La vie de racaille c'est pas toujours facile [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La vie de racaille c'est pas toujours facile [solo]

Message  Takeru Kura le Sam 23 Juil - 20:14

- wooooh qu'es-tu branle ?!
- Gnééééh ?
- Putain Take' tu fais chier là ! Bordel mais quel débile ! Mec Pourquoi t'as pris ça comme coussin
- Bah j'sais pas y avait que ça !
- c'est pas un coussin pauvre cloche ! C'est le sac de ma meuf !
- Bouaaaaah c'est pas grave !
- Mais si c'est grave !Déjà qu'elle tolère ta présence de sale squatteur et en plus si tu lui pourris tes affaires.
- Woooooh calmos Fla'! y a pas de mal ! Putain puis j'ai connu mieux comme réveil. *baille*
- Parlons-en tiens ! t'étais pas censé aller voir Baku' à 15h ?
- hmouais pourquoi ?
- il est 16h pauvre taré de feignasse !
- ah ouais, ça c'est problématique... Oh putain j'suis à la bourre !
- Tu m'étonne ouais !

Takeru, en caleçon dans le canapé de Fla' sauta d'un bond pour se diriger vers la sortie de l'appartement de ce dernier. Enfin, ça c'est jusqu'à ce que l'intéressé lui rappelle qu'il serait mieux qu'il se fringue pour sortir. Takeru lui fit un sourire ahuri en se marrant avant de faire demi-tour, se fringuer en 4° vitesse puis de sortir. Comme un bon connard qu'il est, il trouva rien de mieux à faire que de tirer un vélo dans la rue histoire d'aller plus vite. Il aurait aussi pu frauder dans les transports en commun. Le soucis c'est qu'il avait déjà été fiché par les services de sécurité des transports en commun le jour où il s'était enfui lors d'un contrôle. Il avait finit par se faire attraper après une course poursuite qui dura près d'une heure. Maintenant il préférait voler des scoot ou des vélo pour se déplacer. En général il laisse le véhicule en plan puis en choure un autre quand il doit faire un autre déplacement. c'est dire à quel point il a rien à foutre des gens et de voler des trucs.

Il arriva au lieu de rendez-vous avec le dit Baku' qui l'attendait également avec un autre pote Marly. Il descendit de son vélo, leur fit un signe de coucou puis un sourire, même pas désolé de son retard. Baku' l'accueillit avec un drop kicke dans les gencives qui le fit tomber à la renverse, son collègue racaille un peu furax vint ensuite le saisir au col.

- T'es enfin là enfoiré ?! D'où t'as cru que tu pouvais m'faire poiroter toi ?
- Aïeuh ! mais calme toi putain ! Au pire t'as rien de mieux à foutre de ta journée que zoner.
- Ta gueule connard ! J'sais pas qui me retient de te foutre des beignes.
- Peut être juste par ce que tu sais que si je met à t'en coller aussi tu fais pas le poids.
- Et il me cherche en plus l'enculé !

Il échangea quelques coups amicaux avec Takeru qui était mort de rire sous le regard blasé du troisième compère qui fumait tranquillement en regardant ailleurs, attendant que ces deux abrutis aient finit leurs enfantillages, se contentant de regarder mauvais les passant qui le dévisageaient un peu. Par ce que oui, la bonne racaille zone toujours dans des lieux publics histoire de faire chier un maximum de monde.

- c'est bon vous avez finit les deux branleurs ?
- hahaha ! ouais ! Salut Marly!
- Pfeuh! p'tit con va !
- Bon, qu'est ce que tu voulais me dire au fait pour me donner rendez-vous aussi tôt ?
- Putain il pionçait encore à pas d'heure! j'en étais certain ! Enculé d'chômeur va !
- Comme si t'avais un taf toi.
- Si monsieur je bosse ! je suis cultivateur de produits illicites. D'ailleurs c'est pour ça que j'voulais te parler.
- Tu veux que je t'aide à fourguer ta cam' ?
- Nan. le soucis, c'est que t'as des connards qui commencent à empiéter sur notre territoire. Vas-y raconte lui Marly.
- Hier j'ai vu des types vendre leur merde à la sortie du lycée Shokara.
- Ok j'vais les défoncer ! Nous on vend pas de trucs aux lycéen par ce que voilà, ils ont bien le temps de se droguer après 18 ans mais que les mecs ils profitent de ça pour penser vendre sur notre territoire... Ils ont pris un peu la confiance. Tu sais qui c'est ?
- C'est la bande de Tiguaro.
- Je peux pas m'en occuper, j'ai mes affaires à faire tourner et...
- T'inquiètes pas Baku ! Je vais m'occuper d'eux.

Takeru sourit à son collègue puis lui tapa sur l'épaule avant de se mettre à zoner avec lui. Ouais, il allait quand même pas s'occuper de ça maintenant. En plus il venait de se réveiller. Il avait pas la foi d'aller casser des genoux maintenant. puis, il pouvait pas aller faire ça seul. Faut prévoir ses arrières. D'ailleurs, il demanda à Marly s'il était chaud pour venir régler ça avec lui. ça le dérangeait pas. Et comment décrire le reste de sa journée si ce n'est qu'il a juste zoné à causer avec ses potes, fumer des clopes et dévisager les gens qui passaient ? Bah franchement rien de plus. C'est pas super glorieux. Et vous voyez, ça c'est son quotidien.

- Et les affaires, ça va bien ?
- hmouais ça peut le faire. Tant qu'on vient pas me bouffer sur mon territoire quoi.
- T'inquiètes on va s'en occuper de ton affaire. Par contre, j'ai pas envie de retourner chez Fla'. Sa meuf est trop chiante. Tu m'invite à bouffer ?
- Dans le genre gratteur toi t'es un pro. Mais allez ! je t'aime bien.
- Bon, allez les filles. moi je vous laisse. Je peux prendre ton vélo ?
- vas y c'est pas le mien. hahaha !

Quelques check et Marly s'en alla alors que Takeru restait à glander avec Baku. Le jour déclina peu à peu. Ils finirent par partir bouffer dans un bouiboui pas trop chère. Comme ils allaient pas juste partir comme ça et comptaient profiter de leur soirée, ils partirent se finir un peu dans un bar. Bon, comme Takeru a juste pas une tune en ce moment, c'est son pote qui paya tout. En fait takeru avait pas de travail et passait son temps à squatter et taxer de l'argent à droite à gauche. En échange il offrait ses services pour rien du tout à ses potes. Genre il aidait parfois à dealer quand ce n'était pas pour pater la tronche à la concurrence ou filer un coup de main dans une histoire merdique. Il faisait plus ça pour eux que dans l'idée de rembourser une dette en fait. Il faisait ça plus spontanément que par calcule par ce que c'est ses amis.

Ils sortirent du bar, direction une sale de jeu d'argent, Baku disait qu'il sentait qu'aujourd'hui il avait de la chance. Alors qu'ils entraient dans le quartier chaud, Baku' bousculla un type qui, naturellement était bien chaud car un peu bourré. il était accompagné de 5 potes. Naturellement, come lui et ses potes avaient l'avantage du nombre, ils commencèrent à faire les marioles, ce qui péta vite les boules de Takeru qui aime pas trop qu'on vienne lui souffler dans les bronches.

- Eeeeeeh gamin d'où tu me bouscule ?
- Eeeeeeeeeeh le vieux d'om tu viens nous faire chier ! On va juste jouer tranquil! va t'finir chez la première pute du coin et me fais pas chier.
- Les gars! vous avez vu comment il me cause ce mioche ?! On devrait lui donner une leçon vous pensez pas hein ?!
- C'est ça ramène tes danseuse tocar ! j'vais tellement vous défoncer que vous aurez du mal à expliquer à vos rombières comment ça se fait qu'elle vous reconnait plus.
- Putain on va te coller une de ces branlées ! Et ton merdeux de pote c'est le suivant !
- Baku... j'me les fais seul !
- Ok !

Notre jeune homme au tatouage retira sa veste et la balança à la tronche du type à la grande gueule. privé de son champ de vision, il ne put voire venir le coup de pied sauté de takeru qui vint se loger dans sa tête. Il tomba à la renverse contre deux de ses collègues. ça permettait au jeune enragé de mieux gérer leur nombre. Il colla une patate au premier venu. l'homme évita l'assaut et riposta d'un coup de pied dans le torse.

- teuh... Putain il déconne pas lui ! Hahaha ! Vas y ramène toi !

Takeru fit craquer ses poings et retourna à l'attaque. il se battait comme un enragé, recevant presque autant de coup qu'il en recevait. Aucune technique, que de la hargne. Il se battait comme un putain de chiffonnier. C'est pas du combat, c'est de la baston quoi. Un type parvint à le faucher et le faire tomber à terre alors qu'il en avait déjà sonné deux des 6 marioles après qu'il leur ai collé quelques mandales bien placées. Un mec tenta de profiter de sa position de supériorité pour coller un coup de pied dans le ventre de Takeru à terre. Le jeune homme aux cheveux argentés parvint à se saisir du pied de son adversaire et à le tordre de façon à ce que le mec soit obligé de tomber à son tour ou de e faire péter la cheville. L'homme à terre, Takeru lui sauta dessus et le couvrit alors de coups de poings. takeru souffle. Un troisième homme à terre.

Pas le temps de niaiser. Il se prend un coup de pied en pleine face. Il se relève et expire un peu de sang par le nez. Il fait signe aux 3 gars encore debout de se pointer. Le premier avance alors que les autres essaient de le contourner. Takeru tente de le cueillir avec un crochet du gauche. Le type pare le coup. ça permet à takeru d'avoir une accroche. Il place sa main gauche dans la nuque du type et lui colle son front en plein dans le nez qui se transforme en un geyser de sang. Il recule en se tenant le visage.

Une patate le fait vaciller sur la droite. Il est saisit sous les bras par un mec qui l'attendait  dans son dos. L'autre en profite pour lui loger quelques coups dans le ventre. Takeru tente de le faire reculer d'un coup de pied facilement esquiva. ça lui laisse assez d'espace pour se baisser puis coller un coup de tête dans le menton du mec qui le retient. Takeru peut entendre les dents de son adversaire claquer et même se briser pour certaines. Le type se tient la mâchoire. Takeru l'achève d'un coup de pied sauté.

Il se retourne. pas le temps de faire quoi que ce soit, son souffle est coupé. Il est à terre. le dernier type debout vient de le plaquer et se met à l’assommer d'une avalanche de phalanges. takeru se protège comme il peut mais sa position est défavorable. Il se met à beugler et colle un énorme coup dans les cotes de son adversaire qui perd l'équilibre. Le tatoué hurle de rage avant de lui écraser son poing dans le nez. Il se relève et lui colle un dernier coup de pied dans le bide.

Se retournant pour contempler son carnage, il ne voit as que lui aussi a pas mal mangé. Il a le nez qui pisse le sang et l'une de ses joues commence déjà à prendre une couleur violette et son arcade est légèrement ouverte. Sans parler des hématomes sur le ventre qu'il se tapera demain. Il voit qu'une foule s'est massée autour d'eux. il les regarde mauvais. certains commencent à partir.

- Quoi ?! tirez-vous bande de cons y à rien à voire. Et vous là les débiles ! Vous avez rien dans le froque ! allez! amenez vous bande de pucelles ! J'vous attends ! Allez !

Il enjoignait ses cris par des gestes les appelant à se lever mais ceux qui arrivèrent à se lever commencèrent à transporter leurs potes pour s'en aller. takeru en empêcha juste un de se faire la malle et le choppa au col.

- te barre pas connard ! J'ai juste deux mots à dire.
- S'te plais ! dé... désolé je...
- Ouais t'as intérêt à être désolé ! excuse toi bouffon ! Et que j'te revois plus ! Sache juste qu'on déconne pas avec Takeru Kura de Kuroku pigé ?! Allez casse toi maintenant pauv' tâche ! va cuver ta bière connard de salaryman à la con !

Le jeune homme le bouscula ce qui fit tomber l'homme à terre et cracha à terre un glaviot teinté de rouge en signe de dédain pour des types fuyant comme des lâches alors que plus tôt ils se la ramenaient à cause de leur supériorité numérique. Le tout avant de se diriger avec son pote qui était mort de rire jusqu'à la salle de jeux. il fut assez vite refoulé quand on découvrit qu'il foutait du sang partout. Résultat final. il finit sa nuit dans un dispensaire où on lui pensa ses blessures et lui mit de la glace sur sa joue. Il en profita pour draguer une étudiante infirmière qui lui colla un bon râteau. je la comprends, je sortirais pas avec une racaille pareille à sa place. Baku' se foutait bien de sa gueule et il l'amena jusqu'à chez lui où, crevé par cette histoire, il roupilla comme une grosse merde, le tout assez vite. ça semble pas le perturber ça. ça lui arrive très souvent ce genre d'histoire. se bastonner pour rien avec des inconnus pour un mot plus haut que l'autre ou un regard un peu mauvais.

Et ça, c'est une journée assez banale pour Takeru. Déjà demain sera similaire vu qu'il ira péter la gueule des types qui vendent leur merde à la sortie du lycée Shokara.


Dernière édition par Takeru Kura le Jeu 28 Juil - 0:36, édité 1 fois
avatar
Takeru Kura

Messages : 32
Date d'inscription : 22/07/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 48

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie de racaille c'est pas toujours facile [solo]

Message  Takeru Kura le Mer 27 Juil - 14:33

Il était en boxer, la bouche grande ouverte, la bave au coin des lèvres, un sourire un peu niais avec sa gueule à moitié couverte de pansements et sa joue complètement enflée avec une couleur pas trop chère mais je dirais plutôt... violette ou lavande foncée. Il se trouvait à moitié sur le sol et à moitié sur le futon que lui avait installé son ami baku qui pour sa part était déjà parti faire ses petites affaires de dealer. Il finit par se réveiller vers 12 heure. La tête bien dans le cul et un petit mal au casque. En même temps quand tu te prends des coups avant d'aller te coucher. Il regarda autour de lui. il était dans l'appartement ou plutôt la chambre miteuse de Baku. Situé dans une barre d'immeuble composée uniquement une pièce miteux, mal isolés et parfois même pas éclairés ou sans l'eau courante quand la plomberie de l'immeuble construit trop rapidement avec le boom démographique se décide de bien merder. La racaille aux tatouages se gratte la tête en baillant avant de se servir dans le frigo en regardant la télé. ça parlait d'un coup de filet fait par un crime hunter un peu plus au sud du pays.

- putain de hunter. je les aime pas ces types.

Balança-t-il en bouffant des nouilles dégueulasses. Mais bon, c’est tout ce qu'il y a à bouffer chez baku'. En règle générale c'est même mieux de se nourrir ailleurs par ce que les cafards ça peut couper l'appétit.

Mais pourquoi notre jeune homme n'aime-t-il pas les Hunter ? Bah il y a un peu de jalousie déjà. Vu de son regard extérieur. c'est qu'une bande d'enfoirés qui gagnent de la tune comme pas permis pour des conneries genre trouver des vieux pots cassés ou faire le taf qu'un flic ou un médecin pourrait faire. Et leur examen à la con là. Nan ! pour Takeru ces gars sont des escrocs qui sont arrivé à se donner de l'importance dans le monde comme des enfoirés. Bon, j'aime autant vous dire qu'il ne sait rien ce très chère Jon Snow euh... Takeru Kura. Peut être apprendra-t-il un jour à quel point il se plante. En attendant, c'est pas le premier clampin venu qui le fera changer d'avis sur ce point. Même si à mon avis il suffirait de lui dire "tu peux causer bouffon, t'es qu'un déchet de la société un profiteur qui vit de squatte en squatte et de trafiques à la con. va te chercher un taf au lieu de faire chier ton monde !" Pfiou ! ça détend de dire ce qui doit être dit non ?

Il se lève et éteint la télé, se fringue vite fait en grimaçant au moment où il enfile un haut à cause de son ventre couvert d'hématomes. Sil trouve un paquet de clope et se met alors à fumer à la fenêtre en observant la rue animée de ce quartier pas bien riche. Il voit quelques personnes par la fenêtre et le salue de la main ou d'un geste de la tête entre deux bouffées. il aime bien rester à rien faire et observer la ville vivre autour de lui. Mais bon, finit de niaiser. Il devait partir.

Pour aller faire ce qu'il avait à faire aujourd'hui, il devait s'armer un peu. ce serait con que des trou du cul profitent de son combat de la veille. ça tombait bien, c'était ici qu'il avait laissé sa batte de baseball en métal. Eh oui, il stocke ses affaires à droite à gauche, d'un squatte à un autre en fait. En plus, c’est commode l'excuse comme quoi il doit chercher des affaires pour pouvoir squatter pour la nuit ou au moins un repas.

Il trouve sa batte de baseball dans le placard, il la sort de son vieil étuis tout daubé et effectue quelques swings dans le vide comme pour tester son équilibre avant de la remettre dans son étuis et de mettre ce dernier par dessus son épaule. Il trouve quelques pièces dans un pot dans le couloir qu(il taxe sans la moindre honte. même si c'est à son pote. il passe la porte d'entré et sort sans même fermer. de toute façon y a rien à Prendre chez Baku. Et son matos ou le fric de la vente ? Il amène rien dans son appartement.

Le tatoué descend et le voilà dans la rue. Il décide d'aller là ver sa direction à pied. Il attire pas mal de regards avec son visage blessé par sa baston de la veille et puis aussi pas mal à cause de sa démarche et sa dégaine de racaille de bas étage. Il suffit d'un regard mauvais pour que les yeux se baissent et les regards se tourne. Il fait son relou en tentant de draguer une groupe de filles qui lui fout un vent. Je crois qu'il pige pas que les délinquants comme lui ont pas la cote auprès des filles.

Il arrive à sa destination. Se dresse devant lui un temple. Il s'incline respectueusement avant d'entrer. Eh ouais ! vous vous y attendiez pas hein! Un délinquant comme lui entrer dans un temple, aussi cérémonieusement en plus. Vous l'imaginiez plus comme un punk. Ni dieu ni maitre ? Eh bien détrompez-vous ! Il y a quelque chose dans la spiritualité traditionnelle qui le fascine. Et puis il aime bien le temple. il le trouve reposant. un peu hors du temps. un îlot de vieillerie au milieu d'une mer de modernité. Il avait comme l'impression de s'y reposer. Et putain qu'il aime ça se reposer et rien foutre ce flemmard !

Comme à son habitude, il était dévisagé par tous les autres visiteurs qui ne s'imaginaient pas voire un type comme lui ici. Seul les moines s'étaient habitués à sa présence, le reconnaissant à force de le voire passer soit pour observer, soit pour prier. Priait il sincèrement ? Ce n'était pas à eux d'en juger. Comme à son habitude, il passa tout droit, faisant fi des bacs destinés à se purifier. S'il doit se présenter devant des dieux, ils le prennent comme il est. Il finit par déposer une pièce dans une urne avant de sonner une cloche, frappe dans ses mains et de prier. Allez savoir pourquoi il prie. Pour la réussite de son entreprise de démolition de face ? Allez savoir ! Il quitta le temple sans un mot après avoir passé un peu de temps sur place à observer les gens ou le décor.

Il se remit en route mais cette fois pour se diriger vers le lycée Shokara. Il avait été élève dans ce lycée durant une courte période avant de se faire virer pour violence. il marchait lentement, son rythme dérangeait tous les salariés pressés qui le doublaient, portable à la main. Et dire que ses parents auraient voulu qu'il devienne comme eux. Après une petite marche à travers de quartiers plus touristiques, il rencontra Marly accompagné de 3 autres amis de leur bande. Ils étaient posés devant un supermarché de quartier à fumer des clopes. Takeru afficha un grand sourire en les voyant et alla les saluer. Ils s'étaient retrouvés bien qu'ils ne se soient pas donnés d'instructions ou de lieu de rendez-vous par ce qu'ils se connaissaient assez pour savoir qu'ils se retrouveraient ici.

- Bah alors il t'es arrivé quoi gros ? c'est ton maris qui te bat ? héhé
- La ferme Marly ! Salut les gars. Vous les avez vu ?
- Ouais, ils sont 3 duo. au coin de la rue à la sortie du lycée, les deux autres à deux rues de la station de bus et les derniers ils bougent pas mal.
- J'ai cru voire de leurs potez zoner aussi dans le coin.
- tsssss ! Je pensais pas qu'ils seraient aussi nombreux. je me doutais que tu ramènerait du monde. Je pensaient qu'ils seraient que deux mais là c'est une putain d'insulte ! ils s'approprient carrément notre territoire.
- Pour éviter qu'ils se regroupent, faudrait les attaquer simultanément.
- genre on décide qui va tabasser qui ?
- C'est l'idée.

C'est ainsi qu'ils se séparèrent. Takeru pour sa part était chargé  d'aller défoncer ceux à côté du lycée avant d'essayer d’intersecter les enfoirés qui trainent dans le coin. Il devait être rapide et efficace. Takeru était connu comme étant l'un des plus fort, voire le plus fort de leur bande du coup ils comptaient éviter les risques et le laissaient en faire plus pour éviter que les autres soient en infériorité numérique.

Le jeune homme tatoué, toujours sa batte de baseball dans son étui s'approcha du lycée, tourna à l'angle et découvrit 3 gars en train de stagner au coin de la rue avec des regards typiques d'un gars qui deal. Takeru mis la capuche de son sweat afin de ne pas être reconnu. Il a sa petite réputation dans le coin et est assez facilement reconnu. Il préférait une approche discrète dans un premier temps. Il baissa la tête. objectif, être reconnu le plus tard possible. Il arriva au niveau des trois types.

- Dites... vous auriez pas du matos les gars?
- Bien sure mon gars tu veux quoi ?
- J'sais pas... tes couilles en pendentif ou tes dents en collier pour ma mère ça me branche bien !

Takeru releva d'une main sa capuche tandis que de l'autre, il repoussait la tête du premier venu qu'il éclata contre le mur. le mec tomba à terre en  se tenant le crâne. Il tenta de coller un coup de pied à ce gars. l'objectif était d'éviter qu'ils puissent se regrouper donc il devait les empêcher de récupérer et les abimer le plus possible. Pas le temps de coller son coup de pied dans les cotes qu'un des deux autres le pousse. ça lui fait perdre l'équilibre mais il se stabilise. Il en profite pour sortir sa batte de baseball.

- Alors les fillettes ! comme ça on vend de la merde aux gamins ? Et sur notre territoire en plus ?!  
- Putain c'est takeru de  Kuroku !
- Pfff ! on est deux on va le défoncer !

L'un des deux sortit un cran d’arrêt et tenta de coler un coup dans le ventre de notre jeune homme tatoué qui lui tapa sur la main avec son arme, lui faisant lâcher sa lame. La batte lui offrait un supplément d'allonge non négligeable. Il enchaina par un léger coup dans le menton histoire de désorienter le type qui  avait à présent la tête qui tourne. Par contre pendant ce temps, l'autre en avait profité pour commencer à se tirer comme un putain de lâche.  Takeru projeta son arme en direction de la tête du type qui tomba à terre quand le projectile toucha sa cible. Cette distraction permit à l'autre de coller un coup de pied dans le bide de Takeru, lui laissant le temps de récupérer son arme. Pas de chance, notre racaille lui marche sur la main au moment où il la pose sur sa lame et de son autre pied lui balance un énorme coup dans la tête le sonnant. Il se précipite alors vers le fuyard qui a repris ses esprits et s'est saisit de sa batte. Il s'apprête à accueillir Takeru d'un coup droit que le jeune homme aux cheveux argentés pare d'une main avec une grimace avant d'enfoncer son poing dans le visage du type.

ça y est, les trois gars sont à terre. Takeru se tiens le bras. ça fait mal putain! Il les palpe et leur vole leur fric et  leur came. Quand il entend des bruits de baston plus loin. Il choppe sa batte de baseball, colle un dernier coup de latte à l'un des guss à terre avant de se mettre à courir en direction des bruits de combat. Il tourne au coin de la rue et se prend une manchette qui le colle à terre. Le coup lui coupe légèrement la respiration en plus de s'être un peu tapé la tête contre le sol en tombant. l'élan que lui avait donné sa course lui avait découplé les dégâts causés par ce coup. Il se lève en se tenant la tête, n'a pas le temps de faire grand chose qu'il se prend un coup de pied dans le nez qui se met à pisser le le sang. Il recule en serrant son nez.  

- Putain... putain l'enfoiré... J'vais tellement te défoncer mec !

Le type en face est grand et fin. takeru voit plus loin l'un de ses potes à terre.  Cet type prend une pause de combat. On voit que contrairement à Takeru, il a dû pratiquer des sports de combat au vu de sa position. Contrairement à Takeru qui est plein de mouvements parasites et frappe juste comme un forain. Le tatoué par un coup de poing et réplique avec un coup de genou sauté en direction du menton. l'esquive de son adversaire est juste et lui permet de placer un petit contre, un crochet du gauche peu puissant dans une cote. Les coups s'enchaine et takeru n'arrive pas à le toucher ou presque. il s'épouise mais il s'énerve. Son adversaire commence à souffler lourdement. takeru pour sa part est réputé pour son endurance et sa tête dure. Il est pas facile à mettre au tapis.

- Vas- y enfoiré! ramènes toi !
- Combien de coup je vais devoir te foutre pour te mettre à terre ?
- Plus que t'es capable de compté pauvre abrutis !

Le mec envoie un direct dans le nez de Takeru mais le coup bute dans son front. on entende un craquement morbide. C'est l'une des phalanges du type qui s'est mise à craquer. Son coup était fait pour cogner quelque chose de "mou" comme un nez déjà endommagé mais Takeru avait baissé la tête, encaissant le coup avec le front, qui est quand même plus dure qu'un pif. L'un des doigts du mec venait de se déboiter sous le choc. La douleur avait fait perdre son tempo de combat au voyou adverse. il retire son poing mais Takeru le choppe au passage et tire sur le bras du mec pour mieux lui coller une énorme patate dans le pif, puis une seconde et encore une, jusqu'à ce que le mec ne tienne plus sur ses jambes. Là, Takeru lui colla quelques coups de pied dans les cotes avant de s'assoir sur le trottoir pour souffler un coup. Il touche son nez duquel coule encore du sang. Il déchire un morceau de fringue de cet enfoiré à terre pour compresser son nez. Il espérait ne pas avoir à aller chez le médecin ce soir encore. Quoiqu'il dirait pas non à retourner voire cette petite infirmière sexy. Il se relève après quelques secondes. il espère que les autres ont pu assurer sans lui par ce que lui même n'a pas trop assuré ce soir. Il s'allume une clope et se dirige vers son pote à terre qui se tord de douleur en se tenant le ventre.

- ça va mec ?
- pas trop nan.
- Je comprends. il était balèze ce type. Allez je t'aide à te relever. On va trouver les autres.

Le jeune tatoué aida son pote à marcher jusqu'à retrouver leurs collègues qui s'étaient regroupés derrière le super marché où ils s'étaient rencontrés plus tôt. Marly était en train de tabasser un des dealer qu'ils avaient choppé.

- Et maintenant dis au boss de ta bande de tarlouses là que s'il veut encore dealer sur notre zone, ça va être la guerre et qu'on va vous atomiser ! Pigé ?!

il lui botte le cul et le laisse partir avant de se foutre de la Gueule de Takeru qui était couvertes de traces de combat. le combattant était blasé. pourquoi on s'fout tout le temps de sa gueule dès qu'il est blessé au lieu de le plaindre ? Mais c'est alors que des sirènes de police se firent entendre. Le personnel du lycée avait appelé les autorités en leur signalant des combats dans la rue. Ils devaient vite se casser pour éviter les emmerdes. Takeru monta à l'arrière du vélo de Marly, qui se trimballait toujours sur le vélo que Takeru avait tiré la veille alors que tous les autres se séparèrent. Bon, a priori, le message était passé et cette bande de guignoles ne risquaient pas de réapparaitre dans leur quartier avant un petit moment.  Marly invita Takeru à monter chez lui histoire de soigner au moins son nez qui était dans un sale état. Pas cassé mais il avait bien morflé quand même. L'appartement de Marky ressemblait à celui de Baku' en un peu moins délabré.

- Alors, qui t'a mis dans cet état  c'est pas 2-3 guignoles qui ont pu te faire ça ?
- J'sais pas. un type. On aurait dit qu'il faisait de la boxe ou je sais pas quel sport de combat. Tu sais moi j'y connais rien dans tout ça.
- Un type de la bande de Tigaro qui boxe... Hmmmm... Assez grand et fin, des cheveux rasés ?
- ouais.
- Abah tu vois, y parait que c'est leur meilleur bastonneur. Ils ont dû prévoir qu'on viendrait les défoncer et ont prévu quelques types pour protéger leurs dealers.
- Hmouais... rien à foutre. Tiens au fait, j'leur ai fais les poches.
- Hahahaha ! quelle connard !
- C'est bon! ils nous prennent pour de la merde à venir chez nous pour dealer ! J'allais pas leur faire un bisous et m'excuser de les cogner.
- Nan mais t'as raison. Alors... combien ?
- Bah... un peu de matos, j'te le donne si tu veux. Tu sais bien que j'touche pas à ça. Et puis 40 000 Jenis. C'était une petite journée pour eux alors !
- Hmouais c'est pas fou. ah tiens ! c'est Baku' qui m'appelle ! Ouais ! ouais Baku'! T'inquiètes on s'en est occupé. Ouais je pense pas qu'ils reviendront ici avant un p'tit moment. nan pas trop de casse de notre côté. Juste Pani' qui a été foutu KO et Take' qui a mangé un peu. Ouais le mec en face était balèse. Ouais. Allez ! à plus gros ! Il voulait juste savoir si tout s'est bien passé. Bon! tu m'invite à bouffer avec ton fic fraichement volé ?
- Allez !

Remarquez qu'ils sont tous aussi gratteurs les uns avec les autres. Remarquez, c'est juste des preuves d'amitié. Ils sont juste pas assez mesquins les uns avec les autres pour se réclamer des services en échange d'un autre. Ils savent juste qu'ils peuvent compter les uns sur les autres et que si un jour t'es dans la merde, les autres t'aideront du coup, ils donnent.

Notre tatoué eut un peu de mal à redécoller. Après s'être posé un peu, la douleur causé par les coups qu'il avait pris hier eu aujourd'hui se firent sentir. ils descendirent donc bouffer dans le quartier, dans un bouiboui tenu par un vieux qu'ils aimaient bien. Ils bouffèrent comme des porcs puis furent rejoins pas 2 autres gars de leur bande pour faire ensemble de débriefe de la bataille du jour en se marrant. Coût total de l'opération ? 20 000 jenis ! bah ouais ! ces cons là avaient as mal bu et Takeru s'était mis à payer des tournées à tout le monde. Autant vous dire que le soir même, il dormit bien et longtemps.
avatar
Takeru Kura

Messages : 32
Date d'inscription : 22/07/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 48

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie de racaille c'est pas toujours facile [solo]

Message  Takeru Kura le Jeu 28 Juil - 0:32

Deux semaines plus tard, il ne restait plus rien en poche de ce que Takeru avait volé à la bande de dealers qu'il avait défoncé. Il était vraiment en manque de tune. En plus, il avait rencontré une fille mignonne qui avait accepté son invitation. Vous imaginez si c'est elle qui l'invite tellement il est fauché ?! ça ferait pas super bonne impression. Déjà que pour une fois qu'il tombait sur une nana qui semblait réellement attirée par les bad boy, les vrais les tatoués. Il devait vraiment trouver du fric. Il voyait qu'une solution... Le Tennis ! le Rackette !! Il avait repris la forme en tous cas. il avait pas fait grand chose pendant deux semaines, se laissant le temps de guérir de ses blessures de guerre. il n'avait plus qu'un pansement sur le nez qui lui donnait un air de casse-cou. La classe quoi.

Bon, et maintenant, comment racketter quelqu'un en une leçon ? Déjà, faut trouver la bonne cible. C'est mieux si elle vous connait et qu'elle sait du coup de quoi vous êtes capable. Pour cela, c'est mieux d'avoir un passif de casseur de genoux. Si vous avez des info compromettantes, autant mêler le chantage au racket, ce ne sera que plus facile. Ensuite, il faut que la cible soit plutôt du genre faible et lâche. Trop faible pour se défendre et trop froussarde pour ne serait-ce que penser à vous dénoncer. Astuce bonus. éviter de trop ponctionner en pognon la même personne par ce qu'au bout d'un moment, ça risque de devenir insupportable pour elle et elle risque de se rebeller. Mine de rien, C'est un art de piquer malhonnêtement l'argent bien acquit d'un honnête citoyen. Bon et comme Takeru a un semblant de morale, il évite de foutre la pression à des gens trop sensibles et de piquer son frique à quelqu'un de trop pauvre. Il avait déjà sa petite idée de qui serait sa borne de retrait d'espèce personnelle.

C'est avec un léger sourire d'enfoiré de merde que Takeru se dirigea vers le premier lycée qu'il avait fréquenté, celui que fréquente actuellement sa petite sœur. Il jubilait d'avance en pensant qu'il allait foutre la frousse de sa vie à la personne à qui il comptait taxer du pognon. Alors qu'il était en route, il croisa Baku qui le salua d'un geste de la main.

- hey take'!
- Oy! Baku! quoi de beau ?
- Bouarf, le business et tout et tout. Et toi ? C'est quoi ce sourire d'attardé ?
- rien. la vie est belle, je squatte chez fla' comme souvent. Sa meuf est relou mais c'est lui qu'elle emmerde ! Je me demande pourquoi il la tej' pas.
- peut être par ce que c'est elle qui paye son loyer et qu'en fait c'est chez elle ? Et puis, elle est super bonne ! Puis s'il la jette, quelle nana pourrait vouloir de lui ?
- Ah ouais... dit comme ça...
- Mais ça explique pas ta tronche d'enfoiré satisfait. T'as fais quoi encore ? Ou plutôt... Tu vas foutre quoi ?! ouuuuuuh je connais cette tronche ! Tu fais cette tête quand tu va pourrir la vie de quelqu'un. En général c'est tes parents mais depuis qu'ils t'ont virés à coup de pompe...
- Tu lis en moi comme dans un livre ouvert ! J'vais aller gentiment taxer un peu de pognon à ce très chère Motori !
- Haaaaaaan naaaan le pauvre. tu devrais arrêter de le faire chanter à la fin ! C'est le p'tit copain de ta sœur quand même.
- raison de plus ! Puis si c'ets pour qu'il utilise son fric pour faire des cadeaux à ma sœur et trouver des occas' supplémentaires de la galocher ? nan merci ! Je préfère que ce pognon soit à moi.
- Tu te rends compte qu'à force de lui faire peur, le jour où il voudra quitter ta soeur, il pourra même pas par ce qu'il aura trop peur que tu le tabasse ?
- Vaut mieux pas qu'il quitte ma sieur ce con là sinon je le défonce et ça même s'il me passe un million de jenis.
- Je te comprendrai jamais. tu supporte aps qu'il sorte avec elle mais tu veux pas qu'il la quitte... t'es vraiment chelou ! j'sais pas laisse la vivre ta sœur !
- Ouais c'est ça ! Pour qu'elle se tape tous les mecs du quartier comme la tienne ?
- hey j'te permet pas !
- j'te rappelle qu'elle a voulu me pécho ! mais comme j'suis un vrais frangin pour toi, je l'ai pas touché !
-ça vaut mieux pour toi gros con !
- Puis j'ai pas besoin de ta sœur ! j'ai rencontré une nana... mais super chaude ! j'ai rendez-vous avec elle ce soir! Je te dirai comment c'était héhé !
- Hahahahaha ! pour ça que tu va taxer l'autre boulet là ?! hahaha y a pas à dire Take t'es vraiment une loque, tu bosse vraiment que quand t'as besoin de fric ! Allez à plus gros !

Les deux jeunes se firent un check de l'amitié avec tellement de bro-attitude qu'on en mourrait. Takeru regarda Baku s'en aller avec sa débarque de racaille. Il se souvient alors que c'est le premier de la bande qu'il a rencontré. Contrairement à presque tous les autres gars de leur groupe, il ne vient pas de ce quartier. Lui, il vient des quartiers moyen, supérieurs, les quartiers en banlieue résidentielle. Versailles pour les gens de Kuroku. Ils s'étaient rencontré au lycée de Shokara, l'un des pire lycée de la ville. Takeru avait finit par atterrir dans le lycée du quartier Kuroku. Baku avait été le premier avec qui il se lia d'amitié. Et finalement, les autres gars de sa bande finirent par l'adopter. Et puis ce fut ce quartier qu'il finit par aimer et qu'il fait à présent sien. Il avait tellement de souvenirs avec cette bande de guignoles. ça le faisait sourire rien que d'y penser. Sans eux, il aurait été un vandale bastonneur solitaire. Autant dire pas grand chose. Rencontrer ces gars, selon lui c'était la meilleure chose qui lui soit arrivé de sa vie. Mais soit dit en passant... il a menti hein! il se l'est bien tapé la soeur de Baku'. Il allait quand même pas lui dire qu'il s'est tapé sa frangine ça se fait pas ! Naaaaan des fois ne rien savoir c'est mieux. C'est pas du mensonge si c'est pour le protéger d'une triste réalité. Ouais, takeru est un bon connard ! Mais Baku aurait fait pareil à sa place. C'est ce qu'il se plait à se dire en tous cas.

Mais trêve de flânerie et de grattage de lignes ! Cherche pas mec ça va pas augmenter la note du RP que t'écrives 4 lignes superflues ! Bordel, je me parle à moi même maintenant ! C'est la fin des haricot là !

On a donc un Takeru pour Sengoku High, qui à l'opposé du lycée Shokara est l'un des meilleurs de la ville, voire un lycée très bien classé dans les rangs nationaux. Et dire que Takeru y avait été élève. Lycée truffé de fils de bourges et de filles à papa superficielles. Il se pointa à la sortie de l'établissement scolaire. L'un des surveillant le repéra direct et vint à sa rencontre.

- Qu'est ce que tu viens faire ici toi ?
- La ferme Mich-le-moche ! J'ai pas le droit de venir voire la sœur pour les pause inter-cours ?!
- Ooooh mais c'est le p'tit Kura ?! Je t'avais pas reconnu avec ta gueule de pauvre merde sociale. y a pas à dire sans l'uniforme t'as vraiment l'air d'une merde et non plus d'une merde déguisée en gamin modèle. Alors quoi ? ça fait quoi d'être sans avenir ?
- Et ça fait quoi Mich' d'avoir une dent en moins ? Hein ! tu sais qu'à voire ta sale tête c'est pas l'envie qui me manque de te faire sauter une autre.
- Tire-toi ou j'appelle les flics ?
- Et pour quelle motif pauvre tâche ?
- t'inquiètes pas je vais trouver.
- Si tu continue à me chercher, je pense que ouais. Un truc dans le genre "coups et blessure sur sale gueule de merde de moche" .
- Tssss, éloigne toi de ma vue p'tit con !
- C'est ça... tire toi enfoiré avant que j'te déboite ! pffff ! pauv' tocard ! Pion à la con qu'a rien à branlé de sa vie et qui prend son pied à faire le flic dans un lycée ! j'me demande lequel de nous eux a le moins d'avenir pauv' merde !

Takeru gratifia le pion d'un magnifique majeur alors que le pion s'en allait sans même écouter la fin des propos tenus par le délinquant. Histoire de pas chercher trop trop les embrouilles quand même, il s'écarte de l'entrée. Ah oui ! voici mich' le moche! Takeru a été viré après avoir cassé une dent et un bras à cet enfoiré de pion. La raison, Takeru s'en souvient même plus. c'est dire la futilité de la chose ! En tous cas, c'est pas grave. l peut s'éloigner un peu pour faire plaisir à ce con. Il verra bien sa sœur ou plutôt, sa sœur le verra. Il a l'habitude de venir la choper sur son trajet scolaire pour la voire. Eh ouais. takeru est un grand frère parfait. Enfin, si on compare sa condition de frère à celle de fils, c’est certain qu'il passe pour parfait. Fils indigne va ! Sa sœur elle, elle sait qu'il est quelqu'un de bien dans le fond. Ou du moins elle le défend. Elle sait qu'il fait des conneries mais elle dit toujours que c'est pas sa faute. Et puis il est toujours là si elle a des emmerdes. Elle sait que s'il lui arrive des conneries, elle peut lui demander un coup de main. Elle ne le fait jamais mais elle sait qu'elle pourrait le faire et ça suffit. Pourquoi repérer sa sœurette ? pour mieux repérer cette merde de Motori. Takeru zonait donc dans une rue qu'il savait que sa sœur prendrait à un moment ou à un autre. Et ce qui devait arriver arrivé. Alors qu'il tournait la tête en direction du cul d'une nana qui attira fort son attention pendant son attente, quelqu'un lui sauta au cou.

- Grand frère !
- Mika ! ça va ?
- Ouais et t... tu t'es encore battu ?!
- Ouais et alors ?
- je veux que t'arrête de te battre ! comment tu veux que je convainque papa et maman que t'es pas un "sale délinquant" si t'arrête pas de te battre.
- Laisse tomber les vieux cons ! je m'en cogne de ce qu'ils pense. je suis mieux sans les voire et ils doivent être mieux sans moi non plus.
- Pffffff! t'es vraiment un imbécile ! Tu viens pourquoi alors ?
- t'as cru que je venais pour aller m'excuser auprès des vieux ? ohlala tu rêve ma pauvre soeurette. Nan je viens juste te voire. j'ai pas besoin de raison pour passer te voire. Ooooooh mais si c'est pas Motori ! Salut Motori ! J'espère que tu prends bien soin de ma soeur hein !
- ou... oui-oui... très soin.
- hin hin hin pas trop soin non plus j'espère hein ?!

Takeru avait enroulé son bras autour du cou du pauvre jeune homme beaucoup plus petit que lui qui se liquéfiait littéralement. Mika elle pensait que Takeru venait la voire mais Motori lui savait parfaitement pourquoi Takeru était là. Allez savoir pourquoi mais il y avait des mécanismes psychologiques qui faisaient que ce pauvre type préférait subir les chantages de Takeru que de demander de l'aide à Mika. Pourtant, s'il lui en parlait, elle engueulerait Takeru qui le ferait certainement plus chier. peut être était ce une forme d'honneur. Il ne voulait pas que son image soit ternie et que sa copine sache qu'on le rackettait ? En tous cas, il préférait subir les chantages de Takeru et lui filer de temps en temps un peu de pognon qu'essayer de sortir de ce cercle vicieux.

- Alors vous rentriez là ?
- Oui tous les deux.
- Vous rentrez tous les après midi ensemble?
- Oui. enfin, il me dépose à la maison avant. Il habite plus loin.
- J'espère qu'il s'arrête jamais à la maison hein ?! hahahaha !
- ah... non non hein ! je la ramène bien sagement !
- Takeru ! arrête de lui faire peur !
- Roooooh mais c'est mon boulot de grand frère de faire peur hein ?!

Ce que Takeru faisait passer pour la déconne auprès de sa sœur était bel et bien sérieux. Elle est un peu naïve sa frangine. Elle voit pas forcément ce genre de trucs. Il accompagna sa sœur jusque devant chez elle, il refusa s'entrer sous prétexte qu'il refusait de retourner chez les vieux, même si c'était sous l'invitation de sa frangine ce qui est vrais. En fait, c'était surtout pour pouvoir taxer Motori à l’abri du regard de sa sœur. N'empêche quel connard ! Faire raquer le mec de sa sœur comme ça, faut le vouloir pour être autant un connard ! C'est donc à la suite de quoi qu'il accompagna Motori jusqu'à une ruelle calme où il commença à le menacer.

- Alors mon p'tit moto'! tu sais pourquoi j'suis là !
- ou... ou... oui ! s'te plais me cogne pas !
- Oh t'inquiètes, tant que tu rends pas ma soeur malheureuse et que tu me donne ce que je te demande j'ai pas de raison de cogner un fils à papa comme toi. est ce que je t'ai déjà frappé ?
- non.
- bah voilà ! Allez file moi ton fric. Je sais pas moi, 10 000 jenis ça suffira.
- 10 000 ?! Mais..
- Mais quoi ?
- C'est que... j'ai pas ça sur moi !
- Bah c'est simple. t'as une carte de crédit ?
- Oui.
- On va retirer ensemble !
-o.... okay !

Takeru aime quand tout se passe sans accroc. Ils se dirigent vers un distributeur de monnaie, Takeru le laisse retirer et lui taxe son fric. Tout est bien qui finit bien. Le délinquant compte les sous en sifflotant, visiblement gai comme un pinson avant de s'en aller.

- Allez ! Salut et merci pour le pognon. Et n'oublie pas, fais pas de mal à ma soeur !
- Takeru !
- Gneh ?!
- Qu.... qu'est ce que je dois fais pour que t'accepte que je sorte avec ta soeur et que t'arrête de me racketter ?!
- Hm ?! c'est quoi cette question ?!

Takeru met les billets dans sa poche et fait demi-tour, s'approche d'un air menaçant de Motori qui semble ne pas se démonter. Il tremble de peur mais il semble pas se démonter. Takeru le regarde super mauvais et colle son front à celui du lycéen. Il lui colle un p'tit coup de boule, plus pour le geste que pour lui faire mal avant de se casser.

- Commence par te faire pousser une bonne paire de couilles. Ensuite, achète 40 tonnes de volonté et reviens me demander ça quand t'auras le courage de me poser la question sans te faire dessus !

Il ponctua sa phrase d'un cracha à terre avant de s'en aller un peu comme un ultime signe de dédain. il laissait un pauvre Lycéen presque en pleure, dégouté de sa propre lâcheté et de ne pas arriver à s'imposer. Il se trouvait indigne de sa copine. Et puis il avait honte de donner l'argent que lui confiaient ses parents à un déchet comme Takeru. Toute cette haine qu'il devait avoir contre Takeru était en fait dirigée contre lui même. Si le délinquant observait un peu, il verrait à quel point quelque chose qui semble anodin pour lui peut détruire la vie d'un autre. Mais ça, Takeru s'en fout. il compte bien quitter ce quartier de bourge, son fric en poche et aller inviter cette fille à bouffer ce soir. 10 000 Jenis ça devrait le faire s'il veut l'inviter et l'impressionner un peu. Et se payer l'hotel aussi. S'il voulait conclure. Il devrait éviter de l'inviter dans le cloaque d'un de ses potes.

Quelques heures plus tard, Takeru était dans un restaurant avec cette fille avec qui il avait rendez-vous. le courant passait pas trop mal. Elle avait un look un peu rock qu'il aimait bien. Elle le bouffait des yeux. Takeru se la jouait galant mais pas trop. Pas trop par ce qu'il est pas capable de faire mieux. Il sentait que c'était dans la poche et qu'il allait la pécho quand soudain, Marly entre dans le restaurant, essoufflé et cherchant quelqu'un visiblement. Il semblait très pressé. il fixa Takeru. il avait trouvé qui il cherchait. Il se précipita à sa table.

- takeru ! c'est...
- hey marly ! Alors qu'est ce que tu fous là ?!
- Takeru faut que tu vienne !
- Euh... tu vois pas que je susi avec quelqu'un et puis...
- C'est baku'! Il est à l'hosto !

Le jeune homme tatoué jusque là souriant cessa de rire et sourire en un instant. Il regarda Marly dans les yeux et sû que c'était grave instantanément lorsqu'il vit qu'il était sur le point de chialer. Il se leva de sa chaise et commença à quitter le restaurant sans même faire attention à cette fille qui le coursa.

- Hey attends ! Ta.... takeru ! qu'est ce qu'il se passe ?!

Il se retourna et la regarda avec un air presque paniqué et perdu. La jeune femme ne chercha pas à le rattraper. Elle retourna dans le restaurant, un peu perdue. Takeru avait laissé 10 000 jenis sur la table, largement de quoi payer la note. Elle se disait que ça devait être grave et qu'elle le reverrait bien un jour par ce qu'elle trouvait que le courant passait bien puis elle appréciait son look. Elle ne le savait pas encore mais elle ne reverra jamais Takeru Kura.

Takeru entre dans la chambre Baku. il est sous assistance respiratoire. Son visage est à peine reconnaissable tellement il a été couvert de coups. Fla' est là aussi et lui montre son téléphone, une photo prise de Baku' alors qu'il venait d'être retrouvé. On pouvait voire le dos de Baku, scarifié. En lettres de sang étaient gravés dans sa chaire : "Tigaro".

- Il... ils l'ont retrouvé avec ça sur le dos. il avait perdu beaucoup de sang et ils l'ont beaucoup frappé. ils lui ont aussi collé 4 coups de couteau et cassé les genoux... Les médecins ont qu'il pourrait ne pas...
- je vais les fumer !
- quoi ?
- Je vais les fumer tu m'entends ! Je vais els fumes ces pédales de Tigaro !

Takeru en pleurs avait saisit Fla' par le col et le secouait furieusement en lui gueulant dessus.

- C'est une putain de guerre qu'ils veulent ?! Eh bah ils vont l'avoir  ces fils de pute et ils vont regretter de l'avoir commencé comme ça !

Takeru sortit de la chambre d'hôpital sans même regarder son ami. ça le dégoutait trop de le voire ainsi. il le revoyait, pas 12h plus tôt en train de le traiter de branleur. Il leur fera la peau à ces enculé ! Il leur fera la peau à tous. Marly tente de le suivre mais le tatoué l'engueule, il ne veut être suivi. Il sort de l'hôpital et hurle à s'en déchirer les cordes vocales alors que les larmes ne sont plus retenues par quoi que ce soit.

- J'vais les fumeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer !!!!

Un écho vint répéter à plusieurs reprises la dernière syllabe de ce cri épouvantable. Il sécha ses larmes et se dirigea seul vers le quartier où ces fumiers se trouvaient.
avatar
Takeru Kura

Messages : 32
Date d'inscription : 22/07/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 48

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie de racaille c'est pas toujours facile [solo]

Message  Takeru Kura le Ven 12 Aoû - 22:29

Il courrait sur le parking de l'hôpital, sa direction, le quartier de ces sales raclures de Tigaro. Il allait leur faire comprendre qu'ils avaient fait la plus belle connerie de leur vie. faire souffrir ainsi l'un de ses potes alors que Takeru sait pertinemment où les trouver. Il sentit alors quelque chose retenir son épaule. Il se retourna immédiatement et arma un coup de son poing opposé mais retint son coup quand il découvrit Marly, essoufflé qui l’attrapa par les épaules.

- calme toi putain takeru ! Calme toi ! Tu peux pas y aller seul ils vont te défoncer mec ! On va se venger pour ce qu'ils ont fait Baku ! Je te le jure sur ma vie ! Mais je peux pas te laisser y aller seul ! J'ai pas envie que tu revienne dans le même état.

Le visage du tatoué était fermé. il se dégagea de l'emprise de son pote et lui colla une énorme patate.

- je t'ai dis que j'allais les fumer et personne me retiendra pigé ?! Dis au prochain qui tentera de m'en empêcher que je lui défonce le crâne sur le bitume !

Le regard du jeune homme était totalement assombri par la colère. On ne voyait plus une once de compassion ou d'une quelconque émotion positive dans son regard. Marly resta le cul à terre à se toucher la joue à peine frappée par un coup de poing de l'homme au tatouage et le regarda s'en aller. il savait que Takeru serait capable de le battre à mort s'il tentait de le retenir. il l'avait déjà vu en colère mais jamais à ce point. Personne ne pourrait le stopper. pas même les flics ni même sa sœur. Il se releva et retourna vers l'hôpital après avoir jeté un dernier coup d’œil à son ami qui était reparti dans sa course vers la vengeance.



- Takeru est parti, faut le rattraper.
- Parti où ?
- Défoncer les gars de Tigaro ! Faut vite l'empêcher d'y aller avant qu'il se fasse tuer !
- Il veut y aller seul ?!
- C'est de takeru qu'on cause là !
- Et tu l'as pas retenu ?
- Pour qu'il me foute KO et y aille quand même ?! ça va pas la tête ! J'ai préféré venir vous chercher.

La bande de potes du quartier de Kuroku quitta la chambre d'hôpital où le jeune Baku était dans un état critique juste après le retour de Marly. Ils étaient décidés à empêcher Takeru de se tuer en fonçant tête baissé. Ils pouvaient prendre de l'avance sur lui en y allant à moto. certains des membres de la bande avaient de vieilles bécanes qu'ils bricolaient. Ils ne savaient pas précisément où chercher Takeru. ils connaissaient déjà le quartier où il se dirigeaient. C'était la moindre des choses.  Marly était passager d'une moto et gueulait une question à l'attention de ses collègues. Il tentait de parler plus fort que les cris des moteurs.

- L'un de vous sait où ces cons ont l'habitude de squatter ?
- je sais pas !
-Il me semble qu'ils sont souvent vers les vieux docks désaffectés.
- ok on va commencer par là-bas.
- On ouvre quand même l’œil des fois qu'on le croise sur la route.
- Ouais !
- Putain, on va devoir s'y mettre bien à 4 pour le calmer. Il fait chier ce con ! Un pote à l'hosto ce soir ça me suffit.

Ils foncèrent en zig-zag dans la circulation de la ville en pleine nuit. Parfois ils roulaient sur les trottoirs pour aller plus vite. naturellement cela attira une voiture de police qui était positionnée là au mauvais endroit au mauvais moment. l'une des moto fit office de leur et tentait de ralentir les policiers pour que les autres puissent avancer. ça fait déjà deux potes de moins de dispo qui finirent leur nuit au poste. Ils finirent par arriver sur les docks. Personne si ce n'est quelques junkies et des clodo. Marly s'impatiente. Aucune trace de ces enfoirés et de Takeru. Il flippe pour son pote. Énervé, il se tourne vers le premier junkie qui lui passe sous le nez, lui colle deux coups de poings et lui demande :

- où ils sont ?!
- qu... tu me veux quoi ?!
- Ils sont où ces enfoirés ?!
- QUi ça ? t'as un grain mec ! Vous faites quoi là ?
- marly calme toi.
- ta gueule Fla' ! Ils sont où ces enculés de fils de pute de Tigaro ?!
- Je sais pas moi ?
- Me ments pas ! Ils sont ici d'habitude ?! où ils vont quand ils sont pas là ?
- j'sais pas moi. peut être sous le pont.
- Quel putain de pont enculé ?!
- celui de la 712° ... s'teuplait mec je t'ai rien fais moi.

Marly lâcha le type en le poussant à terre. il lui colla un coup à terre uniquement pour se passer les nerfs. il avait envie d'en découdre. Il réfléchissait. S'ils arrivaient à choper Takeru avant qu'il ne rencontre les rencontre le Tigaro, peut être qu'ils pourraient le canaliser et tous ensemble les attaquer. Il tentait de rester calme et calmer son envie de vengeance. mais le stresse et la peur de perdre Takeru aussi était trop forte. il n'arrivait plus à se retenir. Il hurle aux autres de se diriger vers le pont. Ils filent à travers les rues bondées de voiture à toute vitesse. L'un des duo à moto se pète la gueule à terre. trop de risque. une autre moto s'arrête pour les aider à se remettre et repartir au plus vite. Marly s'en foutait. Au pire ils les rejoindraient. Ils n'avaient pas de temps à perdre. Connaissant takeru, il savait parfaitement où trouver les Tigaro.

Ils arrivèrent à portée de vue du pont. Ils voyaient de la lumière et de l'activité. le Junkie avait dit vrais. Ils étaient là. Et ça bougeait. Marly et la demi-douzaine de moto le suivant arrivèrent sous le point, ils pouvaient voire que ça se battait de loin. marly saisit un canif et fonça vers le lieu de la bagarre. Et là, il vit quelque chose qui le choqua à jamais. une image qu'il ne put jamais plus effacer de sa mémoire.

Devant lui, une bonne douzaines de gars inconscients ou à se tordre de douleur et gémir. Se tenant debout au dessus d'eux, un homme seul. Torse nu. On pouvait voire son tatouage sur le bras malgré le sang duquel il était recouvert. il se tourna. on ne voyait dans ses yeux que de la rage. Marly le vit. Son tatouage sur le torse. Il reconnu Acala, une divinité des légendes du Jappon. Un dieu plein de courroux. l'oeil de ce divon tatoué sur le torse du jeune homme le fixait. il ne savait plus s'il regardait les yeux du dieu ou de son ami. Etait ce son amis ?! Il était essoufflé. Ses poings étaient couverts de sang et ses phalanges écorchées. Son arcade était explosée et il avait été visiblement attaqué au couteau au vu de ses bras tailladés. Marly qui était jusque là si sûr de lui ne savait plus quoi faire; il était figé de terreur. Les Tigaro l'étaient eux aussi et n'osaient plus avancer.  

- Restez en dehors de ça !

C'est le souffle à moitié coupé qu'il balança ces paroles. Pas même ses amis n'osaient le contrarier. Il était déjà épuisé, ça se voyait mais pourtant. il y avait quelque chose dans son regard, dans sa posture de terrifiant qui donnait l'impression à  toutes les personnes présentes d'avoir en face d'eux un démon venu de 'outre monde se venger. Le tatoué se tourna vers ses ennemis et leva les bras et les invita à venir.

- Allez venez ! venez bande de p'tites putes ! Venez ! j'vais vous éclater!




1h30 plus tôt :

A Pakuma, un quartier voisin de Kuroku et plongé dans une misère sociale assez similaire, deux types de la bande qui avait mis Baku à terre zonaient en bas de l’immeuble où ils habitaient en fumant leurs clopes.

- Pffff et maintenant on va avoir une guerre avec ces tâches de Kuroku ! ça va pas être du gâteau.
- On va les rétamer ! t'as vu comment on lui a foutu chère à ce connard ?! ça va leur foutre les foi, ça se trouve, ils vont même pas oser s'attaquer à nous. Ils ont osé nous attaquer par ce qu'on dealait sur "leur territoire" alors qu'ils y trafiquent même pas !
- Ouais justement. L'autre jour, ils ont même foutu KO Cheamor alors qu'il est presque aussi fort que le boss.
- Tu parle! ils l'ont pris à plusieurs il nous a dit ! Une bande de flippette ! Quand ils vont voire qu'on est aussi nombreux qu'eux, ils vont se chier dessus ! pouahahaha ! la tronche de ce con n'empêche quand le boss lui a pété les genoux ! comment il gueulait !
- Hey regarde! y a un type qui nous mate là ! Tire toi pauvre con tu nous cherche ?!
- ramène ta grande gueule si t'as des couilles ou tire toi mais arrête de nous matter comme ça gros con !
- putain il arrive!
- On va lui foutre une bonne branlée !

Le type qui restait immobile à les regarder depuis plusieurs minutes dans une ombre laissé par l'absence d'un réverbère fondit sur eux à toute vitesse. Ils se levèrent, prêt à l'accueillir. ils avaient la confiance à deux contre un. L'un des deux s'apprêtait à accueillir ce gros con qui les prit de court en effectuant un bon d'une longueure terrifiante pour coller un énorme drop kicke dans les gencives d'un des deux zonards.Le seconde l'insulta de tous les noms et accueilli avec un coup de poing le type qui se relevait  après être tombé à terre. pour cause, on atterrit rarement sur ses jambes après avoir envoyé ses deux pieds droit dans me museau d'un mec. Le coup toucha l'agresseur en se logeant doit dans sa face. cependant, le coup ne semblait pas avoir été effectif le moins du monde. Son poing contre la joue du mec qui n'avait pas bougé d'un broc. Sa tête se tourna et là, avec la lumière du néon derrière eux, le gars le reconnut en voyant les tatouages sur le bras de ce gars. Bras qui vint encercler son cou pour accompagner sa tête qui vint rencontrer un mur à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'il tombe KO. celui des deux qui avait pris le premier coup tentât de se relever. Il fut cloué à terre par un coup de pied dans la mâchoire qui fit voler un de ses incisives. Le type tatoué se baissa et le chopa au cou. lui aussi le reconnu alors.

- t'es Take....
- Ta gueule !

Il se prit une patate dans le pif alors que de son autre main, Takeru avait son emprise qui se refermait sur le cou du délinquant tel un étau. Les traits du jeune homme étaient littéralement déformés par la haine. Il était presque méconnaissable.

- Tu cause que quand je te pause une question pigé ?!

Takeru lui envoie ses planages dans le nez de sa victime qui a le visage de plus en plus défoncé.

- Je viens de te poser une question ! Tu me réponds sale merde !
- Ou... oui !
- Me dis pas que vous étiez en train de vous marrer à propos de ce que vous avez fait à mon pote hein ?!
- n... non ! Pas du tout on...

Takeru appuie son genou contre les couilles du gars qui se met alors à crier de douleur.

- t'avise pas de me mentir enculé ! Vous vous imaginiez quoi ?! que j'allais laisser ce que vous avez fait à mon pote impunis ?! Je vais tous vous buter ! Maintenant, il se peut que j'en laisser certains crever avec moins de souffrance s'ils sont sympa... tu sais ce qui serait sympa ?! Que tu me dise où tous tes autres tocards de potes sont en ce moment !
- Ils... ils font la fête sous de pont de la route 712 ! On a un squatte là-bas !
- Une fête ?! Ils font une fête ?! Et ils fêtent quoi tes enculés de potes ?! Hein ?!!
- Ils... ils fêtent leur victoire et... la guerre à...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il se prit une tempête de coups de poing rageurs jusqu'à ce que son visage ne soit presque plus reconnaissable. A se demander si Takeru l'avait laissé en vie. Il haletait, se releva et vit l'autre guss à terre. il lui écrasa la mâchoire d'un violent coup de talon. L'os émit un énorme "CRAC" et takeru s'en alla, direction le pont de la 712°.

- Ils fêtent leur victoire, mon cul ! Ils fêtent le jour de leur mort ouais !

Il n'avait jamais passé la limite en enlevant une vie à quelqu'un mais là, sa colère était comme une levée de toutes ses limites. il ne savait pas si ces types allaient s'en sortir, combien de temps d'hosto ils feraient et franchement il s'en foutait. Au contraire. il comptait les envoyer tous cent fois plus de temps à l'hosto que son pote y restera. il comptait y aller seul contre tous ? la réponse est oui. c'est de la folie furieuse. Il s'en fou. S'il était guidé par la raison à cet instant précis ça se saurait.  Non, il était guidé uniquement par sa rage. Si seulement il avait un plan. peut être qu'il essaierait de trouver une stratégie  pour arriver à gérer le surnombre. Non. Son esprit était trop embrumé pour ça. c'était pire qu'une énorme cuite. Je pense qu'il se se souviendra jamais vraiment de ce qu'il a ressenti à cet instant précis ou de ce qu'il fera. Sa raison étant trop obscurcie par l'envie de faire payer à ses enflures.

Il arriva au lieu indiqué. Il les voyait cette bande de connards. Tous des morts en sursis. Ils riaient, ils s'amusaient. Il les entendait dire des atrocités sur ce qu'ils avaient fait à son pote. Ils se moquaient d'eux. Ils pissaient sur leur nom. Il se nourrissait de tout ce qu'il voyait et entendait. il était dans le noir sur la rive pas encore à portée de leur lumières. ces rives sont privés d'éclairage publique et ils ne sont éclairs que par des feux de moto, voitures ou des feux qu'ils ont allumés. Dans l'ombre, Takeru se nourrit de tout ça pour faire grandir sa haine. Il s'imagine en train de les massacrer. Il en a assez. tout ça devient intolérable. Il avance doucement, il accélère le pas. il finit par courir et arriver au niveau d'un ancien bidon d'essence qui a été découpé et qui contient à présent des flammes qui éclairent la zone. Ils shoot un grand coup dedans et du charbon incandescent se répand alors déployant une lumière tamisée devant le jeune homme. tous se retournent. Un type s'est pris la projection des pierres brulantes et est à terre.

- Je suis takeru de Kuroko et il parait que c'est vous qui avez envoyé Baku à l'hosto ! Je vais tellement vous défoncer que les dieux sauront même pas savoir si vous êtes humains ou pas quand vous vous présenterez aux portes de leur royaume !
-Enfoiré ! je vais te pourrir !
- Calme Cheamor ! Alors C'est toi qu'on appelle le Tatou de kuroku. tu paye pas de mine ! Mais ce qu'on peut pas t'enlever c'est que t'as des couilles devenir ici seul. On peut dire que t'as plus de de gueule que ton pote là. Comment il chialait comme une merde ! c'était trop mignon. "s'il vous plait arrêtez, me faites pas de mal! ouiiiiiiiin ouiiiiiiin!"
- Ta gueule sale flipette ! Tu te prends pour qui à te foutre de la gueule de mes potes comme ça ?! Hein ?! t'es qui ?!


Takeru s'approche dangereusement du mec et vient coller son front contre celui du type en face de lui. les deux poussent pour essayer de dominer l'autre. Un vrais combat de coque. Les deux finissent par assez naturellement reculer en même temps.

- Moi c'est Tirä Masoshi ! Chef des Tigaro ! Chef de Pakuma !

Takeru crache à terre.

- Avec une lopette pareille comme chef je peux tous vous défoncer seul ! Combien vous étiez pour défoncer Baku comme ça ?! 10 ? 15 ?! Vu la tronche de ces deux là ! il vous en a fait baver ?
- ah par ce qu'il est pas mort  le vermisseaux ?! Tu l'aurais vu chialer quand on l'a marqué !
- t'es un homme mort !

Takeru fonce vers le le leader de cette bande de tapettes quand il se fait intercepter par Cheamor, le mec boxeur qu'il avait battu l'autre coup. Il souriait. Takeru le regard mauvais. Son sourire disparait quand il se prend un énorme coup de poing et tombe à la renverse. 3 mecs arrivent et viennent immobiliser Takeru qui se débat.

- Nan laissez le ! j'vais me le faire seul !
- Hahahaha ! t'as raison Chea' ! On est là pour faire la fête hein ?! Pour fêter la guerre qu'on a gagné d'avance ! c'est pas tous les jour qu'on gagne Kuroku hein les gars ! Je paris que Chea' se le fait en 4 coups !
- Moi en 2 !
- exagère pas ! en 6 c'est déjà pas mal !il a une réputation ce mec !

Les gars lâchent takeru qui fait alors face au boxeur à nouveau. Lejeune tatoué de Kuroku commence à être excédé par la situation, le rire et le sourire de cet enfoiré de Tirä. Il revoit dans un flash son ami dans ce lit d'hôpital. Il va le défoncer !

- Je peux parier moi aussi ?!
- hahahahaha ! ok p'tite merde! si c'est ta dernière volonté ! Tu parie quoi ? Ta survie ?
- te couilles en porte clé que je défonce ton pote en un coup !

Ils explosent tous de rire. ils ont tellement confiance. Cheamor qui a déjà combattu Takeru et perdu contre lui ne se marre pas. il sait qu'il est sérieux. Et contrairement aux autres qui ne voient pas forcément bien à cause du manque de luminosité, Takeru a des yeux terrifiants. C'est une question d'honneur. il doit le battre. prouver que sa défaite contre cette merde n'était qu'une erreur. il se mit en garde et fonça vers Takeru avec un jeu de jambe astucieux. Il fit une feinte et envoya un violent crochet du gauche dans l'arcade de Takeru qui explosa en une gerbe de sang. il sourit. Son sourire disparait sous les phalanges de Takeru qui fait alors un contre qui enfonce le nez de son adversaire qu'il sent alors se brises sous ses doigts. Le boxeur tombe à terre. Le tatoué regarde tous les autres qui cesse alors de rire. Il a un œil injecté de dans qui coule de son sourcille explosé ce qui ajoute encore plus à son aspect terrifiant. Il tend une main.

- Alors... elles viennent ces couilles ?!

La colère de takeru était devenu relativement silencieuse, moins explosive qu'au début mais plus terrible. Elle découplait ses force et lui faisait oublier la douleur. Il crache un coup en direction des pieds de Tirä. il arrache son haut et le balance sur le charbon encor chaud à terre. le tissu prend feu et à la lumières des flammes on distingue la figure du dieu courroucé tatoué sur son torse.

- Espèce de salope sans honneur ! Jaurais dû y penser ! tu peux pas me donenr tes couilles. t'en as pas !
- Défoncez le !
- vas y vien connasse ! au lieu de donner tes ordres comme une chienne !

Takeru s’approche. un gars s'approche de lui et lui envoie un coup en direction du visage. il attrape son poing, pivote sur le côté et frappe de son autre main dans le coude du type qui se déboite avant de lui attraper le derrière du crâne et de lui envoyer son genou dans le nez. Un gars le prend de revers. Il effectue un grand balayage du pied qui vient saisir le cou de son adversaire qui recevant un coup du lapin est sonné sur le coup. c'est pas finit. Takeru lui saute dessus alors qu'il est à terre et lui envoie une rafale de coups de poings. La chose qui le tire de cette folie meurtrière. oui meurtrière car à chaque coup, ce pauvre type était moins reconnaissable. Ce fut un coup de bouteille de bière qui vint s'éclater sur sa tête. Takeru se retourne et chope le poignet du type qui lui a fait ça alors que du sang commence à couler lentement de son crâne. Il dirige le tranchant du tesson de bouteille en direction du torse de son adversaire et appuie de toute ses force. Son ennemi tente de résister mais le tesson s'enfonce finalement dans son ventre alors qu'il tente de le dévier. Il tombe à terre à se vider de son sang. Il tombe à terre en recevant un coup de pied. manque de chance, il tombe sur le charbon encore chaud. réflexe, il se relève. Il évite de justesse un coup de couteau. Un second arrive il le dévie avec son bras qui est alors légèrement tailladé. Il tente de choper le poignet de son adversaire. il se loup deux fois et récolte d'autres entailles. Il finit enfin par désarmer le guss et lui abat son poing dans la glotte après un bon coup de boule. Il prend le poignard. il est maintenant armé. Il se prend un coup de barre de fer dans le rein. Il tombe à genoux et étouffe un cri de douleur. Il se relève et balance un coup d'estoc. il est évité. Un autre, un autre. Encore évité. Le mec s’enfuie. Il occupe trop l'attention de Takeru. ça laisse à un autre mec le luxe de passer derrière lui et d'enrouler son bras autour du cou de l'homme aux cheveux argentés. Manque de chance, Takeru est armé je le rappelle et plante son arme dans de bras du mec qui lâche prise d'un coup. Takeru retire l'arme. Une gerbe de sang lui gicle sur le torse. Il se retourne et lui plante la lame dans le bide. Il tombe à terre.

On ressent une hésitation chez les Tigaro. Il vient de mettre plusieurs types à terre. il perd du sang est 'est pris plusieurs coups mais il ne semble pas s’arrêter. pour preuve. il coince un type qui est bloqué par une mob'. Le tatoué le saisit par les cheveux et lui éclate le visage contre le guidon du deux roues. Le jeune homme n’est plus capable de distingué quoi que ce soit. la colère qu'il avait retenu en parlant à ces trou du culs en les observant se libérait. il était incontrôlable. il serait incapable de reconnaitre amis et ennemis.

Takeru a vaincu plusieurs autres Tigaro quand ses amis arrivent. ils arrivent au moment où il éclate un mec à terre d'un coup de talon dans le torse. Takeru se retourne et leur demande de ne pas s'en mêler mais ça vous le savez déjà. Certains Tigaro ont déjà profité de la pénombre pur décamper. Leur chef leur dit alors de tous l'attaquer en même temps. Ce qu'ils font. L combat continue, Takeru se prend autant de coups qu'il en donne mais la peur les affaiblit et la colère le renforce. Leurs coups ne lui font rien. du moins c'est ce qu'il parait. C'est l'impression qu'ils ont. Il leur semble comme une machine implacable. Chacun de ses coups à lui est effectif par contre. Il finit par faire face à Tirä qui ne fait plus du tout le malin.

- ex... excuse nous... on... on viendra plus vous chercher sur votre territoire on...
- C'est trop tard. t'es déjà mort !

Pris d'un coup de flip, le chef de Tigaro sortit un couteau et planta Takeru qui resta impassible et le saisit aux deux oreilles, les tira puis lui envoya son font en plein dans le nez, à deux, trois, quatre, cinq, six reprises ! Apprenez à compter avec takeru !! C'est plus fun qu'avec Dora ! Takeru retire le couteau qu'il a dans l'abdomen et le plante dans la gorge de Tirä.

- Comme ça peut être que tu fermera ton claque merde !

Là, c'est la débandade. Les Tigaro s'enfuient certains des Gars de Kuroku les interceptent et les tabassent s'ils les chopent. takeru se retourne et fait face à Marly qui ne sait plus quoi penser de son ami. tant se sauvagerie... c'était... horrible. Il regardait à terre. Takeru en avait tué certains. ou c'était tout comme s'ils n'étaient pas conduits très vite à l’hôpital. Le tatoué s'effondre à terre. La pression redescend et il ressent enfin la douleur. Partout, ça le brule. Il a la tête qui tourne.

Les sirènes retentissent. les flics arrivent. là, il y a décidément trop de grabuge. Marly force Fla' à embarquer Takeru. il lui dit de vite lui trouver un médecin. Lui reste sur place. Il chope les armes qu'a pu choper Takeru et efface des empruntes. S'ils l’attrapent il est cuit. meurtre c’est autre chose que ces conneries. Il a découvert jusqu'où Takeru est prêt à aller pour eux. Il compte lui montrer jusqu'où lui est prêt à aller pour lui. Il se débarrasse d'un maximum de preuves pouvant compromettre Takeru. Il est le dernier sur les lieux alors que les Schmitt arrivent.


Notre tatoué se réveille le lendemain. Il a été opéré dans une petite clinique de quartier. On est déjà en lendemain de soiré. Il se sent vaseux. Il distingue une silhouette. Il sait pas où il est. Il pige rien.

- oh tu te réveille ! Hey take'! tu me reconnais ?!

Il le reconnait pas. Du moins, tant qu'il n'est pas pleinement réveillé avec les yeux bien ouverts. Il se rendort.

- oh le con fait chier ! il a niqué mon entrée !

Plus tard, il arrive à se réveiller. Cette fois avec un peu plus de succès. Il voit un type en face d elui. à peine plus vieux que lui, costard. Sa tronche lui dit un truc. look de yakuza. Il lis le journal.

- Ah ! tu te réveille enfin ! Tu me reconnais ?
- Mario ?
- C'est ça ! On s'est battu ensemble ! T'avais de la force pour un junior !
- Je suis où ?
- a la clinique du père Potso. J'ai payé les frais. bah dis donc ! t'en as foutu du bordel ! grâce à toi on parle même pas des embrouilles qu'on a eu dans la nuit. on a pu enterrer des cadavres bien tranquillement. Regarde donc le journal. Toi et ton potes vous faites fort ! hahahaha


Il balance le journal à Takeru qui a du mal à lire. Il s'y reprend à plusieurs fois. Le gros titre de Une. Un voit une photo du pont de la 712 en tant que scène de crime et une photo de Marly. Le titre : "Règlement de compte entre bandes de délinquants : 8 morts et 22 blessés." L'article disait que le jeune Marlon Buranudo (Marly) s'était déclaré coupable des 8 meurtres.
avatar
Takeru Kura

Messages : 32
Date d'inscription : 22/07/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 48

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie de racaille c'est pas toujours facile [solo]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum