Le nouvel arrivant

Aller en bas

Le nouvel arrivant

Message  Lowifa le Sam 13 Aoû - 1:58

Aïe ! Ça fait mal cette merde !

Évidemment, ça n'a jamais été très agréable de recevoir du coton enduit de spray sur sur des blessures mais là, Ronuan n'y allait pas de main morte. Il faut dire qu'il était aussi en colère que moi, après avoir constaté l'étendue des dégâts. Quatre grosses entailles sur le bras gauche.
Les combats dans la "cave" n'étaient jamais bien glorieux et encore moins loyaux mais là, s'en était juste trop.  
J'ai déjà passé quatre ans dans la "cave", j'ai combattu, j'ai gagner, j'ai perdu, j'ai même tué pour touché de l'argent mais, je ne m'attendais pas à une telle fourberie et une telle violence.

Alors que je pansais les blessures de mon ami, inconscient à cause du surplus d'adrénaline, je me remémorais l'action.
C'était le premier combat de Vilkyo. Cela faisait maintenant quatre ans que l'on s'entrainait avec Ronuan. Bien qu'il n'avait pas mon expérience et ma force, il était très rapide et tout aussi agile que moi.
J'avais beau lui dire que la "cave" était un endroit très dangereux, il n'en fit qu'à sa tête. À vrai dire, je ne sais pas si c'était la peur de le voir mourir ou la peur de le voir devenir meilleur que moi qui me posait problème.
En tous cas, Ronuan accepta la demande de Vilkyo. C'était logique, sachant qu'il m'autorisait à me battre depuis deux ans.

Déterminé et sûr de lui, Vilkyo partit en direction de la "cave" et ainsi assista au tirage au sort des combats.
Grand moment que celui du tirage au sort. Un magnifique moment de tension, où chacun se regardent et se jaugent avec l'espoir de tomber sur un maigrelet et le désespoir de tomber sur le champion en titre.
Même si cela fait illusion pour les débutants, les plus expérimentés savent que cette roue contenant nos numéros est truquée.
Pour le commun des mortels, il est impossible de connaître les résultats du tirage et donc de savoir à coup sûr, qui va l'emporter. Mais, pour les mafieux qui contrôlent ce jeu depuis leurs sièges en cuires ultra-confortables, il devient facile de prédire la composition du tournoi et le vainqueur de tous les matchs.

Gigoha, le combattant le plus connu et le plus fort de la "cave". Haut de pratiquement deux mètres, les bras gros comme des cuisses, capable de fracasser une porte blindée avec un bout de mur. C'est plus ou moins comme ça que le public le décrit.
Et comme si ça ne suffisait pas, en plus d'être un adversaire particulièrement vicieux, il a derrière lui six caïds du coin. Des petits mafieux qui, pour prendre du bon temps et s'en mettre plein les poches, on décider d'inventer ce jeu malsain et de se servir de leur garde du corps, cité précédemment, pour en faire un combattant redoutable, une véritable machine a exploser mâchoires.
Et bien évidemment, il s'assure toujours la victoire en truquant les matchs. Ce n'est pas la première fois que ça arrive, loin de là. J'ai déjà vu tirage au sort truqué, opposant le plus pathétique gringalet à la plus grosse montagne de muscles sans cervelle mais les combats de Gigoha sont truqués ouvertement.
Les mafieux vont jusqu'à lui donner des armes pour s'assurer la victoire. À vrai dire, je ne sais même pas pourquoi ils vont l'aider à ce point. Il est de loin le plus fort.

Et évidemment, pour son baptême, Vilkyo devait affronter cette grosse brute. Ronuan et moi étions là également, en train de nous ronger les ongles à la vue de l'adversaire de notre ami.
À la grande surprise, le combat démarra plutôt bien. Malheureusement, après quelques coups bien placés de la part de Vilk, les mafieux donnèrent vite un poignard à Gigoha. Il n'en avait même pas besoin. Il l'a clairement démontré en prenant Vilkyo à mains nu et en l'immobilisant par terre. Il lui mit son bras devant sa bouche pour l'empêcher d'abandonner et lui écorcha lentement le bras gauche.
Après quatre énormes éraflures, Gigoha enleva son bras de la bouche se Vilk pour qu'il puisse abandonner.
Pourquoi a-t-il fait cela ? Peut être pour instaurer la peur en lui. Ou peut être pour garder le bras droit pour une prochaine fois.
Quoiqu'il en soit, nous devions ramener notre ami chez nous.

De retour à la réalité, je vis Vilkyo, endormit sur le canapé. Je suis alors sortit dehors pour me calmer un peu. Il neigeait et il faisait froid. Normal, il faisait nuit. J'avais beau ne pas trop aimer le fraîcheur de l'hiver, il avait le don de calmer mes ardeurs.
J'entendis alors le bruit de la porte derrière moi. C'était Ronuan, qui venait m'apporter la veste.

Va pas attraper froid.

Je restai silencieux. Il se positionna alors à côté de moi et me dit après un léger blanc :

Tu sais qu'il va vouloir y retourner, pas vrai ?

Agacé et furieux, cette phrase, que j'appréhendais, raviva ma colère et lui répondit promptement :

Jamais ! Il n'y retournera jamais, tu m'entends !

Tu sais, je ne t'ai jamais interdit d'y retourner. Tout le monde a le choix de faire ce qu'il veut. Peu importe si le choix est bon ou pas, c'est le sien et il n'appartient qu'à lui.

Je me retournai alors vers lui et lui demanda :

T'es en train de le dire que tu serais prêt à le laisser retourner là dedans !?

Sans attendre une autre question de ma part, Ronuan me répondit directement :

Oui. Il va de soi que je lui conseillerai de ne pas y aller, c'est mon boulot. Mais, s'il veut y retourner, je ne l'empêcherai pas. Et si tu te mets en travers de son chemin, sache que je serai de son côté.

Cette phrase ébranla ma volonté. Il repartit dans la maison et me demanda de ne pas rentrer trop tard.
Je restai alors un peu longtemps, à me demander quoi faire. Je n'avais pas le droit de l'en empêcher mais, je ne voulait pas qu'il y retourne.

Soudain, une idée me vint. Si je pouvais empêcher Vilkyo d'y retourner, je pouvais toute fois l'empêcher d'affronter à nouveau Gigoha...


Dernière édition par Lowifa le Jeu 1 Sep - 11:48, édité 1 fois
avatar
Lowifa

Messages : 133
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 18

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel arrivant

Message  Lowifa le Lun 15 Aoû - 11:16

Un couteau ? Non. Face à Gigoha, même en le prenant pas surprise, c'était peine perdue...
Un flingue alors ? Non plus. Le seul que j'avais sous la main, c'était celui de Ronuan. Ça l'aurait mit dans la merde si j'avais fais ça...
Un poison dans ce cas ! Pas besoin de l'attaquer directement, les mafieux n'aurait jamais sut que c'étais moi et puis, j'étais déjà plus sûr de tuer cette armoire à glace avec un liquide destructeur plutôt qu'avec un épluche pomme.

Un poison donc. Reste à savoir lequel utiliser. Après avoir parcouru la maison, je m'étais vite rendu compte du fait qu'il n'y avait aucun poison chez moi. Ronuan entretenait très bien la maison donc, il y avait très peu de rats. Donc, aucune raison d'acheter de poison contre ces vermines.
Je parti alors dans le salon pour voir si l'on avait des plantes. En effet, ces saloperies vertes pouvaient très bien contenir des toxines. Malheureusement, la dernière a moyennement apprécié son séjour d'une semaine, à l'extérieur, alors qu'il faisait environ zéro degré celsius.
Soudain, une idée me vint à l'esprit. Parcouru par un véritable éclair de génie, je me précipitai vers la machine à laver pour trouver l'arme du futur crime : de la javel.
Du moins, c'est ce que je pensais. N'ayant pas l'habitude de laver mes affaires, de par ma nature flemmarde, je ne pouvais pas distinguer l'odeur de ce poison. Bien que la javel est une forte odeur, je ne m'en rendis pas compte. En effet, mon odorat était brouillé par l'hiver et par la à température en baisse constante.

J'avais enfin le poison. Je remplis une petite bouteille d'un peu de javel et j'enfilai ma veste. Il ne me restais plus qu'à attendre que Ronuan s'endorme, pour que je puisse passer à l'action.
Deux heures sont passées et Ronuan était toujours dans le canapé à regarder la télé, avec une bière dans la main droite. Il était sûrement déprimé à cause de ce qui est arrivé à Vilkyo.
Il ne m'avait pas remarqué, j'étais juste derrière lui, à peu près à dix mètres d'écart et il ne m'avait toujours pas remarqué. Tel que je le connais, il ne s'endormira pas avant minuit.
Il était Neuf heure du soir, si ça continuait, Gigoha ne serait déjà plus à la "cave" quand je serai parti.
Je pris alors mon mal en patience et j'attendis le bon moment pour partir.

Une heure et demie s'était déjà écoulée et Ronuan semblait toujours éveillé. J'essayais tant bien que mal de retenir mes mouvements nerveux, tel que le tapotement de pied sur le sol mais là, je ne pouvais plus attendre.
Soudain, une idée me vint à l'esprit : et si Ronuan était déjà endormi. En effet, cela faisait plus d'une heure que je l'observais de dos, sans voir son visage. Certes, il s'endormait à minuit d'habitude mais l'alcool ne l'aurait-il pas achevé avant ?
Le doute d'insimina en moi et plus je doutais, plus je perdais du temps et ça, je m'en rendais bien compte.
Après quelques secondes d'hésitation, je pris mon courage à deux mains et je m'avançai vers Ronuan. Je ne respirai plus, mon cœur battais très rapidement et mes yeux étaient fixés sur la tête de mon ami.
Soudain, je marchai sur une planche grinçante. Surpris par le bruit, je m'immobilisai et attendi une réaction de la part de Ronuan.
Les secondes semblaient durée une éternité et c'est alors qu'une réflexion me vint : pourquoi j'attendais que Ronuan s'endorme pour partir ? Il ne m'a jamais interdit d'aller à la "cave", même très tard, alors pourquoi attendre ?
Alors que je venais de me rendre compte que ma paranoïa habituel, m'avait encore une fois coûtée beaucoup de temps, je reculai tout doucement pour m'éclipser le plus discrètement possible. Je sortis alors par la porte et m'enfoncai dans la nuit pour aller tuer Gigoha...


Dernière édition par Lowifa le Jeu 1 Sep - 12:39, édité 1 fois
avatar
Lowifa

Messages : 133
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 18

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel arrivant

Message  Lowifa le Mer 17 Aoû - 18:30

Vingt-deux heure et demi. Avec un peu de chance, le tournoi n'était pas fini. J'entrai alors dans l'immeuble dans lequel, se trouvait la "cave".
Au début, je ne trouvais pas ça très discret de changer des combats illégaux dans le sous-sol d'un immeuble mais, Ronuan m'a apprit qu'il appartenait à la mafia locale. D'après lui, plus les étages étaient haut, plus les criminels qui s'y trouvaient étaient importants. Ce qui veut également dire que les mafieux qui organisent les tournois en bas, ne sont pas très influents.

Bonjour monsieur. Que puis-je pour vous ?

Toujours le même. C'était toujours le même gars à l'accueil. Il me demandait tout le temps : "Que puis-je pour vous ?" et moi, je lui répondait tout le temps "J'aimerai aller à la "cave" ".

J'aimerai aller à la "cave"

Quel est votre nom ?

Il venait tout juste de sortir des fiches avec des signatures en rouge. C'étaient les fiches qui répertoriaient les combattants. Je n'ai jamais compris à quoi elles servaient. Quel était l'utilité d'avoir nos signatures ? Ce n'était pas comme si ce que nous faisions était légale.

Lowifa Jufoba.

Ce type était vraiment bizarre. Il me disait à chaque fois la même chose. À croire qu'il était obligé de me dire ça avant de rentrer. Un vrai robot. Au bout d'un moment, je me demandais si ce n'étaient pas les mafieux qui l'obligeaient à dire ça à tout le monde.
C'était dommage, c'était bien le seul mec que je trouvais sympathique, avec aucune malfaisance ou fourberie dans le regard. En même temps, il n'avait rien dans le regard.

Spectateur ou combattant ?

Spectateur.

Il prit alors un tampon bleu et l'appliqua sur le dos de ma main gauche. Ça aussi, je n'avais jamais compris l'utilité d'un tel objet.

Bons combats !

J'étais en train de descendre les escaliers sombres qui menaient à la "cave". Ça faisait un sacré contraste entre le côté luxueux du hall, avec lustres en cristaux et fauteuil en peaux de bêtes, et le côté sombre et sauvage de la "cave". Alors que je commençais à apercevoir les lumières qui éclairaient la salle, j'entendis également les hurlements des spectateurs, sûrement en train d'acclamer Gigoha et de huer le pauvre gars qui était en tête à tête avec lui. Avant d'entrer complètement dans la salle, je mis ma capuche et je voûta légèrement mon dos. En effet, il y a quatre caméras de surveillances disposées dans les quatre coins supérieurs de la pièce. Je n'ai jamais compris à quoi elle servait non plus mais, pour le coup, ça aurait pu servir à me retrouver. Évidemment, je n'ai pas pris ma veste rouge et bleu mais juste une veste grise foncée. Cela fait quatre ans que je combat ici, les spectateurs et surtout les mafieux, ont dû enregistré les couleurs de ma veste maintenant.

Alors que je traversais les gradins, je vis le nouvel arrivant en train d'esquiver les attaques Gigoha.
Il n'avait pas l'air très fort. Il avait le corps légèrement voûté, il n'avait pas de position défensive, il se contentait d'esquiver. Je ne pouvais pas savoir s'il était musclé, il avait un pull assez épais mais, de là où j'étais, il ne faisait clairement pas le poids fasse aux bras du monstre qu'il avait en fasse de lui. Même pas un de ses bras en fait.
Si j'étais un connard, j'aurai sûrement dis : "désolé, mais le malheur des uns fait le bonheur des autres", mais je n'étais pas un connard et je me contentais d'avancer et d'esquiver les pieds tremblants d'excitation des spectateurs.

Après avoir passé les spectateurs, je m'introduisis dans le couloir des combattants. Un long couloir illuminé par la multitude de néons, avec les portes, sur les côtés, menant aux salles des combattants. Il y en avait seize, le nombre maximal de combattants possible. Mais, je savais parfaitement où se trouvait celle de cet abrutie de Gigo.
Une chance pour moi, qu'il en ait une rien qu'à lui. Ça n'avait rien d'étonnant finalement, il venait tous les jours. Sa pièce était au fond du couloir de droite.
Plus je m'approchais, plus je sentais le stress monter en moi mais, je ne pouvais plus reculer. Je devais le faire. Pour Vilkyo. Malheureusement, alors que j'étais sur le point d'arriver à l'angle du couloir, je vis du coin de l'œil deux personnes devant la porte de la salle de Gigoha.

Merde... Lui aussi à des gardes du corps !?

Alors que réfléchissais à une stratégie, le doute s'installa en moi...
avatar
Lowifa

Messages : 133
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 18

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel arrivant

Message  Lowifa le Mer 31 Aoû - 0:47

Les gardes en face étaient sûrement aussi forts que Gigoha. Moi tout seul, je ne pouvais rien faire. Heureusement, quand je suis passé dans l'angle, ils ne regardaient pas dans ma direction, sinon, je serai déjà mort. Malheureusement, je me retrouvais dans une impasse. Une impasse faite de muscles, de flingues et de costards cravates. Ce genre d'impasse que l'on ne peut passer sans forcer.

Que faire, me répétais-je sans trouver de réponse...

Nous étions dans le sous-sol de l'immeuble, il n'y avait donc aucune autre entrée dans la pièce de Gigo. Donc, le seul moyen d'entrer était la porte protéger par ses hommes.
Je me tus alors quelques secondes pour essayer de discerner un quelconque signe de relâchement de la part des gardes. Malgré les violents battements de mon cœur, je pouvais entendre leurs respirations. Elles étaient normales et imperturbables.

Je retins un petit "et merde", essayant de s'échapper de ma bouche malgré la tension présente. Par manque d'idée, je décidai de placer ma montre en espérant capter le reflet de ces hommes. Même si je le percevais, cela ne faisait que de me rebuter encore plus.

Après avoir cogité quelques secondes, en essayant d'analyser toutes les situations possibles, je vins lentement mais inéluctablement à cette conclusion : Je ne pouvais rien faire.
Il n'y avait qu'une seule entrée que je ne pouvais emprunter sans utiliser la force et par conséquent, sans me faire tuer.
Suite à cette réflexion, une autre suivit : Si je ne tuai pas Gigoha maintenant, Vilkyo serait toujours en danger. Par conséquent, je ne pouvais pas sauver Vilkyo.
Je pouvais toujours tenter ma chance et essayer de surprendre les gardes avec un piège mais, est-ce que cela en valait vraiment la peine ? La réponse était oui, bien évidemment mais, est-ce que je le pouvais ? Est-ce que je le voulais vraiment ? Étais-je prêt à sacrifier ma vie pour celle de Vilkyo ?
Tant de questions existentielles auxquelles je répondis en jetant la bouteille de javel dans la poubelle à côté de moi et en partant la tête basse.

En m'en allant, je passais sans broncher devant les spectateurs, debout, en les bousculant sans les regarder. Je ne regardais rien en faite. La chaleur environnante ne me faisait plus rien, je n'entendais plus rien, je n'existais plus. Outré et choqué par ma propre lâcheté. Incapable de sauver un ami ou même de tenter.

Pff... Quel minable..., me disais-je.

C'est alors qu'un bruit perça le brouillard spirituel dans lequel je me trouvais. Ce n'était pas un bruit sur-aiguë ou incroyablement fort, c'était un bruit familier. Un bruit que j'avais entendu récemment.
Je me retournai alors, d'abord intrigué, puis inquiet, pour apercevoir une pauvre victime prise dans le dos par Gigoha. Il était derrière, il avait son bras sur sa bouche et l'autre tenait un poignard et la simple pression qu'il émettait suffisait à paralyser le pauvre homme.
Cette impression de déjà vu pressa la détente et dans un mouvement inespéré, je me propulsai à l'assaut de cette brute de Gigoha.
avatar
Lowifa

Messages : 133
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 18

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel arrivant

Message  Lowifa le Sam 10 Sep - 21:23

J'étais en pilote-automatique. Je fonçais sur ma cible en ignorant tout le monde autour de moi. Il n'y avait plus que Gigoha, Moi et les hurlements du malheureux qui se faisait torturer.
Tout en courant vers le ring, je serrais mon poing de plus en plus fort. Ma rage augmentait au fil que mon esprit disparaissait. Je n'étais plus moi même, je n'étais plus humain, je n'étais qu'une bête.

Alors que j'approchais du ring, je pris appuie sur mes jambes et je m'élançai vers eux. Une fois sur le ring, tout se déroula très rapidement. Je positionnai tout mon corps, de sorte à pouvoir frapper le plus efficacement Gigoha.
Étant, plus ou moins, dos à lui, il ne m'avait pas encore remarqué, il était trop concentrer sur sa séance de torture. Il ne laissait jamais échapper ces moments. Et, instinctivement, je vis la faille : tout. Tout son corps, hormis ses bras, était relâché. Aucun endroit n'était protégé. Une occasion en or pour moi, mon ennemi complètement à découvert. Dommage, je n'avais pas vraiment le temps de réfléchir à une stratégie.
C'est pourquoi je le frappai directement dans les côtes.

Toute ma haine et ma rage, concentrées dans mon poing, cette envie de tuer avait enfin atteint sa destination. Une joie et un énorme soulagement vinrent alors me sortirent de cet état second. Un léger tremblement se fit ressentir dans tout mon corps. Cette sensation de réussite...

Malheureusement, je retournai très vite à la réalité en voyant Gigoha bouger de quelques mètres, lâchant en même temps sa victime, et me fixant d'un air surpris et enragé. Malheur à celui qui interrompait ses petits moments de plaisirs mais bon, c'était en partie de sa faute.

Oh mon Dieu ! Un autre combattant s'est élancé dans l'arène et a attaqué Gigoha par derrière ! Iblin est maintenant libre de ses mouvements ! Quel retournement de situation !

Iblin. C'était donc ça son nom. Je me retournai alors vers ce "Iblin" pour voir son état. Il était exténué, sûrement dû à ses nombreuses esquives mais surtout à ses quelques secondes en tête à tête avec son adversaire. Néanmoins, il semblait être parfaitement lucide, comprenant parfaitement ce qu'il venait de se passer, malgré l'improbabilité de la situation. Ses yeux étaient fixés sur Gigoha, ce qui me fit me rappeler que je n'étais pas du tout sur mes gardes. Je suis sûr qu'il cherchait une stratégie pour fuir.
Moi, j'en avais une. Je ne l'avais pas employé il y a quelques heures alors que j'aurai dû. Je lui ai alors dis :

Iblin, va-t'en !

Son regard se fixa alors sur moi. Pour la première fois, il semblait ne pas comprendre. Comme s'il n'avait pas comprit ce que je venais de dire. Mais, en voyant mon expression, il finit par comprendre. Sans donner de réponses, il s'éclipsa lentement du ring, tout en fixant Gigoha et s'enfonça dans les gradins.

Hé, hé, petit, tu sais ce que je fais aux gens qui interrompent mes combats ?

La Ferme !!

Mes paroles étaient remplis de frustrations. Même Gigoha c'était tut. Je me retournai ensuite vers lui, et lui dis en bafouillant légèrement :

Ferme La et vient te battre, enfoiré...

D'abord surpris, Gigoha sourit. Il ne lui en fallait pas plus. Il avait en face de lui un parfait remplaçant pour ses séances de tortures. Quand à moi, je commençais à accepter ma situation. Au fond de moi, j'agitais le drapeau blanc mais, je gardais toute ma combativité.
Soudain, alors que je m'élançai sur Gigoha, un coup de feu retentit. Nous nous stoppâmes net et nous nous retournâmes vers la source de ce bruit.

Gigoha ! Laisse le partir ou je les bute tous !
avatar
Lowifa

Messages : 133
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 18

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel arrivant

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum