La Confrérie Fantôme [RP Aori Nemu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Confrérie Fantôme [RP Aori Nemu]

Message  Aori Nemu le Dim 17 Juil - 18:45

Aori fixait les étoiles, allongée sur un lit métalique. Elle l'utilisait depuis qu'elle avait rejoint la confrérie fantôme, un groupe de jeunes chasseurs de prîmes -aussi tueurs à gages pour certains-, deux mois plus tôt.

Elle était ravie d'avoir pu rencontrer des personnes aussi géniales et d'être entré dans un groupe aussi fort. Ce dernier était connu pour agir avec furtivité et confidentialité envers ses clients. Il leurs donnaient rendez-vous dans des endroits quelques peu… étranges.

Le lendemain

Les rayons du soleil avaient réussi à filtrer à travers les ouvertures que laissaient le toit de tôle mal ajusté. Aori se leva à contre-coeur puis se dirigea vers son armoire. La chaleur était insoutenable,  frôlait sûrement les quarante degrés. La jeune fille décida de s'habiller comme d'habitude; tee-shirt, short. Elle descendit les escaliers puis rejoignit le réfectoire. Etant donné qu'elle avait investi un million de Jenis dans la construction d'un nouveau bâtiment au QG de la confrérie, il lui en restait à peu près quatre-cent-mille.

Aori se dirigea hâtivement vers le panneau des missions, quand soudain, Mutsume, son petit-ami - de dix-neuf ans - qui était parti en mission de longue durée lui bloqua le passage et l'embrassa passionnément.

-Aori, Tu m'as manqué pendant ces deux mois! Tu as quoi maintenant, dix-sept ans?

-Moi, j'ai manqué cruellement d'amour ces deux derniers mois.

Mutsume prit un air plus sérieux.

-A par ça, on a une mission uniquement pour toi -il lui tendit une feuille sur laquelle avait été dessinée la tête d'un jeune homme d'à peu près dix-neuf ans- , c'est huit-cent-mille Jenis si tu l'envois au cimetière. Je te laisse du temps pour lire le dossier, donne moi ta réponse quand tu veux.

Aori jeta un œil à la feuille que lui tendait son petit ami, en parcouru les premières lignes puis observa le dessin du hors-la-loi. C e dernier lui rappelait vaguement une personne qu'elle connaissait mais elle ne savait plus laquelle.

- J'accepte .

Le garçon semblait surpris par la réaction de sa petite amie.

-D'accord, je vais dire au boss que tu as accepté la mission, mais je dois t'avertir d'une chose: ce mec est un taré, si sa vie et en jeu il te tirera dessus sans hésiter, OK?

-Ne t'inquiète pas je serais prudente. On se verra dans quelques jours.

A ces mots, la jeune fille déposa un baiser sur les lèvres du garçon.

-C'est bête, le jour où je reviens, tu pars déjà.

Dans le rapport de mission, il été écrit que la jeune fille devrait abattre sa cible à travers la fenêtre de sa chambre, du toit d'un immeuble à deux-cents mètres plus loin pour ne pas être repérée tout de suite.

• • •

Aori regarda une dernière fois la carte de la ville de York Shin qu'on lui avait remise deux jours plus tôt avec le dossier concernant le jeune homme qu'elle allez devoir tuer. L'endroit où elle devait se cacher pour abattre sa cible se trouvait à cent mètres de sa position.

C'était un vieil immeuble abandonné et La jeune fille devait se placer sur le toit. Elle traversa une pièce remplie de chaises en plastique et de bureaux d'écoliers puis emprunta un escalier menant au deuxième étage. L'immeuble en comportait six, ce qui laissait dix minutes à Aori pour se mettre en place.

Elle traversa un long couloir qui déboucha sur un ascenseur. La jeune fille craignait qu'il ne marche plus, mais elle ne pouvait pas se permettre de perdre du temps et de voir huit-cent-mille Jenis lui passer sous le nez. Elle entra dans l'ascenseur puis appuya sur le bouton du sixième étage; aucune réponse. Elle essuya un deuxième échec, mais la troisième fois, l'engin s'arrêta au quatrième étage. Aori poussa un juron.

A gauche de l'ascenseur se trouvait une volée d'escaliers en colimaçons qu'elle monta quatre à quatre jusqu'au sixième. Il lui restait exactement quatre minutes avant l'heure H.
La jeune fille arriva sur le toit puis se dirigea vers le bord de l'immeuble. Elle repéra l'hôpital dans lequel se trouvait sa cible. Elle positionna son bipied puis cherche sa cible durant une interminable minute. Cette dernière était adossée à la fenêtre de sa chambre, en face de la personne qui s'apprêtait à la tuer.

Aori regarda dans son viseur, retint sa respiration, puis appuya sur la détente de son arme.
avatar
Aori Nemu

Messages : 5
Date d'inscription : 16/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Confrérie Fantôme [RP Aori Nemu]

Message  Shi Nemu le Jeu 21 Juil - 17:35

La Confrérie Fantôme


Avec Aori



          La vie pouvait vraiment être bête, parfois. Une simple balle perdue et voilà qu’il se retrouvait alité pour au moins trois semaines. Il lui aurait suffi d’être un peeeeetit peu plus silencieux, et peut-être que le fugitif après lequel il courait n’aurait pas eu le réflexe de lui loger une balle de .22 dans le bras droit.

Mais comme disait l’adage, avec des « si », on mettrait Paris en bouteille. Alors, s’il y rajoutait des « peut-être » en plus, on n’en finissait plus.

La morale de l’histoire, c’est qu’à force d’être trop feignant sur sa propre sécurité, il allait finir par se faire tuer. Comme si ça ne suffisait pas, il était bien loin de se douter que sa vie allait encore être en danger, et que cette fois ci, ça ne se jouerait pas à grand-chose.

*

On l’avait cloué au lit pendant trois semaines. Avec son métabolisme, il était sur pieds en moins de deux –semaines, j’entends-. L’infirmière avait dû prendre sa tension une demi-douzaine de fois avant de se rendre compte qu’il était au top de sa forme une dizaine de jours après s’être fait tirer dessus. Mais bon, elle l’avait bien compris, ce qui était l’essentiel.

De son côté, il avait rempli sa part du contrat : le type après qui il en avait dormait avec les poissons du port, ce qui semblait normal après ce qu’il avait fait. Shi laissa son esprit divaguer un instant et visualisa le corps de son adversaire, lesté avec un parpaing, allongé au fond de la crique. Les crabes avaient dû avoir un chic repas, quand même…
Son esprit le ramena à la raison en un éclair. Une sorte de sixième sens, un instinct de prédateur, qui l’avertissait d’un danger tout proche. Une menace froide, paisible, mais qui, sans nul doute, en avait après sa vie. Il fit un pas sur le côté juste à temps pour voir sa fenêtre exploser, et une balle faire voler en éclat une latte du parquet dans un claquement assourdissant.

Wow…
Il n’avait décelé la présence de son agresseur qu’au dernier moment, il s’en était fallu de peu avant que ses lombaires ne soient transformées en charpie par une balle grosse comme son auriculaire. Son cœur était encore loin de battre la chamade, mais il s’était quelque peu affolé. Protégé derrière un pan de mur, Shi prit une  grande inspiration.
Eh, mec. C’est un bon, mais t’en a vu passer plein, des bons. Et à chaque fois t’as été meilleur.

Il ouvrit un tiroir, agrippa son arme –sa plus fidèle compagne, ces dernières années-, et se lança à la poursuite de son agresseur par la fenêtre brisée. Zigzaguant comme un fou à travers les maisons colorées de la ville côtière, il remontait les rues en  bousculant les passants. Il avait perdu son agresseur de vue, mais il savait d’où la balle avait été tirée, et l’aura du tireur n’était pas près de se dissiper. Autre point important : le fusil qui avait tenté de l’abattre était équipé d’un silencieux, pour que la détonation soit passée inaperçue. Encombré comme il était par cet accessoire, l’assassin ne pouvait pas se déplacer sans démonter tout son barda : trépied et lunette de visée étaient autant d’accessoires encombrants une fois le premier coup parti.

Il se dirigea donc vers les sommets de la ville aussi vite qu’il le pouvait. Une fois à une centaine de mètres de sa cible présumée, il devînt bien plus prudent. Il épaula son fusil, engagea une cartouche dans la chambre, et se rapprocha du tireur.
Code by Joy
avatar
Shi Nemu

Messages : 4
Date d'inscription : 16/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La Confrérie Fantôme [Aori Nemu]

Message  Aori Nemu le Dim 24 Juil - 16:12

Aori ne savait pas quoi faire. Elle courait comme une possédée dans les rues de Zaban -ce qui n'était pas chose facile avec un sniper dans le dos-. Son poursuivant était coriace et ne se trouvait plus qu'à une centaine de mètres. Elle tourna à droite à une intersection puis piqua un sprint jusqu'à une petite buvette où on pouvait trouver plusieurs hommes ivres morts.

Aori ralentit de peur d'attirer les soupçons et se dirigea vers les toilettes dont le sol était recouvert de vomit. Elle fit d'abord passer son fusil de précision par une étroite fenêtre puis si glissa avec difficulté. Elle se laissa tomber sur le sol goudronné, se releva puis ramassa son arme.

La jeune criminelle se trouvait dans une petite cour où étaient entassées des ordures et des objets dont les anciens propriétaires ne voulaient plus. L'odeur des détritus étant insoutenable, Aori se dirigea à la hâte vers le portail, le poussa puis se précipita à l'extérieur de la cour. Elle reprit sa course folle, bouscula quelques passants puis se dirigea vers le marché. Elle se fondit dans la foule en espérant que son poursuivant l'avait semée puis ralentit l'allure.

La jeune fille s'arrêta au bout de la rue et s'aventura dans une allée déserte jonchée de bouts de verre. Cette dernière était tellement sombre qu'on ne voyait même pas le bout. Elle la traversa puis, arrivée au bout, se rendit compte que deux minutes plus tôt, elle ne s'était pas aventurée dans une rue, mais dans un cul de sac.
avatar
Aori Nemu

Messages : 5
Date d'inscription : 16/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Confrérie Fantôme [RP Aori Nemu]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum