Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  M.J le Mar 28 Juin - 21:38

Ümmer City, l'envers de la médaille de la province de Sahelta. Si York Shin City, la plus grande mégalopole au monde abritait en son sein tous les apparats du luxe et du faste, à moins de quarante kilomètres de là, perdus dans le désert, des agglomérations sordides survivaient comme elles pouvaient.
Autrefois, les alentours du désert de Goldo regorgeaient de petites villes industrielles. Puis, York Shin City détourna les cours d'eau potable, transformant tous les petits bleds en villes fantômes. Parmi ces villes fantômes subsistaient une ville zombie. Des entrepôts à l'acier rouillé, de petits ateliers de réparation, et quelques artisanats subsistaient. Là se trouvaient les derniers originaux qui se refusaient à compromettre leur âme dans la grande ville de York Shin City. Une centaine d'habitants subsistaient et tenaient bon autour de l'unique puits trouvable à des kilomètres à la ronde.


Les entrepôts regorgeaient de surplus de production appartenant à de grandes entreprises se trouvant à York Shin City. Et une voie ferrée reliait ce sordide taudis à la mégalopole. Un train semblant dater d'une période historique oubliée effectuait cinq fois par jour l'aller et retour entre Ümmer et York Shin. Principalement pour des échanges de marchandises.

En marge des entrepôts et autres habitations de ferrailles d'où une chaleur étouffante émanait au quotidien, une ancienne usine de métallurgie trônait seule en amont de la ville. L'endroit était aussi sinistre que désert. Par endroits, des morceaux entiers du bâtiment avaient été arrachés par des habitants en ayant davantage besoin. À Ümmer City on recyclait tout et l'économie fonctionnait presque en circuit fermé, aussi, les entreprises qui mourraient permettaient la naissance d'autres.


Ceux ayant postulé pour l'examen Hunter s'étaient vu confier les coordonnées suivantes : “Usine de métallurgie désaffectée à Ümmercity”. Nombreux furent ceux à prendre leur voiture pour s'y rendre. Un parcours du combattant en soi. Car si ce n'est la voie ferrée, la route qui menait à cette ville sinistre n'était plus en état depuis des années.
Soulevant un large nuage de poussière, les candidats affluaient en roulant dans le désert. Jamais les habitants n'avaient vu affluer tant de monde dans le paisible trou du cul du monde leur faisant office de ville.

Des voitures furent stationnées partout autour de la ville. Les autochtones sortaient y jeter un coup d'oeil. Eux n'avaient que rarement l'occasion de rouler, alors des bolides de confection récente avaient le don de les intriguer.

- P'tain Churb ! C'est quoi d'ces touristes qui nous tombent dessus comme une nuée d'sauterelles ?

Churb n'en savait pas plus. En tout cas, le branle-bas de combat fut lancé. Les rares commerces qui habituellement fermaient entre midi et deux heure ouvrirent soudain. Ce n'était pas tous les jours que plus de deux-cents étrangers passaient faire escale à Ümmer City. Ceux-ci affluèrent comme de juste en direction de l'usine désaffectée.
Au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient des lieux et que la concentration humaine s'accentuait, une certaine forme de tension planait dans l'air. La ville zombie, le désert, et le calme avant la tempête, on se serait cru dans un western à l'aube d'un règlement de compte au colt.



- Treize heure déjà ?

D'un coup d'un seul, les têtes se tournèrent en direction du porche aménagé devant l'usine désaffectée. Sur un fauteuil en cuir, un petit vieux releva son bob dont il s'était servi pour couvrir son visage durant sa sieste. Sans prendre la peine de se lever il fit un petit coucou de la main pour attirer l'attention de tous.

- Moins fort, moins fort. On se tait allez.

On aurait cru un vieil instituteur à la retraite cherchant à se faire respecter auprès de délinquants. Dans la mesure où les dits “délinquants” avaient un intérêt à écouter ce que l'examinateur avait à dire, ils firent silence bien assez vite. Alors, le petit vieux au bob, après avoir bu une rasade d'eau, éclaircit sa voix avant de prendre la parole tout en restant confortablement installé dans son fauteuil.


- Désolé, je n'aime pas me répéter donc écoutez bien. Dans quarante-huit heures, ceux qui se trouvent dans un rayon de cent mètres autour de moi, et de mon fauteuil, seront reçus pour la seconde épreuve. Moi en attendant ?

Il sourit avant de sortir un livre de derrière lui.

- Bien sûr, m'attaquer, en plus d'être vain, est éliminatoire. Je peux me retenir de manger pendant deux jours, et je ne bougerai pas du fauteuil.

Son intonation se montra plus grave et profonde.

- Et ce... Quoi qu'il arrive.

Puis, le plus calmement du monde, il ouvrit son livre, et comme oubliant tous ceux l'entourant, entreprit sa lecture qui serait son unique préoccupation pour les quarante-huit heures à venir. La première épreuve venait d'être lancée, et tous ce que les candidats trouvèrent à faire fut de se regarder les uns les autres, cherchant à comprendre en quoi ce qu'ils avaient à faire était difficile. Il leur suffisait de se trouver à cent mètres de distance de l'examinateur dans deux jours. Certains descendirent en ville pour passer le temps d'ici là. D'autres restaient où ils étaient avec un brin de malice dans le regard. Là était la principale distinction entre la masse et la minorité agissante.

La chaleur du désert était en soi étouffante, et rares étaient les candidats a avoir eu la présence d'esprit d'apporter à boire. Il ne leur restait qu'à acheter des bouteilles d'eau dans les commerces environnant. Le prix de la bouteille atteignait parfois les dix-mille jenis. L'eau était rare en ces contrées, les prix étaient amenés à augmenter.
avatar
M.J

Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Rinkyu Mermecks le Mer 29 Juin - 9:14

Un port est un endroit généralement situé en bordure de mer, en contact direct avec les eaux, destiné à accueillir des bateaux et des navires. Cinq navires accostèrent sur la côte de York Shin city, et de là, des centaines de personnes en sortaient, on en voyait de tous genre. Des petits hommes gras, des grands hommes fins, des femmes qui se sont vues doté d’une ou de deux poils au menton avec l’âge, des nobles, des paysans, des commerçants, tous étaient des voyageurs de la mer. Au milieu de cette agglomération de personnes, j’étais là, un jeune homme d’un mètre soixante dix. Aux cheveux bleu marine,  avec une chemisette rouge légère, fleurie que je portais sur moi, un pantalon en jean noir, et des chaussures noires. Mon katana était honorablement posé sur mon épaule, et je le tenais fermement dans ma main gauche

-Wow, il y’a du monde ici, ça promet d’être sacrément compliqué pour se retrouver...

Le bateau que j’avais pris, était pour York Shin city, et de là j’aurais pu aller au lieu du déroulement de la première épreuve de l’examen, L’Usine désaffectée à Ümmercity. Une grande route marchande, rempli de taxis garés en attente de futures passagers de York Shin city, était visible de loin. Seulement il fallait vraiment être un sombre crétin pour croire qu’on pourrait emprunter un taxi pour se rendre à Ümmercity, ça sonnait impossible de toute évidence. Lors de mes réflexions, je n’avais de cesse d’entendre un homme très bruyant, qui criait à qui voulait l’entendre qu’il allait devenir le plus puisant des Hunters. Il semblait être là pour les mêmes motifs que moi, une licence de Hunter. Il prit son téléphone et on pouvait entendre à des kilomètres à la ronde sa conversation. Il était grand, deux mètres environs, très costaud, parce qu’il a su associé son poids à ses muscles.

-Hey !!! ANTHONIO !!! VIENS ME CHERCHER JE SUIS LÀ

Ce candidat, aussi bruyant soit il, avait déjà trouvé un moyen pour se rendre à Ümmercity. Voyant que j’étais à la traîne, je me dirigeais alors vers le repère de taxis, et contre une coquette somme d’argent, un taxi m’amena sur le lieu de l’examen.

-Tout es possible d’avoir, si on a les moyens de l’obtenir monsieur…

*me dis le chauffeur en appuyant rapidement sur l’accélérateur. Il avait le devoir de se dépêcher pour me conduire à ma destination*

C’était un lieu bondé de personnes. La concurrence était de taille et jusqu’à présent mes chances de réussir étaient presque nulles, à vue d’œil bien sûr.
Voilà, ça faisait une minute tout au plus que le vieil homme qui était notre examinateur avait prononcé les conditions de réussite. Un silence régnait dans les rangs des candidats. Ils avaient tous, étés comme moi choqués de la simplicité de l’épreuve. Subitement, ci et là, on pouvait entendre des gens murmurer, d’autres crier au sacrilège même. Certain se sont tout simplement retournés, et se sont dirigés vers leurs pickups, disant qu’il leur était impossible de rester ici pendant deux jours. Ils disaient qu’il fallait tout simplement qu’ils reviennent et battent ceux qui seraient restés là, à s’épuiser. Une grande partie des candidats se déplaça vers la ville. D’autres s’assaillaient en tailleur, prêt à attendre, et d’autres encore allaient vers les comptoirs pour s’acheter quelque chose à boire. Moi, au milieu, je fixais juste l’examinateur, sans réellement savoir où étais le piège dans l’examen. Il devait surement en avoir un, ce n’est pas un simple examen de patience, me suis-je dis.

-Bon, s’il faille attendre, je ferai mieux de me trouver un endroit tranquille dans lequel on ne pourra pas me frapper dans le dos.

Mon regard oscillait de droite à gauche, constamment, parcourant les lieux de la vaste ville, les entrepôts, les pickups, et tout autre chose qui s’était fondu dans le décor. Je me résolus alors à me diriger vers  les comptoirs de vente, bondées de personnes désirant acheter de l’eau, de la nourriture ou bien tout ce qui pouvait être acheté. Il y avait plusieurs comptoirs, mais aucun n’était vide. De peur que les vivres ne finissent rapidement, je me suis dirigé à grande vitesse vers une boutique, faire deux trois achats, qui allaient m’être très utiles. Après vingt minutes de bousculade, vingt minutes où j’ai subis l’aura négative des personnes qui transpiraient, et qui mélangeait leurs sueurs à la mienne, cela était en effet répugnant et désorientant, j’avais réussis à les acheter.

- Une tente, deux bouteilles d’eau, un bout de pain ainsi que mes effets personnels, je pense que ça devrait tenir si je m’abstiens suffisamment.

- Pfff…. Ha ha ha , tu es tellement naïf… *ainsi me parla une personne qui avait vu mes achats*

- Dégage toi… *Dis-je avec colère*

- Si tu penses pouvoir  survivre avec ce que tu as en main, sans que rien ne t’arrive tu es bien stupide. Saches déjà que tous ceux qui sont partis en ville, ont de plus grandes chances de réussir que toi, qui t’apprêtes à camper.

Un sourire mesquin s’affichait sur son visage, j’ignorais s’il cherchait à m’intimider, cela aurait été bien normal car peu de candidats à l’examen de Hunters, ont moins d’une vingtaine d’année comme moi. Il ne fallait donc pas s’attendre à faire un examen sans encombres sachant cela. Je m’éloignais de lui, afin de rejoindre le tas de personnes qui s’étaient regroupées tels des soldats autour de l’examinateur. On pouvait même apercevoir certaines personnes cachés sur les toits, observant comment ça se déroule. À ma grande surprise, mon idée ne fut pas tant originale. Des gens se sont mis à dresser des tentes pour se protéger du soleil, tentes étant pour la plus part dos au mur. Juste au vue de leurs emplacements, on pouvait savoir que certains étaient des combattants aguerris
Une cinquantaine de mètres derrière l’examinateur, je dressai une tente, et m’y installa. Elle était dos au mur, dans l’ombre du bout de toiture qui dépassait, d’un entrepôt d’agriculture.Sur mes gardes et très éveillés, mes sens étaient à l'affût. Je ne voulais même pas laisser une chance à un quelconque ennemi de venir me nuire, et encore moins perdre l’examinateur de vue. Je ne savais pas ce qu’il allait se passer, mais pour moi ceci était bien trop simple pour être la première épreuve


Dernière édition par Rinkyu Mermecks le Jeu 30 Juin - 14:01, édité 1 fois
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Lejinoss Taibug le Jeu 30 Juin - 10:51

Quarante degrés à l'ombre et pas d'ombre en vue. Dans un bolide au moteur pour le moins sonore, deux individus traversaient la zone désertique menant à Ümmer City. L'engin soulevait un immense nuage de poussière rouge dans son sillage. À l'horizon, il n'y avait rien. Le sol rougi par la poussière du désert et des colonnes de roches aussi rougeoyantes constituaient la seule variété du décors.
Quand on savait qu'à moins de cinquante kilomètres de là était dressée la plus grande mégalopole mondiale, le contraste avait de quoi donner le vertige. Toutefois, pour le moment, le vertige n'était pas l'affliction s'étant abattue sur les deux passagers. Roulant les vitres grandes ouvertes, presque sourds à force d'ouïr le son du moteur qui semblait ne pas apprécier la chaleur ambiante, Lejinoss et Erika, trempés de sueur, se dirigeaient vers le lieu du prochain examen Hunter.

Suite à leur voyage au Jappon, on les avait affublés un mandat d'arrêt international sur un malentendu. Ayant tous deux fuit à Kakin, ils avaient ensuite transité dans la voiture via bateau cargo pour atteindre le continent Yorubian.
Cela faisait bien deux jours qu'ils avaient passé à rouler pour se rendre du port où ils avaient accosté jusqu'à Ümmer City. Bravant la température infernale qui les faisaient cuire à feu doux, leur périple était d'autant plus contraignant, la climatisation à bord de la Tayato Starlet faisant défaut.


Tel était le prix à payer quand on roulait dans une telle merveille. C'était tout du moins ce qu'en pensait Leji. Et comme si le supplice de la chaleur ne suffisait pas, on ne pouvait plus capter qu'une seule chaîne de radio. À Ümmer City, une petite station de radio pirate parasitait les ondes trente kilomètres aux alentours de la ville du désert pour diffuser leur propre sélections.

Erika, assise sur le siège passager avant, avait une jambe étendue sortant par la fenêtre ouverte et Plue s'était installé sur sa tête.

- Vous écoutez K. Grobilly's et il est midi, l'heure où la puissance de la Fonk est à son paroxysme. Enjoy.


Cette fois pour Leji, la coupe était pleine. N'étant pas particulièrement mélomane dans l'âme, sa main fondit presque instinctivement en direction du poste de radio pour l'éteindre.

- Nooon ! Laisse ! J'aime bien !

Retenant un profond soupire, l'hirsute obéit. Aussi longtemps qu'Erika avait de la musique à disposition, elle ne piaillait pas et se contentait de fredonner un air qu'elle ne connaissait pas. Deux jours de trajet en voiture dans la fournaise était en soi un calvaire, si Erika se mettait en plus à parler, Leji se serait senti obligé de la jeter du véhicule.

- Dis Leji, c'est parce que je suis archéologue que tu as choisi de me faire monter dans une antiquité pareille.

Chemisette orange entrouverte jusqu'à la poitrine, son coude gauche posé au niveau de sa vitre ouverte, manoeuvrant le volant d'une main, Lejinoss restait stoïque, observant la route. Ou tout du moins, ce qui lui servait de route.

- Il t'a fallu deux jours pour trouver ta blague ?

L'archéologue gloussa se remettant à fredonner maladroitement l'air de musique émanant du poste de radio tout en s'éventant avec la carte pliée en éventail. Elle était bien insouciante. Un examen capital se profilait, d'autant plus capital pour eux qu'il était la seule manière de lever le mandat d'arrêt qui planait sur leur tête.
Alors, pris d'une petite soif en pleine escapade motorisée, Leji tendit le bras en direction de la banquette arrière tout en conduisant. Il ne risquait pas d'accident, il n'y avait pas de circulation, ni même de surface où s'écraser. Ouvrant la glacière à l'arrière tout en gardant l'autre main agrippée au volant, il sortit une petite bière qu'il sirota par la suite en conduisant.

- C'est pas la quatrième depuis de ce matin ?

Se désaltérant comme s'il n'avait pas bu une goutte depuis des jours, la bière fraîche faisait du bien par là où elle passait.

- *buuuurp* Qu'est-ce que j'en sais, je suis pas expert comptable.

Compte tenu de la qualité de la répartie de l'hirsute, il devait en être plutôt à sa cinquième. Apporter une glacière fut une excellente idée, la remplir uniquement de bières bon marché n'était en revanche pas la chose la plus avisée à faire lorsqu'on explorait un désert. Erika, plus réfléchie, avait acheté quelques bouteilles d'eau, secouant la tête un air désolé chaque fois que son conducteur s'emparait d'une canette.

Heureusement pour elle, les bières sur Yorubian étaient coupées à l'eau, l'état d'ébriété n'était pas prêt de s'abattre sur le brave Leji.

- On y est.

Soudain, Erika parue plus tendue. Devant eux se profilait le taudis que représentait Ümmer City. Des dizaines et des dizaines de véhicules étaient garés partout autour des bâtiments. Sans trop de mal pour se garer, le fait d'être en plein désert ayant parfois des avantages. Leji et l'archéologue qui donnait à manger à son oiseau sortirent du véhicule et s'étirèrent les jambes après avoir passé tant de temps en voiture.

- D'après les indications du comité, on doit se rendre à une usine désaffectée qui ressemble à ça.

Elle tendit la fiche d'indications à Leji qui était parti se vider la vessie contre l'un des entrepôts sinistres de la ville.

- T'avais raison, il devait bien y avoir quatre bières dans le réservoir.

Erika évita de faire une scène devant le manque de civisme flagrant de l'hirsute. Il fallait dire qu'elle ne tenait pas à se faire remarquer, les candidats environnants n'avaient pas l'air commodes. Lejinoss, ayant déjà tenté de passer l'examen par le passé, ne fut pas impressionné plus que ça par les carrures de leurs concurrents.

- Je vous suis mademoiselle.

Main dans les poches, il suivit la jeune fille. Arrivés là où étaient amassés tous les candidats,  la foule dépassait les deux-cents participants. On leur annonça l'épreuve à treize heure.
Cela eut son petit effet puisque chaque candidat se montrait désemparé, ne voyant pas où se trouvait la difficulté.
Lejinoss, mains dans les poches toujours, jeta un oeil à droite à gauche, scrutant certains groupes de candidats qui discutaient entre eux.

- C'est pas bon... Ne perds surtout pas le vieux des yeux. Si d'autres ont pensé à ce que je pense, ça promet d'être sportif.

Alors il sortit sa main droite de sa poche, et, machinalement, rongea l'ongle de son pouce. La nervosité faisait déjà surface. Continuant d'observer les candidats, il se murmura à lui même :

- Et Sam qui n'est pas encore arrivé...
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 646
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Erika LeBlanc le Jeu 30 Juin - 10:56

*Rester dans un périmètre restreint autour de ce type assis...ça doit pas être bien sorcier... *

Erika avait écouté le plus attentivement du monde les consignes de l'examinateur. La première épreuve avait enfin commencé. Les compétiteurs étaient censés se trouver dans un périmètre de cent mètres autour du fauteuil dans un délai de quarante-huit heures passeront la première épreuve. Dit comme ça, ça n'avait pas vraiment l'air bien compliqué... La demoiselle blondinette et son choineau de compagnie étaient arrivés ici en compagnie de Leji qu'elle suivait depuis une escapade mouvementée dans la grande-ville, sur l'île de Jappon. L'échec à l'examen n'était pas une option, si elle échouait elle serait considérée comme criminelle fugitive. Tout ça à cause d'un Kiméra Ant avide !

Twii twiii...

Impressionné par tout ce monde, l'oisillon scrutait la foule ça et là, en prenant parfois peur et se réfugiant sur l'épaule de sa maîtresse. Il y avait ici des types assez effrayants, certains semblaient aussi costauds que des armoires à glace, ils étaient clairement ici pour gagner. Féroces et imprévisibles, la belle devrait user de tout son intellect si elle voulait obtenir la douce victoire. Une chose la rassurait, elle était en compagnie de Leji, un homme à l'humour cynique certes mais néanmoins intelligent. À eux deux, ils étaient sûrs de triompher des épreuves s'ils s'y mettaient et cogitaient ! Ils avaient réussis à sortir d'un commissariat, échapper à la police et s'éclipser de la ville ni vus ni connus en collaborant, et le tout sans accro. Cet examen, toute cette pression, tout ce monde, ça l'oppressait et l'angoissait. Erika devait en avoir le cœur net, elle devait être sûre et certaine que son équipier ne s'envole pas à la première occasion et ne la laisse pas en plan. Elle avait fait confiance à Leji dans la ville, mais elle ne le connaissait pas encore assez pour le suivre aveuglément.

- Écoute, lui chuchota-t-elle. On est arrivés ensemble ici, on ressortira ensemble d'ici. Si tu veux que je t'aide pour...ton projet, alors il va falloir me promettre qu'on passera cet examen et deviendra des Hunters ensemble. En contrepartie, je ferai tout ce que je peux pour qu'on réussisse ces épreuves, et pour que ton projet soit un succès.

Elle lui avait dit ça le plus calmement et le plus sérieusement possible. Serrant son sceptre entre ses bras, elle était prête à faire feu si jamais quelqu'un osait tenter de l'expulser hors du périmètre ou l'éloigner de Leji, une bonne partie des gens l'entourant seraient immédiatement aveuglés. Au moins on lui foutrait la paix... Peut être était-ce le stress qui la faisait agir comme ça, la peur d'échouer, celle de rester une fugitive. Les trois en même temps certainement. En tout cas, une chose était sûre, elle ne lâcherait pas Leji d'une seule semelle durant toute la durée de cet examen.
avatar
Erika LeBlanc

Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 53

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Jack A. Iseka le Ven 1 Juil - 19:49

Jack avait fini de préparer son équipement, le rendant optimal pour une multitude de situations. Il avait mis en place un petit système de rembobinage pour ses "circus circles" et pour son cerceau de "taille 3". Il l'avait modifié afin de le rendre rétractable, ce qui permettait de réduire son diamètre pour faciliter le transport.

A présent, il lui fallait rejoindre le point de rendez-vous pour passer l’examen des hunters. Le clown fit quelques spectacles afin de rameuter quelques prétendants au même titre de hunter. Puis grâce à quelques stratagèmes d'élocution et de démonstration, il trouva un petit groupe pour le mener sur le lieu de rendez-vous. La question qui restait était : Quand allait-il les trahir pour les abandonner ?

Jack n'avait pas envie d'avoir des amateurs dans les pattes. Enfin, pour l'instant il devait faire avec. Ils étaient ainsi un groupe de quatre en comptant Jack. Ils commencèrent donc leur voyage en voiture. Selon eux prenait trop de précautions lorsqu'il avait pris de l'eau à trop en alourdir son sac. En effet, le jeune homme avait posé dans le coffre bidon de dix litres d'eau, et de quoi remplir son estomac. Ses "compagnons" avaient également préparé des vivres sous les recommandations de leur nouveau camarade.

C'est avec cette configuration qu'ils prirent la route vers Ümmer City. Ce désert, la chaleur était très difficile à supporter. Jack se ventilait grâce à ses petits anneaux et pour divertir un il jonglait avec de petites balles. Après un long et dur voyage, ils arrivèrent enfin à l'usine désaffectée. Leur chauffeur était si étourdit qu'il se trompait souvent de chemin. Il avait même réussi à embourber la voiture dans le sable. Et les deux autres n'étaient pas plus doués. Ils n'ont pensé qu'avec leurs muscles et ont tenté tout de suite de pousser la voiture... Evidemment ils n'ont jamais réussis... Il aura fallut que l'artiste descende pour dégager la roue en creusant un peu. Mais finalement ils atteignirent leur objectif : "Rejoindre le point indiqué sur l'invitation."

Cette usine était lugubre, il était facile de sentir qu'elle était vide depuis des lustres. Juste devant un petit porche et un fauteuil en dessous de celui-ci faisait contraste avec le reste du décor. Finalement le vieil homme qui reposait au fond du fauteuil leva son chapeau et ouvrit les yeux. Il s’avérait que cet personne était l'un des examinateurs. Il calma la foule rapidement et commença à exposer les premières conditions de l'examen. "Se trouver dans les cents mètres autours de lui ou de son fauteuil à la fin des prochaines 48h."Cette épreuve était-elle piégé ? Peu importe. Je reste prêt de l'examinateur, sous son porche à côté, adossé contre son fauteuil." voilà la technique que le futur Hunter adopterai . C'est également là qu'il trompa ses compagnons. Il prit toute les ressources lorsqu'ils avaient l'attention tourné et truqua la voiture afin que l'essence s'échappe de la voiture et tombe en panne dans le désert. Assez loin de tout pour qu'ils ne reviennent pas, qu'ils se perdent dans le désert et sans nourriture... Ils mourraient sûrement !

Une fois, ces idiots partis, Jack enfonça ses vivres dans son sac et gonfla légèrement son sac pour pouvoir le traîner plus facilement jusqu'au point où il camperait, il posa son sac derrière le fauteuil de l'examinateur et s'assis juste à côté. Ainsi si quelqu'un l'attaquait pour voler ses ressources il risquerait de toucher l'examinateur. Au moment de s’asseoir, le clown tomba si lourdement que le fauteuil glissa légèrement dans la direction opposée. Jack sourit légèrement... Peut-être mettrait-il un peu d'ambiance à cette réunion.... Il tourna la tête vers les autres concurrents. Beaucoup avaient utilisé la même stratégie que ses compagnons se retirer et revenir au dernier moment. Jack senti alors qu'il n'était pas le seul bouffon du lot. Son spectacle allait déterminait qui pourra lui être utile et qui sera juste une gêne.
avatar
Jack A. Iseka

Messages : 30
Date d'inscription : 29/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Elia Mori le Ven 1 Juil - 21:18

Quand elle apprit l’existence de l’examen hunter, Elia ne voulut pas y aller. Ensuite, elle ne voulait toujours pas y aller. Et enfin, elle n’y alla pas.

D’un autre côté, elle se trouvait à Ümmer City sans comprendre pourquoi elle participait à ce jeu foireux. Elle cherchait peut-être quelque chose à foutre de son temps.

D’aucuns auraient pu prévoir qu’il faisait chaud en plein désert, Elia ne faisait pas partie de ces gens. Cela ne lui avait pas échappé, mais elle s’en foutait éperdument. Elle traçait tout droit, le cul collé au siège de son taxi. Elle était venue à cet examen avec son bâton ainsi que sa trousse de toilette. Elle ne voulait pas s’embarrasser de plus d’équipement.

Monde de merde.

Il ne faisait pas bon d’être dans les parages d’Elia. Elle avait clairement les boules. Sous un soleil qui se prenait pour un four à ciel ouvert, elle crevait de chaud. Évidemment, elle s’aérait comme elle pouvait. Autour d’elle, cela lui valait pas mal d’œillades lourdes qui finissaient en double fracture de la clavicule.

Dans les parages, il faisait encore plus moche que chaud. Et Elia était en sueur. Elle ne s’attendait pas vraiment à un défilé de mode, mais tout de même. Elle essayait de ne pas trop regarder autour d’elle quitte à se laisser reluquer par les branleurs du coin.

À l’annonce de la première épreuve, elle n’avait pas cillé. Elle s’attendait à un truc vicieux, par-derrière. Le type qui avait parlé avait l’air de se foutre de leur gueule. Et, aussi surprenant que cela pût paraître, elle avait du mal à apprécier son humour. Cela dit, elle resta calme et composée. Elle envoya quelqu’un faire son marché moyennant une prime et monta la tente qu’elle racheta à l’une des personnes présentes. À l’abri des regards, elle s’installa et défit ses vêtements. Dans les circonstances du moment, elle ne pouvait pas prendre une douche. Elle se contenta de se nettoyer avec une éponge humide. Cela lui faisait du bien de se rafraîchir.

Au retour du trouduc qui l’avait entubée de pas mal de sous, elle avait fait exprès d’échanger ses bouteilles contre les siennes au moment opportun. Elle se fit même un petit plaisir en foutant des laxatifs dedans. Elle ne savait pas s’il avait empoisonné son eau, mais dans le doute, elle se vengeait. Sans avoir participé à l’examen, elle comprenait que l’ambiance ne serait pas à la franche camaraderie. Alors, elle se mit gentiment dans sa tente et dormit les yeux à moitié clos. Elle ne voulait pas rater le début de l’action, mais ne donnait pas cher de sa peau si elle passait les deux jours en éveil à attendre que ça se produise.

Au pire, elle replongera à la prochaine édition, voire pas du tout. Pour l’examen, Elia n’était pas monstrueusement motivée. Du moins, pas suffisamment pour finir en barbecue. Alors, elle s’allongea sur le duvet mou, presque dévêtue. Elle avait bien mangé et bu. Dans sa tente, elle avait refait sa toilette et restait aussi détendue que possible. Après une sieste d’une heure, elle se leva à nouveau en nage. Elle se demanda si son corps n’était pas un peu con. D’un côté, elle avait soif, de l’autre, elle suait comme vache qui pissait.

Dehors, c’était le statu quo. Personne n’en branlait une. L’ambiance était à couteaux tirés. Forcément, les poilus de la région jouaient à qui en avait la plus grosse. L’un d’eux finit par gagner et il rengaina son instrument. Tout le monde autour de lui était dégoûté. Elia ne comprenait pas trop le concept, elle bâilla et se leva pour se faire un café. La courte sieste lui avait ouvert l’appétit alors elle se prépara un truc sur le pouce.

Lorsque le temps était clément, Elia ne s’embarrassait habituellement pas de vêtements. Cette fois-ci, elle ne fit pas l’exception. Quand elle se décida à sortir, l’examinateur était encore sur son fauteuil, totalement impassible. Les gens s’impatientaient et elle bâillait à nouveau.
avatar
Elia Mori

Messages : 27
Date d'inscription : 19/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Invité le Sam 2 Juil - 14:51

https://www.youtube.com/watch?v=SCuMOUXB5SE

"Alors voilà l’examen des hunters"

Ce fut ma première réaction, une simple phrase décrivant la situation telle qu'elle était. Un lieu paumé et chiant à souhait remplis de gens encore plus perdu. L'endroit était plutôt lugubre, une usine abandonné. Mais ça ne manquait pas de charme. Je n'étais pas tellement confiant. En effet beaucoup de personnes semblaient dangereuses et je n'étais pas assez convainquant pour me faire des alliés. Ce qui me préoccupait encore plus était le nombre de personne. Cela voulait clairement dire qu'il y aurait un énorme trie. Et ça se ferait d'une manière plutôt violente. Cela impliquait déjà qu'il y aurait des affrontements. Mais ça je m'en doutais un peu depuis le début. Même s'il faisait chaud, ce temps ne me déplaisait pas tant que ça.

Quand l'instructeur se mit à annoncer les conditions de la première épreuve, j'eus un rire nerveux. En effet c’était tellement con comme idée que ça pouvait rendre l’examen encore plus horrible. Je compris aussitôt que tout serait dans la psychologie. Un moyen simple pour trier dès le début avant de passer par la violence. Bien que je redoutais déjà les épreuves suivantes, il me fallait réussir celle-là. Je partie aussitôt acheter des provisions pour tenir pour l’épreuve. Malgré la vitesse où je m’étais déplacé pour trouver un magasin, j’étais loin d’être le premier. Mais j’avais tout mon temps. Je remarquais aussitôt que beaucoup de personne prenait plus que le nécessaire. En plus de ça, je voyais déjà des personnes se combattre pour la queue. Mes courses furent très simples, je pris deux bouteilles d’eaux et quelques fruits. Même si j’avais vécu dans une famille qui pouvait vivre avec leurs besoins, je n’étais pas gourmand et j’avais très peu d’appétit. La restriction niveau nourriture ne me dérangeait absolument pas. L’eau me semblait l’élément indispensable, mais simplement deux bouteilles suffisaient amplement. Malgré ses provisions, j’avais en tête de pas tout consommer et de réserver pour les autres épreuves. Mon dernier achat, fit un simple bout de tissu assez long pour me faire un hamac. C’était très pratique pour dormir n’importe où, puis je me sentais plus en sécurité de dormir suspendu que de dormir au sol.

La queue fut longue, très longue. Il y avait énormément de monde. Et chaque bagarre ralentissait encore plus la cohue. Je trouvais ça vraiment insupportable. Au moment de sortir du magasin, plusieurs hommes menaçant qui me fixaient moi et mes bagages. Je compris aussitôt qu’il n’était pas là pour des conseils d’achat mais plutôt pour un prêt forcé sur du long terme. Le problème c’est que j’avais des affaires précieux dans mon sacs, je tenais beaucoup à mon lecteur audio. Puis je ne voulais pas qu’on remarque que j’avais des armes blanches sur moi. J’avais fait en sorte de ne pas paraitre dangereux pour éviter tout soupçons. Même si paraitre menaçant pouvait sembler judicieux, à la fin on ne s’attire que la vue des plus dangereux. Tandis que de paraitre faible, seuls les lâches vont essayer de s’attaquer à plus faible que soit. Au moment où l’homme s’approcha, je fis en sorte d’éternué pour m’abaisser, pour en fait prendre mon couteau. Je fis un bon sur mes adversaires et passa aisément au-dessus du premier assaillant à l’aide de mes mains. Le deuxième voulait m’attraper, je m’abaissai et passai entre ses jambes, tel un serpent. Les autres ne comprenaient pas tellement. Je profitais de leur inattention pour courir le plus vite possible vers l’usine. Au final je n’avais pas utilisé mon couteau, c’était préférable, mais je l’avais dégainé au cas où si ça se gâtait.

Arrivé à l’usine, je fis en sorte de me trouver un coin en hauteur et à l’ombre. Je pris alors une estrade un peu sombre et poussiéreuse. Je fis en sorte de bloquer l’entrée de cette endroit pas des débris que j’avais trouvé. Même si c’était facilement destructible comme barricade, c’était mon alarme. En effet si quelqu’un passait par là, il serait obligé de rebrousser chemin ou alors de détruire mon rempart. Et forcement ça ferait du bruit, et donc ça me réveillerait. J’installai alors mon hamac. Je me rendis compte que j’étais à une bonne distance, j’arrivais à voir l’instructeur au loin, c’était parfais. Je m’installais aussitôt, et je pris mon lecteur audio. Je m’empressai alors d’activé la musique, et de faire une bonne sieste. Il fallait que je tienne 48h, mais deux jours à rien faire, c’était facile. J’avais bien passé ma vie à ne rien faire. J’eu un léger sourire en écoutant la musique que j’avais sélectionnais. Je trouvais que ça correspondais bien à l’ambiance qui allait régner.

https://www.youtube.com/watch?v=UclCCFNG9q4



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Samuel Newton le Sam 2 Juil - 17:54

Ah, l'examen hunter. Malgré tous les bons moments passés dans son premier, un seul revenait à sa mémoire. Cet épisode déchirant où pour espérer sauver un monstre marin il avait du se délester de somptueuses tommes de brebis. Six mois d'affinage à l'ancienne. Un désastre.

Pour celui-ci, pas question de réaliser un second génocide. Il s'agissait en quelque sorte de la promesse réalisée entre lui et lui. Autre chose avait changé sur ce cher Sam, il avait découvert les avantagées liées à la license hunter parmi lesquelles figurait une réduction de 85% auprès de certains agriculteurs et éleveurs locaux. L'espoir de multiplier ses achats en pommes et fromages par cinq pour le même prix avait décuplé sa motivation à réussir cet examen.

En parallèle, se baladait avec lui dans sa poche sa toute nouvelle lubie : la chevalerie. Un terme qu'il avait aperçu une ou deux fois dans certains bouquins de sa gigantesque bibliothèque. Ainsi, l'ouvrage « Le code des chevaliers » de Lancelot Bouclier-Juste ne le quittait plus une seule seconde. Une chance pour certains, mais pas pour tous. Parce qu'à Ümmercity la pauvreté faisait légion. Alors quand les yeux de certains rapiats se posèrent sur l'épée qu'il trimbalait à la taille. Pas besoin d'être expert pour voir qu'une arme de cette stature valait bonbon: métal étincelant, fourreau décoré aux allures dorées. Pour de nombreux habitants qui vivaient au jour le jour, c'était là l'affaire d'une vie.

Personne ne mena le larcin jusqu'à son terme. Une poignée avaient déjà fait l'expérience de s'attaquer à un kimera ant et se contentaient depuis de rester à l'écart. Pour les autres malchanceux, un regard hostile envers ceux qui n'avaient ne serait-ce que l'idée de s'approcher de Sam avec des intentions malveillantes suffisait à les décourager.

C'est dans ce climat de méfiance que Sam aborda cette première épreuve qui avait déjà démarrée depuis deux bonnes heures. Le fourmillement des candidats commençait tout doucement à s'estomper alors que chacun trouvait sa place aux alentours. Les dizaines de tentes dressées faisaient penser à un campement de nomades. L'examinateur avec son bob tranquillement installé dans son fauteuil faisait plutôt penser à un chef scout.

Sam, lui, patrouillait son livre à la main. Comme d'habitude, les remarques fusèrent quant à son style vestimentaire. Déjà que le combo pantoufle-sweat-bermuda ne laissait pas de marbre en temps normal, au beau milieu du désert les remarques fusaient comme des petits pains. Autant de remarques dont il se foutait royalement puisqu'il était à la recherche de femmes. Parce qu'à la page 22 de son bouquin était développée une longue tirade sur la protection des faibles qu'il établissait comme étant les femmes et les enfants. Mais comme la première partie l'intéressait plus, il se concentra sur celle-ci, ellipsant le reste.

Il lui fallut quelques minutes pour trouver une gente féminine au milieu de toute cette testostérone. Après avoir observé ses faits et gestes il se plaça juste devant sa tente. Entre son sourire permanent et ce côté statique qu'il venait d'adopter, on le confondrait presque pour une décoration d'halloween. C'est alors qu'il aperçut au loin Leji et Erika à qui il adressa un mouvement sympathique de la main.

Sam détestait attendre. Une plaie étant donné la passivité ambiante. Heureusement pour lui, il ne fallut pas longtemps à ce que la situation se déverrouille. Un type sale et mal rasé s'approchait à pas vifs de la tente. Une main soutenait son ventre tandis que l'autre se resserrait. Un des nombreux indices qui indiquait là que le monsieur n'était pas vraiment content de son séjour jusqu'ici. Les mots doux qu'il susurrait en direction de la tente suffisaient à s'en convaincre :

    - Espèce de SALOPE ! Je suis sûr que c'est toi. Je vais te démonter ! Ton jolie petit cul va y passer, crois-moi.


Sam s'interposa instantanément entre lui et son objectif, s'attirant par la même les foudres de l'inconnu.

    - T'es qui toi ? Aboya-t-il avec mépris.
    - Sam. Je suis censé protéger la chat-lope.

Les paupières du type s'ouvrirent en grand, observant le kimera de haut en bas avec une incompréhension manifeste.

    - C'est écrit là, fit-il en montrant la page de son livre.


Sous l'insistance jugée déplacée de son interlocuteur, Sam dégaina sa lame de la main gauche. De quoi refroidir instantanément les hardeurs du gaillard, mais pas pour l'en dissuader complètement. Sam profita de l'instant pour feuilleter son livre provoquant à nouveau l'étonnement du trentenaire.

    - Mais qu'est-ce que tu fous ?
    - Je suis en train de chercher si le meurtre est autorisé, rétorqua-t-il un peu embêté.

Les laxatifs ça fait chier, le gars venait de s'en convaincre. Mais il ne manquerait pour rien au monde sa vengeance à l'égard de la « salope » comme il aimait à l'appeler. Le raffut commençait à s'intensifier, appelant le regard des autres candidats aux alentours. Ils n'attendaient plus que l'intervention de la concernée, pas tant pour voir le fin mot de l'histoire que pour apprécier la vue de ses pare-chocs avant d'ailleurs.
avatar
Samuel Newton

Messages : 78
Date d'inscription : 21/05/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 72

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Rinkyu Mermecks le Dim 3 Juil - 2:14

J’étais toujours à une cinquantaine de mètres de l’examinateur, personne ne se doutait de ce qu’il allait se produire alors. Personne n’avait la moindre idée de la véritable intention de ce vieux croûton. Il était naïvement assit sur son fauteuil, à feuilleter les pages de sa revue, ricanant même par moments. C’était comme s’il était immunisé contre la température ambiante. Il ne semblait ni dérangé, ni embêté, malgré le grand nombre de concourants qui l’entouraient, et rendaient le milieu invivable. La température d’un être humain classique en bonne santé est de trente sept degrés celsius. Une bonne vingtaine était autour de lui, autant dire qu’il était dans un réchaud.

Moi qui étais à la pénombre, à l’ombre du soleil et à encore couvert par ma tente, j’étais assis à même le sol, qui était d’une température incroyablement élevée. J’y étais depuis une bonne vingtaine de minutes, et je pouvais déjà ressentir le soleil sous mon postérieur, comme ci j’étais assis dessus. Je me suis relevé dans un sursaut tout en caressant mon pantalon de la paume de main, assez longtemps pour que la température se calme un peu. Mes chaussures quand à elles, étaient des bottes en cuir, qui ne me faisaient certes pas ressentir la chaleur du sol directement, mais me communiquaient sa chaleur de façon assez vive.

-Bon sang… Il n’y a donc pas d’abris dans ce foutu désert ? On pourrait se croire protégé en dessous d’une tente, mais ça ne règle le souci qu’à moitié. Il fait plus de 1000 degrés dans ce putain de désert !!!

J’étais en colère en effet, comment ne pas l’être en même temps ? Sous un soleil chauffant et la constante pression de l’examen, attendant constamment le moindre changement, ou autre chose. Il était plus que clair que cet examen n’était pas juste un test de patience, ça paraissait tellement plus facile… En tout cas, plus facile que ce dont j’avais entendu parler. De toute évidence, il y avait anguille sous roche. Avec autant de tension, les problèmes n’allaient pas tarder à éclater, je le savais. J’espérais juste ne pas me retrouver embarqué dans des histoires compliquées. Malheureusement, ma carrure étant naturellement moins robuste qu’elle ne le devait,  fit de moi une cible facile aux yeux de plusieurs personnes au premier regard. Mais à ce moment là, je ne le savais pas encore, et ça n’allait pas durer.

-C’est ici qu’il est. Je pense qu’on la prendra facilement sa tente

C’était une voix que j’entendais, une voix qui était à la tête d’un groupe de personnes, qui l’accompagnait pour venir arracher ma propriété. Ils venaient à la guerre, et me déclaraient déjà vaincu. Moi qui ne voulais pas de soucis, c’était bien ma veine. Il fallait que je tienne tête à une bande de macaques qui voudraient prendre ma tente. Il fallait que je les trouve dehors tout de même. Je n’avais aucune intention de les attendre à l’intérieur de ma tente pour qu’ils viennent m’y trouver.

Une fois hors de  ma tente, Je me retrouvais en face de trois personnes, avec une personne au milieu, la personne que j’ai croisé tout à l’heure, en sortant du stand. Mes doutes étaient donc vérifiées, à ce moment là, il m’avait déjà pris pour cible. Il se tenait alors devant moi avec deux autres personnes. Il prit la parole en premier.

-Hé,hé,hé, gamin, il serait intelligent pour toi et pour moi de nous laisser prendre ce pourquoi moi et mes amis,  * Dis t’il en regardant ses compagnons* sommes venus cherchés. Ça serait pour toi une occasion de ne pas mourir.

Ils semblaient en effet être des adeptes du combat à main nue. Ils avaient une corpulence presque identique. Un mètre soixante chacun, cheveux jaunes, avec de larges épaules, et des muscles moyennement rebondis, et il était en effet difficile de me voir combattre trois d’entre eux à moi seul. Ça serait une tache bien difficile pour moi.

-Tu dis venir prendre ma tente, mais il est clair que tu ne peux rien prendre du tout seul. Tu as fortement besoin de ta petite barrière. Tu es exactement comme une bonne fifille qui a besoin de ses copines pour faire la méchante *Dis-je en ricanant d’un ton provocateur, le doigt tendu vers eux*

Il serra les dents, ça se voyait. Il serra ses poings, et me lança un regard noir, comme s’il tout son corps criait à la violence, mais que ce même corps le contenait, avec pour seule fuite les yeux. Un de ses compagnons le prit par l’épaule, en un échange de regard avec son ‘ami’, il était redevenu calme.

-Ta bouche est faite pour sortir toutes sortes de choses inutiles à ce que je vois. Laisse-moi te dire quelque chose à mon tour gamin… Nous allons te faire la peau.

Il semblait sérieux. Malgré ses efforts pour cacher sa colère, il semblait toujours contrarié par mes propos. Cela m’arrangeait fort bien. En un contre un, j’avais toutes mes chances contre lui, et j’étais certain qu’en le battant, le moral des deux autres allaient être au plus bas, et les battre auraient également été une simple question de temps. Tout ce que j’avais à faire, était de le provoquer et de l’amener à venir seul à moi

-‘Nous’ ? Tu sais ce qu’on dit... Les lions marchent seul, et les moutons en troupe. Dommage que leurs sorts ne dépendent pas d’eux. Ils sont tous condamnés à mort… Hé hé hé hé hé *je rigolais en mettant mes mains dans les dos. Je lui lançais aussi des regards hautains, écrabouillant sa fierté en quelques mots. *

Ce fut la goûte d’eau qui fit déborder le vase. Dans un élan de colère extrême, Il se propulsa dans ma direction, laissant les siens en arrière. Il criait, et était animé d’une rage qui le plongeait dans une confiance absolue, voir même aveugle. Sa vitesse était fulgurante, et je n’étais malheureusement pas en garde. Il me prit par surprise, et m’assénna un coup de grande puissance en plein milieu du torse. Fort heureusement, c’est dans un réflexe salvateur que mes deux mains se replièrent vers le haut, les poings serrés, et ce sont mes bras réunis, qui m’ont permis de tenir au coup qu’il m’a porté. Son attaque me propulsa en arrière, dans la même position que j’étais. D’un mètre j’avais reculé avant de baisser mes bras, observant mon adversaire souriant qui était fier de son exploit

-Il est rapide, très rapide. Et fort aussi. Seulement, je ne me ferrai plus prendre par une seule de ses attaques… *chuchotais-je*
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Lejinoss Taibug le Dim 3 Juil - 12:26

Puisque la situation ne semblait pas s'envenimer, Lejinoss avait fini par en déduire qu'un accord tacite avait été trouvé entre les joueurs. Si ce n'est quelques rares nuisibles, qui aurait pu avoir un intérêt à saboter cette épreuve alors que tous ici présents pouvaient la passer sans encombre ? Bien évidemment, ici et là, quelques échauffourées avaient lieu pour des histoires à dormir debout. C'était généralement ce qui arrivait lorsqu'on concentrait plus de deux-cents fauves dans un espace aussi restreint.
Toutefois, bien que l'épreuve se déroulait sans imprévu, la vigilance demeurait de mise. Il suffisait d'un fauteur de trouble pour tout chambouler. Le soleil se couchait enfin. Cette chaleur pour le moins torride qui avait accablé l'ensemble des candidats laissa place à un petit vent frais qui eut le don de ravir chacun. La joie ne fut que de courte durée. Dans les zones désertiques, on finissait carbonisé la journée et frigorifié une fois la nuit venue.

Ceux-là même qui avaient choisi de se planquer dans une tente avaient été les plus perspicaces. En ville, si tant est que l'on puisse appeler ça une ville, toutes les tentes avaient été vendues, ce qui amena certains retardataires à se reporter sur les possessions d'autrui.
La température était de plus en plus glaciale et pourtant, de multiples foyers de tensions s'embrasaient peu à peu aux alentours.

Depuis qu'ils étaient arrivés, Erika et Lejinoss n'avaient pas quitté des yeux le vieil examinateur plongé dans son livre. Malgré sa tenue vestimentaire pour le moins légère, le froid ne semblait le gêner aucunement.
Après s'être frictionné les mains pour la dixième fois au cours de la dernière minute qui venait de s'écouler, Leji comprit enfin qu'il ne passerait pas la nuit s'il restait statique.

- Il commence à faire frisquet non ?

Bras croisés, mains plaquées sous ses aisselles, s'efforçant au mieux de ne pas claquer des dents, l'hirsute avait attendu cette remarque avec impatience. Trop fier pour admettre qu'il gelait tandis qu'Erika semblait, jusque là, se porter comme un charme, il profita de ce prétexte pour lui jeter une énième réplique cinglante au visage.

- Bien les bonnes femmes ça... "Il fait frisquet", "On peut s'arrêter, j'ai envie de faire pipi"... Toujours quelque chose qui ne va pas.

Il n'avait pas manqué une occasion de plus de se montrer désagréable, exerçant au mieux sa misogynie.

- Mais Leji.... C'est toi qui demandait sans cesse qu'on s'arrête pour pisser.

En effet, la consommation de bière au volant était venue à bout du seuil de tolérance maximal de sa vessie, et ce, à plusieurs reprises. En dépit de ce fait éloquent, qui prouvait à quel point Lejinoss reportait toutes ses tares sur la jeune fille, ce dernier fit néanmoins la sourde oreille et poursuivit comme si de rien n'était.

- Il y a des couvertures dans le coffre de la bagnole, je vais les ramener puisque mademoiselle a si froid. Frisquet.... je t'en foutrais du frisquet.

Alors qu'il s'éloignait de sa camarade un instant, Leji ne manqua pas d'insister lourdement sur le fait qu'elle ne devait surtout pas quitter l'examinateur des yeux en son absence. Erika, blasée, se contenta d'opiner du chef. Elle ne semblait pas plus inquiète de ce qui pourrait se produire au cours de cette première épreuve.
Une fois hors de la vue de la jeune archéologue, l'hirsute se mit à trottiner jusqu'à sa voiture d'où il extirpa ses couvertures à vitesse grand V.

- Oh la vache, un peu de chaleur enfin !

Se frictionnant les bras sans retenue, enfin il avait l'impression de revivre. Recouvert d'une des deux des couvertures sur ses épaules comme s'il portait un châle, l'autre à son bras, il jeta un coup d'oeil aux commerces au loin d'où émanait encore de la lumière. La clientèle étant abondante, les autochtones avaient, pour la quasi totalité d'entre eux, laissé leur boutique ouverte de nuit.
Avec tout le liquide qu'il avait retiré de ses comptes avant que les autorités ne gèlent ses avoir, Leji avait sur lui un peu moins de huit millions de jenis. Quelques emplettes ne lui feraient pas de mal.

Déambulant dans les allées bondées de candidats insouciants, semblant considérer leur passage à la seconde épreuve comme acquis, Lejinoss trouva quelques articles intéressants qui lui valurent la modique somme de cinquante mille jenis en tout.
Enfin revenu aux alentours de l'usine où veillaient un peu moins d'une centaine de candidats, l'hirsute retrouva une Erika tremblante et violacée.

- M..Mais qu'est-ce qui t'a pris tant de temps ?!

Puisqu'elle claquait des dents, Leji consentit à lui donner la seconde couverture qu'il avait sur lui. Sans même se soucier de la santé de sa partenaire d'examen, il lui mit un canon d'arme sous le nez, lâchant calmement un :

- Haut les mains.


"Iiiii" fit l'archéologue. "Haha" rétorqua le crétin armé. Suite à cette blague de bon goût comme seul Leji en avait le secret, il orienta le canon de son arme ailleurs qu'en direction d'Erika qui le fusillait du regard pour la trouille qu'il lui avait foutu.

- C'est un Takorav. Alors oui... Je sais ce que tu vas me dire "Leji, cette arme doit avoir vingt-cinq voire trente ans, tu ne t'es pas fait arnaquer ?".

Remise de ses émotions, la jeune fille répondit le plus naturellement du monde :

- En aucun cas je ne t'aurais dit ç....

- Silence.

Alors qu'Erika plissait les yeux et gonflait les joues, se retenant de toutes ses forces de se servir de son sceptre lumineux pour transformer l'hirsute en lampe humaine, Lejinoss poursuivit.

- Il ne m'en a coûté que quarante mille jenis. Et ça vois-tu, c'est une arme qui nous vient d'Aijen, c'est fiable et ça ne s'enraille jamais ! Après... Il n'y a que neuf balles, celle dans le canon incluse. Mais bon, c'est du gros calibre, et rapport qualité prix, on ne trouvera pas mieux ailleurs.

Sur un ton rigolard, il sortit un paquet de cigarettes de sa poche arrière, sortit une tige à cancer sans filtre et l'alluma, couvrant des mains la flamme du briquet qu'il venait d'acheter. Il tira une bouffée et prononça la devise nationale de Sahelta avec cynisme :

- Dieu bénisse Sahelta.

Clignant des yeux étonnée, Erika pointa du doigt la cigarette que son camarade tenait à la main.

- Tu fumes maintenant ?

Comme étonné de la question, Leji regarda la cigarette dans sa main, fronçant quelque peu les sourcils.

- Je fume maintenant ?... Ah oui !

Son visage se déforma soudain alors qu'il rangeait l'arme à l'arrière de son pantalon. En un instant, il était passé de la jovialité cynique à la colère contenue dont la rancoeur semblait ronger tout son être.

- Cinq ans que j'avais arrêté... Cinq années... Et le pire c'est que ça ne me manquait même pas ! Mais depuis que ce... Depuis que Sam nous a foutu dans la mouise, j'ai un peu besoin d'extérioriser le stress.

Ayant aperçu Sam tantôt, ayant même machinalement répondu à son salut d'un signe de la main, Lejinoss s'était abstenu de l'insulter. Aussi loin pouvait être le Kimera Ant, ce dernier avait l'ouïe la plus fine de tous ici réunis. Tant qu'il n'avait pas trouvé le moyen de se venger de lui, l'hirsute préférait éviter le conflit.
Car pour Leji, cet examen, en plus d'être la seule chance d'échapper au mandat d'arrêt international planant sur sa tête et celle d'Erika, était aussi une occasion en or de se venger du Kimera lynx étant responsable de leur situation pour le moins facheuse.

Il ne savait ni quand, ni comment il aurait raison de Sam, mais il ne raterait pas la moindre occasion de se débarrasser de lui. Il était lâche mais rancunier. Ces deux traits de personnalité faisant habituellement mauvais ménage.

- *kof* *kof* Leji ! Souffle donc ta fumée ailleurs, ça me pique la gorge. *kof*

S'apprêtant à lui dire qu'elle finirait par s'habituer à l'odeur de tabac, lui aussi se mit à tousser. Cette fumée qui leur chatouillait les narines ne venait pas de sa cigarette. D'ailleurs, le vent venait de l'Est, la fumée n'aurait pu parvenir au nez d'Erika.
Quelque peu paniqué, l'hirsute tourna la tête à droite à gauche. De multiples foyers d'où émanait une fumée épaisse étaient répandus au milieu de la foule entourant l'examinateur. Tous se demandaient ce qui était en train de se produire, mais Leji n'avait pas tardé à comprendre.

- *kof* Ces enfoirés ont pris leur temps... *kof* *kof*

Se masquant le nez avec sa couverture, il plaça sa cigarette à la bouche et tira violemment l'archéologue par l'avant-bras pour l'extraire des émanations de fumée. Jetant un regard en arrière pour confirmer ses soupçons, maintenant il savait de quoi il en retournait : l'examinateur et son siège avaient disparu.

Erika et Leji avaient couru jusqu'à la Tayato Starlet. Reprenant leur souffle tant bien que mal, au loin, ils pouvaient voir que l'usine était à présent entourée d'un épais voile de fumée asphyxiante.

- Mais qu'est-ce qu'il se passe ?! L'examinateur nous avait caché un truc ! J'en étais sûre.

Restant silencieux un moment, clope au bec, Lejinoss arborait un air grave, laissant la jeune fille s'exciter toute seule. S'il n'était pas parti faire des courses tantôt, sans doute aurait-il pu appréhender ce qui venait de se produire.

- C'est pas l'examinateur. Des candidats ont réparti des fumigènes partout et en ont profité pour soulever le siège du vieux pour l'enlever.

Erika était pour le moins sceptique.

- Mais je croyais que tous ceux qui le touchaient serait él...

Coupée une fois de plus par l'hirsute, ce dernier se doutait quelle serait l'interrogation de la jeune fille.

- Non. Enfin si.... Mais justement, ils l'ont pas touché lui mais son fauteuil. Ils ont dû s'organiser à plusieurs pour porter le siège du vieux et l'emmener plus loin. Et merde ! J'aurais dû voir le coup venir !

De rage, il frappa sur le toit de sa voiture. Il avait suffit d'un instant d'inattention pour que presque tous les candidats se fassent enfler par un petit groupe de concurrents. Voilà ce qui s'appelait écrémer les participants.
Erika n'osa pas rajouter quoi que ce soit devant un Lejinoss on ne peut plus contrarié. Tout à coup, elle écarquilla les yeux.

- Regarde la voiture là-bas !

Elle pointa du doigt un véhicule qui s'enfonçait dans le désert phares éteints pour ne pas être repéré. Pour autant, le bolide n'était pas discret. Il s'agissait d'un large pick up avec à l'arrière un chargement pour le moins singulier. C'était à peine perceptible de là où ils étaient, mais la jeune archéologue était sûre de ce qu'elle voyait.

- L'examinateur ! Ils l'ont mis à l'arrière !

Ni une ni deux, Leji fit signe à Erika de monter à bord de la Tayato Starlet et jeta son mégot d'une pichenette. Grand mal lui en prit. Quelqu'un avait saboté le réservoir d'une des voitures garées dans les environs. La cigarette allumée tombant pile dans la petite flaque d'essence qui s'était répandue.
Une déflagration soudaine embrasa le véhicule d'où s'était mise à couler l'essence. Plusieurs véhicules autour furent aussi carbonisés alors que la Tayato poursuivait le pick up s'éloignant du désastre.

- Putain... Je sais pas ce qu'ils mettent dans leurs cigarettes ici, mais c'est puissant.

Cessant d'observer dans le rétroviseur, nerveux, il ouvrit la boîte à gant et en sortit du café en grain. D'une pleine poignée, il en sortit une grosse quantité qu'il enfila dans sa bouche pour les croquer. En l'absence de cafetière, on faisait avec les moyens du bord pour rester éveillé. Erika le regarda se gaver, affichant une petite moue dégoûtée.
Le pick up était rapide, mais le fauteuil, le vieil homme, et les cinq candidats à bord le ralentissaient, permettant à Leji et sa camarade de le rattraper peu à peu.

- Allume les phares, ils nous ont repéré, ça sert à rien de rouler dans le noir comme ça !

Grinçant des dents, Leji jeta un coup d'oeil au rétroviseur. D'autres candidats perspicaces avaient eux aussi pris leur voiture pour les suivre, l'hirsute tenait à ce qu'ils soient le moins nombreux possible et ne daigna pas allumer ses phares de peur d'en attirer davantage.

- Cinq... Non. Six bagnoles qui nous suivent. Le nombre de candidats potentiels pour passer la première épreuve a diminué de manière significative.

Alors, avec un sourire en coin, il repensa à tous ceux qui étaient resté derrière, ne sachant pas où se rendre pour retrouver l'examinateur. Peut-être que les plus vifs et les plus perspicaces auraient la présence d'esprit de suivre les traces de pneu dans la poussière du désert.
En attendant, Lejinoss préférait regarder devant lui. Les ravisseurs de l'examinateur, qui lui, était paisiblement en train de lire, longeaient la voie ferrée.

Du mieux qu'il pouvait, l'hirsute se contorsionna de sorte à sortir le flingue de l'arrière de son pantalon, puis le tendit à Erika qui ne savait pas quoi en faire.

- Vise les pneus !

- Mais....

- Leur véhicule est fait pour tenir les terrains chaotiques même à toute vitesse. Les amortisseurs de ma caisse tiendront pas aussi longtemps que les leurs. Vise-les-pneus !

Quelques semaines auparavant, Erika était paisiblement en train de faire des fouilles archéologiques. Elle était aujourd'hui, en plus d'être la cible d'un mandat d'arrêt international, lancée en pleine course poursuite dans un désert à trois heure du matin, arme à la main, conduite par un névrosé gavé de café. C'est fou comme la vie pouvait prendre des tournants inattendus.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 646
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Erika LeBlanc le Dim 3 Juil - 15:06

PAN ! PAN !

Twiii twiii twii !

*Mais c'est pas vrai...qu'est ce que je fais de ma vie... ?! *

Pointant le canon de l'arme à feu que Lejinoss lui avait confié, Erika tentait tant bien que mal de viser les pneus du pick-up. Brinquebalée et ballottée par les chaos de la route, la demoiselle avait bien du mal à viser. Sans parler de Plue qui, apeuré, se réfugiait sur ses genoux et n'arrêtait pas de piailler bruyamment. Elle voyait bien l'agacement se dessiner sur le visage de son compère, et il soupirait tellement d'exaspération que même un bœuf ferait pâle figure à côté.

- Mais qu'est ce que t'attends exactement ? Qu'ils aient plus d'essence pour leur tirer dessus quand ils seront immobiles ?!

- J'aimerais bien t'y voir, j'ai jamais fais ça avant !

- Applique toi dans ce cas ! Et surtout grouille toi !

*C'est pas le pick-up que je vais transformer en passoire !! *

Comment est-ce que tout ça avait démarré déjà ? Quelques minutes plus tôt Leji lui montrait de « sublimes » trouvailles qu'il avait faite, achetées à un autre type sur le lieu d'examen. Il avait l'air d'être tombé amoureux de ces objets. Mais l'instant d'après ils étaient remontés en toute hâte dans la Tayato Starlet, gros bolide de Leji, à poursuivre l'examinateur tranquillement assis sur son siège, emporté par d'autres candidats. Et depuis quand c'était autorisé ce genre de tactiques ?! L'examinateur n'avait rien précisé, juste qu'il ne fallait pas le toucher et rester autour de lui. C'est vrai qu'il n'avait rien précisé au sujet du siège. Alors c'était donc comme ça que fonctionnait les examens Hunter...Ses prochains jours promettaient d'être plutôt mouvementés si toutes les épreuves se déroulaient comme ça. La tournure que prenait les événements était plutôt rocambolesque...

- Atta...Peut être qu'en me positionnant mieux comme ça...

VRRRRRR... !

- Hé !

- Qu'est ce qu'il y a ?

Un bourdonnement assourdissant s'approchait dangereusement d'eux. En tournant la tête, Erika vit un motard entièrement habillé de cuir remonter juste à côté de leur véhicule. Assis derrière le biker, un tête au crâne chauve et à la moustache le faisant ressembler à un morse tenait un harpon entre mains et le pointait droit vers eux.

- Hé ! Hé ! Doucement ! Qu'est ce que vous faites ?!

- La ferme, crève !

Le chauve chargea le harpon mais avant même qu'Erika n'eut le temps de faire quoi que ce soit, Plue bondit hors de sa cachette et fonça droit vers l'assaillant pour marteler son nez de coups de becs. Une chance qu'il n'ait pas de casque, comme le motard, sinon l'assaut de l'oiseau aurait été vain. Pris par surprise, le gaillard en fut déstabilisé et lâcha le harpon qui tomba à terre, rapidement recouvert par la poussière. Le choineau, satisfait, s'en retourna voleter vers Erika.

- Espèce de...

- Tout va bien Erika ?

- T'inquiètes, je gère !

Twiii twiii !!

L'autre n'avait pas dit son dernier mot et tira également un revolver de sa poche serrée. Ça ne sentait pas bon, le chargeant, il s'apprêtait à le pointer vers la demoiselle pour la faire taire. Toutefois, malheureusement pour lui elle fut bien plus rapide. Tirant son sceptre avec sa main, elle le braqua droit vers les deux passagers sur la moto. Le cristal au sommet du bâton s'illumina lorsque la belle appuya sur le bouton destiné à l'illuminer et un grand flash les frappa en plein visage. Déstabilisé, le conducteur se déporta vers la droite, complètement désorienté et partit percuter une autre voiture. Les deux passagers s'envolèrent au loin, retombant brutalement sur le sol tandis que la voiture qu'ils avaient heurté freina violemment juste avant de choir sur le côté. Dans la Tayato, Erika se retourna vers Leji, quelque peu circonspecte.

- Hm...euh...Héhé...J'ai pas fait exprès...

- On parlera de tes talents de démolition plus tard, tire !

Effectivement, elle n'avait pas terminé de trimer. Posant son sceptre, elle reprit le pistolet en main et repassa sa tête au dehors. Malgré toute la poussière soulevée, l'archéologue désormais tireuse d'élite de fortune pouvait voir le pick-up et ses grosses roues soulever le sable.

*Aller...C'est la bonne cette fois... *

PAN ! PAN ! PAN !

Erika tira trois coups de feu, manqua le premier mais les deux autres firent mouche si bien que deux des roues furent touchées. L'équilibre du véhicule en fut complètement chamboulé si bien que ce dernier se releva pour retomber sur le toit, immobile. Erika rentra dans la voiture tout en voyant Leji encore plus désabusé.

- Quoi ? Au moins j'ai rien fait exploser...

- Tsss...

- T'es jamais content !

Twiii twiii...
avatar
Erika LeBlanc

Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 53

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Jack A. Iseka le Dim 3 Juil - 16:43

Quelle épreuve mouvementée pour un but aussi simple... Plusieurs bagarres furent déclenchées par des gros bras qui pensaient qu'ils pourraient essayer de voler quelques ressources utiles. Un petit groupe avait bien essayé de menacer l'homme clownesque mais ils se ravisèrent lorsque celui-ci leur indiqua que si jamais l'un de leur coups ne le toucher pas et continuer sa route il risquerait d'atteindre l'homme dans son fauteuil et il n'hésita pas à se poster juste devant lui. Une tactique plutôt lâche direz-vous ! Néanmoins elle fonctionnait.

Ainsi continua la journée. Qui aurait cru que l'épreuve serait aussi mouvementé. La nuit tomba rapidement laissant place à un froid qui contrastait beaucoup trop avec la chaleur de la journée. Jack put voir plusieurs groupe se rassemblé afin de comploté. Il avait fait mine de se balader pour écouter les conversations se mettant alors au courant du plan d'action des participants. Son premier test d'infiltration fut malheureusement un échec. Un groupe se rendit compte de la présence du jeune homme et tenta de l'intimider. Ce à quoi Jack répondit :

       -Peut-être aurait vous besoin d'un peu d'aide ? ces mot firent sourire grandement les comploteurs.

-Tu veux te rendre utile ? Ne te met pas dans nos pattes ! *des rires éclatèrent.*

Jack ferma les yeux, il ferait parti de la fête quoi qu'il arrive, il se reposa donc au côté de l'examinateur en silence. Et lorsque la fumée qui servait à faire diversion envahit l'espace que le pick up s'approcha et que les hommes remorquèrent le fauteuil et son propriétaire, Jack sans une once de politesse monta également à l'arrière. Il fut mal accueilli d'abord, mais en voyant avec quelle dextérité il avait sortit deux de ses petits anneaux et les avait placé sous la gorge des individus qui voulaient le faire sortir il y réfléchirent plusieurs fois.

-Je fais parti du bal ! Répliqua joyeusement le bouffon. Soyez rassurés, je ne vous empêcherai pas de mener votre plan.

De toute façon il n'avait pas le temps de se battre le conducteur grimpa et mis les voiles rapidement. De manière presque aussi rapide un certain nombre de véhicule se mirent à leur trousse. Une voiture en particulier semblait très insistante. Une jeune femme en sortit par la fenêtre, armée d'une arme à feu ! Un petit "Oh merde !" échappa des lèvres de Jack. Il brisa le pare-brise arrière et se faufila pour rejoindre l'homme au bob.  Il déverrouilla les bobines qui relier les Circus Circle et il commença à  viser les pneus des voitures qui s'approchaient un peu trop de leur véhicule avec. Étonnement, Jack semblait prendre du plaisir :

-DANSEZ POUR MOI !! DANSEZ ET CREVEZ EN !! hurlait-il en lançant ses armes en direction des opposants.

Le regard de Jack courrait partout pour voir si des attaques ne se dirigeait pas vers lui et lorsque des canons était pointé vers lui il se cachait derrière le hunter. La jeune femme, elle était occupé avec un motard collant. Mais le chauffeur de la donzelle était habile cela se voyait. Il avait de l’expérience et gâcher de l'énergie à tenter de l'entraver était inutile il faudra ruser. Lorsque le chauve à moto fut enfin hors d'état de nuire, l'arme de la blonde revenait dans sa direction. L'angle du canon était trop bas pour viser sa personne et même si il avait bien vue qu'il n'avait pas à faire à une tireuse d'élite les pneus du véhicules étaient trop gros pour que même elle ne puisse les louper. L'artiste se hâta de s’asseoir derrière le fauteuil, il fit faire le tour du fauteuil à ses câbles et s'attacha, il récupéra sa besace, la gonfla et il le plaça devant lui.

-Et le clou du spectacle !! toujours en train de rire aux éclats

Au même moment le pick up se déséquilibra et tomba à la renverse, le sac remplit d'air presque à en éclater empêcha Jack de s'écraser au sol. Ce stratagème l'empêcha de se blesser sérieusement mais ne le prévint pas des bleus. Une fois la chute arrêté Jack se décrocha et dégonfla son baloon bag. Il se releva douloureusement en criant.

-Bande de bras cassé ! J'ai failli me casser le mien !

Jack se retourna vers leur véhicule et s'informa de l'état de santé des autres. Sur les quatre, un était mort, deux inconscients et l'autre blessé mais toujours éveillé.

-Peux-tu encore me servir ? Dit Jack un sourire amusé dessiné sur le visage.

Le souvenir du clown hystérique qui balançait ses armes dans tout les sens en rigolant aux éclat effraya l'homme qui se tenait la tête en bas, face au volant.

-Oui ! Oui ! Ne me fait pas de mal ! Je peux t'aider ! Paniqua-t-il

Son sourire disparu et une mine triste le remplaça. Jack faisait peur... ? Ce n'était pas son objectif, il souhaitait seulement s'amuser ! En sortant un couteaux, il tendit la ceinture qui retenait le blessé et la scia en vitesse.

-Très bien prend cette arme *il donna le couteau* et va zigouiller les personnes qui nous ont tiré dessus.

Craignant pour sa vie il prit rapidement le couteau et s'approcha de la Tayato, couteau à la main.

♪♪♪Fou en E7♪♪♪  Chantonna Jack.

Il se déplaça dans l'ombre de son pion et au moment où il allait commencer à agresser "le moustachu et la belle", Jack lui trancha la nuque à l'aide de son anneau.
Son regard se tourna alors vers le binôme.

♪♪♪c'était moins une !♪♪♪ continuer l'arlequin. ♪♪♪Pour me remercier j'apprécierais que vous preniez ce colis *Il pointa l'examinateur toujours en train de profiter de son magasine* et que vous m'aidiez à le transporter aussi loin qu'il le faudra.♪♪♪

Un feu d'artifice une valse de cerceaux tranchant et Jack avais complètement craqué.
Un pion un sourire angélique et il avait encore changé de groupe.

Jack c'était aperçu que le fauteuil ne s'était pas abîmé alors qu'il venait tout juste de s'écraser violemment. Aussi robuste soit il cet objet aurait du s'abîmer hors rien même pas une égratignure. Il prit alors les paris. Sans attendre de réponse de la part du monsieur moustachu, il sortit trois de ses cerceaux qu'il relia du fauteuil à la voiture, en prenant soin de pencher celui ci sur les deux pieds arrière pour que l'examinateur ne soit pas expulser au démarrage de la voiture. Il fit signe de démarrer et il se hâta de monter à l'arrière du véhicule.
avatar
Jack A. Iseka

Messages : 30
Date d'inscription : 29/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Elia Mori le Mer 6 Juil - 14:06

Plutôt grincheuse au réveil, Elia n’avait pas apprécié de se faire réveiller ainsi. Elle se doutait qu’une connerie du genre allait se produire, cependant, ça ne l’empêcha pas de dormir. Du moins jusqu’au moment où la fumée ainsi que la cohue la réveillent. Du coup, elle se leva du pied gauche et ne comprit rien à ce qui se produisait. Elle suivit simplement le mouvement qui la mena vers l’une des voitures garées. Une vieille tôle en plastoc bon marché et tout juste assez de mécanique pour filer droit sur quatre pauvres roues toutes chétives.

Cela dit, il y avait deux candidats qui y fonçaient et ils étaient clairement motivés à rattraper une autre voiture. N’ayant rien suivi, elle se cacha derrière la portière pour surprendre leur conversation. Elle comprit que l’examen avait bougé quelque part et qu’ils y allaient. Cela lui suffisait parfaitement. En profitant de leur précipitation, elle se cala dans les sièges arrière et se cacha sous sa couverture. Elle était décidée à reprendre son sommeil quitte à poser des questions dans un second temps.

À peine eut-elle la chance de refermer les yeux que le cahotement de la voiture la réveilla. Le conducteur gueulait comme pas possible et elle soupira d’agacement. Décidément, pas moyen de fermer l’œil aujourd’hui. Elle s’étira puis se leva aux premiers coups de feu pour se retrouver nez à nez avec le canon d’un pistolet. Elle eut la présence d’esprit d’éloigner son pif d’une bastos et désarma son assaillante du tranchant de la main.

« - Hey ! Du calme ! Je ne vous veux aucun mal. Qu’est-ce que vous foutez ?
- Tu te souviens l’examen hunter ? Le fauteuil ? Le mec dessus ?
- Oui.
- Bah c’est par-là. »

Celui qui avait parlé avait beaucoup de moustache et peu d’hygiène. Elia n’osa presque pas répliquer après avoir reçu une haleine rance dans la gueule. Peut-être avait-il mangé un rat faisandé avant de venir à l’épreuve ? En tout cas, elle ne posa pas une question de plus et se contenta de rendre son arme à la jeune fille de droite. Elle était plutôt jolie, mais peu bavarde.

Elia avisa une fenêtre à sa gauche et se mit à la baisser pour faire rentrer de l’air. Elle avait besoin d’un bon café pour se remettre les globuleux en face des orifices. Du coup, elle comatait gentiment accoudée sur le rebord de la fenêtre.

« Je me présente quand même, hein, Elia. Je suis candidate aussi et j’ai une forme d’allergie aux balles. Ce serait cool de pas m’en faire manger. »

Elle sut que celui de gauche s’appelait Leji et celle de droite Erika. Quant à déterminer son avenir parmi eux, aucune idée. Ils étaient plutôt concentrés sur leur objectif, à savoir regarder intensément le fauteuil échoué plus loin. La voiture était immobilisée et les trois passagers ne bougeaient pas leur cul d’un poil.

Leji inquiétait la jeune femme. Évidemment, elle n’avait pas peur de se battre avec qui que ce soit depuis la tour, mais elle ne souhaitait pas particulièrement son contact physique. Il n’avait pas l’air très à cheval sur l’hygiène. D’ailleurs, sa seule relation avec cet animal serait ses dents. Alors, elle décida de fouiller dans son sac à dos pour s’armer au cas où. Elle se souvenait d’avoir acheté deux armes avant l’examen sous le conseil d’un marchand. Comme elle ne manquait pas de ressources, elle en avait acheté un petit et pratique, un bijou de technologie moderne. Le MP7 qu’elle sortit était léger et puissant. Son faible recul et sa précision surtout avec la crosse déployée et le viseur laser était idéal pour une tireuse peu expérimentée. Bref, un laïus chiant qu’il avait conclut en la poussant à acheter un pistolet CZ P-01. Une autre merveille technologique qui lui a coûté une blinde. Bref, elle avait fait chauffer le chéquier et ce n’était pas perdu vu le contexte.

Quand le fou les aborda, Elia hésita à lui tirer dessus. Attaque préventive dans ta mouille. Difficile de sourire avec des cartouches plein la gueule. Cependant, elle ne voulait pas aggraver la situation sans raison. D’ailleurs, elle n’avait aucune raison pour démolir cet homme outre leur situation dangereuse et sa dégaine de sociopathe. Il ne lui inspirait pas plus confiance.

« – Mais du coup, les gars. Si on trimballe l’examinateur, on va devenir une cible pour le reste de l’épreuve, non ?
- C’est le fond de ma pensée, mais ce con de clown l’a attaché sans mon consentement »

Sur ce, elle passa son pistolet chargé au conducteur et ils braquèrent tous le nouveau venu.

« Contre proposition : tu prends ton fauteuil et tes idées à la con et tu te les fourres bien profondément. Pas devant moi, hein, j’ai ma pudeur. »

Le clown aurait pu tenter quelque chose, mais ça aurait été une mauvaise idée. Encerclé par autre chose que les péquenauds du pick-up, il aurai mal fini. Il détacha le hunter et ils se mirent plus loin. Leji sauta immédiatement hors du véhicule pour l’examiner sur tous les angles. Pendant ce temps, Elia gardait son arme prête au cas où le dingue décide de rejouer au con.


Dernière édition par Elia Mori le Mer 6 Juil - 19:31, édité 2 fois
avatar
Elia Mori

Messages : 27
Date d'inscription : 19/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Invité le Mer 6 Juil - 16:29



La chaleur était difficilement supportable, j’avais du mal à rester tranquille et à me reposer péniblement. Et plusieurs idées confuses me taquinèrent. Pour un examen de cette ampleur tout se passait presque trop tranquille. Loin de moi de chercher les ennuis, je m’attendais à plus de grabuge de la part des autres personnes. A force de réfléchir, je décidais de changer de place, pour sûrement trouver un meilleur coin. Et peut-être voir un meilleur vu sur l’examinateur. J’avais un étrange sentiment, le calme était toujours prémisse de malheur. Une de mes plus grandes craintes était le fait que j’étais seul. Je ne pouvais pas nier qu’être en groupe serait plus efficace sur un examen. Surtout qu’il devait y avoir déjà des groupes dans tout ce tas de personne. Mais le problème des groupes pouvaient entrainer à la rivalité et à la fourberie. A la fin de l’examen, très peu pouvaient avoir le luxe d’être hunter. Tant de questions qui me forçaient à rester sur mes gardes.

En marchant tranquillement à la recherche d’un coin intéressant. Je vis un jeune homme se faire agresser par trois individus. Il avait une dégaine d’androgyne avec son visage fin et ses longs cheveux. Je l’avais limite confondu avec une jeune fille. Je remarquais qu’il portait un katana avec une longueur raisonnable. Vu que son arme était dégainé et la pause qu’il tenait, je me rendis compte qu’il savait se battre. Mais les adversaires en face de lui devait savoir sûrement se défendre, c’était même probable qu’ils aient des armes à feux. Malgré mon égoïsme, j’avais du mal à passer à travers ça. Même s’il le mec pouvait se démerder, je n’avais pas envie de voir quelqu’un mourir sous mes yeux. J’approchais discrètement des individus et eut le réflexe de sortir mes deux dagues à lame courbe. Les hommes ne m’avaient pas repérer que je m’approchais d’eux, j’en profitai donc pour intervenir. Je mis mes armes sous la gorge des deux individus. Tout le monde fut surpris à mon arrivé.

- Bon je pense qu’on va se calmer, toi le gros là-bas, laisse l’androgyne tranquille ou tes deux potes vont y passer, juste mettez vos mains en l’air

Cet air sérieux frisait le ridicule, mais j’avais peur de ne pas être écouter. Pour être tout à fait honnête, je n’avais pas l’audace de tuer des personnes aussi aisément. C’était un cap que je ne voulais pas franchir. Etant dos à eux, je remarquais que l’un des deux avait une arme à feu, caché derrière la ceinture. Sur le coup je pris en compte que le troisième face à l’androgyne devait en avoir une aussi. Le malfrat commença à baisser les bras et mettre sa main derrière le pantalon pour chercher son arme. Sur le coup je réagis aussitôt en criant : « Ho, sale andro attaque le avant qu’il utilise son flingue ! ».

Le jeune homme attaqua aussitôt l’homme avant d’utilisa son arme. En revanche, le deuxième commença à se débattre. Ne voulant pas faire d’erreur, je rangeais mes dagues pour sortir mon bâton rétractable. Un des deux fonça sur moi, que je terrassais aisément.  Une simple balayette et quelques coups de bâtons à terre suffirent pour le calmer. L’autre prit son arme et me visa. Je voyais qu’il avait des difficultés à viser correctement. J’étais figé, devant une arme à feu, on faisait rarement el malin. Mais si je devais tenter ma chance, je préparais un couteau de lancer. Le jeune frappa dans son dos par surprise. J’en profitai pour foncer sur lui pour le désarmais et le terrasser. Je pris alors son pistolet et les menaçai de partir. Sur le coup ils obéirent, mais avant de partir, le plus costaud sortis : «  De toute façon vous ne passerez jamais cette première épreuve ! Vous ne savez pas ce qu’il va arriver ! »

Sur le coup, c’était bien fini. Je soufflais un coup, car malgré mes nouvelles facultés, je les avais vraiment peu essayés en terrain. Sur le coup le jeune homme me remercia. Je ne savais pas vraiment quoi répondre, j’étais limite un peu gêné. Je remarquais qu’il avait une tête sympathique et il aspirait à la confiance. Après quelques hésitations, j’annonçais avec timidité.

- Bon comme tu vois, je fais route seul… Vu que tous les deux on a l’air de se débrouiller, ça te dit une collaboration ? Ouais je sais, c’était étrange à dire ça, mais avec cet examen on aura plus de chance à deux !

J’avais du mal à sortir ça correctement, et j’étais mal à l’aise. Mais le jeune répondit positivement par la proposition. On se présenta alors dans les règles et on se serra la main pour signer le pacte.

Rinkyu proposa d’installer vers les hauteurs pour observer les malfrats de tout à l’heure. La phrase annoncée par l’un d’entre eux portait à la réflexion. On se mit d’accord sur le fait qu’ils préparaient quelque chose et qu’on devait les observer. On remarqua au loin qu’ils étaient avec un groupe de personne avec un effectif assez impressionnant. Ils avaient à disposition plusieurs véhicules notamment un pick-up et des motos adaptées à ce genre de climat. On pouvait les voir saboter quelques véhicules, pneus crever, abimer le moteur, tout y passait. Le pick-up s’avança près de l’examinateur. J’étais perplexe sur ce qui allait arriver, mais le pire se produisit. Plusieurs fumigènes furent lancés pour personne ne puissent voir. Rinkyu voulait intervenir aussitôt. Mais je disais que c’était de la folie, et que la suite des choses pouvait être intéressante.

Le voile de fumé se dissipa un peu vers notre point de vue. L’examinateur était plus là, et je vis le groupe d’individu en train de transporter l’examinateur avec le canapé sur le pick-up. C’était grotesque à voir sur le coup. On se leva aussitôt pour se rapprocher, et mieux voir. Le véhicule s’en alla aussitôt. On paniqua sur le coup car on devait trouver un véhicule pour les rejoindre. Le but était de rester le plus près possible de l’examinateur sous peine d’être disqualifié.



J’entendis le grondement d’un groupe de motard, plusieurs motos s’approchèrent pour rejoindre le pick-up. Une des motos s’amusaient à assommer plusieurs participants avec sa batte en métal. Je pris alors un couteau de lancer et me prépara à l’envoyer. Rinkyu fit la diversion pour attirer l’individu en moto. Mon bras parti aussitôt et accompagna le couteau dans sa projection. L’arme blanche s’en vola de ma main, tel un oiseau et il fit mouche aussitôt sur le bras de la cible. L’homme tomba, je m’empressai de le mettre K.O. et de le fouiller puis de répondre mon arme. Je passai le casque à Rinkyu tandis que je pris un bout de tissu pour me faire un turban. Avec mes lunettes de soleil ça allait me protéger suffisamment du sable. Rinkyu me posa alors comme question :
- Tu sais conduire une moto ? Honnêtement ce n’est pas mon cas, je ne suis qu’un humble paysan.
- Bah, j’ai mon permis pour voiture, mais je pense qu’une moto c’est comme vélo, suffit d’avoir le coup de main !

Tous les deux on monta sur la moto, j’essayai de trouver un moyen pour la démarrer et comprendre comment ça marchait. Bien que j’aie une vague idée, je n’en avais jamais fait et ce n’était pas le moment pour apprendre. D’un instinct particulier, mes mains réagirent toutes seul et démarra le véhicule. Sur le coup j’étais un peu perturbé sur ce qui c’était passé. Avant de partir j’énonçai alors à mon passager : «  Je ne suis pas là pour abattre le véhicule, je garde le pistolet quand ça sera plus important. En vérité, ce moment est une aubaine pour mieux trier la foule. On a juste qu’à suivre. Ils étaient en groupe et au vu des réserves des véhicules, ça doit plus ou moins correspondre à ce que contient le pick-up. Je ne vais pas me fondre aux autres, et ni attaquer le premier. En revanche, quelqu’un nous attaque, tu ripostes aussitôt avec ton arme. »

On fonça aussitôt en moto, bien que j’aie du mal au début. J’avais l’impression de m’adapter rapidement à ce genre de véhicule. C’était incroyable comme sensation. J’arrivais à faire alors de la moto comme si j’en faisais depuis quelques temps. Pourtant sur ma voiture j’étais un piètre conducteur.  Je me demandais ce qu’on m’avait fait subir dans cette île maudite, mais je ne devais pas m’en préoccuper maintenant. On se rapprocha peu à peu de groupe. Je remarquais qu’on avait attiré les foudres d’un groupe de motard qui fonça sur nous. Je m’approchais de l’ennemi en ralentissant. Rinkyu dégaina son arme et fit tomber son adversaire. Un autre surgit vers nous, il avait à l’arrière un mec qui tenait une chaine et la faisait tournoyer. Rinkyu bloqua le coup avec son fourreau et donna un coup de pied pour séparer le véhicule. Il frappa alors sur la main du conducteur qui le fit dévier et chuta. Un autre motard nous rattrapa vers l’arrière, sa moto possédait des piques à l’avant, sûrement pour nous embrocher. En plus de ça l’homme derrière lui avait une lance. Rinkyu planta son sabre au sol pour m’aider à faire mon demi-tour. Il prépara son sabre sur le côté, prêt à frapper au bon moment. On était tel à un jeu de joute, le premier qui se fait toucher a perdu. L’ennemi et nous même se foncèrent dessus tel deux chevaliers sur leurs montures. On hurla comme des dingues et Rinky frappa vers le guidon et glissa vers le bras du lancier. Ça désarma aussitôt l’adversaire. On refit un deuxième demi-tour pour les finir. Le jeune homme frappa ensuite vers le buste du conducteur. Ils étaient éliminés, on avait battu se groupe gênant mais le pire restait à venir.



On se rapprocha rapidement de ce troupeau dé véhicule. Il y avait des tirs dans tous les sens, c’était la pagaille. C’était un véritable orchestre en train le bruit des moteurs et les coups de feux, explosions et hurlement. Je slalomais entre les débris et faisait en sorte de prendre les bosses pour esquiver. Je me faufilais entre les divers véhicules. Pour au final se mettre à l’écart vers la gauche. J’arrivais au niveau du pick-up, mais j’avais fait en sorte de m’écarter de plusieurs mettre pour éviter qu’on se fasse tirer dessus. Je pouvais voir ce qui était derrière grâce aux retros tandis que Rinkyu regardait vers les côtés.

L’examen des hunters avaient vraiment commencé, je comprenais beaucoup mieux le sens de cette épreuve. Je pense que l’examinateur avait prévu de se faire enlever. Il s’en doutait que quelqu’un allait être assez couillu pour le prendre par son canapé. Je voulais réussir, malgré la tension ambiante, j’étais motivé et me sentait limite « vivant ».  Grâce avec la collaboration, on pouvait aller loin. Reste à voir comment tout ça allait finir.


Dernière édition par Joseph Hatfield le Sam 9 Juil - 13:28, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Samuel Newton le Ven 8 Juil - 0:21

Les déserts de sable font partie des environnements les plus hostiles à l'homme. Le jour, une température de plomb déshydrate le corps en l'espace de quelques heures, sans espoir de trouver une once d'eau dans les plaines désertiques. La nuit, la température s'inverse et le froid qui y circule peut être fatal à quiconque n'ayant pas un feu pour se réchauffer pendant son sommeil. Les plus aguerris dorment le jour en se trouvant un coin d'ombre, préservant ainsi leur transpiration et ne se déplacent que la nuit quand la fraîcheur se fait sentir. Le seul problème subsistant est alors l'obscurité. Quand on ne voit rien le moindre caillou peut suffire à fouler une cheville et à vous laisser inerte, destiné à mourir. Quant à la faune qui vit dans cet environnement, on ne peut que la redouter pour son aptitude à survivre d'un tel climat chaque jour.

Heureusement pour les candidats de l'épreuve, une pleine lune éclatante éclairait les steppes arides. Les plus chanceux qui avaient eu le temps d'emprunter une voiture pour poursuivre l'examinateur pouvaient profiter de leur phare pour illuminer leur chemin. Un bien pour un mal cela dit, puisque les feux arrières des véhicules servait de grosses cibles aux armes à feu de ceux qui étaient derrière. L'examinateur et son fauteuil étaient en quelque sorte la patate chaude que tous cherchaient à se refiler. Mais il ne fallait pas non plus le perdre de vue, alors ils roulaient tous au coude à coude attendant que le nombre se réduise.

Sauf qu'il leur manquait à tous une information. Une information que les locaux eux, connaissaient et redoutaient. A Ümmer City, les habitants s'étaient tous enfermés chez eux. La ville était déserte à l'exception d'un roquet qui traversa timidement la rue.

L'examinateur, Xandern de son prénom, avait un sourire relevé jusqu'aux oreilles. Lui aussi savait ce qui arrivait. Les premiers à en faire les frais furent les voitures au bout de la file. Le sol se mit d'abord à gronder, un tremblement imperceptible à la vitesse où ils roulaient. Et ensuite ils sortirent du sol, tel des geyser de sable.

Les loups des dunes.

Ils faisaient environ deux à trois la taille de leurs cousins les loups gris. Leur pelage brun foncé épais leur servait de camouflage dans le désert. Le jour, ils s'enterraient dans le sol à l'aide de puissante pattes avants, cherchant la fraîcheur dans les profondeurs et la nuit, ils entamaient leur chasse. C'était rare qu'autant de monde s'aventure sur leur territoire parce que ces monstres étaient connus pour attaquer à vue les humains, même à l'intérieur des bolides dont ils étaient si fiers.

Les deux voitures tout au fond croulèrent instantanément sur une meute, le saut de l'alpha brisa la vitre avant. Le conducteur de la première eut sa gorge arrachée avant de dire merde. Quant à la seconde, c'est le saut de plusieurs loups qui interceptèrent la course du véhicule. Faisant usage de leurs redoutables membres avants, ils dévièrent la voiture de sa trajectoire qui dérapa avant de se retourner simplement sur plusieurs mètres. Les malheureux à l'intérieur furent dévorés vivants.

Les hurlements des bêtes sauvages se mêlèrent aux coups de feu chaotiques qui partirent dans tous les sens. Le sable tremblait tout autour des candidats, pas un seul d'entre eux n'était à l'abri. L'examinateur non plus d'ailleurs. Battez-vous ensemble, votre coopération vous mènera à la victoire. Sus aux loups ! Le genre de phrase épique que balancerait le héros en sauvant in extremis l'un de ses camarades le tout dans une posture débordant de classe. Pas du tout Xandern Galep, donc. La violence ? Trop peu pour lui. Les autres? C'étaient leur examen, pas le sien.

Sam, après l'incroyable vent qu'il avait encaissé en découvrant l'intérieur de la tente qu'il protégeait totalement vide avait d'abord ruminé quelques heures dans son coin. Puis, comme tout le monde, il s'était lancé à la poursuite du fauteuil et de son propriétaire. Mais à pied. Parce que Sam, c'est un dur.
Au sein de l'incroyable chaos qui avait envahi la situation il se précipita à toute allure sur le fauteuil qui malgré les multiples cascades n'avait pas une égratinure. Un peu d'huile de coude, et voilà qu'il le portait. Xandern était petit et mince. Une chance pour Sam. Néanmoins, ses deux bras se trouvaient maintenant occupés. Ses jambes aussi puisqu'il lui fallait esquiver les plongeons mortels des loups. Même dans cette situation plus que précaire, son sourire si particulier qui révélait ses grandes dents blanches criait présent. Prêt à tout pour porter secours aux « personnes âgées, infirmes, ou handicapées » comme l'indiquait son bouquin Sam tentait de préserver sa personne et celle du type sur ses épaules sans blesser ses compagnons canins.

Une mission épineuse particulièrement éprouvante. Si seulement il savait à quel point elle était vaine...
avatar
Samuel Newton

Messages : 78
Date d'inscription : 21/05/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 72

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Rinkyu Mermecks le Sam 9 Juil - 12:49



C’était une nuit, une nuit comme jamais auparavant. Je savais que cette nuit aurait pu être la dernière que j’aurai à passer sur cette terre. Mais s’il faille passer ma dernière heure ici-bas, autant la passer avec mon katana en main…

Un écran gigantesque de fumée se faisait voir en plein milieu du désert, des motos, des voitures, qui roulaient en plein désert soulevant des tonnes de poussières. Une voiture était loin devant sur laquelle était installé L’examinateur. Une autre Tayato semblait être vraiment près de ladite voiture, avec une fille qui tenait une arme dans son bras. Les autres voitures et motos roulaient de part et d’autres, jusqu’à perte de vue, vue même qui elle-même ne s’étendait pas bien loin. J’étais au dos de la moto, katana dégainé, le regard fixé vers l’avant. Et mon compagnon, Joseph, un être assez frustré qui s’habillait en responsable, tenait les reines de la moto.
Nous avions traversés des tonnes et des tonnes d’obstacles. Et à un moment, une voiture et des débris d’objets s’écrasaient partout autour de nous, joseph semblait s’en sortir avec l’engin, évitant tous les débris qui venaient vers nous et en traversant les voitures qui étaient devant nous. Il y eut à un moment, une moto qui roulait sur le sol telle une vrille dans notre direction soulevant une très grande quantité de poussière. Dans le doute, je demandais à mon compagnon s’il était sure de pouvoir gérer ça. D’un sourire pas très réconfortant, il me dit qu’il n’y avait rien à craindre. Un gros bruit se fit entendre avec un écran de poussière qui s’était soulevée.


La seconde d’après, on pouvait apercevoir notre moto, ressortir par les airs, avant de rebondir sur le sol. Le sol assez rocailleux ne facilita pas la tâche du jeune chauffeur, mais il usa d’une force grandiose et d’un courage à toutes épreuves pour y arriver. Cela était même tout à fait normal, Car s’il ne le faisait pas, il allait devoir mourir, et entraîner quelqu’un avec lui. Une fois stabilisés, nous soupirâmes en même temps, de s’être sortis d’une situation encore plus difficile que les précédentes. Ce bref moment de repos ne dura pas, car la situation avait changée.

L’examinateur, n’était plus sur la voiture, il était sur le sol. Le fou, qui était assis sur le sommet de la première voiture, était près de la voiture de leji. Son sourire habituel que je prenait pour mesquin, était toujours présent. Ça devait être simple, J’avais pour intention de me faufiler dans le dos des personnes qui étaient dans la voiture, et de les maintenir sous pression. Pourquoi cette manœuvre ? Juste pour leur forcer à tous s’entraider afin de tous sortir vivant de cette épreuve, et sans problèmes.

Seulement, ça se compliquait, je ne savais pas vraiment quoi faire, trois personnes armées contre 2. J’allais miser gros pour peu. Joseph me jura par tous les dieux, que jamais il n’allait se retrouver dans une pareille situation. C’était une mort  assurée selon lui. Je devais donc joué la carte de la prudence. Nous roulions encore, quand soudainement le sol se mit à trembler.

-Qu’est ce que c’est que ça ? *Demanda Joseph*

-Ça… c’est ton incapacité à diriger une moto de façon convenable

-J’aimerai bien t’y voir l’andro

-Fiche moi la paix le frustré

- Je ne suis pas frustré.

-Ça doit être pour ça que tu fuis les combats  

-Je t’ai sauvé la vie tu te rappelle ?

-Je t’ai déjà dit que je n’avais pas besoin de toi…

Le sol tremblait de plus en plus et subitement, juste devant nous, est sorti une bête grande et grosse, qui nous effraya à deux sur le moment. Joseph dérapa, et essaya de se stabiliser par la suite, chose bien trop difficile pour un pro du guidon qui n’a que quelques minutes d’expérience. Nous nous effondrâmes, sans trop de dégâts mais avec un excédent de poussière sur le corps. Après s’être relevés, nous nous retrouvâmes en face d’une énorme bête, qui nous cria dessus pendant un très long moment. Un cri de terreur qui aurait mis à mal toute personne normale qui n’avait pas pour habitude de l’entendre. Ce n’était pas tout à fait mon cas. Des loups j’en avais vu, même si celui-ci faisait la taille d’un ours.

Il criait encore quand mon épée lui transperça le palais en le coupant la tête. Il se figea et tomba après que je lui ai retiré mon épée. Joseph était glacé de peur et après qu’il vit qu’on avait rien à craindre, il se dépêcha de ramasser la moto, et de remonter dessus. Un loup bondit sur ma droite pour m’arracher, le bras. D’un geste salvateur, je bloquais les dents du loup avec mon katana. Il réussit tout de même à me blesser, légèrement. Je sentais que je n’allais plus bientôt tenir, que mon heure approchait. Je me suis dit quelque chose intérieurement



Cette nuit, une nuit comme jamais auparavant. Je pourrai très bien y laisser ma peau, Je le sais. Je peux mourir maintenant même. Mais s’il faille passer ma dernière heure ici-bas, autant la passer avec mon katana en main…


Une force m’envahis complètement, mes muscles qui ne pouvaient pas supporter le poids de la bête se contractèrent et commencèrent doucement à le repousser poussant un cri pour accompagner ma détermination. C’est alors que deux choses se produisirent. Une moto percuta le loup, moto sur laquelle était assis joseph. Il venait ainsi de me sauver. La deuxième chose c’était l’air, il était subitement plus fort, c’était à peine perceptible, mais après de longues années passées dans  les milieux forestiers, où il fallait avoir le sens aigu, en ce qui concerne les variations de vent, j’ai facilement pu le ressentir. Je me redressai alors regardant partout autour de moi.

-Quelque chose approche…

-Des loups, je sais. Raison pour laquelle tu dois me suivre, on doit quitter cet endroit jusqu’au matin

-Non… attends

Il descendit de sa moto, et me demanda si tout allait bien. Faisant mine de ne pas les écouter, je regardais autour de  moi, voyant les loups se dispersés. Cela confirma mes prévisions, une tempête approchait. Joseph et moi-même courûmes vers les voitures, derrière nous. Nous cherchâmes pendant deux minutes environs après quoi nous trouvâmes l’objet de nos recherches. Une voiture vide, avec le pare-brise fissuré. Après s’être casé à l’intérieur, le sol se mit à trembler, une fois de plus mais cette fois ci ce n’était pas pour les loups, mais une tempête. Une tempête de sable se levait

-Voilà donc, je ne me trompais pas, une tempête allait s’annoncer. Accroche ta ceinture mon vieux, ça va secouer…

Moi et mon cher compagnon, nous nous regardâmes pendant une bonne trentaine de seconde attendant un quelconque trait de tempête... seulement nous eûmes un tout autre coup. La voiture dans laquelle nous étions, se vit retourner contre le sol. Nos ceintures étaient fort heureusement bien attachées néanmoins, mon bras était blessé, au niveau de l'épaule. Un tesson de verre s'y étais planté. Un bout de verre posé sur le sol à l'extérieur de la voiture reflétait ce qu'il y avait à l'extérieur. Je pouvais y voir très clairement malgré la position et le choc, surement à due à une montée d'adrénaline. C'était un loup. Il nous avait percuté avec son museau, faisant retourner la voiture.

-Merde.... Je me suis blessé

-Moi qui m'attendais à une tempête... on peut dire que je ne l'imaginais pas comme ça...

-Moi non, plus. Et aussi, je pense qu'on devrait vite dégager d'ici

-C'est une blague... Où veux tu qu'on aille ? On est surement cerné par une meute en furie là dehors, et la moto ne nous protégera pas assez

-C'est mieux que de brûler vif en tout cas, je crois qu'il y'a une fuite d'essence là... la moindre erreur, et on dansera... dans le feu....

Mon visage s'était alors illuminé. Bien étrange me diriez vous. comment sourire alors qu'on est blessé à l'épaule, on a surement une ou deux côtes en piteux état et une fuite d'essence pas très loin. Tout cela sans compter les animaux peu heureux qui sont confortablement assis dehors attendant qu'on sorte. Eh bien c'était simple, j'avais un plan. Cette fois ci, il allait marcher. La première certitude est que tout félin qui se respecte, craint le feu. C'est ici que ça se complique. Comment mettre feu alors qu'on est coincé dans une voiture renversée? J'avais une idée derrière la tête, et mon compagnon l'avait remarqué.

-Je sais comment nous sortir de cette situation, j'ai un plan...

-Un plan comme celui qui nous a mené ici? non merci...

-On n'a pas tellement le choix. Tu veux passer cette épreuve oui ou non?

-Je me demande même comment j'ai fait pour m'embarquer dans une pareille situation

-Bon, là tu m'agaces, saches que c'est soit ça, soit on meurt tous les deux et je n'ai aucune envie de mourir

-Moi non plus *soupir* j'espère que tu es vraiment sure de ton coup là... qu'est ce qu'on fait?

Nous discutâmes quelques secondes tandis que les loups s'amassaient autour de nous. Après quoi, je suis sorti de là en roulant sur moi même, avant de me projeter dans les airs, attirant ainsi l'attention de tous les loups autour de moi. Est-ce que j'étais déjà devenu fou ? Je crois bien que oui. Je remarquais très vite que je n'étais plus le seul en l'air. Deux loups avaient bondi dans ma direction. Pendant ce temps, Joseph était déjà sorti de la voiture. Je me dépêcha de frapper le premier de toutes mes forces avec mon fourreau, et le deuxième subissait plus tôt le tranchant de ma lame. Ils n'étaient pas vaincus, mais au moins j'avais économiser les dégâts reçus. je suis tombé pas trop loin, et me suis rapproché de la voiture. C'est à ce moment que je me suis couché à plat ventre en criant à Joseph...

-Alors le coup de feu, c'est pour aujourd'hui ou pour quand je serai mort?!!!

-j'avoue que j'hésite!!!

Il tira alors un coup de feu, qui stoppa les bêtes qui étaient autour de nous, mais rien ne s'était passé. La voiture n'avait pas pris feu. Joseph n'avait pas réussi à créer une étincelle en faisant choquer la balle contre le sol.

-C'est une blague!!!!!

Je me dépêcha de courir vers la flotte d'essence alors que les bêtes grognaient. Je suais comme si j'avais plongé dans une piscine. Comment ne pas d'ailleurs? Je comptais sur cette étincelle pour provoquer les flammes, mais au lieu de ça, rien ne s'était passé. La balle du revolver qu'avais piqué Joseph, n'avait fait qu'entrer dans le sol, comme un couteau dans du beurre. Fort heureusement les animaux étaient encore sous le choc du coup de feu.

-On est fichu.....

Je me jeta devant la flamme sortant mes deux tantos ,que j'avais expressément aiguisé avant l'examen ,afin de les frotter l'un contre l'autre avant force et rapidité. les frottements étaient si violentes qu'elle produisirent une étincelle qui tomba sur la flaque d'essence et les flammes remplirent soudainement la voiture. un brasier, c'était ce qu'il y avait. Joseph et moi, étions ni trop proche des flammes, ni trop éloignée, nous étions au juste milieu. je me retournais alors vers les loups espérant de tout cœur qu'ils aient la gentillesse de s'en aller

-Allez... Allez...

-Rinkyu... si on s'en sort, tu me paie un verre

-Même pas en rêve mon ami....

Les loups se sont mis à grogner quelques secondes après quoi ils reculèrent et se dispersèrent, alors que les deux compagnons que nous sommes, se sont mis à rire. Un rire de soulagement peut être. En tout cas, on était heureux d'être en vie. Cet état ne dura pas longtemps, car la douleur due à ma blessure commençait à monter, et que les choses allaient tourner au vinaigre.


Dernière édition par Rinkyu Mermecks le Mar 12 Juil - 5:27, édité 2 fois
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Lejinoss Taibug le Dim 10 Juil - 10:12

Spoiler:
Les gars, j'ai établi à plusieurs reprises déjà que ce n'était pas un désert de sable mais de poussière (semblable au grand Canyon si vous préférez) puisqu'il borde le désert de Goldo. Alors la tempête de sable...

Tel un étron au fumet pour le moins odorant, la Tayato semblait attirer toutes les mouches scatophages des environs. Comme si cela ne suffisait pas, une meute de loups énorme s'était invitée à la petite sauterie se déroulant au milieu du désert glacé.
Leji aurait pu être paniqué comme il savait l'être en toute situation critique, il aurait pu céder au désespoir, car la situation s'y prêtait plutôt bien, mais ce ne fut pas le cas. Alors qu'il était en train de braquer l'arlequin qui, pour une raison qui lui échappait encore, était venu s'incruster, il baissa son arme, pencha la tête en arrière et poussa un râle... blasé.

Le chaos le plus total régnait au milieu du désert, tout le monde se menaçait, des bêtes de la nuit s'apprêtaient à ne faire qu'une bouchée de chacun d'eux, et Lejinoss était blasé. Quand les emmerdes qui l'accablaient atteignaient un certain seuil, il n'avait même plus la force de céder à la nervosité.

- Et puis quoi maintenant ? Une nuée de sauterelle ? Une pluie d'astéroïde ? Un nouvel album de maître Grims ? Un....

Tournant la tête de droite à gauche, cette fois paniqué, il aboya après Erika comme il savait si bien le faire, celle-ci semblait plus atteinte par la situation désastreuse que son camarade orangé.

- E...Erika... Où il est l'examinateur ?

L'examinateur. À cette heure pour le moins critique, Erika avait d'autre chats à fouetter plutôt que de se soucier d'un petit vieux dans un fauteuil. Néanmoins, elle aussi scruta les environs alors que la meute se rapprochait, un grognement sinistre s'échappant de leur gueule.
Ses yeux s'écarquillèrent. Quelqu'un avait emmené le vieux et son fauteuil sans qu'ils ne s'en aperçoivent. Dents serrées, l'hirsute porta ses mains au sommet de son crâne comme pour s'arracher les cheveux.

- Mais comment bordel ?! Aucune voiture n'a bougée !

Tout sourire, cherchant à dissimuler sa peur malgré les épaisses gouttes de sueur générées par l'anxiété, l'arlequin qu'il pointait du canon de son arme quelque minutes auparavant prit la parole.

- Dans la mesure où vous étiez en train de me braquer, je n'ai pas vraiment osé lever le ton de peur que vous ne tiriez mais... Au risque de passer pour un fou, je crois que c'est un homme avec des oreilles de chat qui est parti avec le fauteuil à bout de bras.

Alors, le clown assassin pointa du doigt la direction dans laquelle le coupable s'était enfui. En effet, au loin, on pouvait apercevoir la silhouette grotesque d'un homme portant à bout de bras au dessus de sa tête, un fauteuil dans lequel l'examinateur était vraisemblablement confortablement installé pour sa lecture.
Si certains se demandaient qui pouvait être assez puissant et véloce pour subtiliser l'examinateur sous leurs yeux, Erika et Lejinoss n'avaient pas mis beaucoup de temps avant de déduire l'identité du suspect.

- SAM !

Furieux, alors que les loups arrivaient sur sa droite, Leji semblait avoir oublié tout ce qui l'entourait. Non seulement le Kimera lynx lui avait pourri la vie depuis leur escapade au Jappon, mais maintenant, il se permettait de lui ôter toute perspective de réussite à l'examen Hunter.
Pointant son arme en direction de Sam qui était déjà loin, l'hirsute tira plusieurs coups de feu tel un forcené, allant jusqu'à vider le chargeur entier. Celle qui lui avait remis l'arme lui hurla dessus.

- Abruti ! Économise les munitions ! Tu vois pas qu'on va en avoir besoin contre les saloperies qui arrivent ?!

Yeux gorgés de veines d'un rouge éclatant, une paupière sautillant à cause de la nervosité intense qui l'imprégnait, Lejinoss, sans même une somation, braqua son arme en direction d'Elia et appuya sur la détente. Celle-ci sursauta, mais le chargeur était heureusement vide.

- Toi.... !

À présent, Elia savait à qui elle avait à faire, un névrosé acariâtre et teigneux au point d'en perdre toute raison. La demoiselle lui aurait volontiers brisé chaque os de son corps, mais elle avait plus urgent à faire alors qu'un loup s'apprêtait à lui bondir dessus. La meute les avait enfin rejoint.
Bras tremblant, n'ayant toujours pas réalisé que la colère l'aurait poussé à commettre l'irréparable s'il avait encore eu des munitions, Leji semblait revenir à la raison alors qu'un son familier le ramenait à la réalité.

"Twiii Twiii"

- Cette connerie de piaf je vais le....

Les piaillements stridents de la bête furent ponctués de bruits de klaxon. Erika avait pris les devants en montant dans la Tayato. Il n'en fallut pas plus pour que l'hirsute s'en aille retrouver le siège conducteur. Derrière lui, certains avaient tenté de fuir en voiture, mais même l'acier du toit n'avait pu résister aux crocs des loups, pas plus que les os des passagers d'ailleurs.
Pied au plancher, sans même prendre le temps de se montrer désagréable envers Erika, Leji lança son "bolide" à toute allure, s'éloignant de la scène de massacre défilant dans les rétroviseurs du véhicule.

Bien que les phares furent éteints, les sens ultra développés des bêtes qui s'étaient jetées sur le petit groupe n'eurent aucun mal à percevoir la voiture qui filait à vive allure. Pas assez rapide néanmoins pour semer des loups de leur taille.
Trois d'entre eux s'étaient détachés de la meute pour poursuivre le véhicule.

- Accélère Leji !

Comme effaré par le conseil que venait de lui donner sa camarade, Leji la regarda tout en conduisant droit devant.

- T'es sûre de toi Erika ? Il faut que j'accélère ? Bordel, j'aurais jamais eu l'idée tout seul !

Reportant son regard droit devant, la nuit noire et l'absence de phares l'empêchant d'y voir à deux mètres devant lui, il n'eut toutefois aucun mal à apercevoir la bête hideuse qui, de derrière eux, avait bondi pour se retrouver face au véhicule.
Paniqué, Lejinoss tourna le volant vivement pour l'éviter. Trop vivement, puisque sa voiture se renversa pour se retrouver penchée à l'horizontale, la vitre de l'hirsute côtoyant désormais le sol poussiéreux du désert.
Leur périple s'était à peine étendu de plus d'un kilomètre de l'endroit qu'ils venaient de quitter précipitamment.

Leur proie ainsi immobilisée, les trois loups tournèrent autour d'un air menaçant. Leurs grognements étaient bien plus rauques que ceux de loups traditionnels, ils semblaient résonner à l'intérieur même de leur gorge, donnant l'impression de sortir des profondeurs d'un gouffre sans fond. Erika et Leji commençaient à émerger suite au choc. L'hirsute aurait volontiers voulu vanter la qualité des ceintures de sécurité de sa voiture, mais au fond de lui, il sentait que ce n'était pas le moment.

Désormais, leur situation était désespérée. Piégés dans la Tayato, cernés par trois bêtes gigantesques et affamées, il n'y avait aucune perspective de fuite à l'horizon. Le museau de l'un des loups se percha au dessus de la vitre du côté de laquelle se trouvait Erika.

- Ton flingue Erika ! Tire !

Voix tremblante, larmes aux yeux, elle ne pouvait s'empêcher de scruter l'horrible visage de la bête qui la lorgnait avec appétit.

- Je l'ai fait tomber à cause du choc !....

- Oh le boulet....

Tandis qu'il se passait la main sur le front, Leji s'aperçut que du sang coulait, l'accident n'avait pas été sans conséquence. Enfin, le loup mit un puissant coup de museau dans la vitre qui le séparait d'Erika. À ce moment, Lejinoss était plus inquiet pour l'état de sa portière que celui de sa camarade.
Trop tétanisée par la peur pour faire quoi que ce soit, Erika fut sauvée par Plue, l'oiseau ayant mis un coup de bec dans le bouton de la ceinture de sécurité qui relâcha son étreinte d'autour de la jeune fille.
La voiture étant perpendiculaire par rapport au sol, la demoiselle tomba sur Leji qui ne s'attendait pas à se recevoir une archéologue sur la gueule.

Ils étaient alors collés l'un à l'autre, le museau de la bête ayant traversé la vitre se rapprochait d'eux. L'affaire semblait conclue d'avance.

- Leji... Ta cassette audio par terre ! Mets-là dans le poste !

Se demandant de quoi elle pouvait bien parler, Lejinoss aperçut l'objet dont parlait Erika et s'en empara un air pour le moins dubitatif affiché sur son visage.

- Eh bien quoi ? Madame veut se faire bouffer en musique ?!

- Fais ce que je te dis !

Elle avait au moins le mérite d'avoir l'air d'être sûre d'elle. Vif, Leji enfonça la cassette dans le lecteur et appuya sur le bouton "lecture". Malgré le renversement de la voiture, le poste audio était intact. Un silence précéda le début de la sérénade.


D'abord intrigués par les premiers accords de guitare, les loups eurent un vif mouvement de recul quand les percussions furent de mise. Ce mouvement de recul muta bientôt en l'expression de cris de douleur et tous trois s'enfuirent. Erika fut la première a lâcher un soupir de soulagement, Lejinoss mettant le temps à réaliser ce qui venait de se produire.

- Ils ont eu peur de la musique ?

L'archéologue secoua sa tête de gauche à droite tout en cherchant à rassurer son oiseau  niché dans le creux de sa main.

- Pas exactement. Un loup normal a une ouïe assez puissante pour entendre le cri d'un de ses congénère sur presque dix kilomètres. Ces loups-ci ont une ouïe encore plus développée, la violence des percussionsde  la musique leur a fait trop mal aux tympans, c'est pour ça qu'ils ont préféré fuir.

Les connaissances de la jeune fille étaient étendues dans divers domaine, Leji en fut reconnaissant.

- C'est bien gentil tout ça, mais retourne sur ton siège, là tu m'écrases les noix avec ton genou depuis une minute.

Remis de leurs émotions, ils avaient escaladé l'habitacle de la voiture pour en sortir. Voir sa Tayato positionnée sur la tranche, les roues parallèles au sol, eut le don de mettre Lejinoss dans tous ses états tant il vouait un culte à sa voiture. Mais bien assez tôt, il dut se rendre à l'évidence, il faudrait la remettre sur les roues.

- Bon... Erika, moi je vais pousser la voiture pour qu'elle retombe sur ses roues. Toi, tu vas aller de l'autre côté pour amortir la chute histoire que mes amortisseurs ne morflent pas.

- Non.

- Allez !

- Non.

Et les amortisseurs durent subir la chute du véhicule afin que celui-ci soit à nouveau positionné correctement sur le sol. Rancunier, Leji ne prit pas la peine d'aider Erika à enlever les bouts de verre se trouvant sur le siège passager avant et reprit la route.

- T'as vu ça Plue ? Une jante vient de lâcher.... Où tu te diriges exactement Leji ? Ce n'est pas comme si Sam avait laissé une note pour dire où il allait.

Pas de note en effet, mais, alors que le soleil estival commençait à se lever sur le désert, l'hirsute put pointer du doigt ce qu'il voyait au loin malgré les impacts multiples sur son pare-brise.

- L'inconvénient quand on a un fauteuil et un petit vieux sur le dos... C'est qu'on laisse des empreintes très distinctes dans la poussière du désert héhé.

Effectivement, des empreintes de pas isolés étaient facile à distinguer pour qui se donnait la peine d'y jeter un oeil attentif. La chasse commençait.

***

Il était seize heure passé, soit plus d'une journée après le début de l'épreuve, et les deux compères, après un début de poursuite, une sieste méritée, puis un plein d'essence à Ümmer City, s'étaient remis à la chasse au lynx voleur de fauteuil. Malgré le temps passé, les empreintes étaient toujours aussi facile à distinguer.

- Dis Leji, tu penses que les autres s'en sont sortis ?

Les yeux rivés sur les traces de pas, une clope au bec, Leji finit par essuyer un court rictus. Cela en disait suffisamment long sur les pronostiques qu'il faisait concernant la survie du groupe de vingt candidats attaqués par les loups dans la nuit.

- Deux de ces enfoirés qui montent dans ma Starlet sans mon accord, j'espère bien qu'ils sont crevés !

Devant un pareil manque d'empathie, Erika préféra se taire le reste du trajet et entama une nouvelle bouteille d'eau sortie de la glacière.

- Les traces s'arrêtent ici.

Après un long chemin à la poursuite de Sam, ce dernier, d'après son itinéraire, avait l'air de s'être perdu en plein milieu du désert. Erika et l'hirsute se demandèrent comment les traces pouvaient avoir soudain disparu, puis, jetant un oeil à l'immense structure rocheuse qui leur faisait de l'ombre, ils comprirent que Sam et sa prise s'étaient probablement nichés dans la cavité située en hauteur pour se reposer au frais. Au pied de l'immense pilier de roche, des pépins et une queue de pomme avaient été abandonnés. Lejinoss n'avait plus aucun doute à présent, ils étaient sur la bonne piste.

- On est à moins de cent mètres de là où se trouve l'examinateur, pas besoin de risquer de se rompre le cou à escalader pour entrer dans la grotte.

Erika acquiesça avec un sourire en coin qui en disait long.

- Quoi ?!

Sortant un magazine informatique de l'intérieur de la boîte à gant, n'ayant rien d'autre à se mettre sous la dent pour passer le temps, la jeune archéologue prit la parole.

- Rien rien... Je me demandais juste si tu refusais d'escalader par peur de tomber sur Sam, ou par peur de tomber tout court.

D'une pichenette, Lejinoss se débarrassa de sa cigarette, soufflant une dernière bouffée de fumée. Mains dans les poches, il se dégourdit les jambes faisant les cents pas autour de son véhicule.

- Crois-moi Erika... Après tout ce qu'il m'a fait subir, s'il y en a un qui a des raisons d'avoir peur de l'autre, c'est lui !

Ce qui n'empêchait pas Leji d'avoir effectivement la trouille de se retrouver face à Sam. Un pistolet sans munitions, l'autre perdu suite à leur accident, si on avait un peu de plomb dans la cervelle, mieux valait ne pas se frotter à un Kimera Ant quand l'artillerie faisait défaut.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 646
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Erika LeBlanc le Lun 11 Juil - 10:51

- Bon. Attends...L'essentiel c'est de pas s'éparpiller...

Twii twiii ?

Lejinoss, éreinté et foncièrement agacé, s'était assis sur une rocaille disposée non loin de la Tayato. Il lançait alternativement des regards entre la cavité où s'était soit disant caché Sam, mais aussi vers l'horizon. Il avait l'air de tout faire pour éviter de croiser le regard d'Erika, la demoiselle avait l'air de l'énerver plus qu'autre chose. Sans parler du choineau qui n'avait pas arrêté de gazouiller durant cette course poursuite infernale, usant les nerfs de Leji plus qu'il n'en fallait. Heureusement qu'il savait voler vite ce volatile, il aurait fini en casse-croûte au moins une dizaine de fois...

- Beuh...Pas s'éparpiller, quand t'auras une idée constructive tu me feras signe !

- Hé, doucement monsieur Je fais la tête tout le temps ! Sans mes idées constructives on se serait fait bouffer par des loups et on se serait fait fumer par ces motards tout à l'heure. Sans parler du pick-up que j'ai stoppé net aussi. Est-ce de ma faute si Sam nous a encore volé dans les plumes ?

Leji se contenta de marmonner, adoptant sa perpétuelle mine bougonne. Au moins l'archéologue était rassurée que son compère soit fidèle à lui même. La situation n'était pas si dramatique, enfin c'était ce qu'Erika pensait. Si Sam et l'examinateur étaient réellement dans la cavité juste au dessus de leur tête, ils étaient bel et bien à moins de cent mètres du fauteuil. Il n'y avait donc aucune raison de se fatiguer à grimper là haut. Erika trottina pour venir s'asseoir à côté de Leji, sur un autre rocher plus petit.

- Tu sais, la géologie d'un désert pareil doit comprendre au moins un millier de cavernes de la sorte.

- Et en quoi c'est censé m'intéresser ?

- Et bien, l'entrée de cette cavité est en hauteur et elle n'a dû se former que grâce à l'érosion de la roche, mais aussi grâce à des séismes. En gros, si Sam est rentré par ce trou, il devra sortir par ce trou.

- Qu'est ce qui te dit qu'il n'y a pas de galeries ?

- Quand bien même il y aurait des galeries, ce qui me paraît hautement improbable considérant la position de ce trou et ses facteurs de formation, il n'irait pas bien loin. L'instabilité gravitaire et l'aspect de cette immense roche fait que plus il descendra, plus le diamètre de la cavité sera moins important, rendant la progression plus difficile. Et de toute façon il finira sur un cul-de-sac. Sans parler des obstacles qu'il pourrait éventuellement rencontrer à l'intérieur.

- Donc, madame Je sais tout ? Tu nous préconises de faire quoi ?

- D'attendre. Tout simplement, il ne pourra pas rester indéfiniment. Et quand bien même il resterait, on est à moins de cent mètres de l'examinateur. Donc on gagne dans les deux cas.

- J'espère que tu as raison dans ce cas...

- Non, moi j'espère que tu as raison. Et que la piste que tu m'indiques est bonne.

Erika soupira, elle aurait bien mangé un morceau, un sandwich. Elle avait bien envie de cheddar, ou d'un bon hamburger. Enfin, elle n'allait pas soumettre cette idée à Leji, il avait l'air bien assez sur les nerfs comme ça...

- Heureusement qu'on est dans un désert de rocailles quand même. On a croisé des coyotes mais au moins on risque pas de se prendre une tempête !

Encore plus excédé que tout à l'heure, Leji se contenta prendre une autre cigarette et de soupirer, comme à son habitude.

Twiii !
avatar
Erika LeBlanc

Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 53

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Jack A. Iseka le Lun 11 Juil - 13:14

Jack l'avais un peu mauvaise... Être accusé à tord d'être fou... Cela l'irrité. Il les aurait bien tué mais à 3 contre 1 cela était tout de même délicat. Surtout quand on savait qu'ils étaient tous armés. Enfin il profita de la confusion que créa la chimère en emportant l'examinateur pour récupérer son équipement et filer. Heureusement pour le clown il avait suivi d'un œil la route qu'avait emprunté l'homme aux oreilles de chat et il lui colla donc aux basques. Après un petit moment de marche Jack ressenti des secousses. Intriguant... Et c'est intrigué qu'il tourna la tête et pu apercevoir de gigantesque canidés se ruer sur les apprentis Hunters...

♪♪♪Ooooh de nouveaux invités ? Fallait le dire toute suite ! ♪♪♪ Chanter le jeune fou

L'arlequin releva le défi, il se retourna dans le sens de sa course sorti ses 4 Circus Circle de petites tailles et reprit la route pour rejoindre le Kimera. Une course poursuite entre lui et les loups. Jack avait un peu trop le sens de la fête. Lorsque l'un des loups se détacha du groupe et fondit sur le clown celui-ci s'arrêta un instant laissant le loup lui passer devant et il s'en servi comme d'un tremplin pour lui passer par dessus.

- Oh oh oh ! ♪♪ Pas loin du tout ! ♪♪

Sans se retourner il continua ! droit devant ! Il ne fallait aller nul par ailleurs que devant. Enfin il apercevait le fauteuil qu'il avait tant collé depuis le début de l'épreuve. Trop absorbé par la vue de son objectif il en oublia les prédateurs, c'est lorsqu'il senti le souffle nauséabond de l'une des bêtes lui passer sous l’oreille qu'ils se laissa tomber en avant. Le canidé géant lui passa juste au dessus une des griffes frôlant son épaule. Ce seul moment d’inattention le laissa en proie à trois de ces énormes monstre.

- Ah non les enfants ! La récré est terminée ! Pesta le clown.

Il tira la hanse de son sac qui se gonfla, le temps qu'il se gonfle assez il tourna sur lui même pour que ses anneaux trace un cercle autour de lui empêchant les animaux des s'approcher sans se faire arracher le museau ! Une fois son ballon prêt il l'attacha rapidement à lui, laissant sa garde grande ouverte et lorsqu'ils se jetèrent sur le bouffon celui-ci lança son sac sur le sol, le faisant rebondir. Jack suivi sa montgolfière improvisé. Une fois assez haut il ouvrit une vanne de son sac par où tout l'air accumulé commençait à s’échapper propulsant le ballon et le clown dans la direction opposé au souffle.

♪♪♪ Nous aurons tout le temps de jouer plus tard ! ♪♪♪ Nargua Jack

Une fois au sol et debout sur ses jambes il se rendit compte que oreilles de chaton était déjà parti. Et que d'autre loups l'avait encore entouré...

Jack lança un anneaux en l'air, il attrapa le fil qui le reliait à son arme et il le tira violemment vers le bas.

♪♪♪ J'ai dit... Plus tard ! ♪♪♪

Le cerceau tomba lourdement, lame dans le dos d'un des loups, et une fois bien planté il activa la bobine qui ramena son arme vers lui déchirant la chair du pauvre animal. Fou de rage, blessé mais pas encore mort il se retourna vers son agresseur se ruant sur lui. Jack l'attendais de pieds ferme, ses 4 anneaux en mains. Au moment où le loup pénétra dans le champs d'action optimal de l'arlequin, Jack lança ses armes dans 4 direction différente dessinant une croix, une fois sur le même rayon que le loup, il activa ses bobines tout en tournant sur lui même, de cette façon les
lames rasèrent tout se qui se trouver autour de lui et entailla à plusieurs reprise le pauvre toutou qui tomba lourdement au sol, les entrailles glissant sur le sol. La bête gémit une dernière fois avant de rendre l'âme.

♪♪♪ Jack 1- Loup 0 ♪♪♪

A la mort de leur compagnon les loups restant hésitaient sûrement entre venger leur compagnon ou se retirer. Jack espérait qu'ils se retireraient. En effet il avait pu aisément abattre celui-ci car il était déjà blessé et qu'il était seul. Mais si les autres l'attaquaient ensemble cela deviendrait très compliqué. Malheureusement les loups était conscient de cet avantage.

C'est dans un éclaire de génie que Jack élabora alors un plan pour se débarrasser des bêtes. Il tourna le regard vers les autres loups observant leur déplacement.

Mais son sérieux ne dura pas, il sorti de son sac une portion de nourriture qu'il avait volé au début de l'épreuve et ouvrit la boite par chance c'était de la viande bien odorante.

♪♪ Vous avez faim ? ♪♪

Et il ne fallu pas longtemps aux loups pour la sentir, mais ce fut plus rapide que ce que pensait le clown, un des loups sauta en l'air pour attraper la rations. Jack eut à peine le temps de retirer sa mains pour sauver la rations, mais sa main avez quand même était agressé par un des crocs de la bête. Il se dépêcha alors de lancer la bouffe au loin.

Une fois que tout les canidés dépassèrent l'arlequin pour rejoindre leur repas, celui-ci continua sa route vers son objectif, se tenant la main pour que le sangs ne s'écoule pas trop par sa blessure.

Jack fouilla dans son sac pour trouver de quoi bander sa main. Il en sorti un flacon d'alcool, quelques morceaux de tissus et du ruban adhésif que Jack avait empruntés ci et là lors de sa préparations à l'épreuve. Toujours en marchant il versa tout le flacon sur sa main en serrant les dents et en jurant sur le satané loup qui lui avait valu cette blessure mineur certes mais pas moins douloureuse et qui pouvait savoir ce que ces bêtes avait comme saloperies dans la bouche !
Une fois rincé il appliqua le tissu autour de sa main et le fixa avec l'adhésif. Il avait fait en sorte que même si c'était plus douloureux sa main puisse toujours lui servir ! Avant de reprendre d'un pas rapide la route en suivant les traces de pas du chaton.

Il marcha, marcha encore et encore. S'arrêtant de temps à autre pour boire une gorgée. Le voyage était plutôt silencieux. Sans un compagnon pour discuter le voyage était plutôt long et ennuyant. Puis il aperçut une structure rocheuse au loin. Les pas semblait s'y diriger. Et maintenant que Jack regardait de plus prêt, il remarqua enfin les traces d'une voiture. Il n'était pas le seul à avoir suivit chaton.

Le clown continua sa marche jusqu'au rocher, il put y apercevoir enfin la voiture qui avait laissé ses marques. Ce modèle parlait grandement au petit Jack... Elle lui rappelait un mauvais souvenir... Pas très lointain. Il continua de se rapprocher et identifia les deux personnes qui était posté en contre bas de la structure rocheuse, là où les pas de chaton s'arrêtaient. Et au vu de leur yeux rivés vers le haut de la pierre, il était fort probable que le fauteuil se trouver la haut.

Jack tira une nouvelle fois la hanse de son sac pour le gonfler, et mine de rien il s'approcha de la roche. Il tourna les yeux vers le moustachu :

♪♪♪ Alors on a le vertige ? ♪♪♪ Chantonna-t-il en passant devant lui.

Puis il laissa le ballon le faire rejoindre les airs. S'agrippant tout de même à la façade pour ne pas dévier à cause du vent. Une fois assez haut il ouvrit une vanne qui le propulsa vers le haut ainsi il rejoignit le sommet. Il finit de dégonfler son sac, se retourna vers le bas et fit un petit coucou à Leji. Puis il se dirigea vers le fond de la cavité. Assez près pour pouvoir voir l'examinateur, mais assez loin pour qu'il ne soit pas considéré comme un agresseur par chaton.

Il s'assit donc dans un coin avant de sortir une bouteille d'eau et de manger un peu. Tous ces efforts lui avais creusé l'appétit. Désormais espérons que cette épreuve se finisse en épreuve de patience...
avatar
Jack A. Iseka

Messages : 30
Date d'inscription : 29/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Elia Mori le Mar 12 Juil - 23:58

Elia sourit quand il tenta de la dégommer avec un pistolet déchargé. Il était complètement possédé comme garçon. D’autant plus qu’elle avait un putain de pistolet-mitrailleur, lui chargé, à son flanc. Elle aurait pu le lui foutre dans la truffe et lui agrandir les narines à l’ancienne. Cependant, elle ne le fit pas. D’un côté parce que ce n’était qu’un abruti, de l’autre parce qu’un loup tenta de lui refaire le visage à la canine.

Pour donner l’exemple, elle le réceptionna sur le canon de son arme et tira. Il mourut en se convulsant au sol. Elia se cacha derrière la voiture qui démarra en trombe, la laissant à découvert. Un autre loup chargea en sa direction et elle le calma de quelques balles dans le pif. Il faisait moins le fier ensanglanté et immobile. Le reste des loups se fit vite démonter par les autres candidats. Ils n’étaient pas tombés sur les victimes qu’ils espéraient.

Quand Elia reprit son souffle, elle vérifia qu’elle n’était pas blessée. Elle remplaça le chargeur de son arme à moitié vide. Puis, elle se précipita vers une personne allongée qui saignait abondamment du cou.

« – Il s’est fait trancher l’hépatite ! Aidez-moi, quelqu’un ! Merde !
- C’est la carotide, connard. »

Elia pressa la blessure avec sa main. Finalement, ce n’était pas du tout la carotide et le connard en question, un brun au visage assez moche et poilu la remercia timidement. Il lui proposa de les accompagner à la poursuite du fauteuil. Elle se mit à la banquette arrière et s’occupa du blessé. Il était tout aussi brun, mais beau. Son visage était propre outre les quelques croûtes de sang sur la mâchoire. Elle lui confectionna un bandage avec ses vêtements faisant d’une pierre deux coups, le déshabiller et gagner sa confiance.

Bien qu’il avait la carotide intacte, il avait perdu pas mal de sang. Il était livide, mais refusa d’abandonner l’examen. Son compagnon n’en fit pas mention non plus. Il était inquiet, cependant, il gardait son objectif en mire. La jeune femme comprenait à leur côté l’importance de cette épreuve. Elle se rappela son insouciance au début de son ascension de la tour céleste. Elle devait comprendre qu’elle devait prendre cela plus au sérieux. Même si elle pouvait abandonner à tout moment, elle devait se préparer au pire et se résoudre à aller jusqu’au bout.

Calée sur la banquette arrière, elle regarda avec horreur la blessure du blond se rouvrir. Le sang coula à flots, cette fois-ci. Elle fit de son mieux pour presser sur la blessure. Néanmoins, cela débordait ses doigts, imbiba ses vêtements. Le conducteur pila. Il se retourna pour constater les dégâts. Elia était paniquée, en sueur. Ses mains étaient tachées du sang de son frère. Celui-ci avait les yeux grands ouverts. Il était incapable de prononcer le moindre mot. Le conducteur plongea la main dans la boîte à gants. Elia l’entendit armer le percuteur de son pistolet. Elle réagit immédiatement en lui tirant dans le ventre. Au même moment, le beau mec allongé sur elle rendit son dernier soupir. Avant qu’il puisse faire quoi que ce soit, la jeune femme vida son chargeur dans son cou. Elle ne lâcha la gâchette que quand il n’y eut plus de munitions dans le chargeur.

Elia était dans un bain de sang, à l’aube dans une voiture qui n’était pas la sienne. Dedans, deux cadavres qui avaient une histoire gisaient. Elle ne sut jamais qu’ils étaient frères pas plus que les raisons de leur détermination. Ils sont tous les deux morts. Cela n’avait plus aucune importance. Ils rejoignaient une foule de macchabées qui tenaient vainement de peser sur sa conscience anesthésiée.

Il lui fallut une minute pour se remettre d’aplomb. Elle déglutit une salive collante et épaisse. Puis, elle sortit les deux corps pour les laisser aux charognards. Dans le coffre, elle découvrit quelques réserves qui lui permirent de se remettre en route. Elle suivait la direction qu’avait prise le fauteuil en s’arrêtant quelques fois pour vérifier aux traces de pas qu’elle était bien sur la bonne trajectoire. À un moment, elle arriva aux abords d’une cavité en hauteur où les pas semblaient s’arrêter. Elle contourna l’obstacle et ne vit pas de traces de pas. Il était tôt et le soleil commençait à rendre l’atmosphère insupportable. Elia entra dans la cavité avec un chargeur plein et plus de détermination. Elle était couverte de sang et assez poisseuse. Cela dit, elle était prête à en découdre.

La cavité qu’elle venait d’aborder avant l’avantage d’être protégée du soleil et de la poussière. L’atmosphère y était plus clémente. Elia était sur ses gardes. Elle avait son sac à dos où se trouvaient ses munitions ainsi que le reste des provisions en sa possession. Elle avançait l’arme à la main, le viseur laser désactivé. Elle finit par tomber sur le fauteuil et un type étrange. Une sorte d’hybride animal-homme qui se retrouva rapidement près d’elle

« La chat-lope ! »

Il n’avait aucune peur sur le visage. Ni le sang sur ses vêtements ni son arme ne l’avaient effarouché. Lui non plus n’était pas pimpant. Il avait dû faire de la place pour en arriver aussi loin. Cependant, elle ne vit pas de traces de combats sur lui. C'était inquiétant de voir qu'il traversait cette épreuve avec autant de facilité. D'autant plus qu'il avait l'air capable de distancer des voitures à la course sans se fatiguer.

« – Ne nous battons pas. Il reste plus d’un jour de l’épreuve et on va bien devoir dormir à un moment.
- Je ne veux pas te tuer. C’est écrit ici, je dois te protéger. »

Il désigna un livre qu’il tenait presque contre le visage d’Elia. Elle recula et enleva son arme de son épaule. De toute façon, elle ne pouvait pas continuellement se battre avec tout le monde. Il fallait bien arrêter au bout d’un moment.

« – Bon, on va devoir monter la garde à tour de rôle. J’ai pas mal dormi pendant l’après-midi, je commence.
- Non, c’est moi qui commence.
- Tu es certain ? Parce que j’ai pas du tout sommeil.
- Je suis sûr ! »

Elia ne se sentait pas à son aise à lui faire confiance. Cela dit, elle n’avait pas énormément d’options. Elle s’endormit comme une masse, à deux mètres du fameux fauteuil et de son occupant stoïque.
avatar
Elia Mori

Messages : 27
Date d'inscription : 19/06/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Invité le Jeu 14 Juil - 3:33



- Dis donc, tu parles d’un sacrée feu, tiens ça me donne idée.

Je pris alors un bout du hamac et l’enroula sur le katana de Rink. Je lui demandai ensuite de mettre l’arme près du feu. Ainsi le morceau le tissu s’enflamma permettant de faire une torche. Pour la plaie de mon compagnon, je n’hésitai pas une seule seconde à cautérisé la plaie. Je pris alors l’un de mes couteaux et chauffa ça avec les flammes issu de l’explosion. Rink fit un garrot à son bras et j’appliquai la lame chauffée sur sa plaie. Son visage montrait bien la douleur, mais avec ça, il n’aurait plus trop de souci à se faire pour la suite.

Suite à ça, on grimpait sur la moto pour ainsi terminer notre périple. La torche, en plus d'être une lumière de secours, servait principalement à éviter les prédateurs. On roulait pendant un bon moment avant d’apercevoir ce qui semblait être un canapé avec une personne installé dessus. Il y avait plusieurs personnes, il fallait être vigilant pour ne pas se faire repérer. Je ne savais pas leurs intentions, donc je devais à tout prix éviter de me faire tuer.

En voyant un rocher plutôt massif, on décida de s’installer par ici. On était à l’abri des regards. Rink’ en profita pour mettre sa tante. Je décidais de faire le garde et de rester éveiller pendant toute la nuit. J’avais assez bien dormis, et en plus de ça j’étais résistant au sommeil. A force de geeker, mais aussi de dormir que quelques heures par jour dans un camp de merde, ça forgeait le caractère… Je fis aussitôt un mini feu de camps, à peine visible de loin. La flamme était vraiment petite, c’était histoire d’être éclairé et de me rassurer.

Rink ne dormait pas encore complétement. Peut-être il n’avait pas encore confiance en moi, après tout j’avais le pistolet. Une balle pendant qu’il dormait et tout était fini pour lui. On ne s’était rencontré dans la journée après tout. Sur le coup j’engageai une discussion.

- Tu sais, après cette merde, on risque d’avoir d’autres épreuves qui vont triller, pour qu’au final seul une poignée d’entre nous devienne Hunter. Apparemment ça se compterai sur les doigts d’une main. On m’avait raconté que ce n’était pas évident de le passer du premier coup.

Sur le coup, une question me tracassa et me coupa dans mon élan.

- J’y pense, pourquoi avoir participé à cet examen ?

Je lui laissai prendre le temps de répondre. Sa réponse fut assez banale mais j’appréciais son but. Simple mais honorable. J’expliquais alors à mon tour.

- Disons que j’aimerais riche, gagner en puissance, être respecté et peut-être voyagé. C’est débile hein ?
- Être riche et gagner en puissance ? Tu me déçois, je m’attendais à mieux.
- Je ne suis pas naïf, j’ai besoin d’argent, pour pouvoir financer mes voyages, sans argent je ne pourrais pas avancer et ni me préparer. Même si je suis plus fort qu’un humain normal, je ne serai pas en mesure de sauver des gens. Je ne peux pas être en mesure de retrouver ceux qui me sont cher alors que je n’ai pas eu la dextérité et la force de les protéger. Je ne veux pas devenir un héro, ni aider tout le monde, sauver la veuve ou l’orphelin. Il y a juste quelque chose que je dois mettre au clair. Malheureusement, je n’ai pas un but prosaïque et je suis tout de même égoïste. Mais découvrir ce monde et m’enrichir dans tous les aspects me motivent à vivre je dirais.

L’aube allait bientôt se lever. Malheureusement je ne vis peu de mouvement. Je ne pouvais pas prédire ce qui allait se passer. Je continuais encore à observer le siège. Être prêt en cas d’attaque. Rink se réveilla. J’avais peu d’idée sur la façon de faire bouger les choses. Quelques paramètres m’étaient inconnus, et mon imagination me faisait défaut. J’avais peur de faire une bêtise à chaque plan que j’imaginais. Entre le furry digne des fantasmes les plus glauques du net, cet examinateur stoïque au possible, un clown qui semblait fragile d’esprit, un garçon manqué, et un groupe d’hippy en voiture non loin de nous. Tout le monde semblait sur les nerfs, comme si que chaque personne s’attendait à une nouvelle action pour agir le plus vite possible. Je stressai à l’idée de mal réagir à un événement inattendu et de mal réagir pour ainsi perdre.

Je parti checker les provisions dans la moto, après tout je n’avais pas vraiment vérifié ce qu’elle possédait. A ma grande surprise, je trouvais des munitions pour le pistolet. Je me trouvais donc à 16 balles, ce qui pouvait permettre une utilisation plus courante. Je me mis alors sur le rocher dégaina le flingue et sorti mon lecteur audio. J’activais une application bien spéciale. C’était une application haut-parleur qui permettait d’amplifier la voix comme un mégaphone. Disponible uniquement sur le nouveau modèle que j’avais. Une pure merveille de technologie, c'était justement un nouvel outil intéressant de l'objet. Rink me regardait d’un air curieux. Je le réconfortais en disant que j’avais tout sous contrôle.



Je tirai un premier coup de feu en l’air. Tout le monde se retourna alors pour savoir d’où provenait le tire. J’en tirai donc un deuxième pour confirmer mon emplacement. Je pris alors mon lecteur audio et cria un bon coup. Je pouvais percevoir que tout le monde commença à se concentrer sur moi en train de faire le mariole. Je décidais donc de montrer mon cul. Littéralement. J’entendis un bref coup de vent avant de voir sur le visage des personnes présentes leurs yeux écartés avec la bouche béante. Même Rink était sur le cul.

- C’est quoi ton plan à la con exactement ? Avoir un deuxième trou de balle ?
- Ne t’inquiète pas, j’ai toute leurs intentions du coup.

Avant de sortir ma tirade, je regardais si quelqu'un n'avait pas l'attention de me tuer. J’avais prévu le coup de me faire tirer dessus. J’étais assez réactif pour entendre le coup de feu et me laisser tomber à l’arrière du rocher. Rink n’avait qu’à démarrer la moto puis on pouvait s'en aller tranquillement. Rink regardait tout le monde soigneusement, donc tout mouvement suspect pourrait attirer son attention.
Je mis donc à parler et grâce à mon outil pour augmenter la porté de ma voix tout le monde réussit à m’entendre.

- Bon suite à cette boutade infantile, j’aimerais vous faire part de quelque chose, non ça ne sera pas ma bite. Je voudrais juste demander une trêve. Croyez moi, ça m’est égale que l’état que vous avez en ce moment. En ce moment, on vient d’avoir une attaque de loup, ça serait débile de perdre plus d’effort à se chamailler encore plus non ? Regardez autour de vous, nous ne sommes plus très nombreux. D’autres épreuves nous attendent, et ils seraient plus bénéfiques pour chacun de garder nos forces pour ainsi se botter le cul entre chacun pour les autres épreuves. Juste, je demande au Kimera Ants de laisser l’examinateur là où il est pour les temps restants. Comme ça, chacun attendra gentiment à sa place. Tu gagneras beaucoup plus à rester ici et que tout le monde attende, au lieu de risquer de te faire tuer. Je te promets que si quelqu’un prend le siège, je lui tire dessus. Pour résumer, préférez-vous vous dépensez inutilement votre énergie en vous entretuant et perdre votre chance d’être Hunter, ou alors faire une trêve et se foutre sur la gueule après ? Je vous laisse juge. Ce n’est pas un chantage, je n’ai pas l’avantage sur chacun de vous, mais tout le monde y gagnera à rester planter ici et à attendre la prochaine épreuve. Merci de m’avoir écouté.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Samuel Newton le Sam 16 Juil - 11:32

Tel un guetteur endurci, Sam monta la garde d'une main de maître pendant au moins dix minutes suite à quoi la fatigue et l'ennui l'attirèrent tout doucement vers le sol. Le lynx n'opposa pas de résistance. La roche sèche se transformait en un lit particulièrement douillet et le ciel étoilé lui servait de couverture.

Par moment, le son d'un moteur ou simplement de quelques pas le tirait de son sommeil. Fort heureusement, cela ne durait que le temps de jeter un regard curieux au nouvel arrivant. Non, définitivement, le stress et l'angoisse ne faisait pas partie de son vocabulaire. Du bas de ses coussinets jusqu'au sommet de ses oreilles pointues, Sam transpirait l'insouciance. Ou peut-être était-ce de la paresse.

C'est ensuite un choc dans la poitrine qui le fit à nouveau ouvrir les yeux. Elia, manifestement peu satisfaite du travail de sentinelle que fournissait Lance venait de le réveiller délicatement à l'aide d'un coup de talon.

    - La prochaine fois tu me laisses m'en occuper. Regarde, un abruti va faire son discours.


Sam réprima à plusieurs reprises une furieuse envie de rejoindre le monde onirique. Le discours de ce cher monsieur qui partageait l'art de montrer son fion avec les macaques était tout d'abord incroyablement long. Il faut le dire, le jeune homme ne s'avérait pas particulièrement éloquent. On ne peut pas être bon partout... Mais en plus de ça il bafouait à peu près la totalité des valeurs qu'un hunter est censé défendre. La persévérance, la ruse, la confrontation. Tout ça était balayé d'un revers de la main par une proposition plate et sans saveur qui n'avait pour but que de nullifier la sélectivité de cette première épreuve.

Sam était un être bien plus simple. A l'origine il pensait même attendre patiemment que les plus valeureux brave le désert et laisser ceux qui n'embêteraient pas la dame rejoindre la prochaine épreuve. Mais maintenant qu'on lui demandait de rester tranquille et même pire, qu'on le menaçait, voilà que son esprit de contradiction le forçait irrésistiblement à décevoir le piètre orateur.

D'un saut gracieux il plongea du haut de la falaise, s'amusant à faire un signe de la main à l'escaladeur qui semblait apprécier sa relative discrétion. Une fois au sol il laissa traîner son épée sur de longs pas, jusqu'à former un demi-arc de cercle autour de la paroi rocheuse. A l'exception du clown et d'Elia, tous les autres candidats étaient encore à l'extérieur de ce tracé.

Sam vint ensuite marcher jusqu'à faire directement face au motard.

    - Pense à ce que tu as fait jusqu'ici. Regarde à l'intérieur de toi. As-tu réellement fait les bons choix ? Et après ce que tu as fait, que vas-tu faire maintenant ? Prends un moment pour penser à tout ça. Hein ? T'as l'air de te faire chier. J'ai l'impression que tu vas rien apprendre de tout ça. Bon, je vais te juger alors. Tu sens le sang heheheh. Sens, Sang. Heheheheh. Tu as tué des gens volontairement n'est-ce pas ? C'était probablement pas bien. Bien que, peut-être que certains étaient de la légitime de défense. J'en sais rien, j'ai pas fait attention. Va falloir que tu m'aides hehe. Dans tous les cas...


    n-e   f-a-i-s   p-a-s   ç-a.


Sur ces derniers instants, tout l'humour et le bon vivant s'envolèrent pour laisser place à de biens plus sombres sentiments. A l'exception de son sourire permanent, rien n'indiquait une once de légèreté.

    - Maintenant hehe. Vous pouvez passer la ligne, mais vous n'allez vraiment pas aimer la suite. Ou peut-être que si. Hehehehe.



Une ligne qui délimitait d'une manière diaboliquement précise le rayon de cent mètres dans lequel se tenir autour de l'examinateur. Il s'agissait là d'un autre test en quelque sorte. Mais qu'est-ce qui était vraiment jugé ici ?


Dernière édition par Samuel Newton le Sam 16 Juil - 18:40, édité 2 fois
avatar
Samuel Newton

Messages : 78
Date d'inscription : 21/05/2016

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 72

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Rinkyu Mermecks le Sam 16 Juil - 18:21

La poisse. Voilà comment gentillement décrire la présente situation dans laquelle ce "danse nu" nous a plongé. Voilà, Le malheureux avantage du travail en équipe. Il a eu la formidable idée de montrer son cul à l'air, et maintenant on se fait menacer par le concourant le plus rapide et surement, le plus dangereux de l'examen. Ma réaction face à tout cela? rien, j'observais tranquillement les choses se dérouler, du moment où Joseph est monté au moment où l'homme-animal soit descendu. Je sentais clairement quelque chose de mauvais en cette hybride. Une sorte d'aura négative. Joseph n'était pas un adepte des combats, mais au moins il a essayé de nous faire passer l'épreuve calmement. Il a pris un gros risque, et il l'a dans le cul.

À priori, l'animal, ou l'homme, ou les deux, s'adressait à Joseph. Donc je pouvais dors et déjà conclure que je n'y étais pas impliqué. Traverser cette ligne et me retrouver de l'autre côté, laissant derrière moi mon... future ancien collaborateur, et le tour était joué. Quelque chose comme cinquante pourcent, voilà quelles étaient mes chances pour que ça marche. Je le faisais et tout se terminait pour le mieux dans le meilleur des mondes...

***

Non.

Ce n'est pas comme cela que la chose devait être abordée. De toute évidence, mon enfoiré de compagnon savait ce qu'il risquait. Je me devais donc de couvrir ses arrières, comme il l'a fait avec moi tout à l'heure contre les trois malheureux qui voulaient ma tente. Il m'a un brûlé la peau, et m'a fait combattre comme un chevalier. Ça m'énerve certes mais je dois le faire.

-Hey!!!! Tête de chat!!! Qu'est ce que tu crois faire là?

Je me levai de là où j'étais, et j'avançais droit vers l'homme animal. Mon épée était déjà dégainée et mon visage montrait clairement mon mécontentement. Ma lame traînait aussi au sol, traçant une ligne fine tandis que mes pas faisaient échos dans l'endroit où tous nous étions.

-Tu vois ce mec là, c'est mon coéquipier. Je ne sais pas si tu sais ce que cela signifie. Je vais être clair, je couvre ses arrières. Alors si tu cherches des ennuis, tu devras nous passer à deux sur le corps. Tu comprends ça??!!

À le voir, il ne ressemblait pas à quelqu'un qui pourrait parfaitement manier une épée. Peu importe. Si j'ai fait le chemin, c'est pour ma mère et mon village. C'est pas une chose comme cet espèce d'homme aux oreilles de chats qui me dira que je ne réussirai pas. Quittes à mourir, j'allais me battre pour ce que je suis venu chercher. Quelqu'un en m'entendant pourrait aisément croire que je protégeais mon compagnon, mais en réalité, je ne voulait pas tourner le dos à mes principes. Je me devais de respecter ma part de notre accord et passer l'examen. Et le seul moyen de le faire, était d'agir ainsi. Joseph savait aussi se battre. La situation était donc à notre avantage du moment où les autres candidats n'intervenaient pas en la faveur de notre ennemi. Et même si c'était le cas, une balle suffirait. Je lançai alors un regard vers mon collègue, et lui demandai de ne pas me tirer dessus.

-Bon, comme on n'a pas le choix... bon dès que je bouge, on entre. N'hésites pas à tirer sur lui. Je dis bien sur lui, pas sur moi.

Une fois à un mètre de la chose, je me mis en position de dégain, tout en fixant attentivement la bestiole qui se tenait devant moi. Mon regard devint glacial, et mon souffle avait un rythme si concis qu'on pouvait le ressentir dans l'air. Mes muscles se compressaient alors et je chuchotai...

-Senppuku

Je traversai le félin en une vitesse presque éclaire, l'assénant un coup d'épée à la main droite pour la lui couper, et au niveau de son pieds gauche, pour le lui couper également. J'attaquais à ce moment là pour l'immobiliser, avant de le tuer. Joseph, la seconde même où il s'aperçu que je n'étais plus à ses côtés, se précipita à l'intérieur de la zone, à toutes vitesse toujours armé de son revolver. Il serait prêt à tirer à vue. La vigilance était de taille à se moment là. L'homme-animal avait lancé son appel, nous avons répondu. Tous deux, nous nous précipitâmes vers l'endroit où se trouvait l'examinateur. De toute évidence, on serait moins facile à tuer là bas qu'ici bas.

J'avais remarqué une chose et cela m'est revenu lors de notre trajet pour la montée. L’impassibilité des autres observateurs. Je me suis rendu compte qu'il aurait pu nous tuer là, sans que personne ne fasse quoi que ce soit. J'espérais ardemment que ce n'était qu'une impression. Parce que si dans cet examen, tuer est aussi naturel que de respirer, au point où tout le monde devient impassible à la mort, alors j'avais intérêt à quitter du camp des gentils pour devenir un véritable gars au sang-froid.
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  M.J le Sam 16 Juil - 19:37

J'ai dû intervenir avec le M.J car Rinkyu a interagi de manière bien trop libre avec Sam sans lui demander son avis. Quand il est question de combat, on s'entretien avec le joueur concerné. D'autant plus que Sam est le personnage joueur le plus puissant du forum, le maîtriser en quelques coups lorsqu'on est un simple humain est illusoire. Aussi je corrige un peu le tir par souci de cohérence.
Merci de bien vouloir s'entretenir avec le joueur quand on a l'intention d'interagir physiquement avec son personnage.

Une seconde. Il n'avait fallu qu'une seconde pour que Rinkyu, en pleine tirade digne des plus formidables monologues issues de tragédies grecques, perde connaissance après avoir franchi la ligne.
Un violent coup derrière la nuque avait eu raison de lui. De toute évidence, il avait sous estimé la puissance d'un Kimera Ant initié à l'art du combat. Évanoui, n'ayant pas eu le temps de voir venir le coup, Rinkyu se perdit dans ses songes.

Spoiler:
Je traversai le félin en une vitesse presque éclaire, l'assénant un coup d'épée à la main droite pour la lui couper, et au niveau de son pieds gauche, pour le lui couper également. J'attaquais à ce moment là pour l'immobiliser, avant de le tuer.

Toutefois, la sieste fut de courte durée. Joseph,l'ayant suivi de près, était venu à la rescousse. Allant jusqu'à verser un peu de l'eau, pourtant rare, afin de réveiller son camarade, ce dernier revînt à lui ébahi.

- Tu m'entends ?

Sans un mot, ne comprenant toujours pas ce qui lui était arrivé, Rinkyu acquiesça alors qu'il retrouvait lentement ses esprits.

- Putain... C'était rapide... Et t'as eu du bol...

De la chance, Rinkyu en avait eu. Juste après avoir asséné un violent coup à la nuque du jeune homme, Sam était devenu comme fou en entendant au loin le bruit de dents croquant dans une pomme. Elia s'était impatientée, et, dans la grotte, avait mordu dans une des pommes que le Kimera Ant avait stockées là-haut.

- Pom pom pom poooommes !

Sam avait bondit de ses jambes puissantes pour retourner dans sa tanière, arrachant le fruit défendu de la bouche d'Elia.

- Dans le code de chevalerie, il n'y a rien sur les pommes, donc je peux peut-être frapper une femme si elle en vole une... Réfléchissons...

Réfléchir, c'était déjà beaucoup pour le lynx qui avait déjà oublié jusqu'à l'existence des deux spécimens ayant tenté de pénétrer dans le périmètre qu'il venait d'instaurer. Très dissipé, il se replongea dans son ouvrage un instant.
Durant cette révision du code de chevalerie, Joseph et Rinkyu s'étaient rapprochés sans mal, s'assurant d'être assez proches de l'examinateur qu'ils ne pouvaient apercevoir de là où ils étaient.

- Bon, j'ai relu en vitesse et... Et pourquoi j'ai relu déjà ?

Phénotype de lynx, mais mémoire de poisson rouge, Sam ne chercha pas à se rappeler de ce qui l'avait amené à potasser son bouquin. Allant jeter un oeil à l'extérieur, il revit la trace qu'il avait tracée quelques temps auparavant. Joseph et son comparse se trouvant dans un angle mort, le Kimera Ant avait alors les yeux fixés sur Leji et la jeune archéologue à ses côtés.

- Est-ce qu'ils vont oser passer la ligne ? Ce sera peut-être intéressant.
avatar
M.J

Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Lejinoss Taibug le Sam 16 Juil - 22:07

Comme si leur calvaire n'avait pas suffit jusque là, entre les courses poursuites, les loups et le soleil cuisant du désert, il fallait maintenant que Sam s'arroge le droit de déterminer qui était apte à passer l'épreuve et qui ne l'était pas. Une simple ligne dans la poussière, un malheureux cercle tracé arbitrairement permettait à présent d'isoler ceux qui seraient acceptés, et ceux qui seraient recalés.

- Mon salaud, si tu crois qu'une connerie de tracé sur le sol suffit à m'impressionner, tu te fourres le doigt dans l'oeil.

Resté assis sur le siège conducteur de sa voiture, portières ouvertes pour aérer, seule la radio étant activée par la batterie, l'hirsute coupa le contact et se dressa fièrement. Cela aurait pu prendre une dimension pour le moins impressionnante s'il ne s'était pas levé trop tôt, abattant son crâne contre le toit de sa voiture.
Il faisait si chaud qu'Erika ne trouva même pas la force d'en rire. Pas d'ombre à l'horizon, et la voiture était une fournaise, aucun moyen pour elle de se rafraîchir sans gâcher l'eau dont ils avaient besoin. Tout aussi cuit que sa camarade, Leji n'était néanmoins pas avare en mouvements, allant d'un pas déterminé jusqu'à la ligne de démarcation tracée par l'infâme lynx. Plus il s'en rapprochait, plus il ralentissait, si bien qu'on se demandait s'il parviendrait un jour à la franchir.
Pour ce faire, il aurait au moins fallu qu'il en ait la volonté, ou plutôt le courage. Au bord de la frontière arbitraire qui le séparait du domaine de l'animal, Lejinoss hésita sous le regard médusé d'Erika.

Prenant une profonde ,inspiration la trouille de l'hirsute lui glaçait le sang, si bien qu'il avait l'impression de griller à l'extérieur et de congeler à l'intérieur. Se hasardant à jeter un regard au Kimera qui paradait joyeusement, Leji en vînt à se demander si cette "épreuve" qu'il leur imposait n'était pas tout simplement un jeu stupide.

- Il bluffe je te dis !

Erika s'éventait avec la carte routière de Sahelta, levant les yeux au ciel se contentant d'un "hmmm hmmm" en guise de réponse. Au même instant, alors que Lejinoss s'apprêtait à franchir la ligne interdite, les deux zigotos qui avaient attiré l'attention sur eux l'avaient devancé dans sa démarche. Eux s'y étaient rendus d'un pas plus assuré, sans peur.
Hélas pour le premier inconscient qui eut l'excellente idée de fondre sur Sam, celui-ci apprit à ses dépends que la peur n'évitait pas le danger, se faisant assommer d'un coup sec. Par prudence, Lejinoss recula d'un pas, cela en disait long sur sa résolution.

- De là où je suis il a pas l'air de bluffer.

Étouffant un "ta gueule", l'hirsute qui suait à grosses gouttes pensait qu'il venait de l'échapper belle. Ayant renoncé à sa tentative, ce ne fut pas le cas des deux autres. Le candidat valide épaula son camarade pour aller se cacher dans un angle mort de la colonne de roche, échappant à la vigilance médiocre de Sam qui conservait néanmoins ses yeux rivés sur Leji et Erika.
Comme quoi, la chance souriait aux audacieux. L'audace, Lejinoss savait en faire preuve face à ceux qui le contrariaient, mais de loin, de très loin même, de préférence quand l'adversaire ne s'y attend pas.

Grinçant les dents, acculé une fois de plus par les circonstances, Leji s'en retourna à sa voiture d'un pas tout aussi décidé que celui avec lequel il l'avait quittée.

- Ah tu penses m'avoir comme ça ?!

Allongée, Erika qui se servait cette fois de la carte pour se faire de l'ombre grogna fébrilement :

- Leji... Tu vas cuire si tu continues de t'agiter comme ça...

Même l'oiseau avait fini par cesser d'émettre le moindre gazouillement tant la chaleur les accablait tous. Mais Lejinoss ne prêtait pas attention aux râles d'agonie d'Erika. La pauvre semblait plus ou moins certaine qu'ils passeraient l'épreuve, et ce, malgré l'ultimatum du Kimera Ant.
Après avoir fouillé un instant dans sa voiture, on aurait pu croire que l'hisute en sortirait une arme de guerre tant il semblait certain de pouvoir faire la nique à Sam, mais à la place, il n'en sortit qu'un crayon de papier jamais utilisé. Peut-être que la folie finissait pas le guetter, après tout, avec pareil climat, il n'y aurait rien eu d'étonnant à ce qu'une insolation ait eu raison de sa santé mentale. Fouillant cette fois dans la poussière, il en sortit un petit caillou.

- Les crayons de papier de chez CiB font dix-huit centimètres de taille standard... Je n'ai besoin que de cette information...

Cette information pour le moins anodine, il en avait pris connaissance lors d'une de ses nombreuses inspections de services informatiques en entreprise. Un chargé d'approvisionnement s'étant plaint du fait que les crayons de papier étaient deux centimètres trop petit que les stylos commandés. Le "nervous breakdown" typique.
S'éloignant cette fois de là où se situait Sam, Leji s'enfonça à pied en plein désert. Sur le coup, Erika se sentit obligée de se ressaisir et de le courser afin de le rattraper.

- Mais tu vas où comme ça ?! Attends-moi ! Euh non ! M'attends pas, reviens plutôt !

Lejinoss ne prit pas la peine de donner satisfaction aux requêtes de l'archéologue ornithophile.

- Sam fait un mètre cinquante environ non ?

Quand quelqu'un en plein désert posait une question aussi irrationnelle, c'était un signe avant coureur de démence sévère.

- Oui, un peu plus, mais pourquoi tu me dem... ?

Se retournant sans prévenir, il tendit le bras au bout duquel était dressé le crayon de papier. Alors qu'il clignait d'un oeil en observant au loin, Leji sourit.

- D'ici, le crayon fait exactement la taille de la structure rocheuse où se trouve la grotte.

Sam qui était redescendu rôdait ici et là, déambulant à grandes enjambées, laissant des traces de pantoufle dans la poussière. L'hirsute se servit de lui comme repère, utilisant le petit caillou pour faire une griffure en bas de son crayon toujours tendu. Cette entaille, il l'avait faite au dessus de la tête de Sam qu'il voyait au loin. Erika avait compris ce que son camarade essayait de faire, saisissant ainsi le sens de la question qu'il venait de lui poser.
En transposant la taille de Sam perçu au loin à l'échelle du crayon censé représenter la hauteur de la colonne de pierre où se trouvait l'examinateur, Lejinoss cherchait à estimer la hauteur de la structure. À quel dessein ? Erika aussi se posait la question.

- Donc en reproduisant les entailles à intervalles régulières....

Il y avait en tout 36 entailles sur un crayon de dix-huit centimètres. Sam faisait donc un trente-sixième de la tour de roche qu'il avait encerclée de sa frontière imaginaire. Ce constat établi, Leji s'essaya au calcul mental, multipliant un mètre cinquante, taille estimée de Sam par trente-six. Puis, changeant un mètre cinquante en un mètre soixante afin de s'assurer une marge suffisamment large et éviter les erreurs d'estimation.

- Donc, ça fait entre cinquante-quatre et cinquante-sept mètres cinq. On y retourne !

Éreintée après avoir parcouru une longue distance sous le soleil, Erika ne manqua pas de geindre une fois de plus.

- Mais Lejiiiii ! Pourquoi tu m'as traîné jusqu'ici si c'est pour revenir aussitôt ?

Déjà parti, le principal intéressé grogna :

- C'est toi qui m'a suivi...

Revenus, encore plus trempés de sueur jusqu'au véhicule, Leji chercha à estimer la distance qui séparait la colonne de pierre et le cercle tracé au sol par Sam. D'après Erika, il devait y en avoir pour vingt mètres, et cinq mètres de plus pour son camarade. Ce dernier sortit une feuille de papier et s'adonna alors à des calculs un peu plus savants, poussant même le vice jusqu'à la géométrie. Pythagore se voyait alors convié à l'épreuve. Jetant un coup d'oeil par dessus l'épaule de son chauffeur, Erika commentait sans répit le dessin à main levée qu'elle contemplait en retroussant le nez. Leji se contentait alors de lui répondre sur le papier.


- Donc, on est environ à soixante, soixante-dix mètres du vieux.

Jusque là tracassé, l'hirsute rit comme un dément. Sam avait mal estimé les distances et son cercle n'excluait donc pas ceux qui ne le franchissaient pas. C'était tout du moins ce que Lejinoss pensait. En réalité, Sam voulait juste tester le courage des candidats, et n'avait aucune autre intention cachée.
Croisant les bras fièrement, Leji observa le lynx de l'autre côté de sa frontière. Ce dernier après avoir été dégourdir ses pattes s'en était retourné dans sa grottes d'où il observait les alentours.

- Ta frontière ne sert à rien l'animal ! Je suis très bien positionné de là où je me suis stationné. Cette épreuve est dans la poche !

Essuyant une moue pour le moins dubitative, croquant dans une pomme, Sam murmura alors :

- Décevant.
avatar
Lejinoss Taibug
Admin

Messages : 646
Date d'inscription : 14/05/2016
Age : 24

Fiche perso
AOP: 532
POP: 2108
Réputation: 89

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen Hunter Session 2 - Épreuve 1

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum