. Ensuite il avait prononcé un mot, LE mot. Cet étrange pouvoir, la force invisible comme la clef et la disquette, ce n'était pas de la magie, non, c'était ce que l'autre avait appelé la maitrise du nen. Mais concrètement qu'était-ce ? Sharl était bien décidé à le découvrir.

Voilà donc l'historien rejoignant le restaurant, à la recherche de celui qui venait de menacer de le tuer car celui-ci détenait les clefs d'un savoir qu'il convoitait plus que tout au monde. Et justement il était assis à une petite table au fond de la salle. Le hunter s'installa en face de celui qui était maintenant un collègue pour lui.  

"Lejinoss Taibug ! Enchanté !"


Sharl observa sur le visage du moustachu la réaction escompté, une moue étonné mais aussi un regard effrayé. A moins que ce ne soit l'inverse. Avant que celui-ci n'ait ouvert la bouche l'historien reprit.

"Pas la peine de tous nous tuer, j'ai simplement prévenu le réceptionniste que ça sentait le gaz et j'ai profité de son absence pour vérifier ses fichés."

Sharl adressait un sourire chaleureux à Lejinoss qui semblait plus agacé que jamais.

"Qu'es-ce que tu me veux pu**** !"

"Dit moi, qu'es-ce que tu sais sur moi précisément ?"

"Tout !"

"Alors tu sais ce que je veux !"

Les deux hommes se toisèrent un moment, de leurs regards ils se jaugèrent, un conversation silencieuse. Puis Lejinoss reprit.

"Hors de question que je t'apprenne le nen !"

"C'est faux ! Si tu me connais si bien que tu le dis tu n'aurais jamais prononcé ce mot devant moi ! Je suis sur que tu pourrait m'en parler un peu .. Allé tu dois savoir que je te serais redevable, que veux tu en échange ? Je peux régler l’hôtel ou t'aider pour l'une de tes besognes. Demande moi ce que tu veux , je suis ton homme, un allier peut s'avérer utile en ce monde."

Deux minutes, peut être trois passèrent avant que Lejinoss ne réponde. Le silence était digne d'un temple de méditation, comme si tout autour d'eux s'était brusquement arrêté, plus rien n’existait excepté leurs deux esprit qui s'entrechoquait. Sharl apercevait comme une lueur dans les yeux de son interlocuteur, c'était celle que produisait un esprit qui réfléchit. C'était déjà une victoire pour lui d'avoir réussi à intéresser un minimum le hunter Hacker. En face, Lejinoss pouvais voir la flamme dans les yeux de Sharl, son envie dévorante, la détermination. Peut être que cela jouerais en la faveur de l'historien ! Puis Lejinoss ouvrit la bouche pour répondre.
avatar
Sharl Hendrix

Messages : 13
Date d'inscription : 21/07/2017

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Lejinoss Taibug le Lun 31 Juil - 12:54

- *Burp* !

Et la bouche se referma pour mieux se rouvrir quelques secondes plus tard le temps que l'hirsute y insère une tartine. On lui avait assuré que la confiture servie dans l'hôtel était issue de la région. Et pourtant, même un palais aussi peu expérimenté que celui qui y goûtait présentement pouvait sentir les adjuvants et le sucre ajouté. L'hôtel appartenait à l'État kakinois et le service était de fait gratuit pour tout titulaire de la licence Hunter, ce n'était pas Leji qui se serait permis de cracher dans la soupe. Toute aussi synthétique fut cette confiture, Lejinoss se gava d'une tartine supplémentaire en étant recouverte.
On savait que parmi les plus grandes fortunes mondiales, les Hunters y étaient surreprésentés. Leji faisait office d'exception à la règle. Ruiné par celui-là même qui l'avait initié au Nen, l'idée même d'entendre parler d'apprentissage de cet art maudit le révulsait.

- Pas b'join de tchoi pour payer la notche de l'hôtel. L'achochiachion ch'en charge.

Bien évidemment, il parlait la bouche pleine mais c'était encore là l'une des tares les moins répréhensibles à lui imputer. Impoli, ou plutôt sans gêne, il se saisit de la serviette fournie pour le petit-déjeuner, essuyant sans trop de minutie les restes de confiture s'étant agglomérés sur la pilosité faciale qui entourait ses lèvres.
Déglutissant une dernière bouchée de son repas matinal - midi n'étant pas loin - il finit par reporter son attention sur ce Hunter trop pressant.

- Maiiiiiis... si tu insistes tant pour me faire plaisir.

Se saisissant d'un cure-dent mis à sa disposition, il le cala entre ses dents exposées, s'installant avec désinvolture sur la chaise inconfortable sur laquelle il était posté, passant son bras droit par dessus le dossier. Fauché comme les blés, il était forcément amené à s'entendre avec ce collègue naïf prêt à vider son compte en banque pour une bribe d'information sur le Nen.

***

- Citadür et fils ?

Sans trop lui faire savoir de quoi il en retournait, Leji avait traîné son nouveau camarade jusqu'au garage où, il y a de longs mois de cela, il avait entreposé sa voiture. En ce temps là, les millions abondaient sur le compte en banque de l'hirsute, jamais il ne se serait imaginé ne pas pouvoir débourser la somme nécessaire pour récupérer son bolide, la sémillante Tayato Starlet.
Des Citadür, seul le fils bossait, se grattant la tête à chercher ce qui pouvait bien clocher avec une de ces voitures étrangères bourrées d'électronique auquel il ne comprenait rien.

- C'est beau un ouvrier en plein ouvrage.

Ledit ouvrier se retourna adressant sa plus belle moue hargneuse à celui qui avait osé l'alpaguer. Derrière lui, entrés dans le garage, deux Hunters, l'un d'eux lui étant particulièrement familier. Mains dans les poches, sourire facétieux, moqueur, Leji faisait une entrée remarquée et avec un semblant de renfort - financier - derrière lui.

- Ah te v'là toi.

Se penchant vers l'History Hunter qui l'accompagnait, Lejinoss ne manqua pas de louer les mérites des travailleurs locaux en lui murmurant à son oreille :

- Comme tu le vois, monsieur est perspicace.

Maugréant, le mécano qui n'aimait pas vraiment les messes basses haussa le ton.

- Quand t'auras fini d'léchouiller l'oreille d'ta copine, faudra peut-être que tu règles ce que tu nous dois. Parce qu'aux réparations s'ajoutent les frais d'gardiennage vois-tu.

La "copine" se renfrogna, n'appréciant vraisemblablement pas d'être insulté de la sorte. Mais avant même de pouvoir réagir aux propos, Sharl se prit une légère claque dans le dos. Surpris, il le fut d'autant plus par la suite des événements.

- Pas de souci ! C'est monsieur qui paie ! Il a insisté pour.

Sur la note : cinq millions de jenis. Une broutille. Surtout quand on n'était pas celui amené à débourser la somme.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Sharl Hendrix le Mer 2 Aoû - 18:06

Sharl savait bien que cet homme en orange était fourbe, mais là ? Cinq millions de jénis ? Certes les informations du moustachu pouvaient bien les valoir, mais là ? Il se retrouvait face à cet ouvrier, addition dans la main. Ou les trouver ? L'historien demanda aimablement une petite heure afin de trouver tout ça. Puis il prit la fuite presque en courant.

Ces soixante minutes devaient être rentabilisé au maximum, sharl passa des coup de fil les un après les autres. Petit à petit il se délaissait de toute ses affaires, les unes après les autres contre quelques jénis. Ces artéfacts les plus chères, souvenir si apprécié de ses expéditions partaient tout au plus pour 300 000 jénis. Ses anciens ouvrages, ses pièces de Tatoukonman, sa carte marine de l'ancien peuple ... Tout ça lui manquerait beaucoup.  Il avait aussi vendu son appartement d'étudiant sur York shin ainsi que tous les droits d'auteurs sur ses écrits. Cependant il n'avait récolté que 3 millions et il ne possédait plus rien. Puis il eu une idée.

Un heure plus tard il se rendit de nouveau chez le garagiste avec les cinq millions. Il paya l'ouvrier, qui fût ravis d'enfin toucher ce que lui devait Lejinoss. Sharl n'avait plus rien, mais il s'en fichait au fond, grâce à ce qu'allait lui apprendre son collègue il s'en sortirait, il le savait. Du moins il l’espérait. Il s'en retourna à l'hôtel ou l'attendait le moustachu.

C'est dans le petit restaurant, désormais désert qu'ils se retrouvèrent. Deux tasses de café patientaient pour l'arrivé de Sharl. Son homme l'invita à s'assoir et commença à parler sans attendre.

"Merci hein, vraiment ! J'avais plus un sous en poche ! Plus rien ne me retient ici si ce n'est toi alors faisons vite !" 

"Très bien ! Mais n'omet aucun détail, j'ai du mettre ma licence en gage pour récupérer tout cet argent. Je compte sur toi !"

Lejinoss semblait amusé par cette situation, il avait réussi son coup et maintenant rien ne le retenait réellement. Sharl craignait de s'être fait avoir mais il valait mieux que son interlocuteur ne se moque pas de lui. Étrangement il avait facilement accepté ce coup à payer. Il était maintenant au plus bas et il  était fin prêt à tout recommencer en mieux. Il deviendrait un grand hunter, un humble sage, un imminent scientifique, un puissant combattant ... Il apprendrait l'art subtile et complexe de la chasse à la dur. Sharl était de nouveau plein de rêve, ne pensant plus que par ses ambitions démesurés. Il connaissait sa prochaine déjà sa prochaine destination, cette soit disant tour ou l'on gagne de l'argent par le combat. Là-bas il deviendra plus fort, quitte à y rester dix ans. Il avait mis sa licence en gage pour 3 million. La note payé il lui restait de quoi vivre le temps de récupérer suffisamment d'argent pour racheter sa licence. Et peut être même pour réussir à maitriser le pouvoir secret des hunters.

Lejinoss souffla d'un ton las. Il n'avait pas l'attention de se comporter comme un maitre, loin de là, mais partager un peu de savoir il saurait le faire. Néanmoins le nen était un art très abstrait, très complexe, dénué de sens pour quelqu'un qui ne le connaissait pas. Il n'existait réellement que dans les sensations. Le hacker réfléchissait intensément. Comment expliquer un truc pareil ? C'est vrai qu'il avait en se moment une sacrée dette envers l'Historien.

"Alors on peut commencer !"
avatar
Sharl Hendrix

Messages : 13
Date d'inscription : 21/07/2017

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Lejinoss Taibug le Jeu 3 Aoû - 10:43

- Alors pour commencer... Il faut aller sur le site des Hunter, taper "Nen" et choisir l'information qui coûte cinq millions de jenis. Comme ça que j'ai fait moi en tout cas.

S'emparant d'un jus d'orange qui lui tendait les bras, et y portant la paille à ses lèvres - aspirant bruyamment le contenu du verre - Leji se régalait d'autant plus qu'il n'était pas celui qui payait pour cette consommation. Non, il ne jubilait pas du malheur de cet infortuné qui avait eu la bêtise crasse de lui faire confiance, mais il s'en amusait effectivement. Le malheur des uns faisait le bonheur des autres. Des plus vicieux en tout cas.

- Mais... je viens de mettre ma licence en gage !

À ça, l'hirsute ne trouva qu'à hausser les épaules, continuant de siroter à la paille son nectar tout en se balançant sur sa chaise, hasardant des regards ici et là sur les autres pensionnaires de l'hôtel. Manifestement, ce n'était pas l'ingratitude qui l'étouffait. Il aurait pu pousser le vice plus loin encore. Sortir les liasses de sa poche pour compter les billets sous le nez de cet historien désœuvré, seulement, il y avait des limites à la provocation. Et puis il se faisait tard, le soleil commençant à se coucher. Ce n'était ni une heure pour rabaisser plus bas que terre ceux qui lui venaient en aide et encore moins pour patienter. D'ici moins d'une heure, le garage allait fermer. Plus une minute à perdre. Terminant son verre hâtivement, quittant la paille pour le boire à même le verre, Lejinoss se dressa précipitamment, plus que prêt à parcourir enfin ses doigts sur le volant de cette Tayato Starlet qu'il avait quittée depuis si longtemps. L'amour n'attendait pas.

- Fais pas cette tête enfin. En la mettant en gage t'as bien dû en tirer cent millions, c'est le prix du marché. Avec les quatre-vingts-dix et quelques millions restants, t'as juste à investir dans deux-trois valeurs sûres et d'ici deux semaines même pas, tu te renfloues avec de quoi la racheter.

Là était le seul élan de générosité qu'il saurait faire profiter à son camarade. C'était maigre, mais il fallait s'en contenter. Tout bon Hunter était de par nature débrouillard, Sharl n'aurait en principe aucun mal à mettre la main sur une somme inférieure à dix millions de jenis s'il y consacrait son temps.

- Comment ça cent millions ? J'en ai juste tiré trois !

En temps normal, ces soucis d'argent n'auraient su être plus inintéressants une fois rapportés aux oreilles de l'hirsute. Toutefois, l'affaire prenait des proportions pour le moins inattendues, assez en tout cas pour que Leji se stoppe et fasse demi-tour.

- Trois millions ?... Tu me dis que tu as juste tiré trois millions de la banque contre ta licence ?

Fronçant les sourcils, à la fois agacé et ne comprenant pas de quoi parlait cet arnaqueur en orange qu'il n'aurait jamais dû approcher, l'History Hunter haussa le ton, lui qui était d'habitude si calme commençait à s'impatienter.

- Qu'est-ce que tu me parles de banque ?! On est dans un village perdu en rase campagne, l'institut bancaire qui se porte garant pour les prêts sur gage est à au moins cent kilomètres d'ici. J'ai dû faire avec un commerçant local.

Un mélange de pitié, de mépris et d'amusement façonna le faciès du Hacker Hunter, pourtant redevable à ce collègue altruiste à qui il ne cessait pourtant de pourrir la vie depuis leur rencontre. C'était un visage assez spécial que celui-ci puisqu'il hésitait entre la tentation - si forte - de haranguer Sharl comme il se devait pour sa naïveté excessive, et celle qui consistait à se moquer de lui jusqu'à ce que l'oxygène ne lui fasse défaut à force de rire.
Pour payer cinq millions de malheureux jenis - une somme que Leji aurait de toute manière pu avancer lui-même en étant patient - c'est un History Hunter plein d'avenir qui venait de compromettre son futur en se faisant arnaquer par un escroc à la petite semaine.

Leji n'aurait su dire s'il avait pris Sharl en pitié ou s'il avait fini par comprendre à quel point il lui avait nuit, mais il matérialisa sans hésiter son Key Data avant de le planter dans la liasse de billets qu'il venait de jeter sur la table. N'hésitant pas à attirer l'attention de toute la clientèle du restaurant de l'hôtel dont il n'aurait pu se soucier moins que présentement, son Hatsu enfoncé dans le magot amassé aux détriments du pauvre Sharl, il l'observa d'un air grave.

- On va pas tarder à découvrir à quel point t'as été con.

***

- 122 Luzurus Street, c'est ici.

Jetant un coup d'œil à son portable, l'heure de fermeture du garage Citadür et fils était dépassée de dix minutes. Bien qu'il n'aurait qu'à attendre le lendemain matin pour récupérer sa voiture, Lejinoss trouva encore le moyen de soupirer. Il avait forcé un collègue innocent à sacrifier tout ce qu'il avait de plus cher et trouvait encore moyen de se plaindre de devoir lui venir en aide comme le voulait la décence la plus stricte.

- Ce que j'en dis c'est que t'aurais mieux fait de vendre un rein, on n'en serait pas là autrement.

Sharl tourna la tête en direction de son accompagnateur, lui adressant un regard qui en disait long. Bien qu'il lui fut - en quelque sorte - reconnaissant de l'aide qu'il lui apportait pour retrouver sa licence, comme chacun, sa patience avait des limites. L'humour de Leji - si tant est que cette dernière tirade se voulut humoristique - commençait à lui taper doucement mais sûrement sur le système.

Au restaurant, après avoir retiré son Key Data de la liasse, son propriétaire en avait matérialisé une disquette qu'il s'était évertué à enfoncer violemment dans le crâne de l'historien lui ayant fait face. Comme Leji lors de leur première rencontre, Sharl s'était braqué un instant puis, époustouflé, avait pris connaissances de toutes les données qui avaient assailli sa mémoire.

- Ça, c'est une application de Nen. J'ai appelé cette technique "Key Data". Je matérialise une clé USB aux facultés spéciales. Après l'avoir enfoncée dix minutes dans n'importe quel support, je peux créer une disquette contenant toute la mémoire dudit support et l'approprier pour une heure à celui qui insère cette disquette dans son corps.
En gros, j'ai stocké la mémoire des billets. Tu sauras entre les mains de qui ils sont passés, et tu entendras toutes les conversations qui ont eu lieu à proximité depuis leur création. Avec ça en principe, tu devrais te démerder pour trouver le nom du type qui t'a arnaqué.
Pour le retrouver ensuite... bah... t'es Hunter, si t'es pas capable de le chasser, c'est ton problème.


Sharl l'avait écouté religieusement, encore surpris de l'inondation d'informations venues fourmiller dans son esprit. Son devoir accompli, n'ayant en réalité que corrigé les erreurs dont il en était la cause, Lejinoss avait tourné les talons, prêt plus que jamais à récupérer son bolide.

- Okamer.

Une fois de plus, l'hirsute avait été stoppé dans son élan, tournant la tête vers l'History Hunter.

- Okamer Drol. 122 Luzurus Street. C'est pas loin, accompagne-moi.

Devant une telle détermination et pensant surtout qu'il aurait le temps d'assister aux retrouvailles entre l'escroc et son pigeon - spectacle distrayant en perspective - avant de pouvoir retourner au garage, Leji ne put lui refuser cette doléance.

Ils étaient donc arrivés à la bonne adresse. Une rue exigu où les poubelles s'entassaient et les murs se délitaient. Le revenu moyen des foyers peuplant la ruelle ne devait pas excéder les cinquante-mille jenis mensuels, tout ici dégueulait la pauvreté teinté d'un semblant de misère. Au milieu, deux Hunters déambulaient. L'un déterminé à récupérer sa précieuse licence, le second les mains dans les poches, faisant plus du tourisme qu'il n'accompagnait le premier.

- Toi quand tu te fais arnaquer, tu le fais pas à moitié. Ce type devait avoir l'air franchement louche pour vivre dans un quartier pareil et tu lui as filé ta licence contre trois millions.

- Silence.

Facilement vexé, Lejinoss en tressaillit presque.

- Non mais t'as pas compris, celui qui peut dire à l'autre de fermer sa gueule c'est moi et pas...

- Tais-toi.

Pointant du doigt deux individus dont l'hirsute parvenait à peine à observer la pénombre, Sharl venait de trouver sa proie.

- C'est lui.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Sharl Hendrix le Lun 7 Aoû - 1:23

Se résigner est souvent vu comme une solution de lâche, pourtant Sharl n'était pas de cet avis. Il était maintenant évidant que le Hacker ne lui donnerait aucune information bien qu'il est payé 5 millions de Jénis. Certe il aurait pu chercher à se venger ou s’accrocher à celui-ci sans plus le quitter d'une semelle mais Sharl était trop intelligent pour ça. Il se rendait compte qu'il avait été naïf, il savait aussi qu'il ne tirerait rien de plus du moustachu que ce qu'il lui proposait. C'est ainsi que les deux énergumènes se rendirent à la rencontre du dénommé Okamer.

Ce genre de mésaventure pittoresque était désormais une habitude pour Sharl, sur son île l'argent n’existait pas, pas plus que le crime ou même l'individualité. De nombreuse fois il s'était fait volé sa bourse, arnaqué dans les magasins ou menacé. Pourtant aujourd’hui il était hunter, rien ne l'empêcherait de la récupérer. Il avait lui même choisi la somme de trois millions afin de pouvoir vite la rembourser mais le commerçant ne lui avait proposé dix millions au plus. Il semblait claire que bientôt le petit morceau de papier plastifier serait revendu et engendrerait un bénéfice d'environs quatre vingt dix millions de Jénis. Et justement cela se produisait à ce moment même.

La situation se voulait complexe aux yeux de l'historien. Son seul allié n'allait pas l'aider, il était seul face à ces deux types. En plus de tout ça les informations transmises par la disquette tournoyaient dans sa tête, une telle quantité de donné était difficile à contrôler.

Sharl se posta derrière une poubelle d’où il pouvait observer ses cibles. Il fît signe à l'autre hunter de se déplacer afin de ne pas attirer les soupçons de ses proies. Le principale soucis était de savoir si la transactions avait déjà eu lieu, qui avait la licence en sa possession ? L'historien observait les deux hommes. Il était claire qu'ils étaient louches, baignant dans l'ombre, à l’abri des regards. Okamer semblait anxieux. Il regardait à droite et à gauche, il guettait comme le faisait ceux qui trempait dans l'illégale. Le second individu était plus calme, il avait la main droite dans sa poche et la gauche à sa ceinture. Il était vraisemblablement l'élément dangereux, il venait avec cents millions de Jénis pour acheter une licence de hunter escroqué. C'était un criminel celui là.

Sharl les observa une bonne dizaine de minutes lorsque le second homme leva sa main gauche pour porter quelque choses à sa vue. C'était effectivement la licence tant rechercher. Un détail vînt perturber encore plus Sharl. A sa ceinture, sous sa mains gauche l'homme portait une arme. Et à présent il possédait la licence du hunter.

Très peu de temps s'offrait à l'archéologue pour réfléchir. Il sortit discrètement de sa cachette afin de profiter de la transaction entre les deux hommes pour se poster dans un endroit plus stratégique. Sharl se cacha derrière une benne à ordure tout au bout de la rue ou les deux hommes commerçaient. Il semblait logique qu'après la transaction c'est cette rue là qu'emprunterait le criminel car elle menait vers les routes qui sorte du village. Okamer partirait surement de l'autre côté vers sa boutique mais il était certain qu'un trafiquant ne vivait pas dans un tel quartier.

Le hunter avait effectivement vu juste, les deux hommes se séparèrent et ça cible se dirigeait maintenant vers lui d'elle même. Jamais encore Sharl n'avait agresser quelqu'un de la sorte, une boule solide dans l'estomac l'alourdissait et il sentait son cœur accéléré à chaque pas de sa cible. Son plan était des plus simple. Avec son couteau il blesserait sa mains gauche afin qu'il ne puisse dégainer, et avec une pierre trouvé au sol il l’assommerait. Il était prêt !

Bien sur ça ne se passa pas comme prévu, il blessa la mains de sa proie mais celle-ci avait des réflexes hors du commun qui lui permit de bloquer le coup avec la pierre. En plus de ça il lui décocha un coup de boule d'une rapidité déconcertante qui lui fit échapper son couteau. C'était certain ce gars a déjà participé à de nombreux combat de rue. Il voulut se saisir de son arme de la mains droite mais Sharl lança sa pierre. Il visait le visage de son opposant mais le coup reçu l'avait étourdit et il toucha seulement les côtes. Cela fût suffisant pour que le criminel ait un pas de recule. L'historien à l'aide de toute sa rage sauta sur son adversaire et d'un vif coup de l'avant bras il désarma celui-ci avant même qu'il n'ait complètement sortit son arme.

Malgrès qu'il eût été désarmer le trafiquant savait se battre, il avait de l’expérience et il prit vite le dessus sur Sharl. Après l'avoir roué de coup il lui mit les mains autour de la gorge et commença à serrer. Il voulait seulement le voir s'évanouir mais il avait du mal à se contrôler. Il avait reconnu son agresseur, c'était le possesseur de la licence, il valait mieux en finir directement avec lui.

Sharl sentait qu'il allait bientôt s'évanouir. Même dans ce moment les données de la disquette continuaient leurs danse dans son esprit. Il voyait des gens, écoutait des conversations de toute part. Pourtant une en particulière attira son attention. Il se dispersait à un tel point qu'il ne voyait même plus la mort qui le caressait de sa mains froide. Pourtant le destin en décida autrement. A moins que ce ne fût quelqu’un d'autre.  

Un bruit assourdissant ramena Sharl à la réalité. Celui qui était en train de le tuer le relâchât brusquement. Il tombât au sol, reprenant bruyamment son souffle. Un autre homme était présent. Lejinoss tenait le pistolet du malfrat. Il semblait qu'il avait tiré en l'air. Sharl avait du mal à comprendre ce que le hacker disait, ses oreilles lui affligeait un bourdonnement violent. De plus son épaule se remit à lui faire mal sans pour autant que la blessure soit rouverte. Le moustachu le regarda l'historien alors que le trafiquant prenait la fuite.

"Tiens je crois que c'est à toi ça !"

Il lança la licence qui retomba sur les genoux de Sharl. Puis il retourna prêt à partir.

"T'es vraiment pas très bon comme hunter toi hein ! Mais bon j'avais une dette envers toi, maintenant j'estime que c'est plus le cas."

Sharl ne pensait plus à rien. Il était assis dans cette ruelle miteuse. Le sentiment d'échec et de faiblesse était son seul compagnon. C'est avec lui qu'il prit la route de l’hôtel. Néanmoins il nota un nom sur son smartphone. C'était celui d'un hunter qui avait touché un des billet de la liasse. Sharl ne se rappelait plus pourquoi il s’intéressait à cet homme mais il possédait quelque chose qu'il lui fallait, du moins c'est ce qui lui semblait. Son nom était polan. Polan Shefer.

En arrivant à l’hôtel, Sharl n’aperçus pas Lejinoss. Bien qu’il l'avait roulé, il voulait le remercier de l'avoir sauvé. La honte l'en empêcha.
L'historien resta assit longtemps devant la petite auberge. Presque toute la nuit. Il réfléchissait à ce qu'il lui était arriver, à comment faire pour que ça ne se reproduise pas. Il songeait aussi à ce qu'il allait faire. Polan Shefer attendra, il lui fallait aller à cette tour des combats, il devait devenir plus fort et surtout il lui fallait acheter l'information sur le nen pour la modique somme de cinq millions de Jénis.
avatar
Sharl Hendrix

Messages : 13
Date d'inscription : 21/07/2017

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Lejinoss Taibug le Mar 8 Aoû - 9:05

[Épilogue]


Il n'y avait pas de joie plus extatique que celle qui consistait à se réveiller - malgré soi - à cinq heures du matin de par le son de violents coups de klaxon répétés. Considérant la petitesse de la taille du village, il était inenvisageable que cela soit le fait des embouteillages.
Plus simple encore que la thèse du trafic saturé, celle d'un Hunter sans gêne. Un hacker Hunter même.

La veille, Lejinoss s'était séparé de son camarade sans reproche ni regret. Puisqu'il lui était "venu en aide", ou tout du moins qu'il ne l'avait pas plus enfoncé qu'il ne l'avait déjà fait en lui extorquant une somme mirobolante, il s'en était allé retrouver la famille Citadür à domicile. Après les avoir bassinés suffisamment longtemps pour récupérer son véhicule, ces derniers trop contents de pouvoir enfin se débarrasser de lui accédèrent à sa requête.
Le volant entre les mains, c'est toute la nuit durant que Leji pu renouer avec son bolide, la sémillante Tayato Starlet. Tout du moins jusqu'à trois heure du matin où il se rendit compte en rase campagne qu'il avait oublié de faire le plein d'essence.

Réservoir vide, il avait erré sur les petits chemins de terre jusqu'à trouver une autre voiture garée au pied d'une habitation. Ne pouvant compter sur une station essence pour se ressourcer, les jenis lui faisant défaut, il avait dû siphonner au mieux pour remplir son jerricane. Une agréable manière de commencer la journée car le soleil se levait à quatre heures du matin en ces contrées.

C'est de sa langue recouverte de sans plomb, après être retourné devant l'hôtel afin d'attirer l'attention de Sharl y séjournant toujours, qu'il le harangua suite aux klaxons. Une cigarette pendait au bout de ses lèvres mais, prudent, il avait préféré ne pas l'allumer, le goût de l'essence lui chatouillant toujours le palais.

- Merci pour l'oseille au fait. Vu que tu connais mon nom, tu chercheras sur le site des hunters si tu veux mon numéro, j'y suis répertorié ! Bonne bourre !

Redémarrant sa voiture, calant, puis démarrant à nouveau, Leji quitta alors le parking, roulant comme s'il était le seul sur le route - ce qui était le cas à cette heure - sous le regard médusé des pensionnaires de l'hôtel ayant tous été réveillés et amenés à regarder par la fenêtre. Sharl aussi avait été contraint d'assister à la scène, dépité. Encore devant la fenêtre, en pyjama, il regardait les phares de la Tayato Starlet s'éloigner vers l'horizon obscurci.
Leur collaboration n'avait été que très limitée, mais l'hirsute orangé l'avait marqué.

- Bon débarras.

Toutefois, il n'était pas dit qu'il cherche son numéro le lendemain matin.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 642
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historié

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum