Oswald Svensson [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Oswald Svensson [Terminé]

Message  Nicoar Heyerter le Dim 3 Juil - 17:57

Nom : Svensson

Prénom : Oswald

Sexe : Homme

Age : 24 ans

Taille : 1m85

Race : Humain

Description physique :
Oswald est un homme grand et musclé aux cheveux rouges et aux yeux d'ambre, sous ses yeux justement, il possède deux petits cernes. Ses cheveux roux sont mi-longs et ébouriffés, avec deux mèches de cheveux près des côtés opposés de la tête tombant sur son visage, ainsi que des pattes distinctes.

Il porte une veste en cuir noir avec un col de fourrure et un t-shirt avec un col en V blanc en dessous. Il porte un jean foncé bleu, tenue par une ceinture marron simple, avec une chaîne d'argent attachée à la ceinture de sa poche arrière, il possède également des chaussures noires pour couronner le reste de sa tenue. Oswald porte des bijoux en plus de ses vêtements, principalement en argent: un anneau d'argent, et un collier en forme d'étoile. Il a aussi un piercing à l'oreille gauche.Il marche souvent les deux mains dans les poches une clope au bec.

Description mentale :

Avare: Oswald est avant tout un mercenaire et comme tout mercenaire qui se respecte, il se vend au plus offrant. Il amasserait une montagne d'or qu'il lui en faudrait encore plus, c'est un vrai glouton, il lui en faut toujours plus et pourtant il n'en a pas forcement besoin. Il n'est pas du genre à s'acheter une grande villa avec vue sur la mer pour passer des jours paisibles, non lui ce qu'il aime, c'est la sensation de pouvoir, se sentir puissant peu importe le moyen que ça soit par la force physique ou plus simplement avec l'argent, car comme dit l'adage, l'argent c'est le pouvoir.

Solitaire: Il a grandi toute sa vie reclus avec les siens, les Svensson, aujourd'hui ils sont soit tous morts ou soit disséminés un peu partout sur la terre. Oswald a toujours eu confiance en eux et maintenant qu'ils ne sont plus là, il n'a plus aucune épaule sur laquelle se reposer. C'est pourquoi il préfère rester seul, il n'a aucune confiance envers les étrangers.

Arrogant: Le rouquin peut paraître vraiment très arrogant dans sa façon de s'exprimer avec les autres, il n'a aucune gêne à insulter un inconnu et à lui parler mal et ce n'est même pas forcement qu'avec les personnes qui auraient une tête qui ne lui reviendrait pas, il est comme ça, c'est tout. Le fait d’appartenir au clan des Svensson qui sont réputés très fort, lui donne une assurance qui pourrait s'apparenter à de l'arrogance, il estime que le reste de la population ne sont que des êtres faibles et lâches.

Opportuniste: Il rejoint évidemment toujours le camp qui lui offre le plus d'or, mais également celui qui lui paraît être le plus fort. Il n'est pas fou au point de se lancer dans une opération suicide même pour tout l'or du monde. À quoi bon être riche entre quatre planches en bois ? Méfiez-vous bien de lui, ce n'est pas parce qu'il accepte de lier une alliance avec vous qu'il ne vous lâchera pas à la moindre occasion, s'il estime que vous n'êtes qu'un boulet pour lui.

Violent: Quand on voit sa gueule d'ange, on ne se doute pas une seule seconde que se cache derrière une personne cruel, froide et qui peut faire preuve d'une extrême violence pour atteindre son but. Il a connu de nombreux conflits en étant mercenaire, la vision du sang et de cadavre ne l'effraient plus du tout.

Equipement : Rien pour l'instant

Faction : Civil

Histoire :

Quelque part au beau milieu d'un désert, dans une prison miteuse entourait de grilles barbelées et de miradors. Un homme en tenu militaire attendait assis sur une chaise dans une pièce, elle ressemblait fortement à une salle d'interrogatoire avec sa vitre teintée, une table au milieu de celle-ci et juste en face une autre chaise vide probablement pour le détenu.
Les rayons du soleil qui traversaient aux travers des barreaux d'une fenêtre rendaient l’atmosphère irrespirable, même à l'ombre la chaleur avoisinait les quarante degrés, le militaire suait à grosse goutte. Un homme, les poings liés entra dans la pièce escorté par un autre soldat. Le prisonnier avait la tête baissée vers le sol, mais il avait une particularité qui attirait tout de suite l'attention, c'était ses cheveux rouges sang. Il s'assit sur la chaise en face du militaire tandis que l'autre se positionna juste derrière le détenu pour le surveiller.
Le militaire qui allait l'interroger sembler tendu à la façon avec laquelle il n’arrêtait pas de jouer avec son briquet.


-Bien....Hum !

Il commença à parler avec une voix très enrouée visiblement causé par le stress, avant de se racler la gorge pour reprendre.

-Détenu n°257, présentez-vous.


-....

-T'as intérêt à parler! Sinon après on passera à la méthode plus musclée et ça sera trop tard pour pleurer. Alors parle !

Le taulard murmura un mot quasiment inaudible.

-Nique...

-Comment ? Nike ? Nike comment ?

-Mon nom est nique ta mère !

Le militaire serra fort sa mâchoire pour ne pas exploser et lui en coller une.

-Très bien espèce de petit merdeux.

Il fit un signe au militaire qui s'empressa de l'attraper par le bras pour le ramener dans sa cellule, le prévenu se retourna en direction de l'homme qui menait l'interrogatoire.

-Très bien ! Très bien ! Je vais parler, vous excitez pas.


Les deux militaires se lancèrent un regard et celui sur la chaise acquiesça de la tête pour signifier à l'autre qu'il pouvait le laisser se rasseoir.

-Qu'est-ce que vous voulez savoir au juste ?

Le soldat posa son briquet sur la table, il joignit ses mains et visiblement heureux de voir que son suspect allait collaborer, il esquissa un petit sourire en coin.

-Mais tout...Je veux tout savoir de toi.


L'homme aux cheveux rouges leva sa tête, lui qui avait jusqu'ici gardé la tête en direction du sol. Un faisceau lumineux éclaira son pale visage, mais la lueur dans ses yeux d'ambre s'intensifièrent au contact du soleil. Tout en montrant avec ses yeux le briquet du soldat, il dit.

-J'pourrais avoir une clope s'vous plaît m'sieur ?


Il lui tendit une cigarette, mais le prisonnier lui montra ses mains qui étaient attachées avec un air forçait de chien battu. Le militaire réfléchit un moment avant de lui détacher les mains, une fois libre le rouquin pu enfin attraper sa cigarette et l'allumer, il tira une latte dessus et commença son histoire.

-Mon nom à moi c'est Oswald, mais tout le monde m'appelle Os. Je viens de la région de Gaeldom au nord du continent d'Aijen. Comment te dire en un mot à quoi ça ressemble...pourave, ouais voilà ! Pourave c'est bien ! En gros s'est recouvert de collines et de montagnes enneigées une grande partie de l'année, lorsque la neige se retire, elle laisse apparaître des milliers de lacs d’où son nom du pays aux mille lacs.


Il mima avec son doigt en le tournant à côté de son crâne le fait de réfléchir.

-c'est sûr les vieux se sont pas trop creusé les méninges pour nous sortir ça, mais bon c'est jolie. Le climat y est particulièrement dur et par conséquent la vie y est quasiment inexistante, rien ne pousse à part des fougères. La température, vous changerez d'ici, là-bas on se les caille sévère, les journées où il fait -10°C sont pas rare et...


Le soldat le coupa.

-Abrège. Je m'en fous de la température de ton patelin.


-Calmos mec, j'y viens. Dans ce territoire hostile vie un petit clan, mon clan, les Svennson. Tu te doutes bien que dans un trou ou seul les mauvaises herbes poussent, les mecs qui y vivent toute l'année sont fatalement des putains de forces de la nature. C'est simple là-bas soit t'es fort, soit tu crèves. Dans le temps on était un peuple paisible qui vivait comme il le pouvait jusqu'au jour ou on remarqua notre force et qu'en échange de celle-ci, de riches clients proposèrent de nous payer gracieusement en poisson ou en tonneau de vin....Bon, c'était y a plusieurs siècles aujourd'hui on accepte que les jenis.

Le rouquin se retourna en direction du soldat debout qui se tenait derrière lui depuis le début pour le surveiller.

-J'préfère préciser hein ! Histoire que vous débouliez pas avec un saucisson en pensant nous acheter. On est des gars civilisés maintenant.


-Rassis-toi correctement ! Je sais pas où tu te crois, mais à ta place, je ferai pas le malin.

Oswald s'installa de nouveau bien en face de son interlocuteur et il reprit.

-Qu'en t'es un Svennson très tôt, que tu sois un garçon ou une fille, on te retire des mamelles pleines de lait de ta mère pour te refiler à un instructeur, qui hormis te gueuler dessus comme un putois t'apprend pendant ton enfance tous les moyens possibles et inimaginables pour buter un type.

Il énuméra avec ses doigts toutes les techniques.

-Arme à feu, arme blanche genre les couteaux, les sabres, une petite cuillère ou un cure-dents, mais moi ce que je kiffai le plus c'était à main nu. Le kickboxing pour être plus exacte, comment c'est l'éclate de défoncer le crâne d'un mec avec son genou. Bref... Une fois que j'ai eu 18 ans, j'ai rejoint l'équipe de mon père. Par la suite, j'ai baroudé un peu partout à travers le monde comme mercenaire et à la fin, je m'étais même fait une petite réputation chez les Svennson, mais il a fallu qu'on nous demande de créer un coup d'état contre votre cher président-suprême pour que tout s’arrête.


Le soldat qui s'était affalé sur sa chaise devant l'histoire interminable du jeune homme, se pencha cette fois-ci un peu plus vers lui comme pour mieux l'entendre, le prisonnier attirait visiblement sa curiosité.

-Justement, je veux savoir qui vous à payer. Dis-le-moi et tu seras libre.


-Rohh ! Soit pas si pressé, j'y venais justement. Ce type en question nous a demandé d'abord de faire une petite expédition contre le village de Lud...Lum....

-Lumbrek !

-Ouais voilà ! Lumbrek ! Il voulait qu'on fasse le plus gros massacre possible afin d'attirer la totalité de votre armée loin de votre capitale.


Le rouquin laissa apparaître un large sourire sadique.

-Je vous raconte pas la boucherie ! Hahahah ! Les vieux, les femmes et même les gosses, tout le monde y est passé !


Oswald prit un air nostalgique pour se souvenir d'un moment agréable.

-J'me souviens encore du visage de se gosse devant moi, alors que j'étais en train d’écraser la tronche de sa mère contre le sol avec la semelle de ma godasse. Il avait les yeux écarquillés et un visage tellement livide.


Il mima la tête de l'enfant en faisant de grands yeux et en ouvrant la bouche.

-Vous inquiétez pas, j'suis pas un monstre, je l'ai tué après, ça aurait été horrible pour lui de vivre avec cette image dans la crane jusqu'à la fin de ses jours. Alors j'ai pris mon fusil que j'avais en bandoulière autour de moi et avec la crosse je lui ai....

*Paf !*

-TA GUEULE ! FERME TA PUTAIN DE GUEULE !

Le militaire n'avait pas supporté d'entendre encore plus longtemps cette macabre histoire, il s'était levé brusquement de son siège pour lui asséner un violent coup de poing au visage. La tête d'Oswald pendait dans le vide comme celle d'un pantin, puis il racla violemment sa gorge et cracha sur le sol une glaire mélangeait avec du sang. Comme si de rien n'était, il reprit son histoire.

-Notre plan avait fonctionné, vous étiez tombé dans le panneau comme des bleus. Nous étions un groupe de 100 hommes en direction de la capitale, mais un hunter, embauchait par votre président suprême nous attendait.

Sa voix se remplit de haine.

-Cet enfoiré à massacrer tous les miens si facilement. J'ai réussi à fuir avec un petit groupe, mais alors que nous tentions de quitter votre foutu pays, vous nous avez arrêtés à la frontière et me voilà.


Le jeune détenu qui avait répondu jusqu'à présent à l'interrogatoire avec le sourire changea radicalement de visage, ses yeux se noircirent à cause de la colère puis il fixa le militaire qui se tenait devant lui, il avait le visage fermé et une voix beaucoup plus glaciale qu'auparavant.

-J'ai bien l'intention de le retrouver et de lui faire avaler ses tripes, mais d'abord, je dois sortir d'ici.


-hahahah !

Le soldat fit un rire forcé, ça se voyait qu'il était mal à l'aise.

-Et comment compte tu t’enfuir d'ici ?


Il énuméra encore une fois ses propos.

-Premièrement, trouver un moyen pour me faire retirer mes menottes.


Il montra ses mains détachaient en gesticulant ses doigts.

-Deuxièmement, faire en sorte d'attirer un garde vers moi. Par exemple en lui racontant une histoire si horrible qu'il sera obligé de me frapper.

Les deux soldats sentirent qu'il tramait quelque chose, ils se mirent aussitôt sur leurs gardes et celui en face d'Oswald posa sa main sur l'étui de son arme, il tâtonna plusieurs minutes avant que son visage ne se décomposât complètement.

-Troisièmement, une fois que votre cible et suffisamment proche de vous, lui dérober son arme.


Aussitôt qu'il finit sa phrase, Oswald bascula de sa chaise pour tirer trois fois dans l'abdomen du garde qui se trouvait derrière lui. L'homme s'écroula lourdement sur le sol et une mare de sang entoura rapidement son corps. Le rouquin, la clope bientôt consumée entièrement à la bouche, pointa le canon de son arme en direction de la tête du soldat qui l'avait interrogé.

-Et quatrièmement, éliminer tous les obstacles qui se trouveront sur votre chemin.


*Pan !*

Nen : Spécialisation

Autre : Si besoin

[/b]
HRP


Prénom : Alexis

Âge : 20 ans

Centres d'intérêts : manga ( HxH, FMA , gintama ), sport ( rugby, foot)

Comment vous avez nous découvert : top site

Quelques mots sur vous : beau, gentil, intelligent...bref parfait
avatar
Nicoar Heyerter

Messages : 21
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 21

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 12

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oswald Svensson [Terminé]

Message  Lejinoss Taibug le Dim 3 Juil - 19:52

Validé.

Chateux à la mord moi le noeud Grrmmmmbll
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 646
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum