Bienvenue à Nagyo [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bienvenue à Nagyo [Terminé]

Message  Rinkyu Mermecks le Dim 26 Juin - 16:06

Nagyo, une ville remplie de vie, de beauté, et d’activités diverses. Elle regroupe une population de plus de 30 millions d’habitants, de quoi ébahir plus d’un. Comme dans la plupart des villes du Jappon, il a de grands centres touristiques, et surtout une grande activité commerciale. On pouvait remarquer tout, une fois à l’intérieur de la métropole. Ken, mon jeune ami et moi-même marchions dans toute la ville à la recherche d’un logement dans lequel j’aurai pu me reposer quelques temps. Seulement, il était déjà cinq heures du soir, et l’espoir diminuait à chaque pas que nous faisions dans la ville. Dans une ruelle située à quelques pâtées de maison du Parc d’attraction Shonji, Il y avait là un petit restaurant, en tout cas, une pancarte le faisait savoir de façon assez explicite.

J’étais en route depuis cinq heures du matin, quand j’ai pris le bus pour Nagyo depuis mon village d’origine, Pakuna. Je suis arrivé dans la ville à 11 heures environs, après quoi Ken et moi, avons cherchés un appartement pendant très longtemps, jusqu’à cinq heures du soir. Durant tout ce long périple, je n’avais même pas avalé un seul bout de pain, ou quoi que ce soit d’autre, qui pourrait ressembler de près ou de loin à une nourriture. J’étais donc à bout de forces, et j’adoptais alors une démarche assez nonchalante, ce qui n’échappa pas à Ken. Il remarque cela et me l’avait clairement fait savoir.

-Ca fait combien de temps que tu n’as pas mangé ?

-Une journée *répliquais-je* pourquoi cela ?

-Tu m’as l’air bien épuisé. On devrait surement faire une pause tu ne crois pas ?

-Faire une pause à cette heure ci ? Je ne pense pas que ca soit une bonne idée. On devrait…

Je n’avais pas terminé ma phrase, qu’un bruit se fît entendre, le grognement de mon ventre qui criait avec le peu d’énergie qu’il lui restait son besoin urgent d’être nourri. Mon regard coulissa rapidement, et ce petit restaurant qui semblait à l’origine fondu dans le décor, fût la première chose que Je vis lors de mes œillades. Ken, ayant entendu ce bruit et il lui fallut deux secondes pour comprendre que c’était mon ventre. Il semblait très enjoué d’avoir encore eu raison, sur un sujet. Cela ne passait pas inaperçu vu qu’il avait la poitrine bombée et un large sourire qui s’était dessiné sur son visage.

-Comme toujours tu te rebelles contre moi, et comme toujours tu ne te rends pas compte que c’est une mauvaise idée.

Ken se mit à faire un rire malicieux, tandis que j’affichais un léger sourire paisible sur le visage. Après quoi, il pointa du doigt la direction du mini restaurant. Ils décidèrent d’y entrer, mais pas pour y camper. Juste pour se nourrir et reprendre les forces, afin de reprendre la route. La décision fût très vite appliquée, Et ils se dirigèrent vers la pancarte où était affiché le nom du restaurant. La pancarte qui affichait ce nom, "Banko-Resto" était juste au dessus d’une entrée, assez grande pour ne laisser passer qu’une personne à la fois. Il y avait aussi une autre pancarte, plus petite que la première, qui affichait une carte pour s’y rendre. Elle était affichée sur le mur à droite de l'entrée. Il semblait que le restaurant ne soit pas la seule chose qu’on trouve derrière les grandes maisons entre lesquelles il y avait cette petite entrée. Selon la carte, nous devions aller tout droit, et au premier croisement, aller au fond à gauche. Les gens qui passaient dans la rue, nous regardaient de façon assez douteuse alors que nous lisions la carte. Ken l’avait remarqué et me l’avait dit. Seulement, la seconde où on les regardait, les civils dévièrent le regard.



Dernière édition par Rinkyu Mermecks le Mar 28 Juin - 0:29, édité 2 fois
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bienvenue à Nagyo [Terminé]

Message  Rinkyu Mermecks le Dim 26 Juin - 17:06

Un léger doute s’est installé dans nos esprits. C’est alors que s’est entamée une discussion avec Ken.

-Pourquoi ils nous regardent comme ca les gens ? Je ne m’habille pas de façon assez conventionnelle ?

-Euh…. Je ne pense pas que cela ait un rapport avec ton habillement. Tu es même étrangement bien vêtu, on ne dirait pas facilement que tu viens d’ailleurs. Je pense plus tôt que c’est en rapport avec ce lieu.


-Il a quoi cet endroit ? C’est un repère de brigands ?

-Je l’ignore, je ne suis pas de ce quartier. Mais en tout cas, j’ai entendu des choses à propos de ce quartier, des choses dont personne ne serait fière.

Ken expliqua pendant assez longtemps, les rumeurs qui circulaient dans toute la ville à propos de ce quartier. Selon ses dires, il s’agit d’un quartier extrêmement dangereux, où on peut facilement trouver des trafiques humains, d’organes, des ventes de drogue, et exploitation en tout genres. Le quartier où la criminalité bat son plein, mais de façon plus subtile que les autres. Il est assez fréquent de trouver des bijouteries ou des magasins, qui sont des lieux de couverture yakuza. Et donc que les gens nous regardaient de façon étrange car il était possible qu'au bout de cet entrée, on soit livré à de la criminalité brute. Ils doivent donc nous prendre pour des yakuzas.

-J’ai hésité avant de t’emmener ici, parce que c’est un quartier dangereux, mais après t’avoir vu explosé ces brigands tout à l’heure, j’ai compris que ce n’était pas un souci pour toi. Dans ce coin de la ville, il y’a abondance d’appartement, justement parce que plein de personnes ont quittés cet endroit depuis que la criminalité est montée. Donc je pense que toi, Rinkyu, tu y trouveras ton compte.

Je soupirai alors,baissant ma tête au niveau des épaules, avant de la relever quelques instants après,tout en posant ma main sur le fourreau de mon épée, armé d'un sourire aux lèvres. On était juste venu prendre un repas, mais on y allait avec un esprit de combat. Je savais très bien que je devais me débrouiller pour protéger Ken, une fois là bas, et me protéger moi-même. Je n’avais pas peur non, j’avais juste envie qu’il se trompe et que ce soit juste une allée calme sans réel soucis.

-Ok, restes bien près de moi alors. Dis-toi que si tu t’écartes un peu trop, alors je ne pourrai plus te protéger.

Je fis le premier pas vers l’entrée, avant qu’il ne me bouscule et n’entre avant moi, il marchait les mains derrière la tête, et me regardais du coin de l’œil.

-Ne dis pas de bêtises, je suis un grand. Et si je suis venu ici, c’est que je sais à quoi m’exposer, alors, au lieu  de veiller sur moi, veilles plutôt sur toi-même.

-Dixit celui qui s’est fait prendre pour otage tout à l’heure. Dis-je en ricanant.

-Hey !!! Je savais très bien ce que je faisais tout à l’heure !! Si tu n’intervenais pas j’allais leur faire une de mes techniques ancestrales du dragon Dit-il en mimant certaines postures d’arts martiaux de façon assez pitoyable comme d’habitude.

Nous avançâmes, faisant toujours autant de bruit, tandis que je me moquais de ses postures. Une fois que nous avions traversés le  couloir, nous nous retrouvâmes devant une allée, bien plus spacieux cette fois ci, dans lequel 5 personnes pouvaient marcher côte à côte. Le sol était pavé, et il y avait des portes sur la gauche et sur la droite. Ces portes semblaient hermétiquement fermées. Chacun de nos pas sur le sol, faisait un bruit qui raisonnait jusqu’au fond de la ruelle qu’on ne voyait pas facilement. Le ciel quand à lui se percevait clairement entre deux bâtiments séparés qui laissaient le couloir dans lequel nous marchions. Des câbles électriques traversaient aussi les bâtiments.

- Wow, je n’aurais jamais pensé qu’il y aurait un quartier ici

-Moi-même je ne le pensais pas s’il faut tout avouer.

Nous regardions ébahis par la ruelle, qui semblait bien propre également, malgré les poubelles situées devant chaque porte, à droite, qui dégageait des odeurs nauséabondes. Après avoir constaté que nous avions passés une poignée de minutes à rêvasser et à bavasser, nous continuâmes le chemin, suivant les instructions de la carte qu’on avait vu. Et ainsi, nous sommes tombés devant une porte. C’est avec un bruit de clochettes que nous sommes entrés dans ce restaurant dans lequel les tables étaient disposées de façon spacieuse, cinq pas séparaient chacune des tables circulaires, qui bondaient ce petit espace de vingt cinq mètres carrés. Après que nous nous soyons assis sur une d’elles, nous pouvions remarquer, deux tables au fond de la pièce, où six personnes, dont trois par table dévièrent leurs regards vers nous quelques secondes.

Sur notre table, il y avait une chaise de libre, et trois menus posés sur la table. Ken et moi-même après avoir bien regardés autour de nous, décidâmes d’ouvrir les Menus. Dans le menu qui semblait assez simpliste au toucher, surement fait à base de papier ou de carton léger peint en rouge de façon négligée, surement coloriée par un feutre de même couleur, sur lequel on avait écrit à la main quelques mots faisant ainsi le menu. Il était très clair, que nous étions dans un pseudo-restaurant. Mais si nous y étions, autant mieux manger du mieux qu’on le pouvait. Ken et moi après avoir regardés le menu et déposés cela devant nous, on se parlait à voix basse, de façon à ce que le vieux ventilateur qui était accroché à la pièce étouffe notre conversation
-Alors Ken, tu manges quoi ?

-Nous ne sommes pas dans un vrai restaurant… Tu me demandes de choisir à manger ? Mais tu es un gros malade toi !

Il avait l’air assez paniqué, chose assez normale vu que depuis que nous sommes entrés, les 6 personnes au fond ne font que nous dévisager. C’était aussi désagréable pour moi, mais pas plus que le changement d’air entre mon village et la ville. Quand on passe par là, la frustration, on la connait très bien.

-Bah oui pourquoi pas ? On est venu pour manger je te rappelle, alors on va manger. Et puis, s’ils tentent quelque chose, on pourra toujours compté sur ton " coup du dragon" Dis-je en rigolant.

-Ce n’est pas drôle, en plus que mon attaque ne marche que sous conditions. Je ne dois pas être encerclé de putains de yakuzas !!!

-Ne t’inquiètes pas, si quelqu’un approche, je serai là pour te porter main forte. Alors, on mange et on dégage d’ici.

-uhhh… Bon, je dis oui, mais après on dégage vite fais
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bienvenue à Nagyo [Terminé]

Message  Rinkyu Mermecks le Lun 27 Juin - 19:42

Ken s’était déjà résolu à manger mais il n’était pas très rassuré. Une femme blonde, vint alors près de notre table, pour nous demander ce qu’on avait finalement choisi à prendre comme repas dans le menu, qui lui-même n’était pas chargé. Elle était dans la quarantaine, grasse, et fumait une cigarette. Ken et moi-même étions décidés à manger des nouilles rinto, un plat récurent et très célèbre dans notre région, essentiellement fait à base de spaghetti, et de plusieurs autres légumes et condiments épicés. Celui-ci était particulièrement riche en épices. Dans les cas les plus classiques, un bol de nouilles rinto avait une quantité raisonnable d'épices. Ce qu’on nous a servit ce moment là, nous a fait rougir les lèvres à la première bouchée. Le taux d'épice dans le bol était anormalement élevé. Nous yeux ont virés au rouge, et nos lèvres brûlaient tellement qu’on avait l’impression qu’elles avaient enflées. Quand nous avions remarqués le poteau rose, nous tournâmes ensemble le regard vers la femme qui nous avait servis. Elle semblait plutôt enjouée. On comprit alors sur le moment que c’était tout à fait volontaire. Elle avait mise dans nos bols des doses anormales d'épices, plus que nécessaire. Une confrontation sans réelle motivation venait de débuter, et nous avons fait ce qu'il y avait à faire. Car une demi-heure plus tard, on pouvait nous voir Ken et moi, entrain de consommer un verre d’eau, les bols déjà vides. La serveuse nous regardait de loin, avec un air vexé sur le visage, indéniablement vexé du fait de notre satiété. Elle nous laissait le temps de digérer mon compagnon et moi-même.

Nous restâmes assis, entrain de nous moquer de la servante qui a voulu nous prendre pour des personnes incapables de finir un plat pareil, des fragiles. Seulement, il en fût tout autre chose. Il nous était aussi revenu le fait que nous étions au point mort concernant l’appartement. Soudainement, il eût une panne de courant dans le quartier, sans raisons valables. Seulement Ken m’expliqua que c’était récurant dans la ville les pannes d’électricité. Il dit que contrairement aux autres villes du Jappon, Nagyo avait la mauvaise particularité d’avoir des coupures d’électricité. Après avoir éclaircis ce petit souci, Ken m’expliqua qu’il était en manque cruelle d’idée pour le fait de me trouver un appartement, et que son issue de secours résidait dans cette ville, mais si déjà à cette heure ci nous n'avions pas trouvé d’appartements, il ne faudrait pas tellement s’attendre à ce qu’on en trouve. La situation devenait pesante, et il fallait de suite me trouver un lieu de logement. L’idée de demander à Ken si pour une nuit je pouvais aller chez lui, venait constamment dans mon esprit, mais je ne pouvais pas le faire. Je n’ai cessé de penser que s’il désirait ardemment me placer dans un logement certain, c’est qu’il ne pouvait pas ou ne voulait pas me loger chez lui. Je soupirai alors tout en demandant la note.

-Euh, la, note s’il vous plaît m’dame

La femme blonde arriva d’un air assez enjoué, ce qui me fit même étrangement peur sur le moment. J’ignorais ce qu’elle avait en tête à ce moment là.

-Ça fera la modique somme de 10 000 Jennies

-C’est pas un peu cher pour un petit bol de nouilles ?

-C’est mon restaurant, ce sont mes prix, et je dis que ça coûte 10 000 Jennies

-Ah là là… Ça sent l’arnaque à plein nez tout ça

-Bah fallait pas manger dans ce cas *dis t’elle en tendant sa main vers moi*

Je retirai alors mon porte feuilles de ma poche, avant de fouiller dans la banque de billets que j’avais à l'intérieur de celui-ci. Et je lui rendis la somme que je lui devais, elle restait là à fixer mon portefeuille jusqu’au moment où je l’ai remis dans ma poche.

-Un autre problème ?

-Je vous ai entendus parler tout à l’heure, et il semblerait que tu sois à la recherche d’un appartement

-Ce n’est pas par hasard mon portefeuille qui t’inquiètes toi ? *Demandais-je avec un air agacé*

-Voyons voyons, vous savez très bien qu’ici c’est l’argent qui dirige. Dis toi juste que tant que tu as de l’argent, alors tout te seras possible.


Dernière édition par Rinkyu Mermecks le Lun 27 Juin - 21:02, édité 1 fois
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bienvenue à Nagyo [Terminé]

Message  Rinkyu Mermecks le Lun 27 Juin - 20:15

Nous discutâmes longtemps elle et moi, sans toutes fois avancer dans les échanges d’informations. Il semblerait même qu’au fur et à mesure que la servante et moi-même avancions dans la conversation, celle-ci devenait de plus en plus contrariante. Il semblerai qu'on ne soit pas fait pour s'entendre, à mieux y réfléchir même, personne ne s'entendrai avec une personne pareille, aucune personne correcte en tout cas. Alors que Ken voyait là une opportunité, moi je voyais une profiteuse, qui allait encore m’extorquer plus que ce qu’elle méritait véritablement, exactement comme elle l'a fait avec les bols de nouilles. Un moment alors Ken frappa la table, d’un trait de colère, pour mettre fin à cette discussion. Il demanda à la serveuse de se retirer et lui dit qu’on allait considérer sa proposition. Elle s’en alla alors et lui moi discutâmes longuement sur le sujet, et il réussit à me convaincre de le faire. Selon lui, c’était même une chance inouïe, et qu’il ne fallait pas que je la ratte.

-Ok

Ce fut ma parole qui clôtura notre  débat. Nous appelâmes la serveuse, et nous discutâmes sur les prix qui furent comme je m’y attendais exorbitant. On a finalement réussis à s’entendre sur un prix final, qui bien sure mettait Madame Berunadetto en position de puissance. Elle était contente, car selon ce qu’elle disait, on avait fait une superbe affaire, chose bien sure que Ken et moi étions prêt à nier.

Elle nous accompagna vers le nouvel appartement, qui comportait juste l’essentiel à la survie, une radio, un lit, une salle de bain sans savons ni brosse, une table et une chaise. La chambre vue d'en haut ressemblait à un tout petit rectangle, avec deux portes. Une porte pour les toilettes, une porte pour la sortie. Ken s’écriait à la vue d’un appartement pareil, soulevant l’absence d’une pile objet que toute personne venant de la ville aurait dit utile, tout en soulevant de véritables nécessités, telles que l’absence de cuisine. Madame Berunadetto se mit à rire et répliqua de la façon la plus joyeuse qui soit

-Tu n'as aucunement besoin d’une cuisine. Si t'as faim ou soif, Tu peux toujours venir au restaurant. Il y'a toujours à manger

-Gratuitement ? *Demandais-je*

-Bien sure que non, sinon ça serait bien trop simple. Tu connais le tarif des plats, tu en as mangé tout à l’heure.

-Vous savez où les femmes aussi radine que vous s’en vont ? En enfer. Apprêtes toi d’avance à y aller

-Hey !! Tu changes de ton, sinon je te fou à la porte

-Bien sure et comme ça vous me rembourserez mon argent.

Ken soupira encore un moment, tandis que moi et Madame Beru (abréviation de Berunadetto, qui est en réalité Bernadette en prononciation japponaise.) nous nous chamaillions. Elle s’en alla finalement, me confiant les clefs de la chambre. Je refermai alors après avoir déposé mon sac ainsi que mon katana et fermés les fenêtres. Il était déjà sept heure du soir, et je devais raccompagner ce jeune ken, afin qu’il prenne un taxi pour rentrer chez lui. En effet, il habitait très loin du quartier dans lequel je devais vivre, mais nos quartiers étaient voisins. Il prit son taxi, après que je lui ai remercié. Remerciements qu’il reçu avec un large sourire sur le visage, toujours aussi fier de lui. Je rentrai alors chez moi les mains dans les poches. Mon épée avait été laissée à la maison, et c’est alors que j’aperçu un groupe de personnes rassemblées sur le bord de la route, certains d’entre eux  étaient accroupis. Peu de civils circulaient sur la route, moi et une autre personne uniquement, si on ne comptais pas ce groupement de personnes. Nous venions en sens inverse, moi allant d’un côté de la route, et l’autre marchait de l’autre.

Les brigands qui étaient là, se placèrent au milieu de la route. Ils étaient du nombre de 5, tous habillés en chemisette rose fleuris et en culotte beige. Leurs pieds étaient protégés par des mocassins. Les yeux couverts de lunettes noires, 2 chauves, un blond, et 2 bruns. Ils étaient là, au milieu de la route, certainement hésitaient t’ils sur la cible qu’ils allaient prendre, soit l’autre civil soit moi. Bien évidement, je n’avais pas mon katana sur moi, je n’avais donc pas l’air dangereux. Je n’étais fort heureusement pas seulement apte au combat de sabre, mais aussi au combat à mains nues et de petites lames. Un pas après l’autre j’avançais et eux nous guettaient moi et le civil à tour de rôle.

-Uhhh... les problèmes en ville, sont très fréquents. Je pense que je suis dans le meilleur milieu pour être plus fort. Avec un peu de chances, tout en récoltant mes informations sur l’examen des Hunters, je tomberai sur des personnes qui pourront me faire évoluer.
avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bienvenue à Nagyo [Terminé]

Message  Rinkyu Mermecks le Mar 28 Juin - 0:27

Je continuais ainsi de marcher sur la route quand les brigands vinrent dans ma direction. J’avançai, et eux, venaient également dans ma direction. Mes tantōs  étaient toujours sur moi, bien cachés. J’en avais 2 en ma possession. Un placé en dessous du manche de ma veste bleue, l’autre au niveau de la botte que j’avais au pied, celle du pied droit. Alors que j’avançais vers eux, les yeux mis clos et le regard sombre, ils venaient aussi droit vers moi souriant chacun deux, ayant une démarche peu commune, digne des gangs yakuzas. J’étais déjà paré à la confrontation et je n’attendais plus qu’un signe de violence de leur part pour les blesser. L’enseignement de mon maître faisait toujours échos dans ma tête à chaque fois que je devais aller combattre…. "ne jamais blesser sans raison". Une règle plutôt minime, mais elle avait un très grand impact sur mes actions.

Ils m’encerclèrent alors, et le blond, celui qui semblait être leur chef se mit à me parler comme si nous nous connaissions depuis de longues dates. Je ne pouvais encore pas attaquer à ce moment là, il ne m'avait rien fait qui mérite que je ne me défende.

-Yo gamin… tu as bien joli visage toi. Je vois que t'es du quartier. Un nouveau même d’après c'que j'ai entendu. J’espère que tu sais comment ça se passe ici. Il y’a toute une hiérarchie en place, et tu dois la respecter. Je ne vais pas t'faire de longs discours, je ne dirai que l’essentiel. Pour l’instant, en guise de respect envers les anciens du quartier, tu vas devoir t'mettre à g'noux, et baiser nos chaussures. C’est le seul moyen d'te faire intégrer. Comme ça, on dira à tous les autres que tu es un bon, et que tu sais comment ça se passe. *il se mit à rire de façon assez sale, la langue dehors*

-Et si je ne veux pas ?

Ils se mirent tous à rire quelque instants, et le passant qui était de l’autre côté de la rue, s’en alla sans même regarder dans ma direction. La solidarité n’était pas envisageable dans ce quartier à ce que je voyais, c’était une très mauvaise chose, vu le milieu. Mon regard se redirigea vers le blond, qui avait déjà finit de rire.Il commença maintenant à parler. Je n’écoutais malheureusement plus ce qu’il disait. Je ne faisais qu’attendre qu’il fasse un mauvais geste pour que je  m’occupe de sa clique, et de lui avec. Mes doutes se sont avérés justifiés, et il me flanqua un coup de poing au ventre. Je fléchis un moment les jambes, et baissais un peu ma tête, dû à l’effet du coup de poing qu’il m’a porté. Cette seconde même, je souris.

-Merci….

-Huh ? Quoi ?

Un tantō sorti de mon manteau au niveau du poignet. Je le rattrapai rapidement, avant de me baisser, et de passer entre les jambes de deux d’entre eux. Et une fois hors du cercle, je me redressais alors munit d’un deuxième tantō pris dans ma botte. Je tranche alors le dos du blond, dans un habile mouvement du corps de la gauche vers la droite. Je pris son corps le projetant sur ses acolytes. Alors qu’ils étaient confus et m’avaient perdu de vue, j’en profitais pour blesser les jambes des deux chauves au niveau des cuisses. Je me propulsais dans les airs, et j’atterris en tournant sur moi-même à grande vitesse découpant les deux derniers au niveau des épaules après quoi j’avançai tranquillement en lançant un regard sur leurs corps entassés les uns sur les autres. Tout cela s’était passé en 5 secondes. Je replaçais alors mes armes dans leurs cachettes respectives avant de rentrer finalement jusqu’à l’entrée de la maison.

Une fois l’entrée traversée, je me dirigeai au fond du couloir, sans tourner pour aller sur la droite cette fois ci, comme tout à l'heure où j'ai du tourner pour aller au restaurant. Je pouvais apercevoir au passage Madame Beru fermer boutique. Elle m’insulta en me traitant de voyou lors de mon passage, et je lui fis une grimace horrible en guise de réponse, ce qui anima encore plus sa volonté de m’insulter. Je rentrai finalement dans la chambre et je me dirigeai rapidement sous la douche, prendre une bonne douche, avant d’aller me coucher avec un tantō caché derrière le coussin. Mes yeux se fermèrent à ce moment là.

-Encore une autre journée qui s’achève, je peux dormir tranquillement…

Brinnnngggggg !!!!!!! Brrrriinnnnnngggg !!!!!

Mes yeux s’ouvrirent quand j’entendis le son de mon téléphone. Je le pris et vit, c’était un appel de Ken. On s’était échangé nos numéros la veille, mais je ne pensais pas qu’il allait m’appeler aussi tôt. Je décrochais alors le téléphone avant de le mettre à l’oreille

-Allo ?

-…

-Attends attends, parles doucement, je ne comprends pas ce que tu dis, qu’est ce qu’il se passe ?


-…

-ah bon ? Mais c’est vraiment super ça. J’arrive tout de suite.

-…

-Ouais, je peux me retrouver pour qui tu me prends ?

-…

-Tu mérites qu’on te passe à tabac toi… bon j’arrive

Je raccrochais alors le téléphone. Et, après m’être lavé et habillé, je me précipitais dans la rue. Après avoir déposé la clef de la porte de ma chambre avec un billet de 1000 jennies dans une enveloppe près de la porte du restaurant de Madame Beru, je me rendis rapidement au parc là où Ken et moi, avons conclus notre collaboration. Une fois là-bas, il se précipita lui aussi à travers le parc pour se diriger vers une autre sortie, qui devait nous mener au port de Nagyo.

-Tu es sure de cet information Ken ?

-Aussi sure que toi tu portes un katana sur toi. L’examen des Hunter, c’est dans deux semaines très exactement. Et c’est un peu ta chance, car le bateau qui se dirige au continent de Yorubian part dans très exactement 15 minutes.

-15 minutes ? C’est un peu long tu ne crois pas ?

-Ne t’inquiètes pas, on prendra un raccourcis, et aussi, je t’ai déjà payé la place pour ton bateau. Ça coûtait 20 000 jennies, j’ai réussi à diminuer le prix grâce à mon oncle qui y travaille.

-Merci beaucoup, attends je te rembourse *plonges ma main dans mon sac en courant*

-Pas le temps, tu me le rendras une fois Hunter. Il paraît qu’une fois Hunter, on a l’argent à une quantité incalculable *Dis-t’il en rigolant*

-Oui, en effet, c’est d’ailleurs pour ça que je le fais ce test.

Nous avions déjà traversés le parc, et deux pâtés de maison. On pouvait déjà apercevoir le port au loin. Malheureusement, Ken s’épuisait plus vite que moi, mais s’efforçait d’aller toujours plus vite, je lui fis la remarque, et lui demanda de s’arrêter là. Il fit ce que je lui dis après beaucoup de complications

-Tu dois te reposer. Je ne te remercierai jamais assez de tout ce que tu as fait pour moi Ken. Je t’en suis éternellement reconnaissant.


-Ne t’inquiètes pas, ce que j’ai fait n’est que normal, tu es un type cool au final. Il reste 5 minutes. Il faut que tu y ailles

-oui c’est vrai, je ne t’oublierai jamais, et je reviendrai, et on boira un coup à ma réussite.

-Tu as bien intérêt, sinon je te ferai mon attaque du lion, et tu périras sur le coup. Bonne chance mon ami

-Merci… mon ami *Dis-je d’un sourire assez triste*

Je me retournais et me  précipitai vers le port, le bateau gigantesque levait déjà le pont pour s’en aller alors que j’étais encore à une centaine de mètres de l’endroit. Je fonçai tête baissé, mettant une très grande force dans mes jambes alors que le pont remontait doucement. Au dernier moment, Je fis un grand bond, et de justesse je suis arrivé à monter sur le pont. Je me laissais alors glisser sur le pont, avant de tomber sur le plancher du bateau en étant très essoufflé et très épuisé. Quelques secondes plus tard, l’encre fut levée, et je me plaçai sur le bord du bateau, et je pouvais apercevoir la main de Ken se balancer. Je répondis à sa salutation de la main, jusqu’à ce que je le perte de vue. Alors là, j’étais parti. Une nouvelle aventure s’annonçait. Les choses allaient rapidement se précipiter, et avec de la chance je réussirai avec brio les épreuves afin de réaliser mon rêve.

avatar
Rinkyu Mermecks

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Jappon

Fiche perso
AOP: 1
POP: 100
Réputation: 42

Voir le profil de l'utilisateur http://huntersworld.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bienvenue à Nagyo [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum